Offensive de Khazir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Offensive de Khazir

Informations générales
Date 29 -
Lieu Entre Khazir et Qaraqosh
Issue Victoire des peshmergas et de la coalition
Belligérants
Flag of Kurdistan.svg Peshmergas
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
Drapeau de l'État islamique État islamique
Commandants
Flag of Kurdistan.svg Sirwan Barzani
Flag of Kurdistan.svg Aziz Weysi
Flag of Kurdistan.svg Rezgar Mohammed Amin †
Forces en présence
Flag of Kurdistan.svg
5 500 hommes[1]
Drapeau de l'État islamique
inconnues
Pertes
Flag of Kurdistan.svg
4 morts
34 blessés
(selon les peshmergas)[1]
Drapeau de l'État islamique
140 morts
14 VBIED détruits
(selon les peshmergas)[1]

Seconde guerre civile irakienne

Coordonnées 36° 11′ 36″ nord, 43° 32′ 58″ est

Géolocalisation sur la carte : Moyen-Orient

(Voir situation sur carte : Moyen-Orient)
Offensive de Khazir

Géolocalisation sur la carte : Irak

(Voir situation sur carte : Irak)
Offensive de Khazir

L'offensive de Khazir a eu lieu du au , lors de la seconde guerre civile irakienne. Cette opération permet aux peshmergas de prendre neuf villages à l'État islamique dans la région de la rivière Khazir, à l'est de Qaraqosh.

Déroulement[modifier | modifier le code]

L'offensive est lancée le avant l'aube, à 4 h 30 du matin, depuis le camp de Hasan Sham, sur le front de Khazir[2],[1],[3],[4],[5]. Elle est dirigée par le général Sirwan Barzani et le général Aziz Weysi, commandant des Zeravani, les troupes d'élite kurdes[4],[3]. 5 500 peshmergas sont engagés dans les combats avec le soutien des forces aériennes de la coalition[1],[6]. Les forces kurdes sont également aidées et conseillées par des soldats du Régiment d'opérations spéciales du Canada et de la BFC Petawawa[7].

L'offensive est menée dans la région de Khazir, au sud du Grand Zab[2],[6]. Cette zone avait été prise par les djihadistes en 2014, ce qui avait provoqué la fuite de tous les villageois, majoritairement Shabaks et Kakaïs[3],[4],[6].

Trois villages, dont Zahrat Khatun, Tall Aswad, et une partie de Mufti, sont pris le matin du 29 mai à 10 heures du matin par les peshmergas[6],[3],[4]. Le 30, ils s'emparent de six autres villages Wardak, Gezekan et Tulaband, où les combats s'achèvent en fin de journée[3],[4],[6].

Au terme de cette courte offensive, les Kurdes ont le contrôle de neuf villages — Mufti, Tall Aswad, le Haut Zahrat Khatun, le Bas Zahrat Khatun, Tulandand, Gezekan, Chamakor, Kullabur et Wardak — sur une zone d'environ 120 km², près de la route principale entre Mossoul et Erbril[1],[7]. Les peshmergas ne sont alors plus qu'à cinq kilomètres des villes chrétiennes de Karamlech et Qaraqosh[6].

Les pertes[modifier | modifier le code]

Selon le communiqué du Conseil de sécurité de la région autonome du Kurdistan irakien, le bilan de l'opération est de 140 djihadistes tués et 14 VBIED détruits, tandis que les pertes des peshmergas sont de 4 morts et 34 blessés[1],[7],[8]. Un général de brigade kurde, Rizgar Agha ou Rezgar Mohammed Amin, qui avait pris part à la bataille de Kobané, figure parmi les morts[3],[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Photographies[modifier | modifier le code]