René de Knyff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
René de Knyff
René de Knyff 1912.jpg
René de Knyff en 1912.
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Photo d'une voiture au milieu de la foule
Merkel et René de Knyff, deuxièmes de Paris-Marseille-Paris 1896 sur Panhard-Levassor (no 8).
Photo d'une voiture roulant entre deux palissades.
Arrivée victorieuse du cycliste Constant Huret derrière la Panhard de de Knyff, au Bordeaux-Paris 1899.

Le Chevalier René de Knyff, né le à Anvers (Belgique) et mort à Paris (XVI) le , est un pilote automobile franco-belge ayant acquis la nationalité française en 1914.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fut né dans la Famille de Knyff, fils de Léonce de Knyff (1813-1866) et Gebrielle van der Heyden (1842-1895). Dès le milieu des années 1880, il fut directeur de l'hebdomadaire La Revue des Sports durant plusieurs années. Il est alors membre de plusieurs cercles sportifs (d'escrime, de tir aux pigeons, et de yachting)[1].

Il participa à une vingtaine de courses de voitures entre 1896 et 1903, en remportant 5 (toujours sur Panhard & Levassor, où il occupait également un poste directionnel)[2],[3],[4],[5],[6]. Son jeune mécanicien embarqué habituellement se prénommait Aristide.

Il arrêta la compétition après l'édition 1903 de la Coupe Gordon Bennett, sa carrière sportive s'étant étalée sur près de sept ans.

En mai 1905, il percuta violemment une vache lors de reconnaissances pour la Coupe Bennett, en compagnie du journaliste Charles Faroux de La Vie au grand air[7].

D'un comportement sportif exemplaire[note 1], populaire, il était aisément reconnaissable par son épaisse barbe et sa casquette de capitaine (qu'il perdait régulièrement lors des départs), sachant aussi fréquemment apprécier champagne, cigares et vins de la vallée du Rhin[8].

Il devient, le 27 janvier 1899, le premier président de la Commission Sportive de l'Automobile Club de France (il en sera nommé président d'Honneur le 26 avril 1926), notamment chargé de l'organisation de la VIe Coupe Gordon Bennett à Clermont-Ferrand en 1905, avant de devenir Président de la Commission Sportive Internationale (CSI) de sa création le 7 décembre 1922 à 1946 (connue sous le nom de Fédération Internationale du Sport Automobile ou FISA à partir de février 1979). De sa création en 1913 à 1926, il préside également aux destinées de l'Union Motocycliste de France (la future Fédération française de motocyclisme en 1946), permettant notamment la création du Grand Prix de l'UMF pour cyclecars.

Il était également éleveur de chevaux dans l'île de Migneaux.

En 1921, à 56 ans, il épousa l'Autrichienne Dora Schmidt (1886-1983). Ils n'ont pas de descendance.

Il donne son nom à une avenue d'Hyères.

Palmarès[modifier | modifier le code]

  • 1898: Paris-Bordeaux (Critérium des Entraîneurs), sur Panhard 6 hp (1er au classement général en 15 h 30 min 31 s à la moyenne de 37,60 km/h et vainqueur des deux étapes Versailles-Tours, et Tours-Bordeaux)[3]
  • 1899: Rallye-Paper, sur Panhard 6 hp (1re édition)[9]
  • 1899: Brussel-Namur-Spa, sur Panhard 12 hp[10]
  • 1899: Spa-Bastogne-Spa, sur Panhard 12 hp
  • 1899: Tour de France automobile, sur Panhard 16 hp (vainqueur de quatre étapes sur sept, en plus de 2 000 km)
  • 1899: voiture-guide de Constant Huret, lors de sa victoire au Bordeaux-Paris cycliste (le record du trajet pour le cycliste tient 32 ans)
  • 1899: Rallye-Papiers (ou rallie-Papiers, ou rallye-paper[note 2]), sur Panhard 12 hp (deuxième édition également en décembre entre Fontainebleau et Paris, route de Suresnes à Saint-Germain, toujours grâce à La Vie au grand air)[4]
  • 1900: Circuit du Sud-Ouest (Pau), sur Panhard 16 hp
  • 1900: Nice-Marseille-Nice, sur Panhard 16 hp
  • 1900: vainqueur de la catégorie "Voitures lourdes" (plus de 400 kg) lors de Paris-Toulouse-Paris en 1900, sur Panhard 16 hp (1 347 km)[5]

Autres podiums, et accessits

  • 2e de Paris-Marseille-Paris en 1896, sur Panhard & Levassor (avec M. Merkel)
  • 2e de Paris-Bordeaux en 1899, sur Panhard 16 hp
  • 2e de la Coupe automobile Gordon Bennett en 1903 sur Panhard (participation en 1900 et 1902)
  • 3e de Marseille-Nice en 1898, sur Panhard (vainqueur de l'étape Marseille-Hyères)
  • 3e de Paris-Berlin en 1901, sur Panhard
  • 4e de Marseille-Nice-La Turbie en 1897, sur Panhard
  • 4e de Paris-Amsterdam-Paris en 1898, sur Panhard

(nb: lors de Paris-Innsbruck en 1902, René de Knyff mène avec une confortable avance jusqu'à son abandon à quarante kilomètres à peine de l'arrivée. Il est à noter également un certain Gaétan de Knyff champion cycliste de la S.V. Métropolitaine en septembre 1892 sur Crypto[11], vainqueur de Bruxelles-Namur-Spa en 1899 sur Panhard & Levassor et onzième de Paris-Bordeaux en 1899 sur Peugeot[12], qui abandonne par la suite lors du Paris-Berlin 1901 sur Panhard)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Lors d'une édition de Paris-Bordeaux, il aperçoit ainsi son grand rival Fernand Charron assis sur la route à côté de son véhicule, dépité et fatigué. Il s'arrête et l'encourage vivement à repartir, en lui offrant un verre de cognac.
  2. Larousse Universel de 1922 : « sport dans lequel un coureur -ou un cavalier- parti avant les autres sème sur son passage des papiers, traces que les poursuivants relèvent pour tâcher de la rejoindre et de le prendre ».

Références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « René de Knyff » (voir la liste des auteurs).
  1. "Le Cyclisme théorique et pratique", par L. Baudry de Saunier, éd. La Librairie Illustré, 1893, p. 368-369.
  2. (en) « 1897 Grand Prix and Paris Races », sur TeamDAN.com
  3. a et b (en) « 1898 Grand Prix and Paris Races », sur TeamDAN.com
  4. a et b (en) « 1899 Grand Prix and Paris Races », sur TeamDAN.com
  5. a et b (en) « 1900 Grand Prix and Paris Races », sur TeamDAN.com
  6. (en) « 1901 Grand Prix and Paris Races », sur TeamDAN.com
  7. La Vie au grand air, 26 mai 1905, p. 420
  8. (cs) Miloš Skořepa, Dejiny automobilových pretekov, p. 49
  9. La Vie au grand air, 1er janvier 1899, p. 219-222
  10. Yvette Kupelian, Jacques Kupelian et Jacques Sirtaine, 60 Ans de Compétition AUTOMOBILE en Belgique 1896-1956, Kupelian & De Boeck Editeurs, , 230 p. (ASIN B000PGLZG2ISBN, lire en ligne)
  11. La Revue des sports, .
  12. (en) « 1898 Grand Prix », sur TeamDAN.com

Bibliographie et archives[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :