Saint-Nazaire-de-Ladarez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Nazaire-de-Ladarez
Saint-Nazaire-de-Ladarez
Saint-Nazaire-de-Ladarez vue depuis l'Ermitage
Blason de Saint-Nazaire-de-Ladarez
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hérault
Arrondissement Béziers
Intercommunalité Communauté de communes Les Avant-Monts
Maire
Mandat
Sylvie Milhau Lermet
2020-2026
Code postal 34490
Code commune 34279
Démographie
Gentilé Saint-Nazairiens
Population
municipale
339 hab. (2018 en diminution de 4,24 % par rapport à 2013)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 30′ 37″ nord, 3° 04′ 36″ est
Altitude Min. 110 m
Max. 690 m
Superficie 28,27 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Béziers
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Cazouls-lès-Béziers
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Saint-Nazaire-de-Ladarez
Géolocalisation sur la carte : Hérault
Voir sur la carte topographique de l'Hérault
City locator 14.svg
Saint-Nazaire-de-Ladarez
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Nazaire-de-Ladarez
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Nazaire-de-Ladarez

Saint-Nazaire-de-Ladarez en occitan Sant Nasari de las Avelhanas, est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Occitanie. Ses habitants sont appelés les Saint-Nazairiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte de localisation.
Communes limitrophes de Saint-Nazaire-de-Ladarez
Vieussan Les Aires
Roquebrun Saint-Nazaire-de-Ladarez Cabrerolles
Causses-et-Veyran Murviel-lès-Béziers

Climat[modifier | modifier le code]

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000

  • Moyenne annuelle de température : 13,6 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 12,8 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 15,7 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 976 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 7,8 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 2,7 j

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat méditerranéen franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du type « climat méditerranéen » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Pour ce type de climat, les hivers sont doux et les étés chauds, avec un ensoleillement important et des vents violents fréquents[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[3]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[1].

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[4] complétée par des études régionales[5] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Roquebrun », sur la commune de Roquebrun, mise en service en 1955[6]et qui se trouve à 4 km à vol d'oiseau[7],[Note 2], où la température moyenne annuelle est de 15,4 °C et la hauteur de précipitations de 782,7 mm pour la période 1981-2010[8]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Sete », sur la commune de Sète, mise en service en 1949 et à 51 km[9], la température moyenne annuelle évolue de 15 °C pour la période 1971-2000[10], à 15,4 °C pour 1981-2010[11], puis à 15,8 °C pour 1991-2020[12].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Nazaire-de-Ladarez est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[13],[14],[15].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Béziers, dont elle est une commune de la couronne[Note 4]. Cette aire, qui regroupe 53 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[16],[17].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (84,6 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (86,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (67,6 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (17 %), cultures permanentes (9,8 %), zones agricoles hétérogènes (5,6 %)[18].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune a été connue sous les variantes : in Lezateso (978), castello S. Nazarii de Lerades (1152), de S. Nazario de Leradensi (1323), rector S. Nazarii de Lezedesio (1351), San Nazari de Lezades (1363), Saint Nazaire de Lederes (1529, Saint Nazaire de Laderes (1571).

Le nom de Ladarez dérive probablement de celui d'un domaine gallo-romain ou pré-romain Lesate, peut-etre le gentilice latin Lesius augmenté du suffixe prélatin -atis. L'évolution se fait 1°) par le rhotacisme -ʑ- > -r-, 2°) une métathèse -r-d- > -d-r̈, 3°) l'ouverture e > a[19]

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

D'après des vestiges retrouvés dans la plaine du Puech du Mont Peyroux, les premiers habitats se situaient à proximité du ruisseau du Landeyran. La grotte sépulcrale de la Grille, ainsi que les découvertes de meules à grains, pointes de flèches et grattoirs en sont la preuve. Le chemin du col des Tribes a certainement été emprunté pendant des millénaires, par des bergers et des hommes apportant du sel dans le Haut-Languedoc. Des vestiges de la Préhistoire ont été également trouvés dans le ruisseau de Souydou et au Tinel.

Antiquité[modifier | modifier le code]

Une présence romaine est attestée au Puech de la Suque. Des fragments de poteries sigillée indiquent une présence durable, sous forme de villa rupestre. Les murs en pierres sèches à section trapézoïdale qui délimitent des parcelles paraissent avoir été construits à cette époque.

À la Lande, des sesterces frappés aux insignes des légions romaines de Nîmes ont été trouvés sur le chemin de la Mazade. Ce sont les restes d'un camp romain défendant la route Béziers-Cahors.

L'oppidum de Souydou défendait le chemin de Laurenque, qui deviendra au Moyen Âge un chemin emprunté par les pèlerins qui se rendaient à Saint-Jacques de Compostelle.

D'après les noms de lieux on devrait trouver également une présence romaine au Landeyran (tuiles romaines à la Granges de Cayrol), Pontillac et Pont Lirou.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

D'après les documents existants, il semblerait que la seigneurie de Saint-Nazaire ait toujours été rattachée la châtellenie de Cessenon. Si l'on se réfère au livre de l'abbé Secondy, il convient par déduction de dire que Saint-Nazaire a appartenu respectivement à :

  • 1247-1265 Saint Louis donne Saint-Nazaire à Hugues d'Arcy
  • 1365-1367 Passage sous la dépendance de Henri de Trastamarre
  • 1370-1378 Passage sous la dépendance de Charles de Navarre
  • 1422-1424 Passage sous la dépendance du Vicomte de Narbonne
  • 1424-1427 Passage sous la dépendance du maréchal de Sévérac
  • 1461-1463 Passage sous la dépendance de la reine d'Anjou
  • 1465 Louis XI donne la seigneurie à sa cousine Gérautonne de Poitiers, femme de Pons de Guilhem, seigneur de Clermont Lodéve, lieutenant du roi en Languedoc.
  • 1498-1499 Louis XII donne la seigneurie à Anne de Bretagne
  • 1640-1651 La seigneurie fut vendue par Louis XIII au prince Henri II de Bourbon
  • 1651-1666 Passage sous la dépendance de Henri Arnaud de Conti
  • 1666-1666 Passage sous la dépendance de Louis Arnaud de Conti
  • 1666-1683 Passage sous la dépendance de Louis-Francois de Conti
  • 1683 Vente au comte de Provence

Raymond de Saint-Nazaire, damoiseau, figure au cartulaire de Cassenon, dans une charte de 1341. De même en 1362, Henri de Trastamarre est fait par Jean Le Bon châtelain de Saint-Nazaire, Cessenon, etc.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

En 1775, Saint-Nazaire a Marie-Antoinette Gabrielle de Carrion comme seigneuresse. Cette dernière qui se mariera le à Causses et Veyran avec le comte Augustin Marie Sauveur Marin De Spinola, souverain d'Arquate, possède également Murviel, Nizas, Tressan, Cazouls d'Hérault, Coujan, Veyran, Aumes, Mazens. Elle est également co-seigneur de Roquebrun, Vieussan, Montagnac et Aigues-Vives. En 1782 elle est envoyée aux États du Languedoc par le Parlement de Toulouse. En 1789 bien qu'ayant la possibilité de se rendre aux États Généraux pour la noblesse, elle ne jugea pas utile de s'y rendre. Devenue citoyenne Spinola, elle se retire à Paris en 1793. Elle revient à Murviel après la Terreur et meurt à Narbonne en 1798 à l'âge de 50 ans. Son mari meurt en 1816. Une de ses filles s'est mariée à monsieur de Comminges et a vendu le château de Murviel le .

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Place de la fontaine : carte postale (début XXe siècle).

Après la Révolution, Saint-Nazaire a été rattaché au canton de Murviel. Des dissidences sont apparues peu de temps après sous l'initiative de Roquebrun, qui souhaitait sortir du canton de Cessenon et devenir chef-lieu de canton avec Vieussan, Causses et Veyran et Saint-Nazaire. Ces deux dernières communes étaient d'accord avec le projet. Vente des biens du clergé en 1790 dont six maisons appartenant aux curés de Thézan et Saint-Nazaire. Jacques Cure, curé de la paroisse, a prêté serment et accepté la constitution civile du clergé, instituée par la loi du 12/7/1790.

Le , les citoyens sont invités à voler au secours de la patrie en danger. Ils doivent s'engager dans le bataillon de l'Hérault où à se rendre au camp de Soissons. Dans le canton de Murviel, Saint-Nazaire détient la palme des engagés avec 36 volontaires pour l'Armée du Var et 14 gardes nationaux sur un total de 700 habitants.

Économie[modifier | modifier le code]

Durant le XXe siècle, la principale activité du village a été la viticulture. Devant les fluctuations de ce marché et les incertitudes de cette profession, les fils et filles de viticulteurs ont préféré se retourner vers des emplois salariés. Beaucoup sont partis à travers toute la France, conservant dans le meilleur des cas la maison familiale, pour les vacances.

De la soixantaine d'exploitations existantes en 1950, il en reste moins de dix. Les commerces de proximité ont fermé les uns à la suite des autres, concurrencés par les grandes surfaces. La carrière de marbre qui occupait plus de 50 personnes en 1950 ne fonctionne plus.

Un petit essor semble cependant se de dessiner dans le domaine touristique. De nombreux gites, chambres d'hôtes et locations d'appartements, permettent chaque année un flux migratoire assez important, en saison notamment.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1947 1971 Madeleine Laissac SFIO Institutrice, députée (1951-1955)
1971 1995 René Gasc PS  
1995 2008 Marie Mas PS  
2008 2020 Jean-Louis Madalle   Retraité de l'enseignement
2020 En cours Sylvie Millau    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[21].

En 2018, la commune comptait 339 habitants[Note 5], en diminution de 4,24 % par rapport à 2013 (Hérault : +6,12 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
709722778819884914937976933
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
939941987934942879918720718
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
748687647623560587531465458
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
491465379345361331349341358
2018 - - - - - - - -
339--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Niobella fourneti - Muséum de Toulouse
  • Carrière de marbre de l'Incarnat et bleu turquin. Marbre exploité depuis l'époque romaine. Présent au château de Versailles ou à la cité du Vatican.
  • Ermitage de Saint-Étienne
  • Falaise du Landeyran
  • Site géologique du Clapassous (étalon mondial d'une séquence de l’ère primaire (conodontes))
  • Terroir viticole A.O.C Saint-Chinian.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Présentation du blason
Blason ville fr Saint-Nazaire-de-Ladarez (Hérault).svg

Les armoiries de Saint-Nazaire-de-Ladarez se blasonnent ainsi :

De vair au pairle losangé d'or et de gueules.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Madeleine Laissac, institutrice, elle fut la première femme député de France (1951-1956) pour le département de l'Hérault. Résistante de la première heure, au sein du maquis Robert, elle fut maire de la commune de 1947 à 1971. Lien Assemblée Nationale Assemblée nationale ~ Les députés, le vote de la loi, le Parlement français

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 14 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le 20 juin 2021)
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le 20 juin 2021)
  3. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le 16 octobre 2020)
  4. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le 12 juin 2021).
  5. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Occitanie », sur occitanie.chambre-agriculture.fr, (consulté le 20 juin 2021)
  6. « Station Météo-France Roquebrun - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le 20 juin 2021)
  7. « Orthodromie entre Saint-Nazaire-de-Ladarez et Roquebrun », sur fr.distance.to (consulté le 20 juin 2021).
  8. « Station Météo-France Roquebrun - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté en roquebrun).
  9. « Orthodromie entre Saint-Nazaire-de-Ladarez et Sète », sur fr.distance.to (consulté le 20 juin 2021).
  10. « Station météorologique de Sete - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 20 juin 2021)
  11. « Station météorologique de Sete - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 20 juin 2021)
  12. « Station météorologique de Sete - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 20 juin 2021)
  13. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  14. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 27 mars 2021).
  15. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  16. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  17. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  18. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 14 avril 2021)
  19. Frank R. Hamlin et abbé André Cabrol, Les noms de lieux du département de l'Hérault : Dictionnaire Topographique et Étymologique, , 415 p. (ISBN 2-904624-00-7, lire en ligne), p. 199
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Anglade et Jean-Paul Libes, « Le moulin de lau et le moulin du prieur, Saint-Nazaire-de-Ladarez (Hérault) », Les Moulins de l'Hérault, nos 26-29,‎ , p. 53-66
  • Louis Anglade, « Visites des carrières de Cessenon et Saint-Nazaire-de-Ladarez, les carrières du Minervois et le travail des carrières », Cahiers d'Arts et traditions rurales, no 20,‎ , p. 9-54
  • Jean Calais, « Présentation du journal de Louis Mailhac, procureur du Roy au lieu de Saint Nazaire de Ladarez (Hérault) », Cahiers d'Arts et traditions rurales, no 18,‎ , p. 89-185
  • José Fornells, « La serrure de Souydou », Bulletin de la Société archéologique et historique des hauts cantons de l'Hérault, no 31,‎ , p. 97-102
  • Alain Madalle, Saint-Nazaire-de-Ladarez : des origines à 1940, Saint-Nazaire-de-Ladarez, Association Histoire et Patrimoine, , 279 p.
  • Michel Scanzi et Christine Nokin, « La chapelle Saint-Jean de Calem (commune de Saint-Nazaire-de-Ladarez) : sondage », Bulletin de la Société archéologique et historique des hauts cantons de l'Hérault, no 35,‎ , p. 17-50

Fonds d'archives[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]