Pouzolles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Ne pas confondre avec la ville italienne de Pouzzoles
image illustrant une commune de l’Hérault
Cet article est une ébauche concernant une commune de l’Hérault.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Pouzolles
Vue générale
Vue générale
Blason de Pouzolles
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hérault
Arrondissement Béziers
Canton Cazouls-lès-Béziers
Intercommunalité Communauté de communes des Avant-Monts
Maire
Mandat
Guy Roucayrol
2014-2020
Code postal 34480
Code commune 34214
Démographie
Gentilé Pouzollais
Population
municipale
1 136 hab. (2014)
Densité 113 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 29′ 03″ nord, 3° 16′ 47″ est
Altitude Min. 48 m – Max. 180 m
Superficie 10,01 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte administrative de l'Hérault
City locator 14.svg
Pouzolles

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte topographique de l'Hérault
City locator 14.svg
Pouzolles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pouzolles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pouzolles

Pouzolles (en occitan Posòlas), est une commune française située dans le département de l'Hérault et la région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par la Lène, cours d'eau de 17,3 km, affluent de la Thongue.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestée sous la forme de Pozolas en 1088.
Du latin puteus ("puits") et suffixe féminin pluriel -eolas, « petits puits ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Guy Roucayrol DVG Employé
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 136 habitants, en augmentation de 8,71 % par rapport à 2009 (Hérault : 6,81 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
620 677 768 820 842 865 817 820 812
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
893 885 954 927 1 016 960 896 1 024 1 109
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 228 1 207 1 075 1 272 1 138 1 137 1 032 1 001 907
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
877 855 788 765 762 781 1 005 1 060 1 136
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006 [4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

L'une des Cave coopérative des Côtes-de-thongue, à Pouzolles

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château :

Alfred Crouzat dit dans son "histoire de la ville de Roujan et le prieuré de Cassan" vers les années 1850 : "Le château qui parait dater du XVe siècle, a été entièrement restauré dans le goût moderne. Les croisées gothiques ont fait place à des croisées à l’Italienne et un crépissage a revêtu la pierre de taille. Ce château récent a été construit, ainsi que l’église, sur les remparts qui faisaient 10 m de haut et dit-on 3 m d’épaisseur". Après la porte d’entrée une large terrasse permet à la vue de s’étendre au loin.

La Porte Saint-Martin :

Nommée aujourd’hui "le porche" par les Pouzollais, elle permettait aux habitants du château de se rendre au hameau de Saint-Martin de Grézan, elle est le seul vestige des remparts ; elle était défendue par une herse et un mâchicoulis. En 1894, on pouvait lire dans le livre d’A. Crouzat "son arceau paraît avoir cédé, et si l’on n’y prend garde, il ne tardera pas à s’écrouler". Aujourd’hui, plus de herse ni d’arceau, l’arche a été renforcée par des poutrelles métalliques.

Les ruelles anciennes :

En partant de la porte Saint-Martin et en remontant la rue des murs, on se trouve à l’intérieur des remparts, du château d’origine, les maisons sur votre gauche ont été construites sur ces murailles. A l’intérieur de certaines de ces demeures, on peut voir des murs de plus d’un mètre d’épaisseur. Au bout de la rue des murs, vous tournez une fois à droite et sur un pan de mur vous avez une date, vous tournez encore une fois à droite et vous êtes dans la rue Christophe Ricard qui est toujours à l’intérieur des remparts. La rue des murs a été restaurée en 1994.

L'église :

Paroisse Saint-Martin L’église telle que nous la connaissons n’est pas très ancienne. En 1556 les habitants du hameau de St-Martin de Grézan contraints par l’épidémie de peste d’abandonner leur demeure, leur église et leur cimetière, vinrent s’établir autour du château de Pouzolles, la chapelle de ce dernier, qui datait à peu près comme lui du XVe siècle devint l’église paroissiale ; après agrandissement et modifications nous avons l’édifice actuel. En 1991, la façade est refaite en pierres apparentes.

Les croix :

Une promenade dans la campagne autour de Pouzolles et au détour d’un chemin, vous vous trouvez face à une croix qui vous projette plusieurs siècles en arrière. Il en existe une sur le chemin de Pouzolles à Margon, c’est un monolithe de 3 mètres de haut, élevé en 1566. Une autre croix a été découverte en 1867 près du ruisseau du Merdauls avec la date inscrite sur celle-ci de 1166 ; face à la cave coopérative, celle de Pubérels, sur le chemin du Muscat, la croix des pauvres (1761) ; la croix de la muscadelle (1788) ; celle de Gaudefond (1842) ; il ne reste plus que le socle à celle de St-Jean qui a été inaugurée le 2 mars 1836 ; une à Saint- Martin, face au chalet et une devant l’entrée du parc datant de 1855. Vous pouvez voir en vous promenant celles de la route d’Abeilhan, de Pech Vidal, du Tribes de Camp Redon, de Pech Montagne, de Routecos, du Cabanis, de Pringault (1860), de Montane. Une croix d’ornement, se trouve devant l’église. Sur l'une des faces de son piédestal on peut lire : "Les habitants de Pouzolles ont fait ériger cette croix le 3 mai 1859". On a recensé 23 croix sur le territoire.

Les Allées Frédéric Greilhet :

Nous sommes le 12 mars 1871, M. Frédéric Greilhet Maire de Pouzolles, réunit son conseil pour lui dire qu’il a fait publier, que tous ceux qui avaient déposé des pierres, du marc et autres objets au bord de la Thongue devaient les enlever dans la huitaine ; il leur annonce qu’il a pensé qu’il serait à propos que la commune plante quelques platanes sur le terrain communal en bord de Thongue. La commission délibère et à l’unanimité donne son accord pour cette plantation. Voilà pourquoi aujourd’hui un siècle et demi après, sur notre belle promenade ombragée et spacieuse, des festivités sont organisées tout l’été : chaque vendredi soir, "brasucade" dansante, 14 juillet, fête du village, concours de pétanque et pour clôturer la saison estivale, fin août, le bœuf à la broche.

La cave coopérative vinicole :

L’ouverture pour les premières vendanges s’est faite le 10/09/1939 et la fermeture le 06/10/2007 pour une récolte de 10388 hl (longues vendanges), celle de 1989 était de 75912 hl. En 1951 la cave obtient des prix à la foire internationale de la vigne de Montpellier. La cave coopérative de Pouzolles a fusionné avec celle d’Abeilhan à compter des vendanges 2008 et à compter des vendanges 2009 celle de Roujan a rejoint cette association. Le caveau d’Abeilhan est ouvert du lundi au vendredi de 8h à 12h et de 13h30 à 17h30 ; celui de Roujan les lundis, mardis, jeudis, vendredis de 10h à 12h, de 15h à 17h et les mercredis et samedis de 10h à 12h. Les bâtiments de la cave Pouzolles-Margon restent un témoignage de notre patrimoine viticole.

L'école :

1893 : 16 mars, sous le mandat de Siméon PUJOL. Première délibération concernant un groupe scolaire. Le précédent conseil municipal avait demandé la construction d’un groupe scolaire sur l’emplacement de la promenade. Les habitants ont refusé par crainte que les enfants ne la détériorent. 1900 : 28 juin, M. le Maire Siméon PUJOL expose aux membres du conseil que certains travaux sont devenus urgents, dont la construction d’un groupe scolaire, les écoles actuelles étant trop petites. 1902 : 12 juillet, emprunt pour construire l’école. 1905 : 10 avril, à l’occasion de l’inauguration du groupe scolaire qui doit avoir lieu le 30 avril courant, le Conseil municipal a souhaité fêter dignement cet évènement et a voté un budget pour subvenir aux frais de la fête. Malgré les réticences de certains habitants, le terrain à côté des allées, a été choisi. En 2005 : le village a célébré le centenaire de cet édifice qui a toujours fière allure.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Pouzolles (Hérault).svg

Les armoiries de Pouzolles se blasonnent ainsi :

D'hermine, au pairle losangé d'argent et de sinople.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Site officiel