Bataille de Ramadi (2006)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir bataille de Ramadi.
Ne doit pas être confondu avec bataille d'Al-Anbar.
Bataille de Ramadi
Description de cette image, également commentée ci-après
Soldats américains durant une patrouille à Ramadi le 16 août 2006.
Informations générales
Date 17 juin -
(4 mois et 29 jours)
Lieu Ramadi
Issue Victoire américano-irakienne
Belligérants
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de l'Irak Irak
Flag of Jihad.svg Conseil consultatif des Moudjahidines en Irak
puis
Drapeau de l'État islamique État islamique d'Irak
Commandants
Drapeau des États-Unis Col. Sean MacFarland
Drapeau des États-Unis Ltc Ronald Clark
inconnu
Forces en présence
Drapeau des États-Unis 5 500 hommes
Drapeau de l'Irak 2 000 hommes
Flag of Jihad.svg Drapeau de l'État islamique
inconnues
Pertes
Drapeau des États-Unis
80 morts
200 blessés

Drapeau de l'Irak
30 morts
Flag of Jihad.svg Drapeau de l'État islamique
750 morts

Guerre d'Irak

Coordonnées 33° 25′ 00″ nord, 43° 18′ 00″ est

Géolocalisation sur la carte : Irak

(Voir situation sur carte : Irak)
Bataille de Ramadi

La première bataille de Ramadi fut livrée pendant la guerre d'Irak de juin à pour le contrôle de la capitale de la province d'Al-Anbar dans l'ouest de l'Irak.

Contexte historique[modifier | modifier le code]

Depuis la chute de Falloujah, Ramadi était un important centre de coordination de l'insurrection irakienne.

Historique de la bataille[modifier | modifier le code]

La police irakienne se prépare à entrer dans l'hôpital de Ramadi, 5 juillet 2006.

Une force combinée de soldats de l'US Army, du Corps des Marines des États-Unis et du SEAL ainsi que de l'armée irakienne fut déployée sur place afin de combattre les positions insurgées et capturer les lieux-clés de Ramadi dont le centre gouvernemental et l'hôpital général. La stratégie de la Coalition s'appuie sur l'envoi de patrouilles dans toute la ville.

Michael A. Monsoor, membre du SEAL se vit décerner la Medal of Honor à titre posthume pour son héroïsme et sa bravoure lors de la bataille : le 29 septembre, il se jette sur une grenade afin de sauver les autres membres de son escouade. Ce dernier avait déjà reçu la Silver Star en mai de la même année pour avoir sauvé un coéquipier blessé.

La bataille a également marqué la première utilisation par les insurgés de bombes au chlore : le 26 octobre, une voiture piégée explose avec deux réservoirs de chlore de 100 livres, tuant 2 policiers irakiens et un civil à Ramadi.

Le 15 novembre, la ville fut déclarée sécurisée. 80 soldats américains furent tués et 200 autres blessés tandis que les pertes des insurgés s’élevaient à 750 tués selon les estimations américaines.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]