Bataille de Sinjar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Sinjar
Description de cette image, également commentée ci-après

Peshmergas à Sinjar, vers début novembre 2015.

Informations générales
Date
(1 an, 3 mois et 10 jours)
Lieu Sinjar et Monts Sinjar
Issue Victoire des Kurdes et de la coalition
Belligérants
Flag of Kurdistan.svg Peshmergas
Ezidxan Flag.png HBS
Flag of Kurdistan Workers' Party.svg PKK

Flag of Syrian Kurdistan.svg PYD

Conseil militaire syriaque.jpg MFS[1]
Drapeau de l'Irak Irak

Seal of Combined Joint Task Force – Operation Inherent Resolve.svg Coalition

Drapeau de l'État islamique État islamique
Commandants
Flag of Kurdistan.svg Ezzedine Saadoun
Forces en présence
Flag of Kurdistan.svg
2 700 hommes[2]
(en août 2014)

8 000 hommes[3]
(en décembre 2014)

7 500 hommes[4]
(en novembre 2015)

Ezidxan Flag.png Flag of YBŞ.svg
1 300 à 3 000 hommes[5],[6]

People's Protection Units Flag.svg YPJ Flag.svg Flag of Hêzên Parastina Gel.svg
500 hommes[7]

Seal of Combined Joint Task Force – Operation Inherent Resolve.svg
forces aériennes
Drapeau de l'État islamique
300 à 700 hommes[8],[9]
(en novembre 2015)
Pertes
plusieurs centaines de morts plusieurs centaines à 1 000+ morts[16],[17]
Civils :
1 500 à 3 100 morts dans les massacres de Sinjar[10],[11]
4 000 à 7 400 prisonniers[10],[12],[13],[14]
400 000 déplacés[10],[15]

Seconde guerre civile irakienne

Coordonnées 36° 19′ 00″ nord, 41° 51′ 00″ est

Géolocalisation sur la carte : Irak

(Voir situation sur carte : Irak)
Bataille de Sinjar

La bataille de Sinjar a lieu lors de la seconde guerre civile irakienne, en plusieurs phases, du au .

Dès le premier jour des combats, la ville de Sinjar est prise aux peshmergas kurdes par les djihadistes de l'État islamique, ce qui entraîne un exode des populations civiles. Au cours de l'offensive, les djihadistes massacrent ou réduisent en esclavage des milliers de yézidis et encerclent les monts Sinjar où se sont réfugiés une partie des rescapés. Le 14 août, venus de Syrie et de Turquie, les forces des YPG et du PKK, parviennent à ouvrir un corridor au nord des montagnes avec le soutien de l'aviation américaine qui commence à bombarder l'État islamique le 8 août. Les djihadistes parviennent cependant à assiéger une deuxième fois les monts Sinjar le 20 octobre. Le 17 décembre, les peshmergas lancent une vaste offensive qui permet aux forces kurdes de repousser l'EI hors des montagnes et de reprendre une partie de la ville de Sinjar. Dans les mois qui suivent le contrôle de la ville reste disputé. Le 12 novembre 2015, les forces kurdes lancent l'offensive décisive qui leur permet de s'emparer le lendemain de la ville de Sinjar.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Prise de la ville de Sinjar par l'État islamique[modifier | modifier le code]

Vue en 2015 de la ville de Sinjar depuis les hauteurs des Monts Sinjar.

Le , les djihadistes de l'État islamique attaquent les peshmergas kurdes à Sinjar, une ville de 310 000 habitants située au nord-ouest de l'Irak, dans une zone précédemment administrée par le Gouvernement régional du Kurdistan[18].

Les assaillants ont rapidement l'avantage et s'emparent de la ville après quelques heures de combats. Les drapeaux noirs de l'EI sont hissés sur les bâtiments gouvernementaux[18].

Les peshmergas n'opposent pas une grande résistance, ils abandonnent la ville et se replient en bon ordre dans les zones montagneuses afin de recevoir des renforts. Cet abandon est vécu comme une trahison par les habitants de Sinjar[18],[2].

Dès le jour de leur entrée en ville, les djihadistes détruisent le mausolée de Sayyeda Zeinab, fille de Mahomet, qui était un sanctuaire chiite[18].

Premier siège des Monts Sinjar et exode des populations[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Massacres de Sinjar.
Vue en 2004 d'un temple yézidi au sommet du Mont Sinjar.

La prise de Sinjar provoque la fuite vers le Kurdistan irakien de plusieurs centaines de milliers d'habitants, principalement des yézidis mais aussi des Turcomans chiites qui s'étaient réfugiés dans cette ville. Environ 35 000 réfugiés se retrouvent bloqués et encerclés dans le mont Sinjar. Isolés, ils souffrent principalement du manque d'eau. Deux jours après la prise de la ville au moins 40 enfants sont morts de soif[19],[20],[18],[21].

Environ 1 500 Yézidis, dont des femmes et des enfants, sont massacrés par les djihadistes au cours de l'offensive. Les corps, pour certains encore vivants, sont sommairement enterrés dans des fosses commune[10],[22]. Plusieurs milliers de civils sont également capturés et conduits vers Tall Afar. Les hommes sont exécutés, tandis que les femmes les plus jeunes sont réduites à l'esclavage sexuel[23],[24],[12].

Environ 20 000 réfugiés Yézidis parviennent cependant à s'échapper des montagnes, en passant par la Syrie ; ils regagnent ensuite le Kurdistan irakien avec l'aide des forces kurdes des YPG et des peshmergas[22].

Intervention des Kurdes syriens et des forces aériennes de la coalition[modifier | modifier le code]

Venus de Syrie et de Turquie, les YPG et le PKK entrent en Irak pour soutenir les miliciens yézidis, ils ouvrent un front près de la frontière contre les djihadistes de l'EI[25].

De leur côté, les Américains et les Britanniques se mettent d'accord le pour effectuer des interventions aériennes pour soutien les forces kurdes. Des frappes aériennes ciblées sur des véhicules de transport et des pièces d'artillerie de l'État islamique débutent dès le lendemain, le 8 août ; elles s'accompagnent de largages d'aide humanitaire dans les montagnes de Sinjar[26],[27].

Vers le 14 août, les YPG et le PKK parviennent à ouvrir un corridor qui relie le Sinjar à la frontière syrienne et à briser le siège et l'encerclement du mont par l'EI. Les combattants kurdes perdent au moins huit hommes dans ces combats[28],[29].

À la même période, des milices yézidies se forment dans le mont Sinjar : les HBS et les YBS, les premiers soutenus par le Gouvernement régional du Kurdistan, les seconds entraînés et équipés par les YPG et le PKK. Ces forces compteraient au total 2 000 à 3 000 combattants[6].

Le 30 septembre, les peshmergas reprennent le contrôle de la ville de Rabia, après des combats ayant faits au moins 12 morts chez les djihadistes. Seule une dizaine d'hommes de l'EI résiste quelque temps dans une clinique malgré des frappes de l'aviation britannique contre ce bâtiment[30],[31],[32],[33].

Deuxième siège des Monts Sinjar[modifier | modifier le code]

Combattantes yézidies des YBS.

Le 20 octobre, 300 combattants de l'EI s'emparent de plusieurs villages yézidis, provoquant la fuite des habitants. Le 22, les djihadistes mettent pour la deuxième fois le siège sur les monts Sinjar, où vivent encore 2 000 familles yézidies défendues par les YBS[34],[35] et des troupes du PKK[36], soit au total 1 300 combattants kurdes[5]. Selon Reuters les YPG affirment de leur côté avoir 500 hommes dans le mont[7].

La coalition mène ponctuellement quelques frappes. Ainsi le 1er décembre, deux avions Rafale français détruisent un check-point de l'EI au sud-ouest du mont Sinjar[37].

Le 17 décembre, les peshmergas du PDK lancent une offensive depuis Rabia et Zoumar afin de reprendre Sinjar et sa région[38]. Ils sont soutenus par la coalition qui intensifie ses raids en engageant 15 avions qui mènent 45 raids du 15 au 18 décembre et détruisent 50 cibles[39],[40],[41],[42]. Le 18, les Kurdes progressent sur une centaine de kilomètres carrés[43] et dans la soirée ils atteignent le mont Sinjar et brisent le siège des djihadistes[44]. Un nouveau corridor est ouvert pour permettre le ravitaillement ou l'évacuation des milliers de civils toujours présents dans la montagne[45],[46],[47],[48].

Contre-offensive kurde sur la ville de Sinjar en décembre 2014[modifier | modifier le code]

Carte de l'offensive kurde sur Sinjar en décembre 2014.

Le 20 décembre, les peshmergas poursuivent leur offensive au sud de Rabia afin de reprendre le contrôle de la frontière, ils atteignent également les abords de la ville de Sinjar. De leur côté les YPG progressent également côté syrien et prennent le contrôle de huit villages[3]. Le 21, Massoud Barzani se rend sur le mont Sinjar pour célébrer « les victoires » contre l'État islamique, il annonce que les peshmergas sont entrés dans la ville de Sinjar et qu'ils auraient libéré une grande partie du centre-ville. À ce moment, les Kurdes affirment également avoir repris environ 700 kilomètres carrés aux djihadistes[49],[50],[51]. Le combat s'engage dans la ville de Sinjar, où malgré une dizaine de frappes aériennes de la coalition, les Kurdes se heurtent à une forte résistance des djihadistes divisés en plusieurs petits groupes[52]. Le 23 décembre, les djihadistes contrôlent toujours les deux tiers de la ville, ils incendient plusieurs bâtiments dans le but de brouiller la visibilité des avions de la coalition[53]. De leur côté, les peshmergas évacuent une partie de la population[54].

Cependant en janvier, des miliciens yézidis commettent un massacre à Jiri et Sibaya, deux villages arabes sunnites de la région de Sinjar. Selon Amnesty International, 21 civils sont tués, pour moitié des hommes âgés, des handicapés, des femmes et des enfants ; 40 autres personnes sont enlevées, dont 17 étaient toujours portées disparues en juin[55].

Dans les mois qui suivent, la ligne de front n'évolue guère[17]. En juin 2015, l'État islamique contrôle toujours 70 % de la ville de Sinjar[56]. Les combattants se font face à moins de 50 mètres sur certains points de la ville, ponctuellement les djihadistes mènent des attaques-suicides avec des véhicules piégés[17].

Offensive kurde de novembre 2015[modifier | modifier le code]

Peshmergas à Sinjar, début novembre 2015.
Ligne de front en Syrie et en Irak le 12 novembre 2015.

Le 12 novembre 2015, les forces kurdes lancent une grande offensive en vue de reprendre la ville de Sinjar et couper l'autoroute 47 qui relie Mossoul à la Syrie. Après 24 frappes aériennes de la coalition et des barrages d'artillerie, 7 500 peshmergas et miliciens yézidis des HBS sont engagés dans les combats. Basés dans les Monts Sinjar, les forces liées au PKK ; les HPG, les YPG et yézidis des YBS, forts d'environ 2 000 combattants, prennent également part aux combats. Les djihadistes ne sont pas surpris par l'offensive, ils ont envoyé des hommes en renfort à Sinjar, mais ils demeurent cependant très inférieurs en nombre par rapport aux Kurdes. Selon les estimations américaines, l'EI ne compte alors que 300 à 600 hommes à Sinjar mais la ville et ses environs ont été massivement minés[4],[57],[8],[58],[59],[60].

Au même moment en Syrie, les Forces démocratiques syriennes, dont les YPG constituent la force principale, mènent une offensive dans la zone de al-Hol, près de la frontière irakienne[58].

Le soir de la première journée de l'offensive, les Kurdes contrôlent trois villages et plusieurs tronçons de l'autoroute, dont l'important check-point de Oum al-Shababit.

Le 13 novembre en milieu de journée, Sinjar est reprise par les peshmergas qui hissent leur drapeau dans le centre-ville[61],[59],[62],[63].

Après la reconquête de la ville, des maisons de musulmans sunnites et des mosquées sont incendiées par des miliciens yézidis[64]. Le commandant yézidi Qassim Shesho est nommé chef du commandement militaire du secteur par le président de la Région du Kurdistan, Massoud Barzani, mais, en fait, les différentes milices kurdes et yézidies prennent possession des quartiers et y plantent leurs drapeaux respectifs[65].

Le 14 novembre, les combattants kurdes découvrent une fosse commune contenant les corps de 70 femmes yézidies massacrées par les djihadistes probablement en août 2014[66],[67]. Le 28, un autre charnier contenant 123 corps est découvert 10 kilomètres à l'ouest de la ville, à cette date six charniers ont été trouvés aux alentours de la ville et 15 en tout dans l'ensemble de la région[68],[69].

Les pertes[modifier | modifier le code]

Charnier découvert fin 2015 dans le village de Qinei, près de Sinjar. Des ossements ont émergés des tombes où plusieurs dizaines de yézidis avaient été enterrés en août 2014 après avoir été massacrés.

Selon le bilan des YPG, les combats livrés entre le 2 août et le 3 septembre 2014 dans les zones de Rabia, Sinjar et Jazaa ont fait 54 morts dans leurs rangs contre 473 morts, dont trois émirs, du côté des djihadistes de l'EI[16]. Quelques jours après la fin de la bataille, en décembre 2015, la reporter Flore Olive indique que 170 membres des YPG ont été tués lors des combats à Sinjar[70].

Fin août 2015, interrogé par l'AFP, le colonel peshmerga Hashem Seetayi affirme que plus de 1 000 djihadistes sont morts rien que dans la ville de Sinjar, de août 2014 à août 2015. Les Kurdes affirment en revanche n'avoir déploré que six blessés de début juillet à fin août 2015[17].

En janvier 2016, Cemil Bayik, chef du PKK, déclare que 180 combattants de son mouvement ont été tués en Irak depuis 2014, la plupart dans les combats de Sinjar[71].

La reprise de Sinjar, dans la journée du 13 septembre 2015, aurait coûté 15 morts aux combattants kurdes dont 5 par explosifs et 10 dans des combats sporadiques autour de la ville[65]. Le colonel Steve Warren, le porte-parole de l’armée américaine, estime que 60 à 70 djihadistes ont été tués par les frappes de la coalition[58].

Suites[modifier | modifier le code]

Après la défaite de l'État islamique, la ville de Sinjar est occupée par les peshmergas du PDK, les combattants du PKK et diverses milices yézidies qui leur sont affiliés[72]. Le PKK jouit d'une forte popularité en raison de son rôle de « sauveur » lors de la bataille, tandis que la fuite des peshmergas en août 2014 n'est pas oubliée par la population[72]. Les deux mouvements ne tardent pas à s'opposer[73]. Pour pousser le PKK à se retirer de Sinjar, le PDK soumet la région à un embargo, fouille régulièrement les véhicules et limite la circulation des marchandises, ce qui est vécu comme une humiliation par certains habitants[72]. De leur côté, les cadres du PKK, étrangers à la région, cherchent à faire appliquer leur programme politique, recrutent des enfants soldats, et font preuve d'un autoritarisme et d'une intransigeance qui soulèvent des désapprobations au sein des populations locales[72].

La situation se détériore le 3 mars 2017 lorsque qu'une milice kurde syrienne proche du PDK gagne la localité de Khana-Sor, tenue par le PKK. Des affrontements éclatent et durent pendant deux heures, quatre combattants sont tués[72].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (ku)frequency.com Vidéo : les appuis de l'YPG and du MFS arrivent dans les monts Sinjar pour protéfer les réfugiés venus de Sinjar et d'autres villes prises ou assiégées par l'EI ; reportage de Suroyo TV le 4 août 2014, en Western Dialect
  2. a et b Samuel Forey, Irak : quand les Kurdes lâchaient les Yazidis, Le Figaro, 4 août 2016.
  3. a et b AFP : Les jihadistes visés par une nouvelle offensive kurde en Irak et en Syrie
  4. a et b Irak : vaste offensive des Kurdes irakiens pour reprendre Sinjar à l’EI, France 24 avec AFP, 12 novembre 2015.
  5. a et b AFP : La guerre en Irak est "différente" cette fois-ci
  6. a et b Ezidi Press : IS-Terror in Shingal: Wer kämpft gegen wen? Ein Überblick
  7. a et b Reuters : Des combattants kurdes, yazidis tentent de reprendre Sindjar à l'EI
  8. a et b Les Kurdes irakiens lancent la bataille de Sinjar contre l'EI, AFP, 12 novembre 2015.
  9. Michael R.Gordon, Kurds, Backed by U.S. Air Power, Try to Regain Sinjar From ISIS, New York Time, 12 novembre 2015.
  10. a, b, c et d Des "chasseurs de nazis" veulent prouver le génocide des Yézidis par l'EI, L'Express avec AFP, 21 octobre 2015.
  11. Lizzie Dearden, Almost 10,000 Yazidis ‘killed or kidnapped in Isis genocide but true scale of horror may never be known’, The Independant, 9 mai 2017.
  12. a et b AFP : L'EI accusé de «nettoyage ethnique et religieux»
  13. La Libre.be : Irak: "Chaque jour, ils nous insultent. Ils nous disent qu’ils ont tué nos enfants"
  14. La Croix : Daech justifie la pratique de l’esclavage pour les femmes yézidies
  15. Amnesty International : Irak. L’arrivée de l’hiver révèle les terribles brèches dans l’aide humanitaire dont ont besoin les milliers de déplacés
  16. a et b Mediapart : Un centre commun d'opérations entre Kurdes et opposition syrienne, par Maxime Azadi.
  17. a, b, c et d Sur le front de Sinjar, les Kurdes hésitent à lancer l'assaut contre l'EI, AFP, 31 août 2015.
  18. a, b, c, d et e AFP : Irak: l'EI s'empare de Sinjar et jette des milliers de personnes sur les routes
  19. RFI : 200 000 Kurdes de Syrie et d'Irak ont fui vers la Turquie
  20. Le Monde : Qui sont les yézidis, cible des djihadistes en Irak ?
  21. AFP : Irak: 40 enfants yézidis morts à la suite d'une attaque djihadiste
  22. a et b Francetvinfo : L'Irak accuse l'État islamique d'avoir assassiné au moins 500 Yézidis, dont certains enterrés vivants
  23. RFI : Irak: privés de tout, les déplacés yézidis tentent de survivre
  24. RFI : Irak: l’ONU évoque un risque de génocide des Yézidis par le groupe EI
  25. Le Parisien : Sur le mont Sinjar, les Yézidis résistent face aux jihadistes
  26. La Croix : Frappes aériennes et largages humanitaires se poursuivent en Irak
  27. « Iraq: Troops swell in Baghdad amid humanitarian chaos », CNN (consulté le 18 août 2014).
  28. AFP : Syrie: dans un camp de réfugiés, le désespoir d'un père de famille yazidi
  29. AFP : Irak : les Américains ont «brisé le siège des jihadistes»
  30. AFP : Irak: les troupes kurdes lancent une offensive contre l’EI sur trois fronts
  31. Le Figaro : Irak: des djihadistes assiégés dans une clinique
  32. France info : VIDEO. Bataille stratégique entre Kurdes et jihadistes à Rabia, dans le nord de l'Irak
  33. Reuters : Les Kurdes reprennent du terrain aux djihadistes en Irak
  34. AFP : Irak : les jihadistes de l'EI assiègent de nouveau le Mont Sinjar
  35. Reuters : L'État islamique lance un nouvel assaut contre les Yazidis
  36. Médiapart : Des milliers de civils menacés dans les monts Sinjar
  37. Francetvinfo : L'armée française détruit un check-point du groupe État islamique en Irak.
  38. Le Monde avec AFP : Irak : offensive kurde pour reprendre la région de Sinjar aux djihadistes
  39. L'Obs avec AFP : Irak : 61 raids aériens contre l'État islamique en 3 jours
  40. AFP : La coalition contre le groupe EI a mené 61 raids aériens en Irak depuis lundi
  41. 45enord.ca : Les CF-18 en action pour aider les kurdes à briser le siège du Mont Sinjar
  42. The Guardian : Australian Super Hornets strikes helped turn back Isis fighters at Mount Sinjar
  43. Le Figaro : Irak : Daech perd du terrain face aux Kurdes
  44. AFP : Irak: des chefs de l'EI tués, les peshmergas brisent le siège du Mont Sinjar
  45. Le Monde : En Irak, les combattants kurdes reprennent du terrain à l'État islamique
  46. RFI : La percée peshmerga va permettre d'évacuer les civils du mont Sinjar
  47. Le Monde : Les yézidis du mont Sinjar libérés de la menace djihadiste, par Allan Kaval.
  48. RFI : Avancée kurde en Irak: les peshmergas et Washington enthousiastes
  49. RFI : Irak: après le mont Sinjar, les peshmergas visent Mossoul
  50. Le Monde.fr avec AFP et Reuters : En Irak, Kurdes et Yézidis célèbrent la fin du siège du mont Sinjar
  51. AFP : Le chef des Kurdes d'Irak célèbre la levée du siège du Mont Sinjar
  52. AP : Irak: les kurdes avancent dans la ville assiégée de Sinjar
  53. RFI : Irak: féroce offensive des peshmergas pour libérer Sinjar
  54. Irak : Irak: vol au-dessus de Sinjar, en proie aux combats
  55. Le Monde avec AFP et Reuters : Les yézidis accusés de massacre en Irak
  56. [vidéo] Vice news : Cloués au sol par l'organisation État islamique - Sur la route de Mossoul (1/3).
  57. [vidéo] Offensive kurde contre l’EI : "Les membres de l’État islamique s’attendaient à cette attaque", France 24, 12 novembre 2015.
  58. a, b et c Jean-Pierre Perrin et Luc Mathieu, L’État islamique sur la défensive, Libération, 12 novembre 2015.
  59. a et b Quentin Raverdy, Sinjar : les Kurdes délogent les djihadistes de l'EI, Le Point, 13 novembre 2015.
  60. Mohammed A. Salih, With the Islamic State gone from Sinjar, Kurdish groups battle for control, Al-Monitor, 10 décembre 2015.
  61. En Irak, les forces kurdes reprennent à l'État islamique la ville de Sinjar, AFP, 13 novembre 2015.
  62. Les Kurdes progressent à Sinjar face à l’État islamique, Le Monde avec AFP et AP, 13 novembre 2015.
  63. Allan Kava, Les Kurdes reprennent Sinjar à l’État islamique, Le Monde, 14 novembre 2015.
  64. Des Yazidis brûlent des maisons de musulmans à Sinjar, OLJ avec AFP, 15 novembre 2015.
  65. a et b Allan Kaval, Les Kurdes reprennent Sinjar à l’État islamique, Le Monde, 14 novembre 2015.
  66. Irak : découverte d’une fosse commune à Sinjar, Le Monde avec AFP et Reuters, 15 novembre 2015.
  67. Irak: une fosse commune découverte dans la ville libérée de Sinjar, RFI, 16 novembre 2015.
  68. Irak : un sixième charnier de Daech découvert près de Sinjar, Le Point avec AFP, 28 novembre 2015.
  69. Irak: découverte d’un sixième charnier de victimes du groupe EI, RFI, 28 novembre 2015.
  70. Flore Olive, Dans Sinjar libéré, Paris Match, 5 décembre 2015.
  71. John Beck, L’homme le plus recherché de Turquie : VICE News rencontre le leader du PKK, Cemil Bayik, Vice news, 26 janvier 2016.
  72. a, b, c, d et e Allan Kaval, A Sinjar, les yézidis otages des rivalités kurdes, Le Monde, 8 mars 2017.
  73. Oriane Verdier, Kurdistan irakien: le PKK et le PDK en pleine lutte d'influence dans la région, RFI, 1er mai 2015.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Documentaires[modifier | modifier le code]

  • Encerclés par l'État islamique, réalisé par Xavier Muntz, 2014.

Vidéographie[modifier | modifier le code]

Reportages photographiques[modifier | modifier le code]

Reportages radiophoniques[modifier | modifier le code]

Cartes des combats[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]