Orange (couleur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Orange.
Des rondelles d'orange, fruit.

L'orange est un champ chromatique de couleurs vives qui, sur le cercle chromatique, prennent place entre le rouge et le jaune.

Les couleurs orangées sont des couleurs chaudes ; les couleurs chaudes se définissent par proximité avec l'orange. Elles sont aussi considérées comme stimulantes et provocantes.

Colorimétrie et perception des couleurs[modifier | modifier le code]

La norme AFNOR X 08-010 Classification méthodique des couleurs définit l'orange comme une couleur dont la longueur d'onde dominante se situe entre 584 nm à 605 nm, de saturation et de luminosité moyennes à élevées.

Les champs voisins sont les rouges et les jaunes, parmi les teintes lumineuses et saturées. Les teintes de même longueur d'onde dominante, mais de saturation et de luminosité moindre sont des marrons, celles de forte luminosité, mais peu saturées, sont des beiges.

Le terme orange peut être précisé par des adjectifs comme clair ou intense, également définis, et servir pour modifier une couleur proche, jaune, rouge ou rose, selon les caractéristiques de teinte, de luminosité et de saturation, de la teinte décrite[1].

La couleur complémentaire d'un orange est un bleu. Avec l'illuminant D65 (lumière du jour), les complémentaires des orange de longueur d'onde dominante entre 584 nm et 605 nm sont des bleus tirant vers le vert et des bleu-verts se trouvent entre 482 nm et 490 nm.

Synthèse de l'orange[modifier | modifier le code]

En synthèse soustractive, l'orange s'obtient par une combinaison de filtres jaunes et magenta.

Avec des pigments comme peinture, crayon, feutre, l'orange s'obtient en mélangeant beaucoup de jaune et un peu de rouge. La proportion est généralement de 3 à 4 parts de jaune pour une part de rouge[2]. Les pigments rouges tirant vers l'orange et orange sont toutefois d'emploi fréquent.

On peut obtenir des pigments orangés très lumineux donnant des couleurs presque pures ; mais on ne peut reproduire ces couleurs par la synthèse additive sur écran de télévision ou d'ordinateur. On doit sacrifier soit la luminosité, soit la pureté.

L'orange obtenu en imprimerie par la quadrichromie est encore plus limité. L'orange quadri, comparé à un orange pur, passe pour un beige ou un marron orangé. La couleur orange est impossible à obtenir réellement en imprimerie, à moins d'utiliser des pigments spécifiques (par exemple le Pantone orange 021 ou bien un mélange rouge chaud et jaune chaud)[réf. souhaitée].

Voici un exemple de différence entre un orange naturel et sa simulation en quadrichromie. À gauche il s'agit d'un orange saturé RVB composé de 100 % de rouge et 50 % de vert (0 % de bleu). À droite c'est ce même orangé séparé en quadrichromie, ce qui donne 55 % de magenta et 85 % de jaune. Comme on peut le voir, la séparation quadri ne parvient pas à restituer un orange pur :

Orange du Web[modifier | modifier le code]

Dans les navigateurs internet et les applications dérivées, plusieurs mots-clé contenant orange appellent des couleurs conventionnelles.

Noms de couleur X11 et HTML/CSS/SVG
Mot-clé Échantillon Code
DarkOrange   #FF8C00
Orange   #FFA500
OrangeRed   #FF4500

Colorants[modifier | modifier le code]

Le Colour Index répertorie environ 80 pigments orangés (P0), dont certains sont plus rouge-orangé qu'orangé, et auxquels il faut ajouter quelques pigments classés rouge (PR)[3].

Pigments[modifier | modifier le code]

Aucun colorant ancien ne produit une couleur orangée. Il est toujours possible de faire un orange en mélangeant des pigments rouges avec des pigments jaunes ; mais ce mélange est toujours plus terne que ses composants, d'autant plus que la nuance de ceux-ci s'éloigne de celle recherché[4].

  • Deux sulfures d'arsenic naturels, le réalgar (rouge orangé ou rouge vermillion) et l'orpiment (du jaune citron au jaune d'or) sont connus depuis l'Antiquité. Le réalgar se décompose, à la lumière, en un mélange d'orpiment et d'arsénolite. Ces deux pigments sont tous deux très toxiques, et présentent de plus l'inconvénient de réagir chimiquement, du fait du soufre qu'ils libèrent, avec les autres pigments auxquels ils seraient mélangés. Pour la même raison, ils sont antisiccatifs dans l'huile. Ces pigments ont servi pour des écritures en lettres d'or sans or, dans des détrempes à l'œuf où leur toxicité était mise à profit, comme conservateur. Ils ont été abandonnés[5].
  • Au Moyen Âge, on se sert du minium de plomb (rouge) qui permet de fabriquer l'orange minéral. Mais selon Cennino Cennini, « il est bon seulement sur panneau, car si tu l'utilises sur mur, dès qu'il est exposé à la lumière, il devient noir et perd sa couleur[6] ». En effet, il noircit lorsqu'on l'expose à de l'hydrogène sulfuré ou à des sulfures[7]. Il est donc tout-à-fait exclu de le mélanger à de l'oripiment pour le rendre plus orangé.
  • La découverte du chrome en 1797 par Louis-Nicolas Vauquelin est significative : avec ces orange de chrome, les artistes disposent de pigments orangés[8]. Quoique cher, et moins vif que l'orange de cadmium inventé peu après, l'orange de chrome fut très apprécié de William Turner, des Impressionnistes et de Van Gogh qui estimait qu'aucune autre couleur ne saurait véritablement s'exprimer même le bleu. Leur pouvoir colorant est élevé[9].
  • En 1820 le chimiste Friedrich Stromeyer produit un sulfure de cadmium jaune qui donne une teinte orangée dans certaines conditions de synthèse influant sur la taille des grains. Il entre au catalogue des marchands de couleurs à partir de 1850[10]. C'est le premier vrai orange vif et lumineux. Soixante ans plus tard, un orange encore plus profond est élaboré en précipitant le sulfure de cadmium avec du sulfure de sodium et du sélénium. Les orange de cadmium, classés PY37 et PO20 au Colour Index, atteignent d'excellentes caractéristique de luminosité et de saturation, qui les ont fait comparer à des couleurs optimales ; ils sont opaques[11].

Les suspicions de toxicité concernant les pigments de cadmium se joignent à leur prix élevé pour restreindre leur emploi. Les marchands de couleur proposent la plupart du temps des pigments « teinte orangé de cadmium », imitations basées sur des pigments organiques.

Colorants alimentaires[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour voir d'autres.
Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Dans l'alimentation, la couleur orange est évidemment associée à l'orange fruit, mais aussi à d'autres fruits dont la couleur, la chair ou le jus sont orange : la carotte, la mandarine, la clémentine, la mangue, le melon, l'abricot.

Les sorbets de couleur orange sont généralement faits avec ces fruits orange.

C'est également la couleur de la carotte, si bien que la couleur orange est souvent utilisée pour promouvoir des produits contenant de la vitamine A (bêta-carotène) et de la vitamine C (dont les fruits orange sont riches).

Même les cachets de vitamine C sont souvent (artificiellement) colorés en orange et aromatisés à l'orange.

Le E110 est utilisé pour colorer les produits alimentaires suivants : confiseries, bonbons, glaces, crèmes glacées, sirops, boissons sans alcools, liqueurs, cavier, œufs de lump, crevettes, poissons séchés et salés, enveloppes de charcuteries, croûtes de fromages, pâtisseries, desserts, biscuiteries.

La série des E160 est utilisée pour colorer l'alimentation des saumons d'élevage, ce qui donne à leur chair cette couleur orange. Ils sont également utilisés pour colorer le beurre, la mimolette et les croûtes de fromages.

Couleur Code Origine Nom chimique
jaune orangé E 107 ... jaune 2G
interdit en Europe et aux États-Unis
jaune orangé E 110 synthèse jaune orangé S
nuances
jaune à orange
E 160-a
à 160-f
Pigments naturels
d'abricot,

de carotte,
de langouste,
de poisson, etc.

caroténoïdes
Jaune Orange Rouge E 160(A) I) ... β-carotène
Jaune Orange Rouge E 160(A) II) ... Caroténoïdes mélangés (alpha-, β-, gamma-)
Jaune Orange Rouge E 160(B) ... Rocou (ou annatto), bixine, norbixine
Jaune Orange Rouge E 160(C) ... Extrait de paprika, capsanthéine, capsorubine
Jaune Orange Rouge E 160(D) ... Lycopène
Jaune Orange Rouge E 160(E) ... Apocaroténal 8' (C30)
Jaune Orange Rouge E 160(F) ... Ester éthylique de l'acide -apocaroténique-8' (C30)
Jaune Orange Rouge E 161 ... Xanthophylles
Jaune Orange Rouge E 162 ... Rouge de betterave, bétanine

Filtres[modifier | modifier le code]

Les filtres orange forment une classe assez nombreuse. En photographie noir et blanc, ils servent pour diminuer le contraste des lèvres, veines, boutons, etc. sur la peau, tout en augmentant celui des yeux. Dans les paysages, ils assombrissent profondément le ciel bleu et augmentent le contraste des feuillages[12].

En photographie couleur, les filtres orange saumon sont les filtres compensateurs de température de couleur, permettant la prise de vue en lumière naturelle avec des surfaces sensibles prévues pour l'éclairage artificiel à incandescence[13].

Symbolique[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour voir d'autres.
Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le champ chromatique orange se distingue tardivement de ses voisins rouge, jaune, brun et beige. En français, la couleur orange n'est attestée qu'au XVIe siècle[14] ; les langues anciennes l'assimilent au jaune ou au rouge. Les associations symboliques qu'il peut avoir sont nécessairement moins archaïques que de celles du rouge, qui existe dans presque toutes les langues du monde avec des racines dans les langues les plus anciennes.

Étymologie et morphologie[modifier | modifier le code]

Le nom « orange » de la couleur vient de celui du fruit, fruit qui a été introduit au XIe siècle par les Arabes (narandj) puis les Espagnols (naranja), d'après le mot sanscrit नारङ्ग (nāraṅga).

L'adjectif associé est invariable en français, étant l'abréviation de « de la couleur de l'orange (le fruit) ». On dira donc « des fleurs orange », sous-entendu « des fleurs de la couleur de l'orange » ; le pluriel ne s'applique qu'au fruit[15]. On utilise aussi l'adjectif orangé, lequel s'accorde normalement en genre et en nombre.

Si les dictionnaires étymologiques nous disent l'origine historique du mot orange, morphologiquement, le mot associe l'or à un suffixe qui note une proximité résultant d'une action, comme dans vidange avec vide, mélange avec mêler, ou non, comme dans étrange avec autre ou grange avec grain. Toute irrégulière que soit cette construction du point de vue érudit, elle s'impose à tous, savants et ignorants de l'histoire, et ne peut manquer de se répercuter dans les associations symboliques du mot pour tous ceux qui parlent français. Ces associations viennent renforcer la proximité de la couleur orange avec le jaune d'or.

Associations en Occident[modifier | modifier le code]

Un champignon

L'artiste Vassily Kandinsky a cherché à fonder ses compositions sur les associations liées directement aux formes abstraites et aux couleurs. Il écrit de l'orangé qu'il« ressemble à un homme sûr de ses forces et donne en conséquence une impression de santé[16] ». Ces associations d'idées sont toutes personnelles ; mais en Occident il est sûr que l'orangé a une valeur positive, du fait de sa proximité avec l'or. Pour Signac résume ainsi la pensée de Delacroix : « Chacun sait que le jaune, l'orangé et le rouge donnent et représentent des idées de joie, de richesse[17] ». L'orange est étroitement associé à la chaleur, c'est la couleur chaude typique.

Associations en Asie[modifier | modifier le code]

  • Dans la symbolique hindouiste, la couleur orange désigne le second chakra du corps humain, il est en rapport avec la créativité et le dynamisme. C'est la couleur des vêtements des sannyasin de l'ascétisme hindou, symbole du renoncement. Les membres de la secte d'Osho Rajneesh la portent aussi, si bien que dans les années 1970 on les appelait "orange people". Les moines bouddhistes se drapent également dans des vêtements de couleur orange. Ce serait la couleur du vêtement que le Bouddha Gautama aurait revêtu en renonçant à la vie mondaine. Il aurait pris le linceul d'un mort dans un cimetière pour le confectionner. Il symbolise donc également le renoncement. L'orange rappelle aussi pour les bouddhistes la couleur de l'or, symbole de pureté[18].

Utilisations[modifier | modifier le code]

Codes de couleur[modifier | modifier le code]

  • Dans le code de couleurs des résistances électriques et des condensateurs, la couleur orange correspond au chiffre 3, au multiplicateur x1000 et à un coefficient de température de 15ppm. Dans la norme CEI 60757, on le nomme OG (abréviation de orange).
  • Dans la signalisation routière, un signal lumineux orange marque une alarme, un danger proche, soit dans le temps, entre le vert (voie libre) et le rouge (interdiction de passer), soit dans l'espace (signalisation de chantier, clignotants de voiture, feux de détresse).
  • L'alerte orange est le troisième niveau d'alerte, après le vert (pas d'alerte) et le jaune et avant l'alerte rouge, dans la communication des prévisions d'intempérie par Météo France et des alertes sécuritaires dans le Plan Vigipirate.

Signalisation[modifier | modifier le code]

signal routier mobile
  • Comme il est prouvé[réf. souhaitée] que la couleur orange est celle qui se distingue le mieux dans de très nombreux environnements, cette couleur est utilisée pour la signalisation des dangers dans de nombreux domaines et particulièrement la circulation automobile et ferroviaire.
  • Dans de nombreux pays les avertisseurs lumineux de changement de direction (clignotant) des véhicules émettent une lumière orange.
  • Le deuxième feu (position centrale) des feux tricolores qui règlent la circulation des carrefours est orange. Leur utilisation n'est pas universelle : la plupart du temps lorsqu'il s'allume, il avertit que le feu va passer au rouge, mais au Royaume-Uni et en Allemagne, le feu passe par une phase rouge et orange avant le vert.
  • Le feu orange clignotant revêt une signalisation différente du feu orange fixe. Généralement il signale un danger avec passage libre avec éventuellement le respect de la priorité à droite.
  • Répondant à une étude qui prouve qu'une signalisation orangée du gabarit d'un véhicule rend ce dernier nettement plus visible aux autres usagers de la route, de plus en plus de véhicules sont équipés de feux de gabarit orangés, qui entrent en fonction dès que le moteur du véhicule est en marche[réf. souhaitée].

Utilisations diverses[modifier | modifier le code]

  • Le Golden Gate Bridge, célèbre pont de San Francisco, est peint en International orange (en), une nuance conçue par l'architecte, alors que les structures étaient encore couvertes de la couche antirouille au minium, pour s'harmoniser avec les verts et les bleus du paysage, après la décision de faire du pont une attraction visuelle[19].
  • Les enregistreurs de vol, dits boîtes noires, sont peintes en orange pour en faciliter la recherche si l'avion est détruit.
  • L'agent orange est un défoliant chimique.
  • La vigilance orange est un niveau d'alerte des services français de sécurité publique.
  • Les prisonniers du système pénitentiaire américain et ceux de Guantánamo portent une tenue orange.

Utilisations commerciales[modifier | modifier le code]

  • Orange est une entreprise de télécommunications mobiles, filiale de France Télécom dont la partie française de la société s'appelle Orange France ; c'est aussi la marque sous laquelle France Télécom regroupe depuis le 1er juin 2006 l'ensemble de ses offres aux clients, à l'exception de la téléphonie fixe traditionnelle. Son logo est un carré orange.
  • La carte orange était un abonnement du métro parisien.
  • Orange est une marque de vélo (Vélo tout terrain) anglaise.
  • Orange est depuis 1968, une marque anglaise d'amplificateurs de guitares électriques[20].
  • Orange est le nom du livret d'épargne de la banque ING Direct France.

Utilisations politiques[modifier | modifier le code]

Usages sportifs[modifier | modifier le code]

  • Ceinture orange : Grade d'apprentissage dans certains arts martiaux et sports de combat. Dans le judo et le karaté elle correspond au 6e Kyu qui est le 4e niveau.
  • C'est la couleur des supporteurs de l'équipe nationale néerlandaise.

Culture : Littérature, cinéma, peinture, musique[modifier | modifier le code]

  • Le terme "orange" a été retrouvé dans un poème datant de 1044.
  • Kimagure Orange Road est un manga de Izumi Matsumoto aussi connu en France sous le nom Max et Compagnie.

Galerie[modifier | modifier le code]

Dans la nature[modifier | modifier le code]

Objets fabriqués[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philip Ball (trad. Jacques Bonnet), Histoire vivante des couleurs : 5000 ans de peinture racontée par les pigments [« Bright Earth: The Invention of Colour »], Paris, Hazan,‎
  • Jean Petit, Jacques Roire et Henri Valot, Encyclopédie de la peinture : formuler, fabriquer, appliquer, t. 1, Puteaux, EREC,‎
  • Jean Petit, Jacques Roire et Henri Valot, Encyclopédie de la peinture : formuler, fabriquer, appliquer, t. 2, Puteaux, EREC,‎
  • Jean Petit, Jacques Roire et Henri Valot, Encyclopédie de la peinture : formuler, fabriquer, appliquer, t. 3, Puteaux, EREC,‎
  • Robert Sève, Sience de la couleur : Aspects physiques et perceptifs, Marseille, Chalagam,‎

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sève 2009, p. 248-250; PRV2, p. 159 PRV3, p. 122.
  2. Cantin, C., Richard, D. Et Trudel, T. 1990. RUDIMENTS D'ARTS PLASTIQUES. Centre Éducatif et Culturel,inc., Québec.
  3. PRV3, p. 122.
  4. Field, Chromatography (1869), cité par Ball 2010, p. 65-66.
  5. PRV3, p. 130-132.
  6. Cennino Cennini, Le livre de l'art, chap. XLI.
  7. PRV3, p. 90
  8. Ball 2010, p. 230.
  9. PRV2, p. 88.
  10. Ball 2010, p. 226.
  11. [[#PRV2|]], p. 11-15.
  12. Filtres Kodak pour usage scientifiques et techniques, Kodak-Pathé, 1981, p.61-62.
  13. Wratten 85X, Filtres Kodak pour usage scientifiques et techniques, Kodak-Pathé, 1981, p.23
  14. 1553, Trésor de la langue française. Exemple de 1571.
  15. Trésor de la Langue Française
  16. Vassily Kandinsky, Du spirituel dans l'art, Paris, Denoël, coll. « Folio essais » (no 72),‎ , p. 162
  17. cité par Kandinsky 1989, p. 113
  18. http://www.oocities.org/teravada.geo/safran.html[réf. insuffisante]
  19. (en) « Why the International Orange Color? », sur goldengatebridge.org (consulté le 31 décembre 2015)
  20. Orange