Auguste Doriot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Auguste Doriot
Description de cette image, également commentée ci-après
Louis Rigoulot (à gauche) et Auguste Doriot (à droite) au Paris-Brest-Paris 1891 sur Peugeot Type 3.
Naissance
Sainte-Suzanne
Décès (92 ans)
Menton
Nationalité Drapeau de France Français
Profession
Contremaître, pilote-essayeur, constructeur automobile
Autres activités
Coureur automobile
Le quadricycle Peugeot Type 3 de Paris-Brest-Paris en 1891, piloté pour la firme par Louis Rigoulot ingénieur et Auguste Doriot contremaître.
Auguste Doriot, troisième arrivé sur Peugeot Type 5 3hp vis-à-vis à Paris-Rouen 1894 (le 2e en partant de la droite).
La voiture Peugeot de Doriot, au départ de Paris-Bordeaux-Paris 1895 (4e).

Auguste Frédéric Doriot, né le à Sainte-Suzanne (Doubs) et mort le à Menton, était un pilote automobile français, devenu constructeur automobile.

Biographie[modifier | modifier le code]

Contremaître chez Peugeot où il est entré en 1889 après son service militaire, il effectue avec l'ingénieur Louis Rigoulot -l'installateur des moteurs Daimler dans les premiers véhicules- le plus long voyage d'une voiture à pétrole en 1891 lors de la course cycliste Paris-Brest-Paris de Pierre Giffard et du Petit Journal, sur 2 100 kilomètres à partir de Valentigney et 1 200 kilomètres de course effective (trois fois la distance déjà parcourue en 1890 par Léon Serpollet et Ernest Archdeacon entre Paris et Lyon). Les deux hommes arrivent à Brest 24 heures après Charles Terront, et six jours après ce dernier au retour à Paris, le 16 septembre. Ils parcourent initialement le trajet de Valentigney à Paris en trois jours (460 kilomètres). Il s'agit d'un vis-à-vis de deux sièges de deux places chacun. Ils ont à bord de l'eau, des bagages, et des pièces de rechange. Le poids total hors passagers est de 550 kilos, et le moteur un V Daimler de 2.5 HP avec allumage par tubes incandescents que chauffent des brûleurs. Ils roulent à 20 km/h de moyenne sur le plat, mais Rigoulot est prêt à pousser lors de passages de collines, où la vitesse tombe à 4 km/h, notamment à Langres (mais la voiture ne cale pas). Tous les 60 kilomètres environ, des points-relais de bidons de pétrole sont préétablis, grâce aux employés d'Armand Peugeot. Le plus souvent possible, l'équipage couvre le réservoir de la voiture de touffes d'herbes fraîches, ce qui permet une meilleure arrivée de l'essence aux brûleurs.

La Type 3 quitte Paris le 8 septembre derrière les vélos. Elle parcourt 200 kilomètres le premier jour, et 160 le deuxième, puis elle perd 24 heures près de Morlaix car un pignon de boîte de vitesses est défaillant (la réparation s'effectue avec les outils d'un cordonnier, la boîte permettant quatre vitesses avant, ainsi qu'une marche arrière). Doriot et Rigoulot arrivent en début de nuit le 12 septembre à Brest où les attend une foule encore nombreuse, et le vendeur de bicyclettes Peugeot de la ville. Après leur retour à Paris (avenue d'Ivry, aux usines Panhard & Levassor), Rigoulot et Doriot rentrent encore à Valentigney avec leur quadricycle à pétrole (soit de nouveau 460 kilomètres).

Entre 1894 et 1900, Doriot effectue ensuite huit courses pour Peugeot, alors qu'il est notamment pilote-testeur de la marque. Il accomplit le concours Paris-Rouen sur Type 5 (ex-æquo avec Panhard & Levassor après 126 km). Longtemps basé dans le Doubs, Armand Peugeot le nomme directeur de sa fabrique parisienne, ainsi que de son hall d'exposition avenue de la Grande Armée, dans la capitale.

Doriot quitte Peugeot en 1902, et il effectue alors un court passage chez Adolphe Clément-Bayard. En 1906, il cofonde à Courbevoie (169 boulevard Saint-Denis) « Doriot-Flandrin » avec Ludovic Flandrin, lui-même issu de la maison Peugeot et retrouvé chez Clément-Bayard. Les deux hommes produisent une petite voiturette de 1,1 l. En 1908 ils sont rejoints par Alexandre et Jules-René Parant, avec lesquels ils développent la nouvelle industrie automobile « Doriot, Flandrin & Parant (D.F.P.) », fabriquant et commercialisant des automobiles à moteurs « Chapuis-Dornier » de 2,0 à 2,8 l de cylindrées, avant de produire leurs propres blocs moteurs en 1912. En 1926 Lafitte un autre constructeur automobile rachète l'affaire alors que Doriot a 62 ans, avant de fermer deux ans plus tard.

Georges Doriot était le fils d'Auguste Doriot.

Résultats en compétitions[modifier | modifier le code]

Résultats en course d'Auguste Doriot
Année Course Date Distance Classement no  Constructeur Temps Notes
1894 Paris-Rouen 22 juillet 1894 127 km 3 28 Peugeot h 4 min 30 s
1895 Paris-Bordeaux-Paris 11 à 15 juin 1895 1 178 km 4 8 Peugeot 59 h 49 min 0 s avec trois passagers
1896 Paris-Marseille-Paris 24 septembre au 3 octobre 1896 1 710 km 8 44 Peugeot 81 h 23 min 51 s
1897 Paris-Dieppe 24 juillet 1897 170,8 km 29 Peugeot (6) h 26 min 53 s
1898 Paris-Amsterdam-Paris 7 à 13 juillet 1898 1 431 km 7 Peugeot 36 h 20 min 47 s
1899 Paris-Saint Malo 30 juillet 1899 371,75 km 2 ou 13 Peugeot Voiturette 12 h 17 min 0 s
1899 Paris-Ostende 1er septembre 1899 323,5 km 10 Peugeot Voiturette 10 h 53
1900 Coupe des Voiturettes 11 mars 1900 220 km 4 24 Peugeot h 58 min 51 s refroidissement moteur par eau lourde[1]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Auguste Doriot » (voir la liste des auteurs).

  1. heavy water cooled

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]