Jade-Fitzroy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jade-Fitzroy est un réseau de la Résistance intérieure française, fondé en 1940.

Histoire[modifier | modifier le code]

Créé en France en , Jade-Fitzroy est un réseau de résistance ; il rassemble d'emblée des hommes aux origines politiques très différentes. Les deux principaux fondateurs, en effet, sont Claude Lamirault[1], à vingt deux ans ancien Camelot du Roi (l'organisation de jeunesse de l'Action française), et Pierre Hentic[2], dit Maho, ancien membre des Jeunesses communistes. Il est rattaché au MI6 britannique, et non au Bureau central de renseignements et d'action (BCRA), le service de la France libre, jusqu'en , date à laquelle il rejoint les réseaux du BCRA. L'organisation que Claude Lamirault met en place recrute en premier lieu sa famille et sa belle-famille, ses camarades du 27e bataillon de chasseurs alpins[3].

De la fin de 1940 à la fin de 1941, les hommes de Jade-Fitzroy consacrent l'essentiel de leurs activités à la constitution minutieuse de leur réseau et au recrutement de nouveaux membres. Une dizaine de sous-réseaux spécialisés sont ainsi créés. Par la suite, Jade-Fitzroy se spécialise dans le renseignement militaire. Les principales recherches concernent les mouvements de l'armée allemande, la production aéronautique, les ports maritimes, les transmissions, la construction du Mur de l'Atlantique et autres installations de défense, ainsi que, à la fin de la guerre, les rampes de lancement des V1 et V2.

Après l'arrestation de Claude Lamirault, en à Paris, la direction du réseau est confiée à sa femme, jusqu'à l'arrestation de celle-ci, en . Jade-Fitzroy a compté jusqu'à 708 agents, selon Alya Aglan.

Ce réseau ne doit pas être confondu avec le réseau Jade-Amicol, issu d'une scission intervenue en 1942, et beaucoup plus marqué à droite. Le réseau de renseignement Jade-Fitzroy fut aussi lié à un autre réseau de renseignements en Bretagne, le réseau Johnny.

Quelques membres du réseau[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Claude Lamirault, né le à Paris, quitta la France dès juin 1940 pour gagner l'Angleterre via l'Afrique du nord, fut parachuté dans la région de Rambouillet en décembre 1940 afin de créer en France un réseau de renseignements, retourna à quatre reprises en Angleterre avant d'être à nouveau parachuté en France, créant des réseaux de renseignement principalement dans les régions de Marseille et Toulon ; il fut arrêté le à Paris à la station de métro "Richelieu", il est déporté à Dachau le par le train de la mort ; revenu de déportation, il fut tué dans un accident d'automobile à Orléans le  ; voir http://www.ordredelaliberation.fr/fr_compagnon/546.html
  2. a et b Pierre Hentic, né le en Bretagne, entre dans le réseau Jade-Fitzroy dès janvier 1941 comme agent de liaison ; il passe en janvier 1943 en Angleterre où il reçoit une formation de chef d'opérations aériennes et maritimes ; il revient en France et est chargé d'organiser des atterrissages clandestins d'avions sur le sol français ainsi que des exfiltrations d'agents et d'aviateurs alliés abattus ; arrêté par les Allemands en février 1944, il est déporté à Dachau ; après la Seconde guerre mondiale, il fut intégré dans l'armée française et participa à la guerre d'Indochine, puis à la guerre d'Algérie ; décédé en 2004 ;voir http://www.fncv.com/biblio/grand_combattant/hentic-pierre.html
  3. Alya Aglan, « Un réseau français de l'«intelligence service»: «Jade-Fitzroy» », Revue d'histoire moderne et contemporaine,‎ 1993 n°40-2, p. 289-302 (lire en ligne)
  4. http://www.museedelaresistanceenligne.org/media.php?media=4795&expo=84&popin=true
  5. « Weibel Jean-Emile », sur www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr (consulté le )
  6. Histoire de la résistance en Bretagne. Christian Bougeard p 48.
  7. http://memoiredeguerre.free.fr/fusilles/resistants-malouins.htm
  8. a et b Aglan, Alya., Mémoires résistantes : histoire du réseau Jade-Fitzroy, 1940-1944, Paris, Cerf, , 339 p. (ISBN 2-204-04958-1, OCLC 30825912, lire en ligne)
  9. « Pierre Durande », sur www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr (consulté le )
  10. « Jean-François Coatanea », sur www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr (consulté le )
  11. Service historique de la Défense, « Léon Jeambrun » [archive du ], sur www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr (consulté le )