Pokémon Épée et Bouclier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Pokémon Épée
Pokémon Bouclier
Image illustrative de l'article Pokémon Épée et Bouclier
Logos francophones des deux jeux.

Éditeur Nintendo
The Pokémon Company
Développeur Game Freak
Distributeur Nintendo
Concepteur Junichi Masuda (producteur)
Shigeru Ōmori (réalisateur)
Kazumasa Iwao (superviseur)
James Turner (directeur artistique)
Musique Go Ichinose
Minako Adachi

Date de sortie
  • Sortie internationale 15 novembre 2019
Franchise Pokémon
Version 1.0.0
Genre Jeu de rôle
Mode de jeu Solo
1 à 4 joueurs (en ligne)
1 à 8 joueurs (en local)
Plate-forme Nintendo Switch
Média Carte de jeu
Dématérialisé (9,5 Go)
Langue Multilingue
Contrôle Joy-Con
Manette Switch Pro

Évaluation ACB : PG ?
CERO : A ?
ESRB : E ?
PEGI : 7 ?
USK : 6 ?

Site web Site officiel
Série

Pokémon Épée et Pokémon Bouclier (ポケットモンスター ソード・シールド, Poketto Monsutā Sōdo & Shīrudo?) sont deux jeux vidéo de rôle de la franchise Pokémon développés par Game Freak sous la direction de Junichi Masuda. Ils ont été annoncés officiellement le lors d'un Pokémon Direct[1]. Les jeux sont sortis mondialement le sur la Nintendo Switch[2].

Ces deux jeux de la huitième génération introduisent 81 nouveaux Pokémon, parmi lesquels de nouvelles formes régionales pour des Pokémon d'anciennes générations, nommées « formes de Galar ».

Univers[modifier | modifier le code]

Représentation schématique de Galar.

L'action de Pokémon Épée et Pokémon Bouclier se déroule dans une région fictive se nommant Galar où se mêlent campagnes, villes, forêts ou encore montagnes. Au cours de cette nouvelle aventure, les dresseurs peuvent visiter les différentes arènes de cette région, en quête du titre de Maître de la Ligue Pokémon de Galar[3].

La région de Galar s'inspire du Royaume-Uni et sa forme peut faire penser à celle de la Grande-Bretagne. Par ailleurs, de nombreuses références à la ville de Londres peuvent y être observées : une tour ressemblant à Big Ben, une grande roue semblable au London Eye, des lieux similaires à Piccadilly Circus et Trafalgar Square ou encore une arène comparable au stade de Wembley. D'autres références au Royaume-Uni peuvent être aperçues à Galar, notamment une colline rappelant le Géant de Cerne Abbas ainsi qu'un phare ressemblant à la Tour de Smeaton[4].

Cette région abrite également de nombreuses références à la révolution industrielle, que ce soit par la présence de mines, de chemins de fer ou encore de cheminées et jets de vapeur dans les décors urbains. Par ailleurs, la présence de rouages et machines à vapeur dans ces décors ainsi que leur fonctionnement tel qu'animé dans les différents extraits de la bande-annonce peut faire penser à la machine à vapeur de Watt qui est à l'origine de la révolution industrielle en Angleterre.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le protagoniste débute son aventure dans la ville de Paddoxton, dans le sud de la région de Galar. Alors qu'il regarde un combat Pokémon retransmis à la télévision de Tarak, le maître invaincu de la Ligue Pokémon, son ami et rival Nabil le rejoint afin de débuter leur voyage dans la région en quête du titre de Maître Pokémon. Avant cela, les deux dresseurs doivent chercher Tarak, qui se révèle être le frère de Nabil, à la gare de Brasswick, ville adjacente à la ville de départ.

Le joueur et son rival se voient alors attribués leur « Pokémon de départ » par Tarak, parmi Ouistempo, Flambino et Larméléon. Alors sur le point de débuter leur voyage, les deux protagonistes sont interrompus par un Moumouton s'étant introduit dans la Forêt de Sleepwood, endroit normalement interdit, qu'ils décident de sauver. Cependant, au milieu de la brume recouvrant cet endroit mystérieux, les dresseurs sont confrontés à un Pokémon mystérieux semblable à une illusion. Finalement sauvés par Tarak, le joueur et son rival se dirigent vers le laboratoire Pokémon de la ville de Brasswick pour recevoir leur Pokédex. Ce dernier leur est remis par Sonya, l'assistante et petite-fille de la professeure de la région.

La professeur Magnolia étant absente, les protagonistes se rendent chez cette dernière, dont la maison est située au bout de la Route 2, afin de lui faire part de leurs situations. Les deux dresseurs y entreprennent également un combat au terme duquel ils trouvent des Étoiles Vœux leur permettant d'obtenir un Poignet Dynamax de la part de la professeure. Ils y obtiennent également une lettre de recommandation de la part de Tarak, leur permettant alors de participer au Défi des Arènes. Ayant toutes les clés en main, ils peuvent alors se rendre à la ville de Motorby pour participer à l'inauguration du Défi des Arènes.

Les deux dresseurs se rendent alors à la gare de Brasswick afin de prendre le train, mais ils sont contraints à traverser les Terres Sauvages pour se rendre dans la première ville de leur périple. Arrivés à destination, le joueur et son rival font la connaissance de la Team Yell, venue encourager Rosemary, une jeune dresseuse participant également au Défi des Arènes. Ils y voient également Travis, un dresseur recommandé par le Président de la Ligue Pokémon, nommé Shehroz. À la suite de la cérémonie d'ouverture où sont présentés sept des huit Champions d'Arène, les dresseurs peuvent entreprendre leur Défi des Arènes.

Le joueur entame alors une quête à travers Galar, capturant des Pokémon sauvages, les entraînant et combattant avec ceux des autres dresseurs Pokémon. Au cours de ce périple, il affronte huit Champions d'Arène, auxquels il peut lancer un défi uniquement en relevant une mission choisie par ces derniers dans leurs arènes spécifiques. Ces arènes, semblables à des stades, sont réparties à Greenbury, Skifford, Motorby, Old Chister, Corrifey, Ludester, Smashings et Kickenham. Se trouvant sur des Sources d'Énergie, il y est possible d'utiliser le phénomène Dynamax.

Après avoir vaincu les huit Champions d'Arène et obtenu les huit badges, le joueur se voit attribué une médaille symbolisant sa victoire lors du Défi des Arènes. Il peut alors se rendre à Winscor afin de participer aux Poké Masters et pour avoir une chance de participer au Match Ultime contre Tarak. Pour cela, le dresseur doit participer au Tournoi des Médaillés rassemblant l'ensemble des dresseurs étant sortis vainqueurs du Défi des Arènes. Le vainqueur de ce tournoi peut alors participer au Tournoi des Champions rassemblant sept des huit Champions d'Arène de Galar. Le gagnant de ce tournoi a alors l'opportunité de lancer un défi au Maitre de la Ligue.

Cependant, tout au cours de son périple, le dresseur essayera de faire la lumière sur le phénomène Dynamax à l'aide de Sonya, cette dernière essayant de décripter l'histoire de la région de Galar afin d'obtenir de nouvelles informations. Il devra également résoudre les problèmes posés par le conglomérat Macro Cosmos, détenu par le président Shehroz, ainsi que ceux causés par les héritiers du trône de Galar, qui n'apprécient pas que leurs ancêtres aient été relégués au second plan lors des découvertes effectuées par Sonya sur l'histoire de Galar.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Système de jeu de Pokémon.

En solo[modifier | modifier le code]

Pokémon Épée et Pokémon Bouclier marquent un retour aux combats d'arènes. Les apprentis dresseurs doivent parcourir la région de Galar afin d'affronter les Champions disséminés dans des arènes aux quatre coins de cette dernière. Les combats sont considérés comme le sport régional et sont pour cette raison retransmis à la télévision. Le héros doit, au cours de chacun de ces combats, affronter un Pokémon spécial appelé « Pokémon Dynamax » qui est plus grand et plus puissant qu'à l'accoutumée[3],[5],[6].

Cette nouvelle mécanique, nommée « Dynamax », est similaire aux méga-évolutions introduites dans Pokémon X et Y et aux bracelets et capacités Z introduits dans Pokémon Soleil et Lune. Après l'avoir lancée à l'aide de son « Poignet Dynamax » (unique objet nécessaire pour bénéficier de cette mécanique), le Pokémon acquiert momentanément de nouvelles capacités, pouvant infliger de puissantes altérations de statut, qui dépendent du type des capacités déjà apprises par le Pokémon[7],[8]. Cependant, le phénomène Dynamax peut uniquement être utilisé dans des lieux spéciaux tels que les arènes. Les méga-évolutions et les capacités Z, quant à elles, ne sont pas présentes dans le jeu. Une autre mécanique, nommée « Gigamax » et dérivée du phénomène Dynamax, fait également son apparition. Cette dernière peut seulement être appliquée à quelques spécimens de Pokémon qui verront alors leur apparence changer et qui pourront utiliser une capacité Gigamax spécifique à leur espèce[9].

Au cours de son aventure, le héros (choisi entre quatre garçons et quatre filles) est épaulé par la professeure Magnolia et son assistante et petite-fille Sonya. Il peut également compter sur son Motismart - une nouvelle version du Mostima-Dex ressemblant à un téléphone portable - qu'il est possible d'utiliser pour se déplacer plus vite grâce à sa bicyclette ou encore pour se déplacer à la surface de l'eau[10]. Par ailleurs, le héros doit affronter son rival Nabil qui se révèle être le petit-frère de Tarak, le maître de la Ligue Pokémon de Galar, et par conséquent le meilleur dresseur de la région, invaincu en combat Pokémon officiel. Il devra également passer outre les manigances de la Team Yell, les méchants de la région de Galar qui supportent une dresseuse nommée Rosemary.

Pour pouvoir espérer progresser, le héros doit s'appuyer sur la capture de Pokémon qui est un mélange entre le système de capture des anciens jeux Pokémon et celui introduit avec Pokémon Go ainsi que Pokémon Let's Go, Pikachu et Let's Go, Évoli. Le dresseur peut donc engager un combat contre un Pokémon directement aperçu dans la nature, notamment en bougeant librement la caméra, être confronté à un combat aléatoire dans les hautes herbes de la région, ou alors déclencher un combat contre un Pokémon caché également dans ces hautes herbes, mais modélisé par un « ! ». En plus de pouvoir croiser des Pokémon sur les routes et dans les grottes, il peut se rendre dans un monde semi-ouvert, nommé les « Terres Sauvages », pour tenter de capturer des Pokémon différents selon sa position et la météo[11]. Cependant, le joueur peut éviter les Pokémon dans les hautes herbes en se déplaçant très lentement dans ces dernières. Par ailleurs, il a la possibilité de capturer des Pokémon d'anciennes générations possédant une forme régionale dite « forme de Galar ». Ce procédé, similaire aux « formes d'Alola » introduites dans Pokémon Soleil et Lune, permet alors à ces Pokémon de pouvoir évoluer en une espèce jamais vue dans les précédentes régions[12].

Le joueur a également la possibilité de faire progresser ses Pokémon grâce au « Poké Service ». Ce nouveau service est accessible grâce aux « Infotisma » présents dans les Centres Pokémon et permet au joueur d'envoyer ses Pokémon accomplir des missions dans des entreprises ou universités de Galar afin de leur faire acquérir de l'expérience, voire des objets rares. Cette expérience dépend de la durée de la mission ainsi que de la compatibilité du type du Pokémon avec celui de la mission[13].

En ligne[modifier | modifier le code]

L'aventure de dresseur dans la région de Galar offre au héros la possibilité de côtoyer des dresseurs du monde entier via internet grâce au Nintendo Switch Online ou alors des joueurs proches grâce à un réseau local ne nécessitant pas d'abonnement.

Grâce à la fonctionnalité « Comm-Y », le joueur peut échanger des Pokémon ou alors faire des combats en réseau facilement grâce à internet ou à une communication sans fil locale[14]. Le joueur peut également utiliser cette fonctionnalité pour participer à des « raids Dynamax », dans les Terres Sauvages, qui mettent à l'honneur les nouveaux Pokémon Dynamax. Lors de ces raids, le héros, accompagné de trois autres dresseurs (en ligne ou contrôlés par ordinateur), doit tenter de vaincre ce Pokémon pour avoir une chance de le capturer[15]. Dans de très rares cas, le joueur peut rencontrer un Pokémon capable de se gigamaxer[9] et/ou qui possède un talent caché[16]. Les Terres Sauvages abritent également des tentes appartenant à des dresseurs du monde entier, le héros ayant alors la possibilité de visiter le campement du joueur concerné afin d'interagir avec ses Pokémon ou encore pour préparer un Curry[17].

Le Comm-Y intègre également un système nommé « Échanges Magiques » et permettant de faire un échange avec un dresseur choisi aléatoirement, sans devoir attendre sur un écran de chargement. Ce dresseur peut être trouvé grâce à une connexion internet ou alors grâce à un réseau local[18]. Cette fonctionnalité permet également de s'échanger les cartes de Ligue avec d'autres joueurs[19].

Ces nouveaux opus introduisent également le « stade de combat » qui permet au joueur d'affronter d'autres dresseurs en ligne[20]. Cette fonctionnalité permet de s'affronter — en combat solo ou en combat duo — selon deux modes : les « combats classés » ou les « combats amicaux ». Les combats classés permettent de faire évoluer le joueur dans un classement mondial évoluant au rythme de ses victoires et défaites. Il affronte un autre dresseur dont le classement est proche du sien et chaque combat lui permet de gagner des points lui permettant alors de monter en rang et, par conséquent, de tenter d'atteindre le niveau le plus élevé. Les combats amicaux permettent quant à eux d'utiliser des Pokémon légendaires ou fabuleux sans les contraintes de points des combats classés. Le stade de combat propose également des compétitions officielles soumises à diverses règles ainsi que des tournois amicaux dont les contraintes dépendent des joueurs ayant créer le tournoi. Par ailleurs, le joueur a la possibilité d'utiliser lors de ses combats des « équipes d'emprunt » composées par d'autres personnes.

Développement[modifier | modifier le code]

Phase pré-annonce[modifier | modifier le code]

Junichi Masuda, producteur des deux jeux.

Le , lors du Nintendo Spotlight: E3 2017, le président de la Pokémon Company, Tsunekazu Ishihara, a annoncé qu'un RPG Pokémon était en préparation pour la Nintendo Switch[21],[22]. Cette information a par ailleurs été confirmée sur le compte Twitter officiel de Pokémon[23].

Le , lors d'une conférence de presse organisée à Tokyo par The Pokémon Company pour annoncer les jeux Pokémon Quest et Pokémon Let's Go, Pikachu et Let's Go, Évoli, Junichi Masuda a confirmé que Game Freak développait un nouveau jeu de rôle s'inscrivant dans la série principale et devant sortir fin 2019 sur la Nintendo Switch[24],[25].

Le , dans une interview donnée au magazine japonais Famitsu, Tsunekazu Ishihara a évoqué ce jeu devant sortir durant la deuxième moitié de 2019, en précisant qu'il ne « sera pas comme Let's Go, Pikachu et Let's Go, Évoli ». Il ajoute également que le jeu aura de meilleurs graphismes que tous les jeux Pokémon sortis auparavant, qu'il sera totalement nouveau et qu'il contiendra de nombreux nouveaux Pokémon[26].

Le , dans une nouvelle interview accordée par Junichi Masuda au magazine Famitsu, on apprend que le jeu prévu pour 2019 est réalisé avec l'idée que chaque joueur utilisera sa propre Nintendo Switch, afin que les gens aient la sensation de jouer à un jeu plus conventionnel. De plus, Masuda souhaite essayer de proposer la possibilité de transférer des Pokémon depuis Let's Go vers cette nouvelle génération de jeux. Cependant, le travail sur les graphismes et l'équilibrage des Pokémon est plutôt compliqué au vu de la quantité de Pokémon existants, sachant que les graphismes du jeu sont plus élaborés que ceux de Pokémon Let's Go[27].

Phase post-annonce[modifier | modifier le code]

Le (15 h heure française), les deux jeux sont officiellement annoncés lors d'un Pokémon Direct organisé pour l'occasion. La nouvelle région Galar y est présentée, tout comme les trois Pokémon de départ : Ouistempo (type Plante), Flambino (type Feu) et Larméléon (type Eau)[3]. Le trailer présenté permet également de constater le retour des apparitions aléatoires des Pokémon (contrairement aux jeux Pokémon Let's Go, Pikachu et Let's Go, Évoli) ainsi que le retour des arènes[1].

Le , à l'occasion de la parution du magazine CoroCoro du mois de mai au Japon, un concours exclusif à ce pays est lancé afin de déterminer le nom d'une nouvelle attaque de type Acier qui doit faire son apparition dans les nouveaux opus[28]. Ainsi, cette attaque, considérée comme l'attaque Acier la plus puissante du jeu, se nomme てっていこうせん (Tetteikousen?, littéralement Rayon Exhaustif) en japonais[29] et Métalaser en français.

Le (15 h heure française), un nouveau Pokémon Direct a eu lieu, en amont de l'E3 2019, afin de divulguer des nouvelles informations sur les nouveaux opus[30]. De nombreuses images de gameplay ont été présentées afin de montrer les nouvelles mécaniques du jeu ainsi que sept nouveaux Pokémon. Les Pokémon Moumouton, Tournicoton et son évolution Blancoton, Torgamord et Corvaillus ont été montrés. De plus, les « Terres Sauvages » et le « Dynamax » ont été mis en avant, tout comme les « raids Dynamax » qui permettent alors d'introduire les combats multijoueurs dans le jeu. Quelques personnages clés ont également été présentés : la professeure et son assistante, le rival du héros, le maître de la Ligue et Percy, le champion de l'arène de type Plante. Enfin, les deux Pokémon légendaires Zacian - le Pokémon Épée - et Zamazenta - le Pokémon Bouclier - ont été montrés. Les deux jeux sortiront mondialement le [5],[31].

Du au , dans le cadre de l'E3 2019, une version de démonstration des jeux est proposée aux visiteurs du salon, en compagnie d'autres jeux phares de la console tels que Luigi's Mansion 3 ou encore The Legend of Zelda: Link's Awakening[32]. Cette démonstration permet d'affronter les dresseurs ainsi que la championne de l'arène de type Eau, cette championne nommée Donna ayant été présentée lors du Nintendo Direct diffusé lors de l'E3[33]. Elle montre également deux nouveaux Pokémon, Voltoutou (type Électrik) et Grimalin (types Ténèbres et Fée)[34].

Le , toujours dans le cadre de l'E3 2019, une séquence du Nintendo Treehouse: Live E3 2019 a révélé une partie de gameplay du jeu en présence de Junichi Masuda et Shigeru Ōmori. La présence de Pokémon sauvages puissants dans les Terres Sauvages ainsi que l'outil Comm-Y permettant de lancer facilement des raids Dynamax sont montrés[35].

Plusieurs interviews accordées par Junichi Masuda et Shigeru Ōmori à Famitsu, USGamer et GameSpot au cours de l'E3 2019 confirment l'absence des méga-évolutions ainsi que des capacités Z dans les nouveaux jeux. L'absence des rencontres aléatoires de Pokémon - hormis lors de rencontres via un « ! » - est également confirmée, que ce soit dans les Terres Sauvages ou sur les routes traditionnelles. Enfin, la présence d'un mode similaire aux combats en mode Rang de Pokémon Soleil et Lune est confirmée[36],[37].

Le , une vidéo publiée sur les réseaux officiels de la licence Pokémon dévoile de nouvelles informations[38]. On y voit l'apparition de trois nouveaux Pokémon (Charmilly, Charbi et Duralugon) et l'officialisation de Voltoutou, le Pokémon de type Électrik apparu dans la version de démonstration du jeu présentée lors de l'E3 2019. Deux nouveaux champions d'arène sont également montrés, Faïza, la championne de l'arène de type Combat (exclusive à Pokémon Épée) et Alistair, le champion de l'arène de type Spectre (exclusive à Pokémon Bouclier). M. Shehroz, Président de la Ligue Pokémon de Galar, et Liv, sa secrétaire, sont également présentés. Ces personnages guideront le joueur au cours du « défi des arènes » qui a pour but de lui permettre de participer aux « Poké Masters », tournoi ayant pour enjeu un combat contre le Maître de la Ligue. Enfin, le phénomène « Gigamax », phénomène dérivé du Dynamax et modifiant la taille et l'apparence d'un Pokémon est présenté[39].

Le , une nouvelle vidéo publiée sur les réseaux de Pokémon dévoile de nouvelles informations[40],[41]. Cette bande annonce dévoile la forme de Galar pour des Pokémon d'anciennes générations (Smogogo, Zigzaton et Linéon) ainsi que deux nouveaux Pokémon, Ixon — la forme évoluée du Linéon de Galar — et Morpeko — un Pokémon disposant de deux formes grâce à son talent, lui permettant de changer le type de son attaque « Roue Libre ». Elle montre aussi deux nouveaux rivaux, Travis et Rosemary, cette dernière étant soutenue par l'équipe des méchants de Galar, la Team Yell. Le « Poké Service » — accessible via les « Infotisma » des centres Pokémon — permettant aux Pokémon de gagner de l'expérience grâce à des missions est également présenté[13].

Le , à l'occasion des Pokémon World Championships 2019, une nouvelle bande annonce est publiée afin d'apporter de nouvelles informations sur les combats de Pokémon Épée et Pokémon Bouclier[42]. Un nouveau talent de Pokémon est dévoilé, tout comme un talent caché qui peut être possédé par des Pokémon capturés lors de raids Dynamax[16]. De nouvelles attaques et de nouveaux objets affectant les talents ou statistiques des Pokémon sont également montrés. Par ailleurs, la puissance des attaques Gigamax et de leurs effets secondaires dévastateurs est mise en avant[8]. Enfin, le stade de combat permettant d'affronter des dresseurs du monde entier — en ligne — est présenté[20].

À l'occasion de la gamescon 2019 se tenant à Cologne du au , Game Freak partage de nouvelles informations sur des éléments de Galar déjà découverts[43]. Ainsi, dans une vidéo présentée par Shigeru Ōmori, réalisateur des jeux, on peut apercevoir une ville contenant le laboratoire Pokémon, une gare (service permettant de se déplacer dans Galar, en plus du service de taxi volant de Corvaillus), un centre Pokémon, un marchand de fruits et légumes ou encore un magasin de vêtements[44].

Le (h heure française), un Nintendo Direct a lieu, ce dernier divulguant de nouvelles informations sur les jeux Pokémon Épée et Pokémon Bouclier[45]. Cette bande annonce présente ainsi quatre nouveautés sur ces opus[46] : la personnalisation poussée du héros (tenue, gants, manteaux, coiffure et maquillage)[47], le « Poké Camping » permettant de jouer avec ses Pokémon pour les rendre plus forts aux combats, le Curry, — plat populaire dans la région de Galar —, pouvant être personnalisé selon les baies et les ingrédients utilisés, ainsi que deux nouveaux Pokémon, Nigosier et Polthégeist. D'autres informations ont été communiquées, comme la multitude des « saveurs » de Charmilly ou encore la possibilité de collecter des cartes de Ligue et de personnaliser la sienne[19].

Le , un nouveau Pokémon de type Combat est révélé sur le site officiel des jeux, sous forme « glitchée »[48]. Hormis son type, son poids et son talent, aucune information sur ce Pokémon n'est disponible, son image étant floutée[49]. Son identité est finalement révélée le  : il s'agit de Palarticho, forme évoluée des Canarticho de Galar et étant exclusif à Pokémon Épée. Il dispose également d'une attaque signature nommée « Joute Astrale »[50],[51].

Le , à la suite d'une visite dans les studios de Game Freak, un journaliste du magazine Game Informer publie un article contenant de nouvelles informations sur les jeux Pokémon Épée et Pokémon Bouclier[52],[53]. Ainsi, on apprend que les jeux ne comprennent plus de CS et que le partage d'expérience avec les Pokémon de l'équipe est automatique, comme ce fut le cas dans de précédents opus. Une fonctionnalité de sauvegarde automatique est également implémentée et les raids Dynamax possèdent des niveaux de difficulté variable. Enfin, le « défi des arènes » comprend deux ligues, une Ligue Majeure et une Ligue Mineure, avec un total de dix-huit arènes, — une arène par type —, disséminées à travers la région de Galar et dont l'importance varie selon la version du jeu.

Le (15 h heure française), une vidéo de 24 heures est diffusée en direct afin de montrer l'écosystème composant la Forêt de Lumirinth, un bois étrange situé au cœur de la région de Galar[54],[55]. De nombreux Pokémon déjà connus apparaissent dans cette forêt, tout comme une nouvelle forme de Galar pour Ponyta, de type Psy, exclusive à Pokémon Bouclier. Par ailleurs, ce Pokémon dispose d'un nouveau talent nommé « Voile Pastel », ce talent lui empêchant d'être empoisonné et lui permettant de soigner ses alliés du poison lorsqu'ils arrivent sur le terrain[56].

Le , une nouvelle vidéo est publiée sur les réseaux sociaux de la licence Pokémon afin de dévoiler de nouveaux détails sur les opus[57],[58]. En effet, celle-ci dévoile cinq nouvelles formes Gigamax dédiées à des Pokémon de première génération, à savoir Pikachu, Évoli, Dracaufeu, Miaouss et Papilusion. Chacun de ces Pokémon se voit doté d'une nouvelle capacité Gigamax, cette dernière remplaçant les capacités du type dominant du Pokémon et provoquant de puissantes altérations de statut aux Pokémon adverses présents au combat. Par ailleurs, il est annoncé que certains de ces Pokémon peuvent uniquement être obtenus par des méthodes spécifiques : soit en achetant le jeu dans les deux mois suivant sa sortie pour Miaouss, soit en ayant joué à Pokémon Let's Go, Pikachu ou Pokémon Let's Go, Évoli pour Pikachu et Évoli[59].

Le , de nombreux journalistes publient une preview du jeu, ces derniers ayant été conviés par The Pokémon Company, à Londres, afin de tester les quatre-vingt-dix premières minutes du jeu[60],[61],[62],[63]. Il est ainsi dévoilé que l'aventure du héros débute dans une ville se nommant Paddoxtown, ville dont est également originaire Nabil, ce dernier prenant le Pokémon de type faible par rapport à celui du joueur. La ville située au sud de la région se nomme Motorby et le héros devra traverser la Forêt de Sleepwood peu après le début de son périple. Certains Pokémon sont exclusifs aux raids Dynamax et, lors d'une victoire, chaque joueur bénéficie du Pokémon. Les Terres Sauvages abritent de nombreux dresseurs et certains Pokémon rencontrés à cet endroit peuvent arborer une aura jaune, signifiant alors que ces IV sont maximums. Il y est également possible de commercer avec un marchand pour acheter, à l'aide d'une monnaie spécifique, des CT, des ingrédients ou de l'équipement pour le Poké Camping. De plus, la météo et le cycle jour/nuit sont présents dans les jeux, tout comme les Techniques Spéciales introduites avec Pokémon Let's Go, Pikachu et Let's Go, Évoli, — les CS ne sont donc pas présentes. Enfin, le partage d'expérience ne peut pas être désactivé, contrairement à la sauvegarde automatique.

Le , une vidéo publiée sur la chaîne officielle de la franchise dévoile de nouveaux objets et fonctionnalités pour les jeux[64]. Trois objets sont présentés : les aromates, permettant de changer les effets de la nature d'un Pokémon, les boissons nutritives, augmentant les points de base d'un Pokémon (sans limite d'utilisation), ainsi que les bonbons exp., montant l'expérience d'un Pokémon. Trois fonctionnalités sont également dévoilées : les capacités œuf peuvent se transmettre entre Pokémon de la même espèce, les boîtes PC sont accessibles depuis de nombreux endroits et il est désormais possible de renommer un Pokémon échangé sans surnom[65],[66].

Le , une dernière bande annonce est dévoilée pour les deux opus[67]. En plus de montrer de nouvelles images de gameplay, cette dernière dévoile deux nouveaux Pokémon, toutefois sans les nommer. Ces deux Pokémon se révéleront être M. Glaquette, l'évolution du M. Mime de Galar, ainsi que la forme de Galar de Tutankafer.

Phase post-sortie[modifier | modifier le code]

Le , les réseaux officiels de la licence Pokémon dévoilent une nouvelle bande annonce pour les jeux[68]. Cette dernière dévoile les évolutions intermédiaires et finales des trois Pokémon de départ : Badabouin et Gorythmic pour Ouistempo, Lapyro et Pyrobut pour Flambino puis Arrozard et Lézargus Larméléon. Elle dévoile également quelques éléments sur Zacian et Zamazenta, les Pokémon légendaires de la région, à savoir leurs types et leur talent. Ils bénéficient également d'une capacité spécifique capable d'infliger plus de dégâts aux Pokémon Dynamax. Enfin, la bande annonce dévoile la forme Gigamax de Ronflex, une forme pouvant être obtenue uniquement durant une courte période[69],[70].

Accueil[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues
Presse papier
Média Note
Game Informer (US) 8,75 / 10[71]
Presse numérique
Média Note
Gameblog (FR) 7 / 10[72]
GameSpot (US) 9 / 10[73]
GamesRadar+ (US) 4,5 / 5[74]
IGN (US) 9,3 / 10[75]
Jeuxvideo.com (FR) 16 / 20[76]
Nintendo Life (US) 8/10 étoiles[77]
Agrégateurs de notes
Média Note
GameRankings 83,50 %[78]
(10 critiques)
Metacritic 81 / 100[79]
(45 critiques)

Critique[modifier | modifier le code]

À leur sortie, les jeux reçoivent globalement des critiques favorables selon l'agrégateur de notes Metacritic[79]. Ces critiques ont loué la simplicité des jeux, l'ajout de nouveaux éléments tels que le Dynamax, ainsi que les processus de rencontres de Pokémon simplifiés. Cependant, elles ont désapprouvé le Pokédex incomplet ainsi que le fait que l'ensemble de son potentiel n'est pas développé dans les jeux.

Les journalistes de jeuxvideo.com et Gameblog notent que, malgré la grande nouveauté des Terres Sauvages, les jeux n'offrent pas de renouvellement majeur par rapport aux précédents opus, ni de réelles difficultés[72],[76]. Kaaraj annonce ainsi, pour jeuxvideo.com, que les jeux proposent « un manque de renouvellement structurel qui s’accompagne en plus d’un rythme presque trop soutenu sur la quête des 8 badges, qui rend cette séquence très expéditive ». En effet, « en voulant se montrer accessible à tout prix » sur la console familiale qu'est la Nintendo Switch, les développeurs ont fait que « les zones reliant les villes sont très linéaires et s’explorent rapidement et facilement ». Ainsi, les jeux « manquent énormément de challenge, y compris sur les séquences de fin de jeu ». Des problèmes de performance sont également au rendez-vous, notamment avec « le clipping, via l’apparition de Pokémon et de personnages » ou encore l'aliasing.

Brian Shea de Game Informer a, quant à lui, également salué la fonctionnalité Dynamax pour son style de jeu, son identité visuelle ainsi que son utilisation non poussée à l'outrance, en écrivant notamment que « même si le phénomène Dynamax a la possibilité de perturber le déroulement de toute bataille, il n'impacte pas l'ensemble des rencontres, dans la mesure où il peut seulement être utilisé dans les arènes ou d'autres situations spécifiques »[71]. Kallie Plagge, la journaliste de GameSpot, a loué aux jeux leurs systèmes faciles à comprendre ainsi que pour leur sensation de liberté : « Vous n'êtes pas retenu par des systèmes trop compliqués ni par des obstacles à franchir. Dès le départ, vous pouvez commencez à errer dans la région de Galar, à découvrir ses nouveaux Pokémon et essayer ses nouvelles stratégies de combat, même sans grande expérience. »[73].

À l’inverse, sur son article pour Eurogamer, Chris Tapsell a critiqué les jeux, affirmant qu’ils manquaient de substance et ne correspondaient pas aux titres précédents de la série. Il a ainsi écrit dans ce sens qu'« il s’agit d’une nouvelle génération de jeux Pokémon qui promet beaucoup, avec de nouveaux Pokémon géniaux, une pléiade de systèmes complexes pour les fans de longue date et un premier essai pour la série d'une zone en « monde ouvert ». Cependant, toutes ces nouveautés semblent avoir eu un coût, et le coût correspond à presque tout le reste du jeu. »[80].

Mécontentement sur le Pokédex[modifier | modifier le code]

Le , lors de la présentation du gameplay des jeux Pokémon Épée et Pokémon Bouclier lors du Nintendo Treehouse organisé dans le cadre de l'E3 2019, Junichi Masuda, le producteur du jeu, annonce que tous les Pokémon transférés via le service Pokémon Home ne seront pas utilisables dans ces opus. Il a expliqué vouloir rendre les Pokémon disponibles dans ces nouveaux jeux plus « expressifs » mais que le nombre total d'espèces combiné à la création de nouveaux graphismes pour les Pokémon Dynamaxés, l'équilibrage, et le maintien du degré de qualité rendaient impossible l'inclusion de tous les Pokémon sans allonger considérablement le temps de développement. De ce fait, seuls les Pokémon apparaissant dans la région de Galar seront transférables depuis les précédents opus via le Pokémon Home[81],[82].

Cette annonce est très mal accueillie par la communauté qui lance alors des hashtags (tel que « #BringBackNationalDex », littéralement « Ramener le Pokédex National ») ou encore des pétitions pour tenter de faire changer d'avis les développeurs. Ce mécontentement est également affiché avec l'omniprésence d'avis négatifs sur la vidéo YouTube du gameplay du jeu diffusé lors du Nintendo Treehouse, endroit où cette information a été annoncée[83],[84],[85],[86].

Le , suite aux nombreuses réactions provoquées par l'annonce, Junichi Masuda publie un communiqué sur le site officiel de la licence Pokémon afin d'apporter plus de précisions sur sa décision[87]. Il indique ainsi que les Pokémon non présents dans les nouveaux opus pourront tout de même revenir dans les prochains jeux[88],[89].

Ventes[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, les jeux se sont vendus à 2 millions d'exemplaires sur les deux jours suivants leur sortie, faisant alors d'eux le plus gros lancement pour un jeu de la franchise dans le pays[90].
Au Japon, sur les trois jours suivants leur sortie, les deux jeux se sont vendus à 1,36 million d'exemplaires, incluant uniquement les ventes des copies physiques et des cartes de téléchargement (édition limitée comprise)[91],[92],[93]. Les jeux réalisent alors le plus gros lancement d'un jeu sur Nintendo Switch, dépassant de plus de 130 000 exemplaires le jeu Super Smash Bros. Ultimate sur la même période.

Le , soit quelques jours après leur sortie, Nintendo annonce que les jeux se sont vendus a plus de 6 millions d'exemplaires, que ce soit en copies physiques ou en dématérialisé, faisant alors d'eux les titres s'étant vendus le plus rapidement sur la console, dépassant une nouvelle fois Super Smash Bros. Ultimate[94],[95]. Les jeux ont également atteint les 2 millions d'exemplaires vendus au Japon[90].

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • Pour la première fois dans la série principale, l'accès au Maître de la Ligue Pokémon de Galar ne se fait pas en battant un Conseil des 4, comme ce fut le cas dans les précédentes régions.
  • Une musique post-game du jeu a été composée par Toby Fox, développeur des jeux Undertale et Deltarune[96].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Nintendo France, « Pokémon Direct du 27 février 2019 », sur YouTube, (consulté le 27 février 2019)
  2. « Pokémon Épée et Pokémon Bouclier dévoilés officiellement sur Nintendo Switch ! », sur Pokékalos, (consulté le 1er mars 2019)
  3. a b et c « Site officiel de Pokémon Épée et Pokémon Bouclier », sur Pokémon.com (consulté le 27 février 2019)
  4. « La région de Galar », sur Pokébip (consulté le 17 août 2019)
  5. a et b Nintendo France, « Pokémon Direct du 5 juin 2019 », sur YouTube, (consulté le 5 juin 2019)
  6. « Pokémon Épée et Bouclier : Toutes les annonces du Pokémon Direct », sur Pokébip, (consulté le 6 juin 2019)
  7. « Les Pokémon géants : le phénomène Dynamax », sur Pokémon.com (consulté le 8 juillet 2019)
  8. a et b « Découvrez des nouveautés qui ajouteront du piquant à vos combats », sur Pokémon.com (consulté le 16 août 2019)
  9. a et b « Le phénomène Gigamax change la taille et l'apparence d'un Pokémon ! », sur Pokémon.com (consulté le 8 juillet 2019)
  10. « Le Pokédex et le Motismart », sur Pokémon.com (consulté le 8 juillet 2019)
  11. « Découvrez la nature magnifique des Terres Sauvages ! », sur Pokémon.com (consulté le 8 juillet 2019)
  12. « Ixon », sur Pokémon.com (consulté le 7 août 2019)
  13. a et b « Poké Service », sur Pokémon.com (consulté le 7 août 2019)
  14. « Comment se lancer dans un raid Dynamax », sur Pokémon.com (consulté le 16 août 2019)
  15. « Participez à des raids Dynamax avec d'autres joueurs ! », sur Pokémon.com (consulté le 8 juillet 2019)
  16. a et b « Attrapez des Pokémon dotés d'un talent caché grâce aux raids Dynamax ! », sur Pokémon.com (consulté le 16 août 2019)
  17. « Jouez avec vos Pokémon grâce au Poké Camping », sur Pokémon.com (consulté le 5 septembre 2019)
  18. « Avec les Échanges Magiques, échanger des Pokémon n'a jamais été aussi simple ! », sur Pokémon.com (consulté le 5 septembre 2019)
  19. a et b « Créez votre propre carte de Ligue », sur Pokémon.com (consulté le 5 septembre 2019)
  20. a et b « Le stade de combat », sur Pokémon.com (consulté le 16 août 2019)
  21. « Pokémon 2019 sur Nintendo Switch : date de sortie, gameplay, tout ce que l’on sait », sur PaperGeek, (consulté le 27 février 2019)
  22. (en) GameSpot, « Nintendo Spotlight: E3 2017 », sur YouTube, (consulté le 27 février 2019)
  23. « Pokémon Switch : Tout ce que nous savons sur le jeu ! », sur Pokébip, (consulté le 27 février 2019)
  24. « [EDIT] Un nouveau jeu principal pour Nintendo Switch annoncé », sur Pokébip, (consulté le 27 février 2019)
  25. La chaîne officielle Pokémon en français, « Conférence de presse jeux vidéo Pokémon 2018 », sur YouTube, (consulté le 27 février 2019)
  26. « La 8ème génération se précise ! », sur Pokébip, (consulté le 28 février 2019)
  27. « Nouvelles infos sur Pokémon Let's Go et Pokémon 2019 dans le magazine Famitsu », sur Pokébip, (consulté le 28 février 2019)
  28. « Une nouvelle attaque pour Pokémon Épée et Bouclier dans le Corocoro de mai ! », sur Pokébip, (consulté le 18 avril 2019)
  29. « Pokémon Épée et Bouclier : l'attaque originale de type Acier se trouve un nom et se montre en vidéo », sur Gamergen, (consulté le 17 août 2019)
  30. Nintendo France, « Connectez-vous le 5 juin à 15h pour suivre un nouveau #PokemonDirect... », sur Twitter (@NintendoFrance), (consulté le 27 mai 2019)
  31. « Pokémon Épée et Bouclier : Légendaires, nouveaux Pokémon, nouveaux personnages et découverte de Galar », sur Pokékalos, (consulté le 5 juin 2019)
  32. (en) Nintendo of America, « Don’t miss your chance to play #LuigisMansion 3, #PokemonSwordShield & more... », sur Twitter (@NintendoAmerica), (consulté le 6 juin 2019)
  33. « Épée et Bouclier : Un nouveau champion d'arène dévoilé à l'E3 ! », sur Pokébip, (consulté le 11 juin 2019)
  34. « [EDIT] 2 nouveaux Pokémon découverts dans la démo de Pokémon Épée et Bouclier ! », sur Pokébip, (consulté le 11 juin 2019)
  35. « Épée et Bouclier : Résumé des informations du Treehouse », sur Pokébip, (consulté le 11 juin 2019)
  36. « Nouveaux détails sur Pokémon Épée et Bouclier », sur Pokébip, (consulté le 15 juin 2019)
  37. Alexandre Samson, « E3 2019 : Pokémon Épée et Bouclier, dites adieux aux Méga-Évolutions et Capacités Z, un point sur le contenu jusqu'à présent », sur Gamergen, (consulté le 16 juin 2019)
  38. La chaîne officielle Pokémon en français, « Préparez-vous à gigamaxer dans Pokémon Épée et Pokémon Bouclier ! ⚔️🛡️ », sur YouTube,‎ (consulté le 8 juillet 2019)
  39. Clementoss, « Pokémon Épée / Bouclier : le phénomène Gigamax et quatre nouveaux Pokémon présentés », sur jeuxvideo.com, (consulté le 8 juillet 2019)
  40. La chaîne officielle Pokémon en français, « Une nouvelle Team et de nouveaux rivaux font leur apparition dans Pokémon Épée et Pokémon Bouclier ! », sur YouTube, (consulté le 7 août 2019)
  41. Clementoss, « Pokémon Épée / Bouclier : formes de Galar, Team Yell, Poké Service... un nouveau trailer diffusé », sur jeuxvideo.com, (consulté le 20 août 2019)
  42. La chaîne officielle Pokémon en français, « Préparez-vous pour les combats de Pokémon Épée et Pokémon Bouclier ! ⚔️🛡️ », sur YouTube,‎ (consulté le 16 août 2019)
  43. (en) Pokémon, « There’s a lot to explore in the region of Galar [...] We’ll be sharing some more facts [...] over the next few days... », sur Twitter (@Pokemon), (consulté le 20 août 2019)
  44. Nintendo France, « Un message de Shigeru Ohmori de GAME FREAK - Pokémon Épée et Pokémon Bouclier (gamescom 2019) », sur YouTube, (consulté le 20 août 2019)
  45. Nintendo France, « Nintendo Direct du 5 septembre 2019 », sur YouTube, (consulté le 5 septembre 2019)
  46. La chaîne officielle Pokémon en français, « Sortez votre tente dans Pokémon Épée et Pokémon Bouclier ! », sur YouTube, (consulté le 5 septembre 2019)
  47. « Restez à la pointe de la mode pendant toute l'aventure ! », sur Pokémon.com (consulté le 5 septembre 2019)
  48. « Pokémon Épée et Pokémon Bouclier | ??? », sur Pokémon.com (consulté le 14 septembre 2019)
  49. « Un nouveau Pokémon teasé sur le site officiel », sur Pokébip, (consulté le 14 septembre 2019)
  50. La chaîne officielle Pokémon en français, « Rencontrez Palarticho dans Pokémon Épée ! », sur YouTube, (consulté le 18 septembre 2019)
  51. « Palarticho », sur Pokémon.com, (consulté le 18 septembre 2019)
  52. « De nouveaux détails sur Pokémon Épée et Bouclier », sur Pokébip, (consulté le 2 octobre 2019)
  53. (en) Ben Hanson, « 101 Rapid-Fire Questions About Pokémon Sword And Shield », sur Game Informer, (consulté le 2 octobre 2019)
  54. Pokémon France, « ...La semaine prochaine, elle diffusera en direct des images de la Forêt de Lumirinth, une zone de Galar, pour en observer les activités... », sur Twitter (@PokemonFR), (consulté le 27 septembre 2019)
  55. « Galar en direct », sur Pokémon.com, (consulté le 27 septembre 2019)
  56. « Ponyta de Galar », sur Pokémon.com (consulté le 9 octobre 2019)
  57. Pokémon France, « 🚨 Nouvelles découvertes sur Galar 🚨 Levez la main si vous êtes prêts à recevoir de nouvelles infos sur #PokemonEpeeBouclier... », sur Twitter (@PokemonFR),‎ (consulté le 15 octobre 2019)
  58. La chaîne officielle Pokémon en français, « L E S P O K É M O N G I G A M A X débarquent dans Pokémon Épée et Pokémon Bouclier ! », sur YouTube, (consulté le 16 octobre 2019)
  59. « Certains Pokémon Gigamax ne peuvent être obtenus que par des méthodes spécifiques », sur Pokémon.com, (consulté le 16 octobre 2019)
  60. « Pokémon Épée et Bouclier : Informations des previews », sur Pokébip, (consulté le 18 octobre 2019)
  61. Kaaraj, « Preview : Pokémon Épée et Bouclier : De bonnes idées, mais un épisode trop classique ? », sur jeuxvideo.com, (consulté le 18 octobre 2019)
  62. (en) Janet Garcia, « Pokemon Sword and Shield: The Final Preview of the Series's Most Ambitious Game », sur IGN, (consulté le 18 octobre 2019)
  63. (en) Samuel Horti, « Pokemon Sword and Shield preview: Instantly familiar battling with a few very British twists », sur GamesRadar, (consulté le 18 octobre 2019)
  64. La chaîne officielle Pokémon en français, « Des objets et fonctionnalités de Pokémon Épée et Pokémon Bouclier ! ⚔️🛡️ », sur YouTube,‎ (consulté le 6 novembre 2019)
  65. « De nombreux objets inédits et de nouvelles fonctionnalités pour renforcer vos Pokémon ! », sur Pokémon.com, (consulté le 6 novembre 2019)
  66. « Des fonctionnalités utiles pour vous aider au cours de votre aventure ! », sur Pokémon.com, (consulté le 6 novembre 2019)
  67. La chaîne officielle Pokémon en français, « Récapitulatif des découvertes sur Galar | #PokemonEpeeBouclier ⚔️🛡️ », sur YouTube,‎ (consulté le 11 novembre 2019)
  68. La chaîne officielle Pokémon en français, « Des Pokémon connus évoluent dans Pokémon Épée et Pokémon Bouclier ! ⚔️🛡️ », sur YouTube,‎ (consulté le 27 novembre 2019)
  69. Clementoss, « Pokémon Épée / Bouclier : Ronflex Gigamax apparaîtra bientôt dans les raids », sur jeuxvideo.com, (consulté le 27 novembre 2019)
  70. « Défiez le Ronflex Gigamax pendant les raids Dynamax ! », sur Pokémon.com, (consulté le 27 novembre 2019)
  71. a et b (en) Brian Shea, « Pokémon Sword & Shield Review – Maxing Out The Pokémon Formula », sur Game Informer, (consulté le 13 novembre 2019)
  72. a et b Julien Inverno, « TEST de Pokémon Épée / Bouclier : Nouvelle génération, nouvelle dimension ? », sur Gameblog, (consulté le 13 novembre 2019)
  73. a et b (en) Kallie Plagge, « Pokemon Sword & Shield Review - Go Big Or Go Home », sur GameSpot, (consulté le 13 novembre 2019)
  74. (en) Sam Loveridge, « Pokemon Sword and Shield Review: "A Pokemon game for a new generation" », sur GamesRadar+, (consulté le 13 novembre 2019)
  75. (en) Casey DeFreitas, « Pokemon Sword and Shield Review », sur IGN, (consulté le 13 novembre 2019)
  76. a et b Kaaraj, « Test : Pokémon Épée et Bouclier : Une aventure plaisante, mais peu dépaysante », sur jeuxvideo.com, (consulté le 13 novembre 2019)
  77. (en) Alex Olney, « Pokemon Sword and Shield Review (Switch) », sur Nintendo Life, (consulté le 13 novembre 2019)
  78. (en) « Pokemon Sword / Shield Dual Pack », sur GameRankings (consulté le 13 novembre 2019)
  79. a et b (en) « Pokemon Sword », sur Metacritic (consulté le 13 novembre 2019)
  80. (en) Chris Tapsell, « Pokémon Sword and Shield review - a shadow of a former great », sur Eurogamer, (consulté le 24 novembre 2019)
  81. « Pokémon Épée et Bouclier : Résumé du Nintendo Treehouse 2019 », sur Pokékalos, (consulté le 13 juin 2019)
  82. Clementoss, « E3 2019 : Pokémon Épée / Bouclier - tous les Pokémon ne pourront pas être transférés via Pokémon HOME », sur jeuxvideo.com, (consulté le 16 juin 2019)
  83. (en) Nintendo, « Pokémon Sword and Pokémon Shield Gameplay - Nintendo Treehouse: Live | E3 2019 », sur YouTube, (consulté le 15 juin 2019)
  84. « Le "drame" du Pokédex National », sur Pokébip, (consulté le 15 juin 2019)
  85. « Pokémon Épée Bouclier : Pourquoi la communauté est-elle si mécontente ? », sur Millenium (consulté le 14 juin 2019)
  86. (en) Patricia Hernandez, « Why Pokémon Sword and Shield’s limited Pokédex is such a huge deal to fans », sur Polygon, (consulté le 16 juin 2019)
  87. (en) « A Message for Pokémon Video Game Fans », sur Pokémon.com, (consulté le 30 juin 2019)
  88. MalloDelic, « Pokémon Epée / Bouclier : Masuda s'exprime à nouveau sur le pokédex », sur jeuxvideo.com, (consulté le 30 juin 2019)
  89. « Pokémon Épée et Bouclier : place à Palarticho, évolution de Canarticho », sur pokekalos.fr, (consulté le 21 septembre 2019)
  90. a et b (en) Sal Romano, « Pokemon Sword and Shield first week sales top six million [Update] », sur Gematsu, (consulté le 24 novembre 2019)
  91. Clementoss, « Pokémon Épée / Bouclier réalise le plus gros lancement d'un jeu Switch au Japon », sur jeuxvideo.com, (consulté le 24 novembre 2019)
  92. (en) Sal Romano, « Pokemon Sword and Shield sold 1.36 million retail copies in first three days in Japan », sur Gematsu, (consulté le 24 novembre 2019)
  93. (en) Sal Romano, « Famitsu Sales: 11/11/19 – 11/17/19 [Update] », sur Gematsu, (consulté le 24 novembre 2019)
  94. (en) Nintendo of America, « Thank you, Trainers! #PokemonSwordShield have been sold 6 million times around the world and are the fastest-selling #NintendoSwitch games of all time! », sur Twitter (@NintendoAmerica), (consulté le 24 novembre 2019)
  95. Tiraxa, « Pokémon Épée / Bouclier : Six millions de copies écoulées la première semaine », sur jeuxvideo.com, (consulté le 24 novembre 2019)
  96. daFrans, « Pokémon Épée / Bouclier : Toby Fox (Undertale) a composé un morceau de l'OST », sur jeuxvideo.com, (consulté le 27 novembre 2019)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]