Bataille du barrage de Mossoul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bataille du barrage de Mossoul
Description de cette image, également commentée ci-après
Vue du barrage de Mossoul en 2003.
Informations générales
Date 7 -
Lieu Barrage de Mossoul
Issue Victoire des forces kurdes et américaines
Belligérants
Flag of Kurdistan.svg Peshmergas
Drapeau de l'Irak Irak
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de l'État islamique État islamique
Commandants
Flag of Kurdistan.svg Aziz Weysi
Drapeau de l'Irak Fadhil Jalil al-Barwari
Forces en présence
Flag of Kurdistan.svg
500 hommes[1]

Drapeau de l'Irak
170 hommes[1]

Drapeau des États-Unis
US Air Force
Drapeau de l'État islamique
500 hommes[2]
Pertes
inconnuesinconnues

Seconde guerre civile irakienne

Coordonnées 36° 37′ 49″ nord, 42° 49′ 23″ est

Géolocalisation sur la carte : Irak

(Voir situation sur carte : Irak)
Bataille du barrage de Mossoul

La bataille du barrage de Mossoul a lieu lors de la seconde guerre civile irakienne.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le barrage de Mossoul se situe à une quarantaine de kilomètres au nord-ouest de la ville de Mossoul. Après la prise de cette ville, le , par les rebelles sunnites menés principalement par l'État islamique, les peshmergas du gouvernement régional du Kurdistan interviennent et prennent possession du barrage. Ce dernier est le plus grand d'Irak, il a également une grande importance stratégique puisqu'il fournit l'eau et l'électricité à la majeure partie de la région ; il sert également à l'irrigation des zones de culture de la province de Ninive[3],[4].

Aussi, le , les djihadistes attaquent et prennent aux peshmergas le barrage de Mossoul[5],[3]. Face à la progression des djihadistes de l'EI, les États-Unis interviennent le 8 août, en engageant leur aviation en Irak[3].

Soutenus par l'aviation américaine, les peshmergas lancent la contre-attaque. 500 soldats kurdes commandés par le major-général Aziz Weysi et 170 Irakiens des forces spéciales menés par le général Fadhil Jalil al-Barwari sont engagés dans les combats[1],[6].

Le 16 août, ils lancent l'offensive sur le barrage et s'en emparent d'une partie le lendemain. À l'est du barrage, les villes de Telskuf et Batnay sont également reprises. Le 16 et le 17, l'aviation américaine effectue neuf frappes, quatre véhicules blindés de transport de troupes, sept véhicules armés, deux véhicules de transport Humvee et un véhicule blindé sont détruits ou endommagés[7],[8],[9],[10].

Cependant, les djihadistes contrôlent toujours la rive ouest et les combats se poursuivent à Tal Kayf, une localité située au nord de Mossoul, où quelques combattants d'EI restent retranchés. Pour la seule journée du 18 août, les chasseurs et les drones américains effectuent 15 frappes près du barrage et détruisent un check-point, six véhicules blindés et un blindé léger. Puis 14 autres cibles sont bombardées le lendemain ; six Humvee, trois positions d'engins explosifs improvisés, un tube de mortier et deux camions armés sont détruits[11],[12],[10],[13].

Au total, l'United States Central Command affirme que l'aviation américaine a effectué, entre le 8 et le 20 août, 80 frappes aériennes en Irak dont 51 près du barrage de Mossoul[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]