Société des ingénieurs civils de France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Société des ingénieurs civils de France
Histoire
Fondation
Dissolution
Successeurs
Cadre
Type
Siège
Pays
Organisation
Président

La Société des ingénieurs civils de France, d'abord connue comme « Société centrale des ingénieurs civils » au moment de sa fondation en 1848, est une association reconnue d'utilité publique qui représente les interêts des ingénieurs non fonctionnaires.

Historique[modifier | modifier le code]

Périodique de la Société des ingénieurs civils publié en juillet 1887

Fondée le , la est créée à l'initiative d'un groupe d'anciens élèves de l'École centrale des arts et manufactures[1]. Son premier président est Eugène Flachat, ingénieur des chemins de fer autodidacte. Le terme d'« ingénieur civil » s'oppose dans ce cas aux ingénieurs de la fonction publique formés au sein de l'École polytechnique et de ses écoles d'applications, civiles ou militaires : est ingénieur civil au XIXe siècle un praticien autodidacte ou ancien élève d'une école d'ingénieurs non fonctionnaire.

En 1850, la société adopte le nom de « Société des ingénieurs civils de France ». Elle est reconnue d'utilité publique le par décret de Napoléon III.

Dès sa création, la société publie un bulletin, intitulé Mémoires et compte rendu des travaux de la Société des ingénieurs civils[2].

En 1880, une majorité de membres de la société étaient centraliens et 20 % étaient Gadzarts[3].

En 1978, la société fusionne avec l'Union des associations et sociétés industrielles françaises (fondée en 1948) pour donner naissance à Société des ingénieurs et scientifiques de France (ISF). Cette dernière participe ensuite, en 1992, à la création de l'association Ingénieurs et scientifiques de France.

Liste des présidents[modifier | modifier le code]

Liste actuellement non exhaustive[4] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir Georges Ribeill, « L’accouchement laborieux d’une institution d’origine centralienne : la Société des Ingénieurs civils de France (1848) » in revue Centraliens, n° 607, Décembre 2010/Janvier 2011. Voir également JACOMY, Bruno, « A la recherche de sa mission. La Société des ingénieurs civils » in revue Culture technique, n° 12, mars 1984, pp. 209-219.
  2. « Mémoires et compte rendu des travaux de la Société des ingénieurs civils »
  3. (en) Eda Kranakis, Constructing a bridge: an exploration of engineering culture, design, and research in nineteenth-century France and America, Inside technology, MIT Press, 1997 (ISBN 0-262-11217-5 et 978-0-2621-1217-8) 453 pages
  4. IESF, « Anciens présidents d'IESF » [PDF], sur Société des ingénieurs et scientifiques de France (IESF), (consulté le ), p. 1 et 2.
  5. Emile Muller - Centrale Histoire

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Rapporteur, Société centrale des ingénieurs civils fondée le 4 mars 1848 : Statuts adoptés en assemblée générale le 13 juillet 1848, Paris, Impr. de Dondey-Dupré, , 16 p. (lire en ligne).
  • Émile Cheysson, « Le rôle social de l’ingénieur : Réception par la Société des ingénieurs civils de France », dans Frédéric Le Play, Naissance de l'ingénieur social : Les ingénieurs des mines et la science sociale au XIXe siècle, Paris, Presses des Mines, (lire en ligne), p. 294-307.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]