Paul Hébert (acteur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hébert.
image illustrant un acteur image illustrant québécois
Cet article est une ébauche concernant un acteur québécois.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les conventions filmographiques.

Paul Hébert
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinctions

Paul Hébert (né le à Thetford Mines) est un acteur, metteur en scène et directeur québécois de théâtre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Orphelin de père à 3 ans[1], entouré de sa mère et de ses tantes d'origine irlandaise[1], Paul Hébert débute à 14 ans ses études classiques au Collège de Lévis et ses débuts au théâtre au Patro de Lévis, puis il termine ses études à la faculté de philosophie et de lettres de l'Université Laval, à Québec[2]. En 1945, il se joint aux Comédiens de Québec dirigés par Pierre Boucher. En 1949, jeune marié, Paul Hébert met le cap sur l'Europe avec son épouse[3]. Boursier en 1949 du « British Council of Arts », il étudie pendant deux ans au Old Vic Theatre à Londres, en Angleterre[2]. Boursier de la Canadian Foundation, il séjourne une année supplémentaire en Europe et s'installe à Montréal en 1952[2].

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1954, il fonde le Théâtre Anjou, qu'il dirige jusqu'en 1956. Avec Albert Millaire, il fonde Le Chanteclerc à Sainte-Adèle, le premier théâtre d'été, qu'il dirige en 1956-1957. En 1961, il fonde et dirige le Théâtre d'été de l'Esterel à Sainte-Marguerite et en 1964 à Montréal, l'Atelier (de théâtre), qu'il dirige pendant trois ans. En 1965, il donne des cours d'improvisation à l'École nationale de théâtre. Nommé directeur du Conservatoire d'art dramatique de Montréal et vice-président du Centre national des Arts à Ottawa en 1969, il dirige le Conservatoire d'art dramatique de la ville de Québec l'année suivante[2].

Paul Hébert, cet homme de théâtre à la longue carrière, a été en particulier le cofondateur en 1970 du Théâtre du Trident, qu'il a dirigé pendant six ans. Il a aussi fondé le Théâtre Paul-Hébert à l'île d'Orléans en 1982, lequel est devenu en 1998 le Théâtre de la Dame blanche.

Il a campé le rôle de Siméon Desrosiers dans la télésérie Le Temps d'une paix.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Honneurs, récompenses et nominations[modifier | modifier le code]

Honneurs, récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Ascendance[modifier | modifier le code]

Il aurait normalement dû porter le patronyme Couillard (Paul Couillard dit Hébert), car il est un descendant patronymique de Guillaume Couillard et de Guillemette Hébert, fille de « la famille des premiers colons de la Nouvelle-France », Louis Hébert et Marie Rollet[8] mais, depuis quelques générations, sa lignée opta pour le patronyme Hébert, pour compenser le fait que la descendance patronymique de cette souche Hébert se soit éteinte à la troisième génération canadienne, vers 1660.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Alexandra Perron, « Le théâtre social de Paul Hébert », Le Soleil, 14 décembre 2009, article consulté le 15 janvier 2012.
  2. a, b, c, d et e « Paul Hébert : Chevalier (1994) », Ordre national du Québec, article consulté le 15 janvier 2012.
  3. a et b « Prix Denise-Pelletier 2007 », Prix du Québec, gouvernement du Québec, article consulté le 15 janvier 2012.
  4. Raymond Bertin, « Hébert, Paul », dans l'Encyclopédie canadienne, article consulté le 15 janvier 2012.
  5. « Les médaillés - Révolution tranquille 50 ans », gouvernement du Québec, 2011, article consulté le 15 janvier 2012.
  6. Éric Moreault, « Studio-théâtre Paul-Hébert : «Un grand honneur» », dans Le Soleil, le 7 février 2012.
  7. « Paul Hébert, O.C., C.Q., B.A., D.h.c. : Officier de l'Ordre du Canada, 1987 », Ordre du Canada, article consulté le 15 janvier 2012.
  8. Sylvie Tremblay, « Les descendants de Louis Hébert, mythe ou réalité? », Cap-aux-Diamants, n° 58, été 1999, p. 50 ; article retransmis sur erudit.org et consulté le 15 janvier 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]