Rue Puits-en-Sock

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Liege enseigne droite.svg
Blason liege.svg
LIÈGE
Rue Puits-en-Sock
Image illustrative de l’article Rue Puits-en-Sock
Le monument Tchantchès au tenant de la rue Puits-en-Sock.
Situation
Coordonnées 50° 38′ 24″ nord, 5° 35′ 03″ est
Début Rue Pont Saint-Nicolas
Fin Place Théodore Gobert
Morphologie
Type Rue
Fonction(s) urbaine(s) Commerce de détail
Longueur 475 m
Largeur Entre 7 et 14 m
Histoire
Création XIe siècle
Anciens noms Rue Pont Saint-Nicolas et rue Entre-deux-Ponts
(jusqu'au XVIe siècle)
Monuments Monument Tchantchès

La rue Puits-en-Sock est une rue commerçante d'Outremeuse en Belgique avec une circulation en sens unique en direction de la rue Pont Saint-Nicolas. Certains bâtiments datent de la Renaissance mosane du XVIIe siècle. C'est aussi une portion de la route nationale 3 (Bruxelles - La Calamine).

La rue Puits-en-Sock avec l'église Saint-Nicolas au pont d'outre-Meuse au centre (« bief du Barbou »), l'hospice et la chapelle Saint-Julien (« bief de Rivelette ») plus bas et, tout à fait au bas de l'image, la porte d'Amercœur et le pont, en bois, du même nom.
(extrait de la carte de 1649 établie par Johannes Blaeu)

Odonymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la rue est composé de deux appellations distinctes :

Historique[modifier | modifier le code]

Le tracé actuel est presque aussi ancien que la Cité de Liège elle-même. En 841, l'évêque de Liège Hartgar fait bâtir, en bois, le Souverain-Pont entre les actuelles Chéravoie et rue Capitaine. Le tracé de la chaussée traverse alors les différents biefs de la Meuse en direction du mont Cornillon.

En 1034, le prince-évêque Réginard fait bâtir un nouveau pont, en pierre, appelé pont des Arcques qui relie la rue du pont dans la vieille ville à la rue du Pré dans le Vinåve des Prés. Il ordonne la construction d'une chaussée reliant Liège à Aix-la-Chapelle[note 1],[note 2], la construction des ponts Saint-Nicolas, Saint-Julien et, en 1072, celle du pont d'Amercœur. L'érection d'un mur d'enceinte le long de la Meuse ainsi que le long des biefs de Bèche, Saucy et du Barbou[note 3] est aussi entreprise dès 1034. L'église Saint-Nicolas au pont d'outre-Meuse est alors bâtie en étant intégrée à ce système de fortification et constitue une porte de ville[note 4].

Bien qu'en dehors des fortifications, la chaussée se borde rapidement de maisons. Au XIIe siècle, elle en est entièrement longée des deux côtés et des rues adjacentes se sont créées. L'habitat comprend des hôtels particuliers et de nombreux ateliers d'artisans des Bons Métiers. En 1319, un certain Gilles Corbesier — bourgeois de Liège — fonde l'hospice et la chapelle Saint-Julien[1]. Idéalement placé à côté du pont Saint-Julien, il reçoit les voyageurs et les pèlerins en provenance du Saint Empire en route pour Saint-Jacques-de-Compostelle. Les religieuses de l'abbaye de Robermont et les religieux du couvent des Chartreux de Mont-Cornillon possèdent aussi chacun une maison de refuge près du pont Saint-Julien.

C'est au XIIIe siècle que la rue acquiert deux appellations officielles, à savoir « rue Pont Saint-Nicolas » entre le dit pont et celui de Saint-Julien et « Entre deux Ponts » pour la seconde partie qui s'étend jusqu'au pont d'Amercœur.

Après le sac et la destruction de Liège par Charles le Téméraire en , la ville se reconstruit et perd son caractère médiéval. Outremeuse n'échappe pas au mouvement et la voie d'Aix-la-Chapelle reçoit son emprise actuelle et un habitat dont les volumes sont plus importants qu'auparavant.

En 1537, le prince-évêque Érard de La Marck confie à l'architecte Paul de Richelle la construction d'un deuxième rempart capable de résister aux tirs d'artillerie. Celui-ci protège l’entièreté d'Outremeuse depuis l'imposante « tour en Bèche »[note 5] en amont du fleuve jusqu'au bastion dit « balloir de la Gravioûle » en aval. La porte d'Amercœur est, quant à elle, érigée en 1540 sous l'ordre de Corneille de Berghes au pont d'Amercœur qui reste en bois jusqu'en 1741. La construction de cette nouvelle porte de ville stoppe l'usage, en tant que telle, de celle de l'église Saint-Nicolas au pont d'outre-Meuse qui n'est plus qu'une arcade sous le clocher. C'est à la fin du XVIe siècle que les deux chaussées reçoivent une appellation officielle commune à savoir l'actuelle « rue Puits-en-Sock ».

En , la rue subit des dommages lors du duel d'artillerie entre l'armée révolutionnaire française, installée à la citadelle, et l'armée prussienne, installée au monastère de la chartreuse[2]. L'église Saint-Nicolas, qui a aussi subi des dommages est démolie en 1805 et la paroisse déplacée vers l'église Notre-Dame et Sainte-Barbe qui prend alors le nom d'église Saint-Nicolas.

Durant le XIXe siècle, les biefs sont comblés ou transformés en égouts souterrains. Par-dessus apparaissent de nouvelles rues dont la rue Jean d'Outremeuse à l'endroit du bief de Rivelette. En 1878, la chapelle Saint-Julien devient une synagogue. La rue Puits-en-Sock acquiert son aspect actuel de centre commercial de proximité. C'est là qu'un certain Chrétien Simenon — le grand-père et parrain de Georges Simenon — exploite, jusqu'à son décès le [3], une chapellerie au no 55.

La vague d'attaques, entre et , sur l'agglomération liégeoise au moyen de V1 et de V2 épargne la rue.

Elle reste, au XXIe siècle, la rue la plus commerçante du quartier avec plus de cent commerces de détails et a gardé un aspect Renaissance mosane avec trois tenants de rue — Roture, Beauregard et Warroquiers — sous une travée voutée (en wallon un arvå' ou arvô '[4]).

Architecture et patrimoine[modifier | modifier le code]

La rue Puits-en-Sock est une des artères liégeoises comptant le plus d'immeubles anciens repris à l'inventaire du patrimoine culturel immobilier de la Wallonie. Plus de 80 immeubles y sont répertoriés. Ils datent pour la plupart du XVIIIe siècle. Parmi ceux-ci, trois sont aussi repris sur la liste du patrimoine immobilier classé de Liège.

Objet Année de construction / Architecte Adresse Section communale Coordonnées Numéro d’inventaire Illustration


Immeuble - Façades et toitures de l'immeuble à l'exception des menuiseries extérieures du rez-de-chaussée et de la loggia d'angle Rue Puits-en-Sock, no 1 Outremeuse 50° 38′ 29″ nord, 5° 34′ 56″ est 62063-CLT-0163-01
Maison - Façade avant et toiture, ainsi que le pignon du XVIIe siècle, sis Rue des Récollets Rue Puits-en-Sock, no 23 Outremeuse 50° 38′ 27″ nord, 5° 34′ 58″ est 62063-CLT-0307-01
Maison
Maison Au château de Franchimont - Façades et toiture Rue Puits-en-Sock, no 29 Outremeuse 50° 38′ 27″ nord, 5° 34′ 59″ est 62063-CLT-0416-01
Maison

L'immeuble situé au no 61 a été construit dans le style Art déco.

Au no 97, l'arvô Constant le Marin est un passage voûté menant à la rue Jean Warroquiers.

Enseignes en pierre sculptée[modifier | modifier le code]

La rue possède neuf enseignes en pierre sculptée.

Enseigne Rue Quartier Date Inscription Note Géolocalisation Image
Au Moriane – 1719 Rue Puits-en-Sock no 22 Outremeuse 1719 17 / 19 50° 38′ 26,73″ N, 5° 34′ 57,6″ E

Au Moriane Puits-en-Sock, Liège.jpg

Au château de Franchimont Rue Puits-en-Sock no 29 Outremeuse AU CHATEAU DE FRANCHIMONT Jadis siège d'une brasserie. La maison du château de Franchimont était déjà citée en 1580. 50° 38′ 26,56″ N, 5° 34′ 58,87″ E

LIEGE rue Puits-en-Stock 29 (3-2013) - extrait.jpg

À l'anneau d'or – 1723 Rue Puits-en-Sock no 35 Outremeuse 1723 17 A L'ANNEAU D'OR 23 La maison a été reconstruite après le bombardement de 1691. 50° 38′ 25,96″ N, 5° 34′ 59,45″ E

A l'anneau d'or Puits-en-Sock, Liège.jpg

Façade ornementée – 1696 Rue Puits-en-Sock no 45 Outremeuse 1696 1696 Motifs dorés sans enseigne spécifique. 50° 38′ 25,64″ N, 5° 34′ 59,94″ E

45 Puits-en-Sock motifs, Liège.jpg

Gland d'or – 1750 Rue Puits-en-Sock no 50 Outremeuse 1750 AU GLAND D'OR 1750 50° 38′ 25,33″ N, 5° 34′ 59,69″ E

Au gland d'or - Rue Puits-en-Sock, Liège.jpg

À la lance d'or Rue Puits-en-Sock no 56 Outremeuse A LA LANCE D'OR Pendant de nombreuses années, cette enseigne a été cachée sous un panneau. Elle est maintenant à nouveau visible. 50° 38′ 24,97″ N, 5° 35′ 00,04″ E

A la lance d'or Puits-en-Sock, Liège.jpg

La samaritaine Rue Puits-en-Sock no 65 (déplacée) Outremeuse LA SAMARITAINE L'enseigne est aujourd'hui placée dans la cour intérieure chez les Sœurs de la Visitation. Provient d'une maison voisine démolie depuis longtemps. 50° 38′ 24,89″ N, 5° 35′ 01,35″ E Defaut.svg
Cornet de poste Rue Puits-en-Sock no 103 (anciennement rue Entre-Deux-Ponts no 15) Outremeuse Anépigraphe 50° 38′ 21,29″ N, 5° 35′ 06,72″ E

Cornet de poste Puits-en-Sock, Liège.jpg

Au cheval blanc – 1736 Rue Puits-en-Sock no 118 (anciennement rue Entre-Deux-Ponts no 18) Outremeuse 1736 AU CHEVAL BLANC / 1736 L'enseigne était masquée depuis 1956. Elle a été rendue à nouveau visible en 2009. 50° 38′ 20,64″ N, 5° 35′ 06,72″ E

Au cheval blanc Puits-en-Sock, Liège.jpg

Voiries adjacentes[modifier | modifier le code]

De la rue Pont Saint-Nicolas vers le pont d'Amercœur :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le tracé actuel de la rue Puits-en-Sock date de cette époque.
  2. Cette nouvelle voie de communication va provoquer l'abandon de la chaussée Brunehaut de Tongres à Aix-la-Chapelle comme axe de communication.
  3. Remplacés par les boulevards Saucy et de la Constitution lors de leur comblement au XIXe siècle.
  4. Elle est connue sous le nom de « porte de Sock » ou « porte de Chock ». Après la construction de la deuxième enceinte au XVIe siècle, elle devient la fausse porte de Saint-Nicolas.
  5. En temps de guerre la « tour en Bèche » était reliée par une chaine, tendue en travers de la Meuse, à la « tour des Croisiers » qui lui faisait face.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dieudonné Brouwers, Chroniques archéologiques du Pays de Liège, t.1, Liège, 1906, p. 51
  2. C.L.H.A.M., À propos du bombardement du faubourg d'Amercœur en 1794 [(fr) lire en ligne]
  3. Éditions Omnibus, biographie de Georges Simenon [(fr) lire en ligne]
  4. Jean Gothier, Dictionnaire français-wallon, 1870 p.11

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Théodore Gobert, Liège à travers les âges, Liège, Georges Thone, 1924 et 1930, 3e et 4e éd., 6 vol. in-4° (1re et 2e éd. 1884 et 1901 sous le titre Les rues de Liége, 4 vol. in-4°) (OCLC 645720856)

Articles connexes[modifier | modifier le code]