NGC 1723

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

NGC 1723
Image illustrative de l’article NGC 1723
La galaxie spirale barrée NGC 1723.
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Éridan
Ascension droite (α) 04h 59m 25,9s[1]
Déclinaison (δ) −10° 58′ 50″
Distance 52,3 ± 3,7 Mpc (∼171 millions d'a.l.) [2]
Magnitude apparente (V) 11,7 [3]
12,7 dans la Bande B [3]
Brillance de surface 13,2 mag/as2[3]
Dimensions apparentes (V) 2,6 × 1,8[3]
Décalage vers le rouge 0,012479 ± 0,000023[1]
Angle de position 144°[3]
Vitesse radiale 3 741 ± 7 km/s[4]

Localisation dans la constellation : Éridan

(Voir situation dans la constellation : Éridan)
Eridanus IAU.svg
Caractéristiques physiques
Type d'objet Galaxie spirale barrée
Type de galaxie SB(r)a pec[1] SBa/P[3]
SB(rs)a? Pec[5]
Dimensions 129 000 a.l.[6]
Découverte
Découvreur(s) Wilhelm Tempel [5]
Date 12 janvier 1882[5]
Désignation(s) PGC 16493
MCG -2-13-29
VV 699
IRAS04571-1103 [3]
Liste des galaxies spirales barrées

NGC 1723 est une galaxie spirale barrée située dans la constellation de l'Éridan à environ 170 millions d'années-lumière de la Voie lactée. Elle a été découverte par l'astronome allemand Wilhelm Tempel en 1882[5].

La classe de luminosité de NGC 1721 est I et elle présente une large raie HI[1].

NGC 1723 est la plus grosse galaxie et la plus brillante d'un groupe de galaxies qui porte son nom. Le groupe de NGC 1723 comprend au moins 4 galaxies. Les trois autres galaxies sont NGC 1721, NGC 1725 et NGC 1728. Dans un article publié en 1993[7], A.M. Garcia fait mention de deux galaxies appartenant à un groupe qu'il nomme groupe de NGC 1721. Avec NGC 1721, il n'inclut que deux autres galaxies à ce groupe, soit NGC 1728 et MCG -2-13-21. La vitesse radiale indiquée par Garcia dans son article pour MCG -2-13-21 est de 4447 km/s. Or, la vitesse radiale de cette galaxie est plutôt de 4533 km/s[8], ce qui la place à 63,3 ± 4,5 Mpc (∼206 millions d'a.l.) de la Voie lactée. La moyenne des quatre autres galaxies est de 54,4 Mpc. La galaxie MCG -2-13-21 semble trop éloignée pour appartenir à ce groupe. Si elle appartenait à ce groupe, elle serait la plus grosse galaxie du groupe (voir groupe de NGC 1723, dernière ligne du tableau).

Le professeur Seligman[5] mentionne l'existence de ce groupe, mais il lui donne le nom de groupe de NGC 1721, ce qui va à l'encontre de l'habitude de choisir la plus brillante galaxie du groupe.

Des mesures non basées sur le décalage vers le rouge (redshift) donnent une distance de 43,980 ± 6,736 Mpc (∼143 millions d'a.l.) [9], ce qui est à l'intérieur des distances calculées en employant la valeur du décalage [2].

Le groupe de galaxies de NGC 1723

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (en) « NASA/IPAC Extragalactic Database », Resultats pour NGC 1723 (consulté le 29 janvier 2017)
  2. a et b On obtient la distance qui nous sépare d'une galaxie à l'aide de la loi de Hubble : v = Hod, où Ho est la constante de Hubble (70±5 (km/s)/Mpc) . L'incertitude relative Δd/d sur la distance est égale à la somme des incertitudes relatives de la vitesse et de Ho.
  3. a b c d e f et g (en) « Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke » (consulté le 29 janvier 2017)
  4. On obtient la vitesse de récession d'une galaxie à l'aide de l'équation v = z×c, où z est le décalage vers le rouge (redshift) et c la vitesse de la lumière. L'incertitude relative de la vitesse Δv/v est égale à celle de z étant donné la grande précision de c.
  5. a b c d et e (en) « Site du professeur C. Seligman » (consulté le 29 janvier 2017)
  6. On obtient le diamètre d'une galaxie par le produit de la distance qui nous en sépare et de l'angle, exprimé en radian, de sa plus grande dimension.
  7. A.M. Garcia, « General study of group membership. II - Determination of nearby groups », Astronomy and Astrophysics Supplement Series, vol. 100 #1,‎ , p. 47-90 (Bibcode 1993A&AS..100...47G)
  8. (en) « NASA/IPAC Extragalactic Database », Resultats pour NGC 3240 (consulté le 15 avril 2019)
  9. « Your NED Search Results », sur ned.ipac.caltech.edu (consulté le 29 janvier 2017)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 1715  •  NGC 1716  •  NGC 1717  •  NGC 1718  •  NGC 1719  •  NGC 1720  •  NGC 1721  •  NGC 1722  •  NGC 1723  •  NGC 1724  •  NGC 1725  •  NGC 1726  •  NGC 1727  •  NGC 1728  •  NGC 1729  •  NGC 1730  •  NGC 1731