Jean-Pierre Kintz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kintz.

Jean-Pierre Kintz, né le à Illkirch-Graffenstaden et mort en février 2018, est un historien français, professeur à l'université de Strasbourg. Moderniste, il est spécialiste de l'histoire de l'Alsace.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Pierre Georges Joseph Kintz fait ses études secondaires au lycée Kléber et une année de première supérieure au lycée Fustel-de-Coulanges. Il poursuit ses études à l'université, où il prépare un mémoire de DES en histoire contemporaine, sur la presse politique à Strasbourg dans la deuxième moitié du XIXe siècle[1]. Il est reçu à l'agrégation d'histoire (1962), et nommé professeur d'histoire au lycée Kléber (1962-1969), puis assistant à l'université durant une année en 1969-1970[1]. Il soutient en 1970, une thèse de 3e cycle d'histoire, intitulée « Journaux politiques et journalistes strasbourgeois sous la Seconde République et à la fin du Second Empire », à l'université de Strasbourg 2[2] et devient enseignant-chercheur à l'université de Strasbourg la même année. Il soutient une thèse d'État, intitulée « La société strasbourgeoise du milieu du XVIe siècle à la fin de la Guerre de Trente ans (1560-1650). Essai d'histoire démographique et sociale », à la même université, en 1980, sous la direction de Philippe Dollinger[3], qu'il publie en 1984[4], puis il est nommé professeur à l'université de Haute-Alsace (1983-1991)[1]. En 1991, il obtient un poste de professeur à l'université Strasbourg 2, où il achève sa carrière académique en 2000[1].

Activités éditoriales[modifier | modifier le code]

Il est spécialiste de l'histoire de l'Alsace et publie Regards sur l’histoire de l’Alsace (XVIe-XXe siècle)[5].

Il s'intéresse également à la presse alsacienne, et publie un fascicule consacré au journal Relation, édité par Johann Carolus en 1605[6].

Il est directeur de publication du Nouveau Dictionnaire de biographie alsacienne, et président de la Fédération des sociétés d'histoire et d'archéologie d'Alsace (2000-2008)[7].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Journaux politiques et journalistes strasbourgeois sous le Second Empire 1852-1870, Istra, 1974, 166 p.
  • La société strasbourgeoise du milieu du XVIe siècle à la fin de la guerre de Trente Ans, essai d'histoire démographique, économique et sociale, Ophrys, 1984, 549 p.
  • La diffusion des Dernières Nouvelles d'Alsace pendant les années 1970, éditions Panthéon-Assas, 2002
  • Regards sur l’histoire de l’Alsace (XVIe – XXe siècle), Strasbourg, Fédération des sociétés d’histoire et d’archéologie d’Alsace, 2008, 578 p.
  • « Relation 1605 : Strasbourg invente le premier journal», Strasbourg, 2013, 55 p.
  • La conquête de l'Alsace : le triomphe de Louis XIV, diplomate et guerrier, Strasbourg/Paris : La Nuée Bleue /Place des Victoires, 2017, 604 p. (ISBN 9782809915099)

Distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e « Jean-Pierre Kintz », Nouveau Dictionnaire de biographie alsacienne, p. 5112-5115.
  2. Thèse de 3e cycle en histoire, université Strasbourg-II, 1970, notice Sudoc [1]
  3. Thèse ès-Lettres, 1980, université Strasbourg-II, notice Sudoc [2].
  4. [recension] Jacques Dupâquier, « Jean-Pierre Kintz. La société strasbourgeoise du milieu du XVIe siècle à la fin de la guerre de Trente Ans, 1560-1650. Essai d'histoire démographique, économique et sociale », 1984, Annales de démographie historique, 1984. « Démographie historique et généalogie ». p. 287-290 [lire en ligne].
  5. [recension] Claude Muller, «Kintz (Jean-Pierre), Regards sur l’histoire de l’Alsace (XVIe-XXe siècle), Fédération des sociétés d’histoire et d’archéologie d’Alsace, Strasbourg, 578 p., 2008», Revue d'Alsace, no 135, 2009, p. 498-499 [lire en ligne].
  6. [recension] François Uberfill, « Kintz (Jean-Pierre), Relation. Et Strasbourg inventa la presse », Revue d'Alsace, no 132, 2006, p. 583-584 [lire en ligne]
  7. « Nomination au conseil d'administration de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg », arrêté du 2 octobre 2006, JORF n°234 du 8 octobre 2006 p. 14971 texte no 19 [3].
  8. Prix Marcel Flach, liste des lauréats [4]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]