Paris-Bordeaux-Paris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paris-Bordeaux-Paris
Description de cette image, également commentée ci-après

Monument commémoratif de l'arrivé d'émile Levassor

Généralités
Sport Course automobile
Organisateur(s) Albert de Dion
Édition 1
Lieu(x) De Paris à Bordeaux (A / R)
Drapeau de la France France
Date (120 ans)
Participants 30 véhicules / 46 inscriptions
(26 automobiles, 4 deux roues)
Distance 1 178 km (A / R)
Palmarès
Vainqueur Drapeau de la France Paul Koechlin, Peugeot

La course Paris-Bordeaux-Paris du est considérée comme la véritable première grande course automobile de l'histoire, bien qu'un mois plus tôt, le en Italie, 5 concurrents prennent le départ de la course de Turin à Asti, un allé-retour de 93 km, et qu'en , un concours automobile de Paris à Rouen, ait eu lieu mais n'était pas une course.

La distance est de 1 178 km avec le départ d'un concurrent toute les deux minutes, le 1er prix était réservé aux voitures à quatre places et transportant autant de passager qu'il y avait de place. La course marqua le triomphe des moteurs à pétrole sur les autres énergies. Émile Levassor arrivé premier à Paris, remporta le 2e prix car sa voiture n'avait que deux places.

Après 59 h 48 de course et 1 min de moins que son prédécesseur, la victoire fut décernée à Paul Koechlin qui est arrivé quatrième sur sa Peugeot no 16, 11 heures après Émile Levassor.

Organisation[modifier | modifier le code]

Sur l'initiative du Conte De Dion et sous la présidence de M. Deprez et M. Berger, un comité s'est formé pour organiser une grande course. Le comité réunissait de généreux donateurs tels que le Baron de Zuylen, des constructeurs et plusieurs personnes s'intéressant à la locomotion automobile.

Le 18 décembre 1894, le comité d'organisation de la course se réuni et établi les 4 premiers articles du réglement[1].Le 4 mars 1895, le Baron de Zuylen offre un somptueux banquet aux membres du comité[2].

Du 6 au 20 juin, une exposition de locomotion automobile est organisée à la galerie Rapp (sur le champs de mars à Paris) pour permettre au public d'examiner les 46 voitures en détail avant la course et constater leur état après le grand effort qu'elles avaient eu à fournir.

Règlement[modifier | modifier le code]

Le Vélo, édition du samedi 1er juin 1895:

  • Art. 1 : La course est internationale. Les constructeurs ou inventeurs seuls pourrons y prendre part.
  • Art. 2 : La course se fera de Paris à Bordeaux, allée et retour d'une seule traite (environ 1200 km). Les véhicules montés au moins par deux personnes pourrons seuls prendre part au concours, exception est faite pour les bicyclettes, tricycles et quadricycles, mentionnés à l'article 13.
  • Art. 3 : Les véhicules ne seront admis à concourir qu'à la condition d'être actionnés par un moteur autre qu'une force animale.
  • Art. 4 : Les sommes provenant de la souscription, ainsi que l'argent provenant des inscriptions, exposition, etc., déduction faite de 5000 francs mentionnés à l'article 13, ainsi que les frais effectués à l'organisation générale de la course seront ainsi repartis :
    • 1re arrivé à Paris ⇒ 50%
    • 2e arrivé à Paris ⇒ 20%
    • 3e arrivé à Paris ⇒ 10%
    • les 4 suivants ⇒ 5%
  • Art. 5 : Le premier prix ne pourra être attribué qu'à une voiture de quatre places et au-dessus.
  • Art. 6 : Il sera organisé une Exposition d’une durée de quinze jours, qui commencera le jeudi 6 juin, à 9 heures du matin. Elle sera obligatoire, sous peine de disqualification, les 6, 7, 8 et 9 juin, pour tous les concurrents et facultative après la course. Elle se tiendra à la galerie Rapp (Champ de Mars).
  • Art. 7 : Chaque véhicule engagé avant le 1er mai 1895 devra payer une entrée de 200 francs.
  • Art. 8 : Les véhicules engagés à partir du 1er mai payeront une entrée double, soit 400 francs.
  • Art. 9 : le nombre des voitures n’est pas limité, mais les concurrents ne pourront pas présenter plusieurs voitures du même type et de dimensions similaires.
  • Art. 10 : Les concurrents pourront changer de conducteurs en cours de route.
  • Art. 11 : les véhicules devront toujours porter le nombre de voyageurs prévu dans leur engagement ou un poids mort équivalent, fixé à 75 kilos par voyageur manquant.
  • Art. 12 : Aucune réparation en cours de route, de quelque nature quelle soit, ne pourra être faite que par le personnel monté sur la voiture, et avec les ressources du matériel de réparation emporté par chaque voiture ; toute infraction entraînera la disqualification.
  • Art. 13 : Il sera distrait une somme de 5.000 francs sur le montant des sommes disponibles pour donner un prix spécial aux quadricycles, tricycles et bicyclettes mécaniques à une place, n’excédant pas un poids de 150 kilos en ordre de marche et sans voyageur.
    • Ces 5.000 francs seront ainsi répartis :
      • 2.500 francs au premier arrivé à Paris
      • 1.500 francs au deuxième
      • 500 francs aux deux suivants

Tous ces prix spéciaux ne pourront être décernés qu’aux véhicules ayant fait le trajet dans un temps maximum de 100 heures. Dans le cas où aucun de ces cycles ne ferait le trajet dans le délai prévu, cette somme de 5.000 francs serait reportée sur les prix à décerner aux voitures.

  • Art. 14 : Le Comité se réserve le droit de mettre son poinçon, pendant la période de l’exposition, sur telles parties du mécanisme ou pièces de rechange qu’il jugera convenable.
  • Art. 15 : Les voitures inscrites pour la course Bordeaux-Paris devront être rendues, prêtes à partir, le 11 juin 1895 à 9h1/2 très précises du matin, sur la place de la Concorde[3], pour se mettre à la disposition des membres du Comité désignés spécialement pour les placer.(Les membres du Comité porteront un brassard rouge).
  • Art. 16 : Le départ sera donné le 11 juin à 10 heures. Les voitures, à un signal donné, se mettront en marche sans pouvoir se dépasser jusqu'à Versailles. Elles défileront ainsi, en restant autant que possible à une quarantaine de mètres les unes derrière les autres.
  • Art. 17 : Arrivées à Versailles, les voitures se rangeront sur la place d’Armes dans l’ordre déterminé par un tirage au sort, suivant les indications qui seront communiquées aux concurrents par les membres du Comité. Les voitures partiront ensuite successivement, à des intervalles de deux minutes, dans l’ordre dans lequel elles auront été rangées.
  • Art. 18 : Il sera tenu compte à l’arrivée des différences d’heures du départ.
  • Art. 19 : Au moment du départ, les voitures recevront les jetons de contrôle. Elles se mettront ensuite en marche sur l’ordre du membre du Comité délégué à cet effet.
  • Art. 20 : Dans les départements de la Seine et Seine-et-Oise, les conducteurs et leurs véhicules devront être en règle avec l’ordonnance de la préfecture de police du 14 août 1893 (2e division, 3e bureau).
  • Art. 21 : Les concurrents devront se conformer également aux dispositions des lois et règlements sur la police du roulage, notamment à celle des titres I et III du décret du 10 août 1852. Les véhicules actionnés par la vapeur devront, en outre, se conformer aux prescriptions du décret du 30 avril 1880.
  • Art. 22 : Les conducteurs devront porter constamment leur attention sur l’état de la route, sur l’approche des voitures ou des personnes et ralentir ou arrêter, en cas d’obstacles, suivant les circonstances.
  • Art. 23 : Quelle que soit leur vitesse de marche, les conducteurs devront rester maîtres de leur voiture, c’est-à-dire être assurés, en tout temps, de pouvoir l’arrêter dans l’espace de route libre qu’ils voient devant eux.
  • Art. 24 : L’approche des véhicules devra être signalée, toutes les fois que besoin sera, au moyen d’une corne, d’une trompe ou de tout autre instrument du même genre, dont toutes les voitures devront être munies, à l’exclusion des sirènes ou des sifflets à vapeur.
  • Art. 25 : Pendant la nuit, chaque voiture devra être munie de lanternes présentant au moins deux feux blancs à l’avant et un feu rouge à l’arrière. Les bicyclettes, tricycles et quadricycles tiendront compte dans la mesure du possible de ces prescriptions. Les lanternes d’avant auront un pouvoir éclairant tel que le conducteur puisse distinguer nettement la voie et les objets en avant de lui dans un champ assez étendu pour pouvoir s’arrêter en temps utile.
  • Art. 26 : Quand deux voitures, marchant dans le même sens et à des vitesses différentes, se trouveront à proximité l’une de l’autre, celle qui marche le moins vite se rangera sur sa droite à première réquisition, de façon à laisser au moins la moitié de la route libre. Elle ne devra tenter aucune manœuvre pour empêcher son concurrent de la dépasser et cela sous peine d’être disqualifiée.
  • Art. 27 : Si plusieurs voitures se présentent ensemble ou successivement devant un obstacle de route qui oblige la première à s’arrêter (accident, contrôle, passage à niveau, virage, etc.), les voitures devront s’arrêter l’une derrière l’autre et repartir dans leur ordre d’arrivée, sans chercher à se dépasser avant un parcours d’au moins 100 mètres.
  • Art. 28 : En aucun cas, deux voitures ne devront marcher de front.
  • Art. 29 : Aucune voiture ne pourra être poussée ou tirée d’un mauvais pas que par les personnes transportées par cette voiture, et cela sous peine de disqualification, sous les réserves de l’article 39.
  • Art. 30 : Les concurrents devront s’arrêter devant les contrôles désignés ci-après, se soumettre à l’inspection des contrôleurs qui porteront un brassard bleu et leur remettre un des jetons donnés au conducteur de la voiture au moment du départ. Les conducteurs seront tenus de faire reconnaître, sur réquisition des contrôleurs, le poinçonnage des roues, châssis et essieux.
  • Art. 31 : Des contrôles seront établis dans les villes suivantes :
    • 1 Orléans, hôtel Saint-Aignan.
    • 2 Tours, hôtel du Faisan.
    • 3 Poitiers, hôtel Tribot.
    • 4 Angoulême, buffet de la gare.
    • 5 Bordeaux (virage).
    • 6 Angoulême.
    • 7 Poitiers.
    • 8 Tours.
    • 9 Orléans.
    • 10 Versailles, place d’Armes.
    • 11 Paris, restaurant Gillet (Porte Maillot).
  • Art. 32 : les contrôles seront indiqués la nuit comme le jour par un transparent très visible, portant le mot « Contrôle ».
  • Art. 33 : Ceux des concurrents qui n’auraient pas sur leur voiture le nombre de voyageurs réglementaire, ainsi qu’il est dit à l’article 11, devront justifier du poids mort équivalent représenté par des saumons de plomb poinçonnés dont il se trouvera un dépôt à chaque contrôle. Toute voiture qui ne portera pas sa charge réglementaire sera mise hors de course.
  • Art. 34 : Chaque voiture devra porter en lettres de 15 centimètres, en avant et en arrière , son numéro d’inscription. Ce numéro devra être reproduit d’une façon visible sur les lanternes.
  • Art. 35 : A l’arrivée à Paris, le conducteur de la voiture signera, avec le contrôleur, un procès-verbal d’arrivée dressé par ce dernier, indiquant : Le numéro de la voiture ; L’heure d’arrivée ; Le nom des personnes se trouvant sur la voiture ; Et s’il y a lieu, le nombre de saumons de plomb, qui resteront d’ailleurs au contrôle.
  • Art. 36 : l’heure du départ ainsi que celle d’arrivée seront relevées sur des montres et régulateurs réglés sur l’heure légale ( Heure extérieure des gares de chemins de fer).
  • Art. 37 : Les bureaux de contrôle seront fermés aux dates et heures ci-après :
    • Bordeaux le 13 à 6 heures du soir.
    • Angoulême le 14 à 4 heures du matin.
    • Poitiers le 14 à 1 heures du soir.
    • Tours le 14 à 10 heures du soir.
    • Orléans le 15 à 9 heures du matin.
    • Versailles le 15 à 6 heures du soir.
    • Paris le 15 à 8 heures du soir.
  • Art. 38 : En cas de réclamations ou de protestations, les conducteurs devront les formuler par écrit et en remettre le libellé aux contrôleurs, qui les feront parvenir d’urgence au Comité chargé de statuer sur tous les cas qui peuvent se produire, et de donner telle suite qu’il jugera convenable.
  • Art. 39 : Les cas de disqualification ne pourront être valablement prononcés qu’après jugement du Comité.
  • Art. 40 : Les responsabilités civiles et pénales resteront à la charge des concurrents à qui elles incombent, étant bien entendu que le Comité décline toutes responsabilités de quelque nature qu’elles soient.
  • Art. 41 : Deux exemplaires du présent règlement, par voiture engagée, seront remis à chacun des concurrents, qui en donnera reçu.
  • Observation : Le présent règlement, rédigé par les soins du Comité, n’a pas été établi en vue de prévoir tous les cas pouvant se produire en cours de route dans la course de juin 1895. Il se borne uniquement à rappeler aux concurrents les principales règles qu’ils doivent observer, tant dans leur intérêt propre que pour la réussite de l’importante manifestation des progrès réalisés dans la construction des automobiles et que le Comité a eu principalement en vue de faire ressortir dans l’organisation de cette course. En conséquence, à l’exclusion de toutes règles strictes, le Comité invite les concurrents à ne jamais perdre de vue que l’épreuve de 1,200 kilomètres, à laquelle ils prennent part, pourra être décisive au point de vue de l’usage pratique, présent et à venir, de la locomotion automobile.Afin d’éviter toute cause d’accident ou de discrédit, les concurrents ne devront donc jamais se départir de la plus grande prudence et pour cela ils devront tenir constamment compte de l’état de la route qu’ils parcourent et obéir à toutes les observations qui pourront leur être adressées par les représentants des autorités locales.

Tableau des inscriptions[modifier | modifier le code]

Inscriptions
no (cycle) Pilote / Mécano Écurie Véhicule Nb de place Moteur Energie
1 Jules-Albert de Dion De Dion-Bouton, Puteaux Remorqueur (modèle 1892) 4 vapeur
2 De Dion-Bouton, Puteaux Remorqueur (modèle 1895) 4 vapeur
3 Gaston de Chasseloup-Laubat De Dion-Bouton, Puteaux Dogcart 4 vapeur
4 De Dion-Bouton, Puteaux côte à côte 2 vapeur
5 Emile Levassor / Charles d'Hostingue Panhard et Levassor, Paris 2 Phenix pétrole
6 Prévost  ?? Peugeot, Valentigney ?? 2 Daimler pétrole
7 Émile Mayade Panhard et Levassor, Paris 4 pétrole
8 Auguste Doriot Peugeot, Valentigney vis-à-vis quadricycle 4 Daimler gazoline
9 Peugeot, Valentigney victoria quadricycle 4 gazoline
10 Decauville Société des Moteurs et Voitures automobiles, Paris omnibus 6 Filtz vapeur
11 Société des Moteurs et Voitures automobiles, Paris coupé 4 Filtz vapeur
12 Hans Thum Roger, Paris 4 Benz gazoline
13 Émile Roger Roger, Paris 4 Benz gazoline
(14) Georges Osmont Ducan et Suberbie[4], Paris Pétrolette 1 Hildebrand et Wolfmüller pétrole
15 Louis Rigoulot Peugeot, Valentigney duc quadricycle 2 Daimler gazoline
16 Isaac / Paul Koechlin Peugeot, Valentigney phaéton 4 Daimler pétrole
17 M. le Baron Blanc, Genève (Suisse) La Lutèce (bicyclette) 1 pétrole
18 Pierre Gautier Gautier, Paris 4 pétrole
19 Lebrun et Duval, Darnétal-les-Rouen 4 pétrole
20 Léon Serpollet Société des Générateurs, Paris côte à côte 4 Serpollet vapeur
21 Société des Générateurs, Paris 4 Serpollet vapeur
22 Compagnie des moteurs légers, Paris 4 pétrole
23 Société Française
des Cycles Gladiator-Phébus, Paris
quadricycle 2 vapeur,
chauffage pétrole
24 Amédée Bollée Bollée, Le Mans La Nouvelle 6 vapeur
25 Charles Jeantaud Jeantaud, Paris 4 électricité
26 M. Edouard Rossel, Lille 2 pétrole
27 M. Bogard, Versailles 4 électricité
28 M. Belanger / Hippolyte Panhard Panhard et Levassor, Paris 5 pétrole
29 M. Schmidt-Dolne, Neuilly-sur-Seine bicyclette transformable
en quadricycle
1 pétrole
lampant
30 M. Th. Klaus, Lyon tricycle 1 pétrole
31 MM. Cheynet et Charrondière, Lyon 4 pétrole
32 M. Lepape, Paris 4 pétrole
(33) M. Marc Létang, Paris 1 vapeur
(34) MM. Briest frères, Nantes 1 pétrole
35 M. Alfred Vacheron, Paris 4 pétrole
36 M. Tenting, Paris 4 pétrole
37 Fréderic/Paul Thaillier MM. Vincke et Louis Delmer, Malines (Belgique) Victoria 6 Daimler gazoline
38 M. L. Marc, Paris 4 de Dion, Bouton et Chatenet vapeur
39 M. Lauroi, Paris 4 vapeur
40 M. Delannoy, Beauvois (Nord) 4 pétrole
41 M. Barbé, Ingénieur, Paris tricycle 1 vapeur
(42) Félix Millet M. Millet, Persan-Beaumont bicyclette 1 5 cylindre en étoile, directement logé dans la roue arrière pétrole
43 MM. Gautier, Wehrlé et Cie, Paris la Cigale 4 Serpollet vapeur
44 MM. Quentin frères et Cie, Valenciennes 2 pétrole
45 M. A. Ménier, Paris 2 gazoline
46 André & Edouard Michelin Michelin, Paris l'Eclair (chassisPeugeot) 2 Daimler pétrole

Déroulement de la course[modifier | modifier le code]

Départ de Paris[modifier | modifier le code]

Le mardi 11 juin:

Départ de Paris
Ordre
de départ
no  Pilote Écurie
1 15 Louis Rigoulot Peugeot
2 3 Le Comte de Chasseloup Laubat De Dion-Bouton
3 8 Auguste Doriot Peugeot
4 35 M. Alfred Vacheron
5 12 Hans Thum Roger
6 5 Emile Levassor Panhard et Levassor
7 19 Lebrun et Duval
8 24 Amédée Bollée Bollée
9 27 M. Bogard
10 32 M. Lepape
11 16 Isaac / Paul Koechlin Peugeot
12 6 Prévost Peugeot
13 22 Compagnie des moteurs légers
14 10 Decauville Société des Moteurs et Voitures automobiles
15 20 Léon Serpollet Société des Générateurs
16 21 Société des Générateurs
17 43 MM. Gautier, Wehrlé et Cie
18 18 Pierre Gautier Gautier
19 7 Émile Mayade Panhard et Levassor
20 13 Émile Roger Roger
21 46 les frères Michelin Michelin
22 25 Charles Jeantaud Jeantaud
23 1 Jules-Albert de Dion De Dion-Bouton
24 37 Fréderic/Paul Thaillier MM. Vincke et Louis Delmer
25 28 Belanger Panhard et Levassor
26 40 M. Delannoy
(2 roues)
27 (14) Georges Osmont Ducan et Suberbie
28 (42) Félix Millet M. Millet
29 (34) MM. Briest frères
30 (33) M. Marc Létang
  • 11 h Arrivé, par la rue Colbert, à Versailles (place d'armes du château).

Départ de Versailles[modifier | modifier le code]

Le départ est donné par le Marquis Chasseloup-Laubat, assisté par M. Berger député de la Seine.

Départ de Versailles
Ordre
de départ
Heure no  Pilote Observation
1 12 h 5 15 Louis Rigoulot 12 h 20 pour le petit parisien
2 3 Comte de Chasseloup-Laubat
3 8 Auguste Doriot
4 12 Hans Thum
5 5 Emile Levassor
6 24 Amédée Bollée
7 12 h 14 16 Isaac / Paul Koechlin
8 6 Prévost
9 20 Léon Serpollet
10 21
11 18 Pierre Gautier
12 7 Émile Mayade
13 13 Émile Roger
14 25 Charles Jeantaud
15 1 Jules-Albert de Dion
16 12 h 46 37 Fréderic/Paul Thaillier
17 26
18 43
19 28 Belanger
20 (42) Félix Millet
21 13 h 15 (14) Georges Osmont

La 21 casse une roue arrière, suite à un choc au Pont de Bue à l'angle de la rue des Chantiers et de la rue Porte-de-Buc, à la sortie de Versailles, pas de blessé.
La (34) ne dépasse pas St Remy ((Le Matin), quelle position au départ de Versailles ?).
La 25 est la seule voiture électrique à franchir la cote de la Foret-le-Roi.

Passage à Étampes[modifier | modifier le code]

(Passage non obligatoire).

Arrivé à Étampes
Ordre
d'arrivé
Heure no  Pilote Observation
1 14 h 19 3 Comte de Chasseloup Laubat
2 14 h 35 5 Emile Levassor
3 14 h 43 15 Louis Rigoulot
4 14 h 55 8 Auguste Doriot
5 15 h 5 6 Prévost
6 15 h 46 1 Jules-Albert de Dion
7 15 h 50 7 Émile Mayade
8 15 h 55 12 Hans Thum
9 16 h 0 28 Belanger
10 16 h 5 (42) Félix Millet
11 16 h 5 24 Amédée Bollée
12 16 h 5 13 Émile Roger
13 16 h 5 16 Isaac / Paul Koechlin
14 16 h 25 (14) Georges Osmont
15 16 h 40 20 Léon Serpollet
16 17 h 5 37 Fréderic/Paul Thaillier
17 17 h 15 18 Pierre Gautier
18 18 h 0 25 Charles Jeantaud

Passage à Orléans[modifier | modifier le code]

L'hôtel St-Aignan sur la place St-Aignan.

Arrivé à Orléans
Ordre
d'arrivé
Heure no  Pilote Observation
1 16 h 34 3 Comte de Chasseloup Laubat
2 16 h 40 5 Emile Levassor
3 17 h 13 15 Louis Rigoulot
4 17 h 36 8 Auguste Doriot
5 17 h 40 6 Prévost
6 18 h 48 28 Belanger
7 18 h 56 12 Hans Thum
8 18 h 57 16 Isaac / Paul Koechlin
9 18 h 59 24 Amédée Bollée
10 19 h 1 1 Jules-Albert de Dion 19 h 11 pour le Figaro
11 19 h 54 13 Émile Roger
12 20 h 9 20 Léon Serpollet
13 21 h 19 7 Émile Mayade
14 21 h 38 37 Fréderic/Paul Thaillier
15 21 h 46 (14) Georges Osmont
16 21 h 46 40 quelle position au départ de Versailles ?
17 22 h 3 18 Pierre Gautier

La (42) de Félix Millet et la 25 de Charles Jeantaud avec un problème d'essieu, ne repartent pas d'Orléans.

Passage à Blois[modifier | modifier le code]

(Passage non obligatoire).

Arrivé à Blois
Ordre
d'arrivé
Heure no  Pilote Observation
1 18 h 22 3 Comte de Chasseloup Laubat
2 18 h 42 5 Emile Levassor
3 19 h 33 15 Louis Rigoulot
4 20 h 0 6 Prévost
5 20 h 10 8 Auguste Doriot 19 h 57 pour Le Matin

Passage à Tours[modifier | modifier le code]

Hôtel du Faisan.

Arrivé à Tours
Ordre
d'arrivé
Heure no  Pilote Observation
1 20 h 45 5 Emile Levassor 20 h 40 pour le Figaro et le Matin
2 21 h 50 3 Comte de Chasseloup Laubat Piston cassé suite à un accident à Vouvray, ne repart pas de Tours
3 22 h 10 15 Louis Rigoulot
4 22 h 40 6 Prévost
5 22 h 45 8 Auguste Doriot
Mercredi 12
6 h 0 28 Belanger
7 h 40 16 Isaac / Paul Koechlin
8 h 12 12 Hans Thum
9 h 25 1 Jules-Albert de Dion
10 h 28 13 Émile Roger
11 h 12 20 Léon Serpollet
12 h 33 7 Émile Mayade
13 h 3 (14) Georges Osmont
14 21 h 38 46 les frères Michelin quelle position au départ de Versailles ?
15 h 0 37 Fréderic/Paul Thaillier

Passage à Poitiers[modifier | modifier le code]

Hôtel Tribot.

Arrivé à Poitiers
Ordre
d'arrivé
Heure no  Pilote Observation
1 h 45 5 Emile Levassor
2 h 47 15 Louis Rigoulot
3 h 0 8 Auguste Doriot
4 h 29 6 Prévost
5 h 12 16 Isaac / Paul Koechlin
6 h 50 28 Belanger
7 h 35 12 Hans Thum
8 h 16 20 Léon Serpollet
9 h 26 7 Émile Mayade
10 h 50 13 Émile Roger
11 h 30 1 Jules-Albert de Dion
12 11 h 28 (14) Georges Osmont

Passage à Angoulême[modifier | modifier le code]

Buffet de la gare.

Arrivé à Angoulême
Ordre
d'arrivé
Heure no  Pilote Observation
1 h 25 5 Emile Levassor
2 h 40 15 Louis Rigoulot
3 h 43 8 Auguste Doriot
4 h 45 6 Prévost chien écrasé, roue cassée à Pontouvre
5 11 h 19 16 Isaac / Paul Koechlin
6 11 h 45 28 Belanger
7 13 h 29 12 Hans Thum 13 h 18 pour le Figaro
8 15 h 22 20 Léon Serpollet
9 18 h 30 1 Jules-Albert de Dion abandonne la course.
10 18 h 55 (14) Georges Osmont

La (14) reste en panne à la Couronne.

Demi-tour à Bordeaux[modifier | modifier le code]

Café anglais, les allées de Tourny.

Arrivé à Bordeaux
Ordre
d'arrivé
Heure no  Pilote Observation
1 10 h 38 5 Emile Levassor 5 min d'arrêt, coupe de champagne avec M. Cazalet, adjoint au maire.
2 14 h 10 15 Louis Rigoulot
3 15 h 28 8 Auguste Doriot
4 17 h 23 16 Isaac / Paul Koechlin
5 19 h 20 28 Belanger
6 22 h 45 12 Hans Thum 21 h 45 pour le Gaulois
Jeudi 13
7 h 22 7 Émile Mayade h 12 pour la Lanterne
8 h 15 20 Léon Serpollet
9 h 20 13 Émile Roger
10 h 45 24 Amédée Bollée
11 12 h 22 6 Prévost
12 12 h 45 46 les frères Michelin

La 5 a un accident à Arveyres et repart à 12 h 8 après réparation (contesté par émile Levassor dès son arrivé).

Passage retour à Angoulême[modifier | modifier le code]

Buffet de la gare.

Arrivé à Angoulême
Ordre
d'arrivé
Heure no  Pilote Observation
1 16 h 28 5 Emile Levassor
2 20 h 15 15 Louis Rigoulot
3 23 h 50 8 Auguste Doriot
Jeudi 13
4 h 20 28 Belanger
5 h 16 12 Hans Thum
6 h 50 20 Léon Serpollet
7 10 h 7 7 Émile Mayade
8 12 h 55 16 Isaac / Paul Koechlin

Passage retour à Poitiers[modifier | modifier le code]

Hôtel Tribot.

Arrivé à Poitiers
Ordre
d'arrivé
Heure no  Pilote Observation
1 21 h 50 5 Emile Levassor
Jeudi 13
2 15 Louis Rigoulot
3 h 20 8 Auguste Doriot
4 16 Isaac / Paul Koechlin
5 h 28 6 Prévost
6 14 h 0 12 Hans Thum
7 15 h 28 28 Belanger
8 16 h 52 20 Léon Serpollet
9 17 h 23 7 Émile Mayade

Passage retour à Tours[modifier | modifier le code]

Hôtel du Faisan.

Arrivé à Tours
Ordre
d'arrivé
Heure no  Pilote Observation
Jeudi 13
1 h 10 5 Emile Levassor
2 h 0 15 Louis Rigoulot
3 12 h 20 8 Auguste Doriot
4 12 h 37 16 Isaac / Paul Koechlin
5 19 h 45 12 Hans Thum
6 20 h 20 28 Belanger

La 20, suite à un vilebrequin cassé, ne repart pas de tours (Tours ou Poitiers).

Passage retour à Blois[modifier | modifier le code]

(Passage non obligatoire).

Arrivé à Blois
Ordre
d'arrivé
Heure no  Pilote Observation
Jeudi 13
14 h 5 16 Isaac / Paul Koechlin
14 h 35 8 Auguste Doriot

Passage retour à Orléans[modifier | modifier le code]

L'hôtel St-Aignan sur la place St-Aignan.

Arrivé à Orléans
Ordre
d'arrivé
Heure no  Pilote Observation
Jeudi 13
1 h 35 5 Emile Levassor
2 11 h 43 15 Louis Rigoulot
3 16 h 56 8 Auguste Doriot
4 17 h 23 16 Isaac / Paul Koechlin
Vendredi 14
Samedi 15
6 Prévost
46 les frères Michelin

Passage retour à Étampes[modifier | modifier le code]

(Passage non obligatoire).

Arrivé à Étampes
Ordre
d'arrivé
Heure no  Pilote Observation
1 h 30 5 Emile Levassor h 40 pour le petit parisien

Passage retour à Versailles[modifier | modifier le code]

Place d'armes du château.

Arrivé à Versailles
Ordre
d'arrivé
Heure no  Pilote Observation
1 12 h 12 5 Emile Levassor
2 17 h 55 15 Louis Rigoulot

Arrivé à Paris[modifier | modifier le code]

Restaurant Gillet, Porte Maillot.

Arrivé à Paris
Ordre
d'arrivé
Heure no  Pilote Ecurie Temps estimé & Observation
Jeudi 13
1 12 h 57 5 Emile Levassor Panhard et Levassor 48 h 44, 48 h 42 le Petit Journal
2 18 h 37 15 Louis Rigoulot Peugeot 54 h 53
3 23 h 55 8 Auguste Doriot Peugeot 59 h 49
Vendredi 14
4 h 2 16 Isaac / Paul Koechlin Peugeot 59 h 48
5 11 h 22 12 Hans Thum Roger
6 16 h 55 7 Émile Mayade Panhard et Levassor
7 17 h 0 28 Belanger / H. Panhard Panhard et Levassor 17 h 20 le Temps
8 22 h 15 13 Émile Roger Roger
Samedi 15
9 h 15 24 Amédée Bollée Bollée 90 h 3
Après le temps règlementaire de 100h
10 19 h 50 46 les frères Michelin Michelin

Attribution des prix[modifier | modifier le code]

  • 1er prix de 34 000 francs, est attribué au numéro 16 Isaac / Paul Koechlin
  • 2e prix de 13 600 francs, est attribué au numéro 5 Emile Levassor
  • 3e prix est attribué au numéro 15 Louis Rigoulot
  • 4e prix est attribué au numéro 8 Auguste Doriot
  • 5e prix est attribué au numéro 7 Émile Mayade
  • 6e prix est attribué au numéro 12 Hans Thum
  • 7e prix est attribué au numéro 13 Émile Roger

Anecdote[modifier | modifier le code]

Dans la série d'animation « Il était une fois... l'Homme », le 24e épisode (Ah ! La belle époque), présente un résumé rapide de la course[5].

Dans les quotidiens :

« Allez de Paris à Bordeaux sur une voiture à vapeur constitue une fatigue sérieuse. Il faut un vin à la fois réconfortant, procurant une légère nervosité et doux à l'estomac. Voilà pourquoi, hier matin, tous les sportsmen avaient garni les coffres de leurs voitures de flacons de Pouilly sortis des caves de M. Bernot, propriétaire à Pouilly (Nievre). »

— un Domino, Le Gaulois, 12 juin 1895

« Que conclure de cette épreuve ? Que la locomotion automobile a reçu aujourd'hui ses lettres de créances et que le succès d'hier l'implante désormais parmi nous; dans quelques années, le cheval sera un luxe ou un comestible et l'armée adoptera les voitures sans chevaux. Saluons donc l'ère nouvelle et félicitons celui dont le nom aura présidé à sa naissance: M. Levassor. »

— Paul Meyan, Le Figaro, 14 juin 1895

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Figaro, 19 décembre 1894
  2. Le Figaro, 6 mars 1895
  3. Le 8 juin 1895, le comité décide que le départ aura lieu à l’Arc de Triomphe.
  4. Gratien Michaux crée la première moto Ducan et Suberbie
  5. Extrait sur Dailymotion : [lire en ligne]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Le reglement
Livre: 1895, Paris-Bordeaux-Paris, l'Incroyable Course des Pionniers de l'Automobile
Gallica:
Le Petit Journal : Document utilisé pour la rédaction de l’article


Le Figaro:


La Lanterne:


Le Gaulois:


Le temps:


Le Petit Parisien:


Conservatoire national des arts et métiers:

Sur les autres projets Wikimedia :