Cormoran (série télévisée)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cormoran.
Cormoran

Titre original Cormoran
Genre Feuilleton dramatique,
historique
Création Pierre Gauvreau
Acteurs principaux Nicole Leblanc
Raymond Legault
Katerine Mousseau
Mireille Thibault
Guy Mignault
Pays d'origine Drapeau du Canada Canada
Chaîne d'origine Radio-Canada
Nb. de saisons 4
Nb. d'épisodes 78
Durée 50 minutes
Diff. originale

Cormoran est un feuilleton télévisé québécois en 78 épisodes de 50 minutes, créé par Pierre Gauvreau et diffusé du au sur la Télévision de Radio-Canada. La série s'inscrit à la suite du Temps d'une paix et précédant Le Volcan tranquille dans le triptyque télévisuel de Gauvreau.

Synopsis[modifier | modifier le code]

L'action débute en 1936 et se termine en , au commencement de la Deuxième Guerre mondiale.

Dans le village fictif de Baie-d'Esprit, localisé dans le Bas-Saint-Laurent à la hauteur de Kamouraska, vit Bella Cormoran, une femme prétentieuse, orgueilleuse et hautaine. Fille aînée d'une famille bourgeoise, elle habite le manoir et le domaine Cormoran avec son frère médecin de quelques années son cadet, Pacifique, un être tourmenté mais apprécié, et sa sœur Angélique, douce et naïve, mariée à Germain Lafond qui est plutôt rustre.

Bella vit une expérience traumatisante qui la changera grandement : malgré son âge avancé, elle devient fille-mère à la suite de sa rencontre avec Wolfgang Osnabrück, un géologue Allemand de passage, de qui elle s'éprend. Au moment même où la Deuxième Guerre mondiale débute, Bella choisit d'assumer sa maternité, au vu et au su de tout le monde.

Le fantôme de René Cormoran, frère de Bella, Pacifique et Angélique, décédé quelques années auparavant à Québec dans des circonstances nébuleuses, rôde toujours. Sa veuve, Ginette Durivage, une rejetée de l'Anse-au-Maudit, tente de faire reconnaître ses droits.

Le boucher du village, Clément Veilleux, crée une organisation nommée les Chemises Bleues, laquelle prône activement le nazisme. Fier d'une certaine ressemblance avec Benito Mussolini, Veilleux s'inspire également d'Adrien Arcand et de ses idéologies fascistes.

Viateur Bernier succède, non sans peine, à son père Théodule en tant que maire et chef d'entreprise.

Le couple Labrecque, parti de Montréal en 1929 lors du début de la Grande Crise, vit aussi plusieurs aventures à Baie d’Esprit.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Épisodes[modifier | modifier le code]

Première saison (1990-1991)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Saison 1 de Cormoran.

Deuxième saison (1991-1992)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Saison 2 de Cormoran.

Troisième saison (janvier à avril 1993)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Saison 3 de Cormoran.

Quatrième saison (septembre à novembre 1993)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Saison 4 de Cormoran.

Commentaires[modifier | modifier le code]

Making of[modifier | modifier le code]

Un making-of du téléroman a été produit sous la forme d'un reportage dans le cadre de l'émission estivale Vu de la terrasse[1] en 1988 ou 1989 à la Télévision de Radio-Canada.

Rediffusions[modifier | modifier le code]

Un épisode a fait l'objet d'une rediffusion lors d'une émission spéciale intitulée Toute une soirée avec Pierre Gauvreau le et deux autres dans le cadre du spécial Vive les bébés sur la chaîne ARTV.

Depuis le , la série est présentée en rediffusion à ARTV, soit près de 20 ans après la première diffusion. Elle est de nouveau rediffusée du au à Radio-Canada.

Lieux de tournage intérieurs et extérieurs[modifier | modifier le code]

  • Le Manoir Taché et son domaine, ancien chef-lieu de la Seigneurie de Kamouraska, situés sur la rive du fleuve Saint-Laurent à Kamouraska, ont servi de décor pour les scènes extérieures (domaine Cormoran).
  • Le moulin Paradis situé à Kamouraska a été utilisé pour la demeure de Gérard, Léonie puis Léon Labrecque.
La maison de René
  • L'ancien palais de justice de Kamouraska a été aperçu brièvement dans le premier épisode.
  • L'hôtel de Hippolyte Belzile et de son épouse Donatienne se trouve à Saint-André-de-Kamouraska. Il est aujourd'hui occupé par l'Auberge La Sollairerie.
  • La petite école Delisle[2] de Rivière-Ouelle a servi d'école de rang.
    La maison de Viateur Bernier
  • L'église de Notre-Dame-du-Portage est devenue celle de Baie-d'Esprit, de même que le presbytère.
  • La plupart des scènes intérieures ont été tournées dans les studios de la Maison de Radio-Canada à Montréal.
  • La maison de René est située sur la route du cap Taché à Kamouraska, rue qui mène tout près du Manoir Taché. C'est un cul-de-sac.
  • La maison du maire Viateur Bernier est située sur la rue principale à Kamouraska. C'est actuellement une boulangerie (Niemand).
  • La maison de Flamand Bellavance est située au 106 rue Principale à Saint-André-de-Kamouraska. On peut y voir son année de construction "1906".
  • Les scènes intérieures de l'église ne sont pas celles de Notre-Dame-du-Portage, mais plutôt de l'église Saint-Louis-de-Kamouraska. On y remarquera la grande chaire surélevée. Notre-Dame-du-Portage n'a servi qu'aux scènes extérieures.
  • Les scènes intérieures de la pièce où vivent Gérard et Léonie Labrecque ont été tournées au moulin Paradis, au premier plancher. La pièce est intacte et on y retrouve même la bicyclette de Gérard.
  • La maison de Clément Veilleux, qui servait de boucherie, est située au 127 rue Principale à Saint-André-de-Kamouraska. Elle est aujourd'hui occupée par l'Auberge sur le Fleuve. La maison a été complètement rénovée, mais on peut y voir l'horloge sur la façade.
  • La fabrique de cercueils de Ginette est située au Manoir Taché. Elle est à côté du garage de Germain. Elle comprend plusieurs bâtisses qui ont été recouvertes de planches de grange pour le décor. C'est le premier bâtiment à gauche. Aucune scène n'a été tournée à l'intérieur.
  • L'Anse-au-Maudit est située à la droite de ces mêmes bâtiments. Ce n'est pas une anse mais bien une plage naturelle, comme celle devant le Manoir. Il y a quelques arbres à gauche. C'est l'endroit où était située la croix. Les cabanes ont été démolies à la fin du téléroman.
  • Malheureusement, les propriétaires du Manoir Taché ont dû démolir l'observatoire en 2007. Il était situé à quelques mètres à gauche de la fabrique de cercueils de Ginette. On peut y voir le poteau de téléphone qui était près de cette bâtisse.
  • Des informations laissent croire que les scènes de la fonderie ont été tournées à Saint-André et Saint-Pierre. C'est à vérifier.
  • En ce qui concerne la tannerie, il est possible que les bâtiments de la tannerie Bouchard et Frères, à Saint-Roch-des-Aulnaies, aient servi de lieux de tournage. Cet endroit est désaffecté depuis plusieurs années.
  • Pour ce qui est de l'école Delisle, toutes les scènes intérieures ont été tournées à cet endroit (rue Principale, Rivière-Ouelle). Tout est demeuré intact et on peut même y voir la chambre de Flavie. C'est un endroit à voir.
  • Aussi surprenant que cela puisse paraître, le tournage de la série a débuté en 1988. Il a dû être repris seulement une fois durant l'hiver à cause de la température difficile, et la production a décidé de ne pas refaire l'expérience.
  • Les voitures utilisées dans ce téléroman proviennent du Musée Saint-Laurent, rue Notre-Dame Ouest, à Trois-Pistoles.

Documents d'archives[modifier | modifier le code]

Le fonds d'archives Pierre Gauvreau de Bibliothèque et Archives Canada comprend une série nommée Tapuscrits et documents de production du téléroman Cormoran[3].

Citation[modifier | modifier le code]

« Maudite race! Maudite race d'oiseaux pourris ! Cormoran ! Oh, le beau nom qu'on a ! Cormoran, maudit corbeau des mers qui détruit tout, qui peut pas se reproduire sans tout dévaster autour de lui. T'es fière d'être Cormoran, ma sœur. Va voir dans les îles, là où ils font leurs nids ! Tout meurt autour d'eux. Même leur fumier fait pourrir les plantes. [...] Le simple plaisir de vivre est une fleur trop modeste pour nos ambitions. [...] Refusons ce qui s'offre à nous en toute candeur! Mangeons du jambon dans le temps des oies et pleurons les oies pendant que les abattoirs regorgent de cochons. Si on ne peut pas vivre dans le temps des choses, soyons ceux qui forgent les contretemps. »

Message final[modifier | modifier le code]

« Pour que les morts cessent de gouverner les vivants ! »

Les deux Maureen Bellavance[modifier | modifier le code]

  • Le vers 22 h sur la route 202 à Dunham, la voiture que conduisait Michèle Craig a quitté la route et a fait plusieurs tonneaux. Elle était seule à bord et est décédée à cet endroit. Elle avait 42 ans. (Source: La Tribune, 16 juin 1991.) Louise Richer a pris la relève.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]