Orange Music Electronic Company

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Orange Music Electronic Company
Description de l'image Orange MEC Logo.svg.
Fondation 1968
Fondateur Clifford Cooper
Pays d'origine Royaume-Uni
Siège Borehamwood, Hertfordshire, Royaume-Uni
Site web www.orangeamps.com

La Orange Music Electronic Company, aussi appelé Orange Amplification ou bien seulement Orange, est un fabricant anglais d'amplificateurs, de baffles et de pédales d'effets pour guitares et basses électriques.

Histoire[modifier | modifier le code]

Orange fut créée par Clifford Cooper en 1968 à Londres.

Les premiers amplificateurs Orange s'appelaient Orange MATAMP, suite à un partenariat avec Matamp.

En 1971, Orange Matamp dépassa les ventes de Marshall dans le domaine d'amplificateurs pour guitares. Néanmoins, Mat Mathias, le fondateur de Matamp, ne voulait pas renoncer à la haute qualité de ces amplificateurs afin de pouvoir les produire en masse. Le partenariat s'arrêta ainsi et Clifford Cooper continua de produire des amplificateurs sous le nom Orange.[1]

Les premiers amplificateurs étaient constitué d’amplificateurs de puissance seulement. La distorsion ne pouvait qu’être atteinte à fort volume grâce aux tubes. Les véritables amplificateurs Orange des années 1960 et 70 sont devenus rares car beaucoup furent modifiés.

Durant les années 1980, la production fut très limitée et Orange tomba presque dans l’oubli. À la fin des années 1990, à la suite d'une vague musicale Rétro, l’intérêt pour les amplificateurs à tubes devint plus grand et Orange renaquit[2],[3].

L'entreprise produit depuis de nombreux amplificateurs, aussi bien pour guitares que pour basses électriques.

Mis à part du son chaud produit grâce aux tubes, les amplificateurs Oranges furent connus grâce à leur revêtement en vinyle de couleur orange, qui était le seul matériel disponible à l’époque et qui donna le nom à la marque. De même, la description des boutons sur de nombreux amplificateurs d'Orange ce fait exclusivement grâce à l'utilisation de pictogrammes (PiX).

Produits[modifier | modifier le code]

Amplificateurs pour guitares électriques[modifier | modifier le code]

Exemple de tête d'amplificateur pour guitare électrique d'Orange: la AD30 Twin Channel

Tous les amplificateurs de la marque Orange sont à lampes, sauf la série Crush (à transistors) et la série Micro Terror (hybride).

  • Rockeverb Series : série d’amplificateurs à lampe et à deux canaux, Clean et Dirty.
  • Thunderverb Series : cette série s’apparente à la série Rockerverb, mais a un ton plus doux.
  • Crush / Crush Pro Series : série d'amplificateurs de type combo, à transistors, allant de 3 W à 120 W.
  • Terror Series : série d'amplificateurs compactes, à lampes seulement ou hybrides (à transistors et à lampes).
  • OR Series
  • AD Series
  • TH & TV Series
  • Dual Dark Series
  • Custom Shop Series

Amplificateurs pour basses électriques[modifier | modifier le code]

Orange produit aussi des amplificateurs et baffles pour basses électriques.

  • AD Series
  • 4 Stroke Bass Amplifier Series
  • OB1 Series
  • Crush Pix Series

Pédales d'effets[modifier | modifier le code]

Orange produit en 2016 trois pédales d'effets: la Bax Bangeetar Guitar Pre-EQ, la The Amp Detonator ABY et la Two Stroke.

Basse électrique[modifier | modifier le code]

Orange présente lors du NAMM 2016 la O Bass. Il s'agit d'une basse électrique, équipée d'un micro de type "Humbucker" et d'un manche vissé. Le corps de la basse est en Okoumé; le manche quant à lui est en érable avec une touche en palissandre[4].

Utilisateurs d'amplificateurs Orange[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Mat Mathias 1923 - 1989 - Tube Amp Legend », sur www.matamp.com (consulté le 4 août 2016)
  2. « The History of Orange Amps », sur www.dolphinmusic.co.uk (consulté le 31 août 2016)
  3. « The Story of Orange », sur www.orangeamps.com (consulté le 31 août 2016)
  4. (en-US) « NAMM 2016: Orange Amplification debut The O Bass », sur Guitar & Bass, (consulté le 8 juillet 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]