Nanesse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Nanesse
Nanèsse (wa)
Image illustrative de l’article Nanesse
Géants Tchantchès et Nanesse lors des fêtes du 15 août en Outremeuse.

Date de création XIXe siècle
Période d'utilisation attestée toujours utilisée
Type d'élément marionnette
Type de marionnette à tringle
Matériaux bois de tilleul
Éléments remarquables
du costume
sabots, longue jupe bleue, tablier, foulard rouge et blanc porté sur la tête
Caractère courageuse, sévère, jalouse
Type de spectacle divertissements
Lieux d'utilisation Liège (Drapeau de la Belgique Belgique)
Manipulateurs célèbres Léopold Leloup, Gaston Engels, Joseph Crits, Denis Bischeroux, Les Pinets, Henri Libert, Denis Fauconnier, Georges Vetters
Théâtres célèbres Musée Tchantchès, Mabotte, Théâtre à Denis, Al botroule, Li Tèyåte dèl Clignète

Nanesse ou, vernaculairement, Nanèsse, ce qui correspond en français au prénom « Agnès », est un personnage de fiction issu du folklore liégeois représenté, depuis le XIXe siècle, par une marionnette à tringle et, depuis 1995, par un géant.

Le personnage[modifier | modifier le code]

C'est une botteresse (« porteuse de hotte » en wallon liégeois) qui s'affuble du costume traditionnel des porteuses du quartier populaire d'Outremeuse. Elle est aussi la binamèye crapåde (« gentille fiancée » en wallon liégeois) de Tchantchès.

Son caractère est à l'opposé de son spitan galant (« sémillant fiancé », « sémillant soupirant » en wallon liégeois). Elle est pleine de bon sens, courageuse à l'ouvrage, sévère, excellente cuisinière (d'après Tchantchès) et quelque peu jalouse. À la maison c'est elle qui poite li maronne (« porte la culotte » en wallon liégeois) ». Tchantchès n'a qu'à bien se tenir car si paile (« sa poêle à frire » en wallon liégeois) ne sert pas qu'à faire des vôtes. Dans la tradition, c'est le seul personnage autorisé à agresser verbalement ou physiquement Tchantchès sans que celui-ci ne riposte autrement que par de la diplomatie.

Usages[modifier | modifier le code]

La marionnette[modifier | modifier le code]

L'usage créateur du personnage est le théâtre de marionnette à tringle liégeois. Selon les règles de celui-ci, Nanesse, tout comme Tchantchès, fait partie du peuple ; elle mesure donc moins de 80 centimètres[1]. Hormis la tête et les pieds, aucune autre partie n'est sculptée. Ces derniers sont constitués de sabots peints. Chacun de ceux-ci forme un tout avec la jambe réalisée dans le bois de tilleul. Ses vêtements sont ceux des ouvrières liégeoises de la fin du XIXe siècle. La manipulation se fait grâce à une tringle unique fixée au sommet de la tête. Son rôle est secondaire, elle n'apparait, en général, que dans des tableaux de la vie commune avec son « homme ».

Le géant[modifier | modifier le code]

C'est pour la première fois le que sont apparus aux fêtes du XV août d'Outremeuse les géants Tchantchès et Nanesse. Depuis 2006, les personnages de géants créés par L'association de la République libre d'Outremeuse sont au nombre de six[2].
La tête du géant de Nanesse, réalisée par la « Régie des bâtiments de la province de Liège » est conforme à celle de la marionnette du « Théâtre royal ancien impérial » du musée Tchantchès.

Les sculptures[modifier | modifier le code]

Botteresse au XIXe siècle

À l'instar de son compagnon, Nanesse possède aussi ses statues. Contrairement à la marionnette et au géant qui ont la physionomie d'une matrone, les sculptures de Nanesse ont toutes un air aguichant et déluré :

Contrairement à certaines croyances à propos du monument Tchantchès de Joseph Zomers érigé, en 1936, entre la rue Pont Saint-Nicolas et la rue Puits-en-Sock appelé, à tort, par ces galguizouteus (« raconteurs de balivernes » en wallon liégeois) monument Tchantchès et Nanesse, ce n'est pas Nanesse qui tient la marionnette de Tchantchès mais l’allégorie de la Wallonie prenant l'apparence d'une hiercheuse (« ouvrière qui tire les wagonnets de charbon » en wallon liégeois)[5].

Autres usages[modifier | modifier le code]

Santons wallons représentant Tchantchès et Nanesse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Denis Fauconnier, « Quelques règles », sur tchantches.com, (consulté le 27 juillet 2012)
  2. Laurence Wauters et Eddy Lambert, « Un 15 août de plus en plus géant », lesoir.be, Groupe Rossel,‎ (lire en ligne)
  3. « Le petit avion de la place Saint-Lambert », sur liegedemain.be (consulté le 26 juillet 2012)
  4. « Tchantchès et Nanesse », sur monde.ccdmd.qc.ca (consulté le 28 juillet 2012)
  5. Claude Warsée, « Le monument à la gloire de Tchantchès », sur cwarzee.net, (consulté le 29 juillet 2012)
  6. « La Nanesse », sur opw.be, (consulté le 30 juillet 2012)
  7. « Bloody Nanesse ou fraîcheur de tomates au pèkèt », sur uncuisinierchezvous.com, (consulté le 30 juillet 2012)
  8. Devoghel, « La magie de Noël opère toujours », dhnet.be, La Dernière Heure/Les Sports,‎ (lire en ligne)
  9. « Nanesse », sur bide-et-musique.com, (consulté le 30 juillet 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claude Neven et Lucie Haertjens, La marionnette liégeoise, Liège, Éditions du Céfal, coll. « Collection Reliance » (no 4), , 142 p., 24 cm (ISBN 978-2-871300-94-6, OCLC 422009734, présentation en ligne)
  • José Maquet, La fabrication de la marionnette traditionnelle liégeoise, Saint-Nicolas-lez-Liège, José Maquet, , 21 cm (OCLC 11318410)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]