Massacre de Barwana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Massacre de Barwana
Date
Lieu Barwana
Victimes Civils irakiens sunnites
Morts 56 à 77[1],[2],[3]
Auteurs Iraqi Popular Mobilization Units Official Logo.png Hachd al-Chaabi
Guerre Seconde guerre civile irakienne
Coordonnées 33° 59′ 52″ nord, 44° 51′ 58″ est

Géolocalisation sur la carte : Monde

(Voir situation sur carte : Monde)
Massacre de Barwana

Géolocalisation sur la carte : Moyen-Orient

(Voir situation sur carte : Moyen-Orient)
Massacre de Barwana

Géolocalisation sur la carte : Irak

(Voir situation sur carte : Irak)
Massacre de Barwana

Le massacre de Barwana a lieu pendant la seconde guerre civile irakienne. Le , des dizaines de civils sunnites sont assassinés par des miliciens chiites.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le massacre a lieu lors de la bataille de Mouqdadiyah. Le , après quatre jours de combats, la ville de Mouqdadiyah, dans la province de Diyala, est reprise à l'État islamique par l'armée irakienne et les milices chiites[4]. Le jour de la prise de Mouqdadiyah, celles-ci entrent également à Barwana, une localité peuplée de familles sunnites, dont plusieurs avaient fui les combats et s'étaient réfugiées dans le village[2].

D'après les témoignages de témoins et des rescapés, très similaires selon l'AFP, les premiers hommes armés à gagner Barwana sont des militaires de l'armée régulière irakienne. Ceux-ci sont biens accueilles par la population, Jamal Mohamed, un professeur du village, déclare à l'AFP : « Quand un commandant de l'armée et des responsables sont arrivés, ils ont été accueillis par des applaudissements. Des femmes ont distribué des douceurs... On leur a juste dit que nous voulions rentrer chez nous. Ils sont partis, puis les miliciens sont arrivés dans plusieurs véhicules. Ils avaient des ordinateurs portables avec eux, et ont commencé à relever les noms ». Les miliciens appellent et rassemblent tous les jeunes hommes du village pour disent-ils, vérifier leurs papiers d'identité. Mais ceux-ci sont ensuite alignés et fusillés. Alertés par les cris et les coups de feu de nombreux habitants prennent la fuite ou partent de cacher dans les environs[2].

Selon Amnesty International, certains des miliciens appartiendraient à la brigade Badr[1].

Bilan[modifier | modifier le code]

Selon Nahda al-Daini, parlementaire de Diyala, le massacre a fait 77 morts. Elle déclare à l'AFP que « ce sont des milices chiites qui ont perpétré ce massacre, avec la complicité des forces de sécurité »[2]. Une liste de 71 victimes est établie par Jamal Mohamed, mais il précise que certains habitants manquaient encore à l'appel. Selon lui, quatre garçons âgés de 9 à 12 ans figurent parmi les morts, mais aucune femme ou fille[2].

Human Rights Watch déclare dans un communiqué le 15 février 2015 que « Les attaques dans le nord de Muqdadiyya semblent faire partie d'une campagne menée par les milices visant à forcer le départ des résidents des zones habitées par des sunnites et membres d’autres communautés sectaires, après que les milices et les forces de sécurité irakiennes eurent reussi à chasser les combattants de l’Etat islamique de ces territoires ». L'ONG affirme alors mener une enquête « sur les récentes allégations selon lesquelles des milices et des forces spéciales d’intervention irakiennes (unités « Special Weapons And Tactics », ou SWAT) auraient tué 72 civils dans les villes de Barwana et de Muqdadiyya »[3].

Selon Amnesty International au moins 56 hommes arabes sunnites ont été tués dans le massacre[1].

Références[modifier | modifier le code]