NGC 1637

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

NGC 1637
Image illustrative de l’article NGC 1637
La galaxie spirale intermédiaire NGC 1637
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Éridan
Ascension droite (α) 04h 41m 28,2s[1]
Déclinaison (δ) −02° 51′ 29″ [1]
Magnitude apparente (V) 10,8[2]
11,5 dans la Bande B[2]
Brillance de surface 13,17 mag/am2[2]
Dimensions apparentes (V) 3,3 × 2,7[2]
Décalage vers le rouge 0,002392 ± 0,000004[1]
Angle de position 24°[2]

Localisation dans la constellation : Éridan

(Voir situation dans la constellation : Éridan)
Eridanus IAU.svg
Astrométrie
Vitesse radiale 717 ± 1 km/s [1]
Distance 9,89 ± 0,69 Mpc (∼32,3 millions d'a.l.)[1]
Caractéristiques physiques
Type d'objet Galaxie spirale intermédiaire
Type de galaxie SAB(rs)c[1] SBc[2] SBc??[3]
Dimensions environ 13,66 kpc (∼44 600 a.l.)[1]
Découverte
Découvreur(s) William Herschel[3]
Date [3]
Désignation(s) PGC 15821
UGC 93
MCG 0-12-68
CGCG 393-66
IRAS 04389-0257[2]
Liste des galaxies spirales intermédiaires

NGC 1637 est une galaxie spirale intermédiaire (barrée ?) relativement rapprochée et située dans la constellation de l'Éridan. Sa vitesse par rapport au fond diffus cosmologique est de 670 ± 3 km/s, ce qui correspond à une distance de Hubble de 9,89 ± 0,69 Mpc (∼32,3 millions d'a.l.)[1]. NGC 1637 a été découvert par l'astronome germano-britannique William Herschel en 1786.

NGC 1637 a été utilisé par Gérard de Vaucouleurs comme une galaxie de type morphologique SAB(rs)c dans son atlas des galaxies[4],[5].

La classe de luminosité de NGC 1637 est III et elle présente une large raie HI. C'est aussi une galaxie à noyau actif[1].

À ce jour, près d'une quarantaine de mesures non basées sur le décalage vers le rouge (redshift) donnent une distance de 11,527 ± 2,697 Mpc (∼37,6 millions d'a.l.)[6], ce qui est à l'intérieur des valeurs de la distance de Hubble.

Observations en rayon X par Chandra[modifier | modifier le code]

Les observations réalisées par le télescope spatial Chandra dans le domaine des rayons X en 1999 et en 2000 ont permis de constater que NGC 1637 est le théâtre d'une activité plus intense qu'elle ne le laisse voir en lumière visible. Sur une période de 21 mois, des sources intenses de rayon X provenant d'étoiles à neutrons et de trous noirs n'ont cessé de scintiller donnant l'apparence d'un arbre de Noël à cette galaxie rapprochée. Ce comportement erratique est une caractéristique commune à des étoiles à neutrons ou des trous noirs qui possèdent une étoile normale en orbite. Les gaz de l'étoile tombent vers l'étoile à neutron ou le trou noir et ils produisent alors de puissantes radiations X. On donne le nom de binaire X à ces systèmes. Notons que Chandra a également observé la supernova 1999em pendant cette période[7].

Supernova[modifier | modifier le code]

La position de la supernova 1999 em est indiquée par une croix. (ESO)

La supernova SN 1999em était de type II-P[8]. Une supernova de type II est une supernova à effondrement de cœur. Seules les étoiles massives produisent ce type de supernova. La masse de l'étoile qui a donné naissance à cette supernova était de 12 à 14 fois celle du Soleil[8]. Une supernova de type II-P (en) présente un plateau dans la décroissance de sa courbe luminosité-temps, alors que celle de type II-L montre une décroissante interrompue.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h et i (en) « Results for object NGC 1637 », NASA/IPAC Extragalactic Database (consulté le ).
  2. a b c d e f et g « Les données de «Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke» sur le site ProfWeb, NGC 1600 à 1699 »
  3. a b et c (en) Courtney Seligman, « Celestial Atlas Table of Contents, NGC 1637 » (consulté le ).
  4. Atlas des galaxies de Vaucouleurs sur le site du professeur Seligman, NGC 1637
  5. (en) « The Galaxy Morphology Website, NGC 1637 » (consulté le )
  6. « Your NED Search Results, Distance Results for NGC 1637 », sur ned.ipac.caltech.edu (consulté le )
  7. (en) « NGC 1637:What Lies Beneath » (consulté le )
  8. a et b A. Elmhamdi, I.J. Danziger, N. Chugai et al., « PHOTOMETRY AND SPECTROSCOPY OF THE TYPE IIP SN 1999em FROM OUTBURST TO DUST FORMATION. », Monthly Notice of the Royal Astronomical Society, vol. 338 #4,‎ , p. 939-956 (DOI 10.1046/j.1365-8711.2003.06150.x, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 1629  •  NGC 1630  •  NGC 1631  •  NGC 1632  •  NGC 1633  •  NGC 1634  •  NGC 1635  •  NGC 1636  •  NGC 1637  •  NGC 1638  •  NGC 1639  •  NGC 1640  •  NGC 1641  •  NGC 1642  •  NGC 1643  •  NGC 1644  •  NGC 1645