Trésor de la langue française

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Trésor de la langue française
Formats
Dictionnaire explicatif (en)
Dictionnaire de la langue française (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Langue
Sujet
Dates de parution
Site web

Le Trésor de la langue française (TLF) est un dictionnaire de la langue française des XIXe siècle et XXe siècle en 16 volumes (plus le « supplément »[1]). Il a été publié sur papier entre 1971 et 1994, date de parution du dernier volume, puis en 2004 sous forme de cédérom. Le laboratoire Analyse et traitement informatique de la langue française (ATILF) en propose une version informatisée : Le Trésor de la langue française informatisé (TLFi).

Le Trésor de la langue française (TLF) a pour sous-titre Dictionnaire de la langue du XIXe et du XXe siècle (1789-1960)[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce dictionnaire est destiné à remplacer le Littré entré dans le domaine public. En 1960, Paul Imbs fonde le Centre de recherche pour un Trésor de la langue française (CRTLF), devenu l'Institut national de la langue française (INALF), puis l'Unité mixte de recherche « Analyse et traitement informatique de la langue française » (ATILF), chargée de rassembler la documentation nécessaire à la rédaction et à la publication du TLF[3].

Les tomes I à VII du Trésor de la langue française ont été réalisés sous la direction de Paul Imbs. Après le départ à la retraite du fondateur, les tomes VIII à XVI ont été élaborés sous la direction de Bernard Quemada.

En , un cédérom du Trésor de la langue française paraît chez CNRS Éditions[3].

Le Trésor de la langue française informatisé, ou TLFi, est la version informatisée du TLF, en accès libre sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales (CNRTL) parmi d'autres ressources proposées par l'ATILF (Analyse et traitement informatique de la langue française) au sein du CNRS.

C'est un dictionnaire de référence pour le lexicographe, dictionnaire dont les définitions, reposant sur des références souvent anciennes, sont aussi selon Barque L. et al. (2010) les bases d'une base de données historique de la langue française[4].

Un équivalent pour le Québec : Le Trésor de la langue française au Québec ou TLFQ a été créé au début des années 1970 par Marcel Juneau, professeur en langues et linguistique à l'Université Laval[5].

Contenu[modifier | modifier le code]

Version imprimée[modifier | modifier le code]

Version informatisée[modifier | modifier le code]

La version informatisée des 16 volumes (accompagnée d’un supplément) du TLF (« TLFi ») donne un accès libre et gratuit à :

  • 100 000 mots (et leur histoire)[6] ;
  • 270 000 définitions[6] ;
  • 430 000 exemples[6] ;
  • 350 millions de caractères[6].

Le supplément n'a jamais vu le jour sous forme imprimée[7],[8], mais se constitue sur Internet, sous l'impulsion de l'ATILF[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En cours de rédaction sur Internet par l'ATILF.
  2. Ce titre et ce sous-titre figurent en page III du tome premier sur papier paru en 1971.
  3. a et b ATILF.
  4. Barque, L., Nasr, A. et Polguere, A. (juillet 2010), « From the Definitions of the Trésor de la Langue Française To a Semantic Database of the French Language ». Dans XIV Euralex International Congress, p. 245-252.
  5. Poirier, C. (1998), Dictionnaire historique du français québécois, Sainte-Foy, QC, Presses de l’Université Laval, Lire en ligne, sur tlfq.ulaval.ca.
  6. a b c et d INALF, index du TFl (consulté le 28 juin 2013).
  7. Charles Bernet, « Le TLFi ou les infortunes de la lexicographie électronique », Mots : Les langages du politique, no 84,‎ , p. 86 (lire en ligne).
  8. Jean Pruvost, « Dictionnaires de l'institution et dictionnaires de l'entreprise privée : Une stimulation caractéristique des dictionnaires français », dans Christophe Rey (dir.) et Philippe Reynés (dir.), Dictionnaires, norme(s) et sociolinguistique, Paris, Éditions L'Harmattan, coll. « Carnets d'atelier de sociolinguistique » (no 5), , 360 p. (ISBN 978-2-296-96118-0, lire en ligne), p. 35.
  9. Voir à ce propos le site minimaliste dévolu par l'ATILF à ce supplément.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Étienne Brunet, Le Vocabulaire de Jean Giraudoux, structure et évolution : Statistique et informatique appliquées à l’étude des textes à partir du Trésor de la langue française, Genève, éditions Slatkine, 1978, 688 p., pas d’ISBN, ouvrage issu d’une thèse de doctorat d’État soutenue à Nice le , ouvrage distingué par le CNRS qui lui a accordé la médaille de bronze de l’année 1976 au titre de la 36e section, Études linguistiques et littéraires françaises.
  • Danielle Candel (2016), Pioneering Statistical Applications to the Trésor de la Langue Française Dictionary, Sylvain Loiseau et Jacqueline Léon éds., History of Quantitative Linguistics in France, Studies in Quantitative Linguistics 24, Gabriel Altmann dir., Lüdenscheid, RAM Verlag, p. 43-68.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]