Nintendo Switch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Nintendo Switch Online)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Switch.
Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Nintendo Switch
Image illustrative de l'article Nintendo Switch
Image illustrative de l’article Nintendo Switch
Une console Nintendo Switch.

Fabricant Nintendo
Type Console de jeux vidéo hybride

Date de sortie
Système d'exploitation Horizon OS (développé par Nintendo)
SoC Nvidia Tegra X1 custom
Processeur Octa-core (4xARM Cortex-A57 & 4xARM Cortex-A53) @ 1020 MHz
Processeur graphique 256 cœurs NVIDIA Tegra @ 768 MHz Maxwell
Mémoire interne 4 GB LPDDR4
Espace de stockage 32 Go (29,80 Gio) de mémoire flash interne
Carte microSDXC (jusqu'à 2 To) (1,82 Tio)
Média Carte de jeu
Dématérialisé
Contrôleurs Manette Pro
Joy-con
Volant Joy-con
Support Joy-con
Manette GameCube (avec un adaptateur Wii U)
Alimentation Batterie Li-Ion de 4310 mAh, entre 3 et 6 heures d'autonomie
Service en ligne Nintendo eShop
Nintendo Network
Nintendo Switch Online
Unités vendues Chiffres au 30 septembre 2018[2]
  • Sortie internationale 22,86 millions, dont
  • Japon 5 millions[3]
  • États-Unis Canada 4,8 millions[4]
  • France 1 million[5]
  • Flag of the United Kingdom.svg 700 000[6]
  • Allemagne 600 000[7]
Jeu le plus vendu Super Mario Odyssey (12,17 millions[8])

La Nintendo Switch (ニンテンドースイッチ, Nintendō Suitchi?) est une console de jeux vidéo produite par Nintendo depuis le 2017. Il s'agit de la première console hybride commercialisée sur le marché[9], pouvant aussi bien faire office de console de salon que de console portable. Annoncée le au cours d'une conférence de presse et présentée officiellement le , elle est sortie mondialement le .

Histoire[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Logotype non officiel de la console sous son nom de code Nintendo NX apparaissant dans une bande-annonce du jeu RISE: Race the Future.

La console est annoncée sous le nom de code Nintendo NX par Satoru Iwata le lors d'une conférence de presse annonçant un partenariat entre Nintendo et DeNA[10],[11]. Selon Satoru Iwata, il s'agit d'une nouvelle console qui ne sera pas un simple remplacement de la Wii U[12], mais qui sera une console de salon[13], la firme envisageant également un dézonage de la machine[14].

Début , une rumeur apparue pour la première fois dans le magazine économique Nikkei, affirme que cette nouvelle console se fondera sur le système d'exploitation Android afin d'attirer plus de développeurs[15],[16], mais elle est rapidement démentie le lendemain par Satoru Iwata[17],[18].

La console, connue alors sous le nom de code Nintendo NX, aurait été présentée à des développeurs tiers lors de l'E3 2015[19].

Avant toute annonce de Nintendo, une rumeur s'est diffusée dans la presse spécialisée, prédisant qu'AMD — qui a déjà travaillé avec la firme japonaise pour la conception de la Wii U[20] — pourrait fournir le processeur de la Nintendo NX. Cette rumeur est partie d'une phrase de Lisa Su, la présidente directrice générale de la société, qui évoquait « un troisième contrat de puces semi-custom capable de générer des milliards »[21].

Début , Nintendo commence à délivrer des kits de développement à certains développeurs. Le prix du kit de développement pour cette console est de 416 $, ce qui est nettement moins que pour la PlayStation 4, au prix de 2 500 $. D'après ceux-ci, la console serait « hybride », et disposerait d'une "mablette" (contraction de manette et tablette) capable de fonctionner sans la console[22].

En , Nintendo annonce la sortie de la console pour , ainsi que la sortie du jeu The Legend of Zelda: Breath of the Wild sur cette console, en plus de la version Wii U[23],[24]. Selon Gameblog, la console aurait dû sortir en , des divergences internes à Nintendo ayant supposément donné lieu à un report[25].

Le , le président de The Pokémon Company Tsunekazu Ishihara annonce que Nintendo essaie de redéfinir le concept de console de salon et console portable[26].

Une présentation vidéo diffusée le à 16 h UTC+2[27] annonce les premiers détails concrets au sujet de la console, en tant « qu'avant goût des informations qui seront révélées ultérieurement »[28]. Cette vidéo confirme la modularité de la console de salon, transformable en console portable, la présence de manettes de jeu détachables, et dévoile également le nom officiel, Nintendo Switch[29].[réf. insuffisante]

Le , le président de Nintendo Tatsumi Kimishima annonce qu'une présentation vidéo prévue pour le révélera de nombreux détails concernant la console, incluant la date exacte de sortie et les jeux en développement[30]. Le , Nintendo précise que la diffusion aura lieu à h CET[31].

Durant cette présentation organisée en direct à Tokyo, Nintendo officialise la date de sortie pour le , et le prix de la console de 29 980 yens au Japon et 299,99 dollars en Amérique du Nord, sans annoncer un prix défini pour l'Europe[32]. Le site japonais Fomalhaut Techno Solutions estime que le coût de production de la console au moment de sa sortie est de 257 dollars[33]. Quelques heures après cette présentation, Nintendo organise un Nintendo Treehouse consacré à la présentation des futurs jeux de la console.

En 2018, des hackers réussissent à transformer la Nintendo Switch en tablette Linux[34].

Communication et marketing[modifier | modifier le code]

Photo de la façade du Grand Palais aux couleurs de la Nintendo Switch
L'événement Nintendo Switch, organisé par Nintendo France au Grand Palais du 13 au 15 janvier 2017.

Dans les jours suivant la présentation du 13 janvier 2017, Nintendo débute une campagne d’événements à travers le monde destinés à promouvoir la console et à permettre au grand public de la tester[35]. Dans les villes où sont organisés les événements, on peut noter New York, Tokyo, Paris, Washington, Angoulême, Toronto, Berlin ou bien encore Los Angeles. Parmi les jeux testables, on notera des jeux Nintendo comme The Legend of Zelda: Breath of the Wild, Splatoon 2, 1 2 Switch ou bien encore ARMS. Du côté des jeux tiers, on pouvait compter Disgaea 5, Super Bomberman R, Just Dance 2017, Has Been Heroes, Sonic Mania ainsi que Skylanders: Imaginators. La console est également présentée dans plusieurs salons dont la PAX South de San Antonio fin janvier, la PAX East de Boston en février, le SXSW tenu à Houston et la convention RTX à Sydney en Australie en février.

Tout au long du mois de janvier 2017, les distributeurs se feront la guerre sur le prix de la console et sur la mise à disposition de certaines offres promotionnelles. Cela mènera à une lutte pour le prix le plus bas, notamment en France où les prix baisseront pendant plusieurs semaines avant d'atteindre fin janvier le plancher des 299 [36], bien loin donc du prix de base de 349  annoncé par plusieurs distributeurs le 13 janvier[37].

À partir de fin janvier, Nintendo lance la campagne de communication autour de la console par la parution de nombreuses publicités et annonce notamment la présence d'un spot publicitaire promouvant la console pendant le Super Bowl LI et diffusé à l'occasion de la quatrième mi-temps du match, un spot estimé à 5 millions de dollars pour 30 secondes[38]. Dans le même laps de temps, la communication s'intensifie en Europe et de premiers spots publicitaires sur la console et les jeux présents sur la console passent à la télévision. Philippe Lavoué, directeur général de Nintendo France, déclarera notamment aux journalistes du Figaro que la publicité « ne va pas tout faire » et qu'une campagne de démonstration en magasin et dans les centres commerciaux a débuté en avril 2017[39].

Matériel[modifier | modifier le code]

Console[modifier | modifier le code]

La Nintendo Switch est composée de plusieurs parties : une tablette à laquelle peuvent être connectés deux Joy-con (manettes amovibles), une manette classique non incluse (le Pro-controller) et une station d'accueil pour ranger la tablette afin de la recharger et d'afficher l'image sur un téléviseur[40].

Les manettes Joy-Con, séparées.

Elle présente deux modes de fonctionnement. Elle peut fonctionner telle une console de salon, emboîtée dans sa station d'accueil. Le joueur utilise alors le Pro Controller, ou bien les deux Joy-con (Joy-con L et Joy-con R) qui peuvent se rassembler au moyen du Joy-con Grip pour former une manette plus classique; ceux-ci sont dotés de vibrations HD qui permettent d'améliorer la perception de certains effets (sensation de présence d'un objet dans la manette, d'un liquide qui coule, etc) ainsi que d'un capteur infrarouge capable de détecter des formes ou des objets. Elle peut également être utilisée comme une console portable, avec les deux Joy-con connectés à la tablette ou bien détachés pour jouer seul, avec un Joy-con par main ou bien à plusieurs avec un Joy-con par personne. Il existe plusieurs types de couleurs pour les Joy-Cons, qui sont généralement propre à un jeu particulier[41],[42],[43]

La console lit des jeux sous format cartouche, appelée carte de jeu, ce qui n'était pas le cas des précédentes consoles de salon de Nintendo depuis la Nintendo 64 — le disque optique ayant été privilégié par la suite —, ou encore sous format dématérialisé[29]. La console est compatible avec les figurines amiibo[44].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

La console est équipée d'une puce Nvidia Tegra personnalisée, « fondée sur la même architecture que les cartes graphiques GeForce »[45]. Nvidia propose également une nouvelle interface de programmation appelée NVN[46]. L'écran de la tablette est un écran capacitif de 6,2" IPS - HD (720p). L'écran n'est pas en verre mais en plastique. L'avantage réside dans la résistance, la console visant également les plus jeunes.

Les mentions légales dans les paramètres de la console faisant référence à FreeBSD[47], des rumeurs sur le système d'exploitation utilisé par la Nintendo Switch ont commencé à circuler disant que le système d'exploitation de la console serait FreeBSD[48], mais selon certaines sources tierces qui ont été au-delà des limites permises par Nintendo, la Nintendo Switch utiliserait un système d'exploitation propriétaire presque identique à celui de la Nintendo 3DS[49].

La Nintendo Switch dispose d'un connecteur USB Type-C[50] et d'une prise jack. Le connecteur USB Type-C permet d'afficher l'image (exploitée par le dock) ainsi que de recharger la console (dans le dock ou avec une batterie externe).

Le socle quant à lui possède une connectique USB Type-C pour connecter la console, mais aussi 3 prises USB Type-A (2 prises USB 2.0 sur le côté gauche et une prise USB 3.0 à l'arrière (cette dernière prend en charge les cartes réseau USB, pour une connexion internet filaire), une prise HDMI pour la connexion au téléviseur et une prise d’alimentation (USB Type-C) pour la recharge de la console et l’alimentation du socle[51].

La console embarque aussi du Bluetooth. Le sans fil est une connectivité chère à Nintendo et déjà plusieurs fois mise en œuvre (la série Nintendo DS, les télécommandes Wii et les consoles de la série Wii), mais qui permettrait cette fois des connexions à des appareils compatibles autres que les appareils de sa marque. Le Bluetooth sert aussi à ajouter des amis, utilisateurs de Nintendo Switch (en remplacement des codes ami) et à jouer en multijoueur local. La console dispose aussi du NFC. Elle embarque également le Wi-Fi pour l’accès au Nintendo eShop et au jeu en ligne[51].

Accessoires[modifier | modifier le code]

Nintendo Labo[modifier | modifier le code]

Le , Nintendo présente Nintendo Labo[52], une gamme d'accessoires à assembler soi-même, compatibles avec la Nintendo Switch. Surnommés Toy-Con, ils sont fabriqués à base de carton, et peuvent se présenter sous la forme d'un piano, d'une maison ou encore d'une canne à pêche, pouvant être synchronisés à un jeu. Les Toy-Con utilisent les capacités intégrées des Joy-Con, comme le gyroscope ou le capteur infrarouge, pour fonctionner[53]. Les accessoires Nintendo Labo sont sortis le [54]. Trois kits sont disponibles : le premier, nommé le Multi-Kit[55], contient cinq Toy-Con différents : deux voitures téléguidés, une canne à pêche, une maison, une moto et un piano. Le second kit, le Kit Robot[55], ne contient quant à lui qu'un seul assemblage cependant bien plus massif que le premier, et le troisième, le Kit Véhicule, ne contient que des véhicules (voiture, avion et sous marins) . Les trois kits contiennent également une cartouche de jeu contenant un jeu qui expliquera comment construire les Toy-Con et qui permettra au joueur d’interagir avec le jeu via les Toy-Con. Une boîte de personnalisation[55] a également été annoncée. Elle contient deux rouleaux adhésifs, deux planches d'autocollants et deux planches de pochoirs.

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

La Switch utilise un système sur une puce (SoC) de la famille Tegra dérivé du Tegra X1, développé en partenariat avec la société Nvidia[56].

Note : cette fiche est hautement spéculative vu que la Nintendo Switch possède un Tegra personnalisé.

  • Processeur : quad-core ARM Cortex-A57, 1 020 MHz max[57] (basé sur l'architecture ARMv8 64-bit) avec un cache L2 de 2 Mo, couplé avec un ARM Cortex-A53[58].
  • Processeur graphique : basé sur l'architecture Maxwell 256 cœurs CUDA, 768 MHz en mode dock, 384 MHz ou 307,2 MHz en mode portable/sur table, 393 Gflops en mode dock, 196157 Gflops en mode portable/sur table (en FP32), texture : 16 pixels/cycle, fill : 14,4 pixels/cycle[59],[60].
  • Mémoire vive : 4 Go LPDDR4, 1 600 MHz avec bande passante : 25,6 Go/s[61].
  • Écran tactile intégré : 6,2 pouces IPS LCD de définition 1280×720 pixels.
  • Haut-parleur intégré : stéréo 2.0.
  • Stockage interne : Mémoire de tye eMMC 32 Go avec taux de transfert max : 400 Mo/s.
  • Emplacement pour carte microSD : (SDHC et SDXC) jusqu’à 2 To.
  • Emplacement pour cartouche de jeu : les cartouches de jeux Nintendo Switch seraient déclinées en plusieurs capacités de stockage: 1, 2, 4, 8, 16 jusqu’à un maximum de 32 Go pour les jeux plus lourds.
  • Connecteur supplémentaire : USB Type-C.
  • Prise audio 3,5 mm : format jack pour un son stéréo en sortie.
  • Branchement TV : HDMi compatible Full HD (1920×1080 pixels).
  • Sortie audio branchement TV : sortie linéaire PCM à 5.1 canaux.
  • Réseau intégré : Wi-Fi, IEEE 802.11 a/b/g/n/ac et Bluetooth 4.1.
  • USB (compatibles USB 2.0) : 2 sur le côté, 1 à l'arrière (station d'accueil Nintendo Switch).
  • Dimensions : largeur 23,9 cm, épaisseur 1,39 cm, profondeur 10,2 cm, poids 297 g (398 g avec Joy-Cons attachés).
  • Batterie : lithium-ion de 4 310 mAh.
  • Autonomie : environ entre 2,5 et 6,5 h selon la puissance requise par le jeu[62].

Services et logiciels[modifier | modifier le code]

Logiciel système[modifier | modifier le code]

Le logiciel système de la Switch est basé sur la même architecture système que celui de la Nintendo 3DS. Épuré et minimaliste, le logiciel système gagne en stabilité et en fiabilité. Plusieurs mises à jour sont proposées et ajoutent quelques fonctionnalités, comme la recherche des manettes, le son réglable par le menu home, la mise à jour des manettes et d'autres corrections.
La mise à jour 5.0.0 a ajouté, en plus de plusieurs personnalisations possibles, de fortes corrections sur la sécurité afin de traiter les failles de sécurité découvertes par la communauté du hacking pendant 2017[63]. Nintendo en aurait, par la même occasion, profité pour changer, de manière substantielle, le processeur NVIDIA Tegra X1 de la console. Ainsi, ces rumeurs impliquent que Nintendo serait passé d'un Tegra 210 à un Tegra 214[64], ce qui permettrait de corriger une faille hardware du Tegra X1 qui a été découverte par les hackers hexkyz, SciresM et qlutoo, membres de la scène hack de la Nintendo Switch[65].

La version actuelle du logiciel système de la Nintendo Switch est la version 6.2.0 et est disponible depuis le .

Services en ligne[modifier | modifier le code]

La Nintendo Switch propose un service en ligne dès son lancement, permettant de se connecter au Nintendo eShop ou de jouer en ligne gratuitement avec un service nommé Nintendo Switch Online. La console ne propose à son lancement pas de navigateur Internet ou encore les services de visionnage de vidéos en ligne, tels que Netflix, YouTube ou Hulu, mais une arrivée par mise à jour après le lancement est étudiée par Nintendo[66],[67]. En novembre 2017, Hulu est disponible [68], tandis qu'en janvier 2018, l'arrivée de Netflix semble toujours incertaine [69].

YouTube est arrivé sur Switch le 8 Novembre 2018 dans la soirée[70].

Les fonctionnalité StreetPass et Miiverse ne sont pas disponibles sur la Nintendo Switch[71].

En juillet 2017, Nintendo sort une application dédiée pour smartphone permettant de gérer les parties en ligne ou discuter avec ses amis via son téléphone mobile[72], seulement compatible avec le jeu Splatoon 2.

En septembre 2018, Nintendo rend le Nintendo Switch Online payant[73], et l’agrémente de plusieurs fonctions. Le service propose une sélection de jeux classiques auxquels sont intégrés des fonctionnalités en ligne, des offres exclusives[74], et permet la sauvegarde de données de jeux Nintendo sur le cloud[75]. L'abonnement fonctionne par compte Nintendo et non en couvrant tous les comptes présents sur une Nintendo Switch. Quatre formules tarifaires sont proposées : pour un compte Nintendo, 3,99 € pour un mois, 7,99 € pour un trimestre ou 19,99 € pour un an[73], et un forfait familial pour jusqu'à huit comptes Nintendo à 34,99 €[75].

Contrôle parental[modifier | modifier le code]

Dès sa sortie, la Nintendo Switch dispose d'un système de contrôle parental géré par une application dédiée pour smartphones et couplé aux comptes en ligne[76].

Jeux[modifier | modifier le code]

Les jeux Wii U et Nintendo 3DS ne sont pas compatibles avec la Nintendo Switch.

Les jeux Nintendo Switch sont proposés sur cartes de jeux au format propriétaire ou sous format dématérialisée via le Nintendo eShop. Afin que les cartes ne soient pas avalées accidentellement par de jeunes enfants, celles-ci sont imprégnées de benzoate de dénatonium, un sel très amer[77]. Les joueurs peuvent utiliser les jeux achetés ou téléchargés où que ce soit dans le monde avec leur console du fait qu'elle ne soit pas zonée, à l'inverse des précédentes consoles Nintendo.

Avant même la présentation officielle de la console, plusieurs jeux sont annoncés, comme Rise: Race the Future[78], Sonic Forces[79], Dragon Quest X et Dragon Quest XI[80],[81].

Lors de la première présentation de la console en octobre 2016, Nintendo a annoncé un partenariat avec plus de 50 développeurs qui développeraient pas moins de 80 jeux sur la console[82]. Nintendo montre également des images de Super Mario Odyssey, Splatoon 2, Mario Kart 8 Deluxe, Skyrim et NBA 2K18. Bien qu'il s'agissait uniquement d'images d'illustrations[83],[84], l'ensemble de ces jeux est confirmé lors de la conférence de presse de janvier 2017.

Au lancement, la console propose cinq jeux sur support physique en Amérique du Nord et en Europe (1-2-Switch, Just Dance 2017, The Legend of Zelda: Breath of the Wild, Skylanders: Imaginators et Super Bomberman R) et une dizaine au Japon, avec également quelques jeux uniquement disponibles en dématérialisé.

La console n'est pas rétrocompatible avec les jeux Nintendo 3DS et Wii U[85] mais il est néanmoins possible de transférer les Mii depuis ces dernières via les amiibo.

Après un an et demi d'existence, la console compterait plus de 900 jeux[86]. Fin août 2018, le Nintendo eShop compte déjà 1005 jeux Switch.

Accueil[modifier | modifier le code]

À la suite de la présentation de la console par la firme de Kyoto le 13 janvier 2017, le journaliste et historien du jeu vidéo William Andureau s'interroge sur la ressemblance entre les erreurs que semble faire Nintendo avec cette mouture et la console précédente de la marque. Il apparaît trois principaux reproches : le prix élevé de la console, le format mixte salon/portable qui ne semble pas faire d'émule et enfin le catalogue de jeu qui propose en grande majorité des franchises Nintendo au détriment d'éditeurs tiers[87].

Le cours de l'action de la firme a également chuté de 5,75 % quelques heures après la fin de la présentation[88].

Les journalistes de PopUp', un blog de France Info, soulignent eux le côté « bluffant » des manettes Joy-con, ce qui « laisse imaginer le potentiel de ces manettes » mais mettent en exergue leur défaut, la taille réduite des manettes à partager et conseillent de plutôt jouer avec la manette Pro-Controller qui « se rapproche, en terme d'ergonomie de celle de la Xbox One » ou bien le Joy-con Grip fourni avec la console. Ils précisent néanmoins que la console « a des atouts » mais « pas sûr, cependant, qu'elle séduise les malheureux acquéreurs de la Wii U » en raison du peu de jeux vraiment exclusifs à la console. Enfin, ils considèrent que le seul frein à l'achat de la console est le prix annoncé par les distributeurs à ce moment-là, de 349 euros[89].

Sur plusieurs forums francophones et anglophones tels que Jeuxvideo.com, Gamekult, Gameblog ou encore Reddit, l'engouement a été revu à la baisse pour beaucoup d'utilisateurs, laissant place à de nombreuses plaintes et doutes[citation nécessaire]. Certains sites d'informations dans le secteur du jeu vidéo mais aussi technologique comme FrAndroid sont mitigés quant à l'application du concept de la console, rapportant ses défauts autant dans son utilisation que dans quelques jeux (dont The Legend of Zelda: Breath of the Wild, en version bêta) une fois la prise en main effectuée[90]. Malgré tout, les précommandes sont extrêmement nombreuses, notamment en Amérique du Nord[91],[92] et dans les pays scandinaves[93].

Au fil des semaines précédant puis suivant la sortie, l'engouement pour la Nintendo Switch reprend finalement après le Nindies Showcase du 28 février, qui présenta des dizaines de jeux indépendants, parmi lesquels Pocket Rumble, Runner3, Shakedown: Hawaï, Shovel Knight: Treasure Trove ou encore Steamworld Dig 2[94]. Entre le 3 et le 6 mars 2017, au lancement de la console, le cours de l'action de Nintendo est monté de 6 %.

Ventes[modifier | modifier le code]

Lors des trois premiers jours de la sortie, 330 637 exemplaires sont vendus au Japon[95]. Nintendo France annonce avoir vendu 105 000 unités durant la même période, un record dans le pays[96]. Le record historique de ventes d'une console est également battu en Espagne et en Allemagne[97]. De son côté, Nintendo UK a annoncé avoir vendu 80 000 exemplaires de la console, le double du score de lancement de la Wii U[98].

Au 14 mars 2017, l'analyste SuperData Research indique que 1,5 million de Nintendo Switch a été écoulé et que 89 % des joueurs ont acheté The Legend of Zelda: Breath of the Wild, soit environ 1,34 million d'exemplaires vendus. Cela va dans le sens des prévisions de Nintendo qui prévoyait de vendre 2 millions d'exemplaires d'ici la fin du mois de mars 2017[99]. En quatre semaines de commercialisation, la console s'écoule à 519 000 exemplaires au Japon, mettant alors trois semaines de moins que la PlayStation 4 pour dépasser la barre des 500 000 exemplaires vendus[100].

Début avril, NPD Group estime que Nintendo a vendu 906 000 exemplaires de la Nintendo Switch aux États-Unis entre la sortie de la console et la fin du mois de mars, c'est un score comparable avec celui de la Xbox One et supérieur à tous les autres mois de lancement de consoles Nintendo[101]. SuperData annonce par la suite estimer les ventes globales de Nintendo Switch au mois de mars à environ 2,4 millions de consoles dans le monde[102].

Le 27 avril 2017, Nintendo annonce lors du bilan financier de l'année fiscale que la console s'est écoulée à 2,74 millions d'exemplaires lors de son premier mois de commercialisation[103]. Fin juin, l'entreprise annonce avoir écoulé 4,7 millions d'exemplaires dans le monde[104]. Le 19 octobre 2017, Nintendo déclare un parc de 2 millions d'exemplaires aux États-Unis[105]. À la fin septembre 2017, Nintendo annonce avoir vendu 7,63 millions de console et plus de 27 millions de jeux[106]. Au 10 décembre, après neuf mois de commercialisation, la console a dépassé les 10 millions d'exemplaires vendus[107]. Au Japon, la console se vend plus que la PlayStation 2 sur leur dix premiers mois de commercialisation respectifs[108].

Dans une interview parue le 28 décembre 2017, le président de Nintendo Tatsumi Kimishima déclare avoir l'intention de vendre plus de 20 millions de console durant l'année fiscale 2018-2019, pour répondre à cette dynamique supérieure aux attentes premières de l'entreprise[109]. Début janvier 2018, Nintendo annonce avoir battu le record de la console s'étant le plus vendue aux États-Unis en 10 mois de commercialisation, avec 4,8 millions d'unités écoulées contre 4 millions pour la Wii qui détenait précédemment ce record[4]. Pendant ce temps-là, Nintendo France annonce avoir vendu 911 000 consoles dans le pays, faisant mieux sur la même période que la Wii avec 703 000 unités et la PlayStation 4 avec 650 000 unités[110]. De son côté, Nintendo Germany annonce avoir écoulé 600 000 consoles en Allemagne, dépassant également la Wii sur la même période dans le pays[7].

En 38 semaines de commercialisation, la Nintendo Switch s'écoule à 700 000 copies au Royaume-Uni[6]. La console passe la barre du million d'exemplaires en France à la fin février 2018[5].

En juillet 2018, soit un peu plus d'un an après sa commercialisation, la Nintendo Switch reste à un bon niveau en termes de ventes. En effet, propulsée notamment par la sortie et les bonnes ventes de l'attendu Octopath Traveler[111] et par les annonces faites par Nintendo lors de l'E3 2018 le mois précédent[112], la Switch est la console la plus vendue du mois de juillet aux États-Unis, réalisant également l'une des meilleures ventes de consoles Nintendo pour un mois de juillet depuis l'été 2009, époque où l'entreprise faisait parler d'elle grâce aux ventes assez impressionnantes de la Wii -- dernier grand succès commercial de la firme japonaise en matière de consoles de salon[113].

La fin de l'été 2018 coïncidera également avec une étape importante dans la vie de la Nintendo Switch. Il est annoncé au 30 août 2018, soit presque dix-huit mois après la sortie de la console, que la Switch aurait fait vendre 18 voire 19 millions de jeux au Japon, soit plus de jeux que sa prédécesseur; la Wii U, durant ses cinq ans de commercialisation. Il est en effet montré que les ventes software des jeux en version physique et dématérialisée (via le Nintendo eShop) de celle-ci n'ont pas dépassé les 15 millions de jeux vendus dans le pays[114].

Le 30 octobre 2018, après qu'est été annoncé que 3,19 millions de Nintendo Switch ont été vendues sur la période juillet-septembre 2018 pour atteindre 22,86 millions d'exemplaires distribués[115], la Nintendo Switch s'avère s'être officiellement plus vendue à travers le monde que la Nintendo GameCube, qui elle s'est vendue à 21,74 millions d'unités à l'international[116].

Ventes de la Nintendo Switch (en millions)
Date Japon Amérique Autres Total
Hardware Software Hardware Software Hardware Software Hardware Software
31 mars 2017 0,60 0,89 1,20 2,86 0,94 1,71 2,74 5,46
30 juin 2017 1,12 2,45 1,95 6,49 1,63 4,66 4,70 13,60
30 septembre 2017 1,95 5,26 3,11 12,25 2,56 9,97 7,63 27,48
31 décembre 2017 3,72 9,82 5,94 23,65 5,20 19,10 14,86 52,57
31 mars 2018 4,39 13,15 7,14 30,37 6,27 25,44 17,79 68,97

Jeux les plus vendus[modifier | modifier le code]

Top 12 des jeux les plus vendus
(au 30 septembre 2018[8])
Rang Titre Année de sortie Ventes (en millions)
1 Super Mario Odyssey 2017 12,17
2 Mario Kart 8 Deluxe 2017 11,71
3 The Legend of Zelda: Breath of the Wild 2017 10,28
4 Splatoon 2 2017 7,47
5 1-2-Switch 2017 2,64
6 Mario Tennis Aces 2018 2,16
7 ARMS 2017 2,10
8 Kirby Star Allies 2018 2,10
9 Donkey Kong Country Tropical Freeze 2018 1,67
10 Xenoblade Chronicles 2 2017 1,53
11 Pokkén Tournament 2017 1,16
12 Octopath Traveler 2018 1,00

Problèmes rencontrés[modifier | modifier le code]

Une Switch, connectée avec un Joy-con gauche (-), le Joy-con gauche comporte un élément métallique, qui peut interfèrer avec l'antenne du Joy-con.

Tout comme la PlayStation 4 et la Xbox One, la Nintendo Switch est victime de certains défauts techniques notamment à sa sortie[117].

Tout d'abord, les dragonnes des Joy-Con ne peuvent être montées à l'envers. En effet, si par exemple, la dragonne droite (symbole « + ») est malencontreusement glissée sur le Joy-Con gauche (symbole « - »), il sera extrêmement difficile de les séparer. Ceci rappelle le problème de stylet que pouvait connaître le Samsung Galaxy Note 5[118].

De plus, l'antenne du Joy-Con gauche (symbole « - ») semble souffrir d'un problème de conception[119]. Comme l'a démontré le site web iFixit, un bloc de métal est positionné juste au niveau de l'antenne du Joy-Con, provoquant ainsi de nombreuses désynchronisations[120]. Le constructeur japonais a déclaré que le problème était causé par une « variation de production » et n'est présent que sur une partie des Joy-con gauche produits[121]. Pour pallier ce problème, Nintendo propose de réparer ce problème gratuitement à l'aide d'un morceau de mousse conductrice sur ces Joy-Con[122].

Une polémique est également aperçue à la suite d'une déclaration de Nintendo concernant les « pixels morts » : « Un petit nombre de pixels bloqués ou morts sont une caractéristique courante des écrans LCD [...] Ce phénomène est normal, et ne devrait pas être considéré comme un défaut »[123]. Cependant, cette déclaration semble plus être un moyen pour Nintendo de rassurer les acheteurs sur le hardware de sa machine, que de se détacher de sa responsabilité[124].

Certains utilisateurs indiquent posséder un dock dont une partie serait « bombée » vers l'intérieur, ce qui pourrait endommager l'écran de la console, ce dernier étant en plastique[125].

De plus, certain utilisateurs ont annoncés que leur console ont été victimes d'un écran bleu de la mort sans texte, causant la mort définitive des consoles victimes de ce problème. Néanmoins, Nintendo a très rapidement (2017) corrigé ce grave défaut[126].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Switch Launches In South Korea In December, And The Software Lineup Is Incredible », sur nintendolife.com, (consulté le 13 décembre 2017).
  2. « Dedicated Videm Game Sales Units », sur nintendo.co.jp,
  3. « Japon : La Switch atteint les 5 millions d'appareils vendus », sur Jeuxvideo.com, (consulté le 4 septembre 2018)
  4. a et b « La Nintendo Switch, console la plus vendue de l'Histoire sur les dix premiers mois de ventes aux USA », sur Jeuxvideo.com, (consulté le 4 janvier 2018)
  5. a et b « La Switch passe la barre du million de ventes en France », sur Jeuxvideo.com, (consulté le 26 février 2018)
  6. a et b ChewbieFR, « Nintendo Switch : 700.000 unités vendues au Royaume-Uni (GamesIndustry.biz) », sur Jeuxvideo.com, (consulté le 7 février 2018)
  7. a et b « Nintendo Switch : 600.000 unités vendues en Allemagne », sur Jeuxvideo.com, (consulté le 18 janvier 2018)
  8. a et b (en) « Top selling title sales units », sur nintendo.co.jp, .
  9. « Nintendo lance la première console hybride avec sa Switch - Les Echos », sur www.lesechos.fr (consulté le 3 juin 2018)
  10. (en) « Nintendo NX is "new hardware with a brand new concept" », sur eurogamer.net, (consulté le 20 octobre 2015).
  11. (en) « Business and Capital Alliance Announcement », sur nintendo.co.jp (consulté le 17 mars 2015).
  12. « La Nintendo NX ne remplacera ni la Wii U, ni la 3DS », sur Jeuxvideo.com, (consulté le 25 mai 2015).
  13. « E3 2015 : La Nintendo NX sera une console de salon », sur Jeuxvideo.com, .
  14. « Nintendo réfléchit à un dézonage de la NX », sur Jeuxvideo.com, (consulté le 25 mai 2015).
  15. « La Nintendo NX, une machine sous Android ? », sur Jeuxvideo.com, (consulté le 2 juin 2015).
  16. Julien L., « La future console Nintendo NX opterait pour Android », sur Numerama, (consulté le 2 juin 2015).
  17. « Nintendo NX et Android : démenti de Nintendo », sur Puissance Nintendo, (consulté le 3 juin 2015).
  18. « Nintendo ne choisira pas Android pour sa future console », sur Numerama, (consulté le 3 juin 2015).
  19. « La Nintendo NX aurait été présentée pendant l'E3 2015 » (consulté le 9 juillet 2015).
  20. « Démo technique AMD série 7 - Wii U », sur www.all-nintendo.com (consulté le 20 juillet 2015).
  21. « Nintendo NX : AMD pourrait concevoir le processeur de la console » (consulté le 20 juillet 2015).
  22. « Nintendo NX : les premiers kits de développement évoquent un hybride », sur lesnumeriques.com, (consulté le 20 octobre 2015).
  23. « Nintendo NX : sortie mondiale en mars 2017, Zelda confirmé », sur Gamekult, (consulté le 27 avril 2016).
  24. « Nintendo, en crise, annonce la sortie de sa prochaine console », sur http://www.7sur7.be, (consulté le 27 avril 2016).
  25. Julien Chièze, « La Nintendo NX aurait dû sortir fin 2016 : nos informations sur la machine », sur gameblog.fr, (consulté le 24 juin 2016).
  26. « Ubisoft loue encore la NX - Actus jeux - Gamekult » (consulté le 4 octobre 2016).
  27. « Lancement de la Nintendo NX dans quelques heures ».
  28. « Première présentation de la NX - Nintendo FR », .
  29. a et b http://www.nintendo.fr/Nintendo-Switch/Nintendo-Switch-1148779.html
  30. « Annonce de la présentation détaillée de la Nintendo Switch », sur Nintendo FR, .
  31. « Nintendo Switch : la présentation de janvier précisée », sur Jeuxvideo.com (consulté le 13 décembre 2016).
  32. « Nintendo Switch : la date de sortie et le prix enfin dévoilés », .
  33. (en) « Japanese site estimates Nintendo spends $257 to make one Switch », sur polygon.com, (consulté le 8 avril 2017).
  34. « Des hackers transforment la Nintendo Switch en tablette Linux », sur www.lesnumeriques.com (consulté le 20 février 2018).
  35. « Nintendo Switch : Essayez la console le 14 et 15 janvier 2017 à Paris », sur NRJ Games.fr, (consulté le 28 décembre 2016)
  36. Maxime Claudel, « Guerre des prix : la Nintendo Switch passe à 299 € - Pop culture - Numerama », sur Numerama, (consulté le 11 février 2017)
  37. « Nintendo Switch : son prix continue de baisser chez les revendeurs - FrAndroid », sur FrAndroid, (consulté le 11 février 2017)
  38. Erik Kain, « Nintendo's First Super Bowl Ad Stars 'Zelda' And The Nintendo Switch », sur Forbes, (consulté le 11 février 2017)
  39. Chloé Woitier, « Nintendo France gonflé à bloc à un mois de la sortie de la Switch », sur Le Figaro, (ISSN 0182-5852, consulté le 11 février 2017)
  40. (en) « The Nintendo Switch dock is only for charging and TV output », sur theverge.com, (consulté le 21 octobre 2016).
  41. Robin.S, « Nintendo Switch : Une nouvelle couleur de Joy-Con et un nouvel accessoire à découvrir ici », sur Melty.fr (consulté le 21 octobre 17)
  42. Jarod, « La Switch aura son bundle Super Mario Odyssey », sur gamekult.com (consulté le 21 octobre 17)
  43. Maxime Chao, « SPLATOON 2 : DES JOY-CON ET UNE MANETTE PRO VERT ET ROSE NÉON », sur jeuxactu.com (consulté le 21 octobre 17)
  44. (en) « NINTENDO CONFIRMS AMIIBO SUPPORT FOR NINTENDO SWITCH, CLARIFIES ADDITIONAL FEATURES », sur IGN, (consulté le 21 octobre 2016).
  45. (en-US) « NVIDIA Gaming Technology Powers Nintendo Switch | NVIDIA Blog », sur The Official NVIDIA Blog, (consulté le 21 octobre 2016).
  46. (en) « Nintendo Switch confirmed to have Nvidia components », sur Polygon.com, (consulté le 21 octobre 2016).
  47. « The Switch runs FreeBSD, making it Nintendo's first console with a real multitasking OS • r/NintendoSwitch », sur reddit (consulté le 14 avril 2017)
  48. « Nintendo adopte FreeBSD pour sa Switch », sur Silicon, (consulté le 14 avril 2017)
  49. (en) « What hackers know of the Nintendo Switch so far », sur wololo.net (consulté le 15 mars 2017)
  50. « Nintendo Switch : définition en 1440p en mode salon et USB-C utilisée pour la vidéo », sur www.nintendo-difference.com (consulté le 1er janvier 2017)
  51. a et b « Quand je veux, où je veux, avec qui je veux », sur Nintendo of Europe GmbH (consulté le 11 février 2017)
  52. « Nintendo Labo, une expérience interactive »,
  53. (en) Lisa Eadicicco, « Nintendo Wants You to Build Cardboard Accessories for the Switch », sur Time, (consulté le 17 janvier 2018)
  54. « Nintendo Labo : du carton et de la programmation pour un coup de génie »
  55. a b et c « Inventez de nouvelles manières de jouer avec Nintendo Labo ! », sur Nintendo of Europe GmbH (consulté le 22 avril 2018)
  56. (en-US) « Technical Specs - Nintendo Switch™ Official Site - System hardware, console specs », sur www.nintendo.com (consulté le 13 août 2017)
  57. (en) sebiorg, Les vitesses d'horloge CPU et GPU de la Nintendo Switch révélées, 19 décembre 2016, p-nintendo.com.
  58. « Nintendo Switch : la fiche technique révélée ? », sur Fredzone, (consulté le 11 août 2017)
  59. « Nintendo Switch : une fiche technique complète en fuite sur la toile », sur www.lesnumeriques.com (consulté le 11 août 2017)
  60. Allegra Frank, « Report: Nintendo Switch runs 40 percent slower undocked », sur Polygon, (consulté le 25 août 2017)
  61. (en-US) « Switch RAM specs revealed: Samsung LPDDR4 with 25 GB/s bandwidth - NintendoToday », sur NintendoToday, (consulté le 11 août 2017)
  62. « Caractéristiques techniques — Site officiel Nintendo Switch™ — caractéristiques de la console », sur www.nintendo.com (consulté le 11 août 2017)
  63. (en) « 5.0.0 »
  64. (en) « 5.0.0 - Nintendo Switch Brew », sur switchbrew.org (consulté le 14 avril 2018)
  65. (en) « Switch System Flaws - Nintendo Switch Brew », sur switchbrew.org (consulté le 14 avril 2018)
  66. (en) « Nintendo Switch won't support your internet browsing at launch », sur CNET, (consulté le 11 février 2017)
  67. Julia Alexander, « Nintendo Switch won’t have Netflix or any other streaming apps at launch », sur Polygon, (consulté le 11 février 2017)
  68. https://www.lesnumeriques.com/console-de-jeu/nintendo-switch-p29215/hulu-arrive-sur-nintendo-switch-n68137.html
  69. http://www.phonandroid.com/nintendo-switch-netflix-explique-nest-disponible-console.html
  70. (en-US) « YouTube », sur www.nintendo.com (consulté le 10 novembre 2018)
  71. (en) Jeffrey Matulef, « Nintendo Switch won't use StreetPass or Miiverse », sur Eurogamer, (consulté le 11 février 2017)
  72. https://www.nintendo.fr/News/2017/Juillet/L-application-Nintendo-Switch-Online-pour-appareils-mobiles-est-disponible--1245704.html
  73. a et b « Le service payant Nintendo Switch Online débutera en septembre 2018 », sur Gamekult, (consulté le 2 février 2018)
  74. « Nintendo revoit ses plans pour le service en ligne de la Switch », sur gamekult.com, (consulté le 4 juin 2017)
  75. a et b https://www.nintendo.fr/Nintendo-Switch/Nintendo-Switch-Online/Nintendo-Switch-Online-1183143.html
  76. https://www.nintendo.fr/Nintendo-Switch/Controle-parental-de-la-Nintendo-Switch/Controle-parental-de-la-Nintendo-Switch-1183145.html
  77. (en) « Nintendo Switch Cartridges Taste So Bad [Update] », sur kotaku.com, (consulté le 4 juin 2017).
  78. « Rise: Race The Future, annonce du projet », .
  79. (en) « 'Project Sonic' coming to Nintendo NX, PS4, Xbox One and PC in 2017 », sur polygon.com, .
  80. « Dragon Quest 10 confirmé sur Nintendo NX », sur IGN, .
  81. « Dragon Quest XI confirmé sur NX », sur jeuxvideo.com, .
  82. (en) « Nintendo Switch Details And Supporting Developers And Publishers Announced », sur siliconera.com, (consulté le 21 octobre 2016).
  83. « NINTENDO SWITCH : BETHESDA NE CONFIRME PAS SKYRIM », sur gamekult.com, (consulté le 21 octobre 2016).
  84. « Nintendo Switch : NBA 2K17 n'est pas non plus confirmé », sur jeuxvideo.com, (consulté le 21 octobre 2016).
  85. « La Nintendo Switch sera incompatible avec les cartouches de 3DS et les disques de Wii U », sur jeuxvideo.com, (consulté le 21 octobre 2016)
  86. François Aymes, « Switch : Déjà 900 jeux dans le catalogue », sur jeuxvideo.com,
  87. « Switch : Nintendo refait-il les mêmes erreurs qu’avec la Wii U ? », sur Le Monde, .
  88. lefigaro.fr, « Console Switch: l'action Nintendo chute », sur Le Figaro, (consulté le 11 février 2017)
  89. « Réussite ou déception ? On a testé la Nintendo Switch et voici nos premières impressions », sur Pop Up', (consulté le 11 février 2017)
  90. Manuel Castejon, « Prise en main de la Nintendo Switch : on l'a testée, la désillusion nous a submergés - FrAndroid », sur FrAndroid, (consulté le 11 février 2017)
  91. Maxime Claudel, « Nintendo Switch : vers une rupture de stock aux États-Unis ? », sur Numerama, (consulté le 11 février 2017)
  92. « Nintendo Switch : Les précommandes explosent aux Etats-Unis », sur Fredzone, (consulté le 11 février 2017)
  93. (en-US) « Switch Pre-Orders Are Outpacing PS4 Launch Day Sales, Claims Swedish Retailer «  GamingBolt.com: Video Game News, Reviews, Previews and Blog », sur gamingbolt.com (consulté le 11 février 2017)
  94. « La Switch fait le plein de jeux avec le Nintendo Nindies Showcase - JVFrance », sur www.jvfrance.com (consulté le 16 avril 2017)
  95. « Nintendo Switch : 313 700 exemplaires vendus au Japon pendant la première semaine de commercialisation », sur nintendo-difference.com (consulté le 7 mars 2017)
  96. « La Nintendo Switch bat tous les records de ventes en France », sur lefigaro.fr, .
  97. William Audureau, « Jeu vidéo : la Switch a-t-elle battu tant de records de ventes à son lancement ? », sur lemonde.fr, (consulté le 11 mars 2017).
  98. « Switch : premiers résultats au Royaume-Uni », sur Gamekult, (consulté le 8 mars 2017)
  99. (en) « Nintendo Switch has sold 1.5m worldwide - SuperData », sur GamesIndustry.biz, (consulté le 14 mars 2017)
  100. « Japon : la Switch réalise un meilleur départ que la PS4 », sur jeuxvideo.com, (consulté le 1er avril 2017).
  101. Tina AMINI, « Nintendo a vendu presque un million de Switch en seulement un mois », sur Mashable avec France 24, (consulté le 16 avril 2017)
  102. « SuperData: Nintendo sells 2.4 million Switch consoles worldwide in first month, above original forecast », sur VentureBeat, (consulté le 16 avril 2017)
  103. « C'est officiel : 2,74 millions de Nintendo Switch se sont vendues en mars », sur jeuxvideo.com, .
  104. « Nintendo a écoulé près de 5 millions de Switch », sur www.20minutes.fr (consulté le 27 juillet 2017)
  105. Steeve Mambrucchi, « États-Unis : la Switch victorieuse en septembre », sur Gamekult, (consulté le 19 octobre 2017)
  106. Chloé Woitier, « La Nintendo Switch se vend encore mieux que prévu », lefigaro.fr, (consulté le 1er novembre 2017)
  107. Jarod, « Nintendo annonce 10 millions de Switch vendues dans le monde », sur gamekult.com, (consulté le 12 décembre 2017).
  108. « Nintendo Switch : un meilleur lancement que la PS2 au Japon », sur jeuxvideo.com, (consulté le 3 janvier 2018).
  109. « Nintendo prévoit d'écouler "plus de 20 millions" de consoles Switch en 2018/19 », Le Point, (consulté le 30 décembre 2017)
  110. « Pour son lancement, la Switch de Nintendo fait mieux en France que la Wii et la PS4 », sur challenges.fr, (consulté le 11 janvier 2017)
  111. « Octopath Traveler : en tête des meilleures ventes de jeux en juillet aux Etats-Unis », sur Nintendo-Master (consulté le 23 août 2018)
  112. « Nintendo Switch : Après l'E3 2018, les ventes de la console ont doublé », sur Gameblog (consulté le 23 août 2018)
  113. « NintendHOME on Twitter », sur Twitter (consulté le 23 août 2018)
  114. {{URL|example.com|optional display text}}
  115. (en) « Nintendo Switch : 22.86 millions d'unités écoulées dans le monde, le point sur les ventes de jeux », sur jeuxvideo.com, .
  116. (en-US) « Switch has now outsold the GameCube », sur Nintendo Everything, (consulté le 30 octobre 2018)
  117. « Vidéo : anthologie des problèmes matériels de la console Nintendo Switch », sur Tom's Hardware, (consulté le 9 mars 2017)
  118. « Samsung Galaxy Note 5: en cas d’insertion du S-Pen du mauvais côté, voici ce qu’il faut faire ! », sur Tout sur le Samsung Galaxy note 5, prix, actualités, et plus... (consulté le 9 mars 2017)
  119. « Nintendo Switch : Des problèmes de connexion des Joy-Con, la preuve vidéo », sur Gameblog (consulté le 9 mars 2017)
  120. « Nintendo Switch Teardown - iFixit », sur fr.ifixit.com (consulté le 9 mars 2017)
  121. Devin Coldewey, « Nintendo blames Switch Joy-Con issue on ‘manufacturing variation,’ offers fix », sur TechCrunch (consulté le 16 avril 2017)
  122. « Nintendo répare les Joy-Con sujets aux désynchronisations », sur jeuxvideo.com, (consulté le 8 avril 2017).
  123. « Un pixel mort sur la Switch ? C’est normal, selon Nintendo », sur Tom's Guide, (consulté le 9 mars 2017)
  124. (en) « Nintendo says dead Switch pixels are “normal,” which isn’t wrong », sur Ars Technica (consulté le 16 avril 2017)
  125. « Nintendo Switch : certains docks rayent l'écran de la console, Nintendo réagit aussitôt ! », sur JeuxActu (consulté le 9 mars 2017)
  126. « Nintendo Switch : l’écran bleu de la mort fait trembler les premiers acheteurs! », sur PhoneAndroid.com..., (consulté le 10 septembre 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]