Jean-Pierre Dupuy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dupuy.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Jean-Pierre Dupuy
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
(76 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Œuvres principales
Le Sacrifice et l'envie (1992), Pour un catastrophisme éclairé (2004).

Jean-Pierre Dupuy, né le , est un ingénieur et philosophe français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Polytechnicien et ingénieur des mines, il a été professeur de français et chercheur au Centre d'Étude du Langage et de l'Information (CSLI) de l'université Stanford, en Californie[1]. Il a aussi enseigné la philosophie sociale et politique et l'éthique des sciences et techniques jusqu'en 2006 à l'École polytechnique.

Il a fondé le centre de sciences cognitives et d'épistémologie de l'École polytechnique (CREA) en 1982 avec Jean-Marie Domenach sur la base de réflexions préliminaires de Jean Ullmo. Ce centre est devenu une unité mixte de recherche (UMR) en 1987. Dès l'origine, sa vocation a été double et a concerné aussi bien la modélisation en sciences humaines (modèles d'auto-organisation de systèmes complexes tant cognitifs, qu'économiques et sociaux) que la philosophie des sciences et, en particulier, l'épistémologie des sciences cognitives.

Il s'est intéressé à la pensée d'Ivan Illich, de René Girard, de John Rawls et de Günther Anders. Jean-Pierre Dupuy compte également parmi les membres fondateurs du Collegium international éthique, politique et scientifique.

Il se définit comme « extrémiste rationaliste » et avance : « Je ne suis pas un intellectuel chrétien, mais un chrétien intellectuel. Le christianisme est une science beaucoup plus qu'une religion. »[2].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.stanford.edu/dept/MTL/cgi-bin/modthought/mtl-people/faculty/
  2. « Jean-Pierre Dupuy : « Quand il y a démesure, il y a déshumanisation » », sur Le Monde,‎ (consulté le 26 mars 2017).
  3. J.P. Dupuy, La marque du sacré, Ed. Flammarion, Coll. “Champs essais”, 2010, (ISBN 978-2-08-123170-2), p. 30.

Ouvrages publiés[modifier | modifier le code]

  • Avec Hubert Lévy-Lambert, Les Choix économiques dans l'entreprise et dans l'administration, Dunod, 1973.
  • Avec Serge Karsenty, L'Invasion pharmaceutique, Seuil, « Points » 1977.
  • « À la recherche du temps gagné », in Ivan Illich, Énergie et Équité, 1974.
  • Valeur sociale et encombrement du temps, éditions du CNRS, 1975.
  • Avec Jean Robert, La Trahison de l'opulence, Puf, 1976 (ISBN 2-13-034946-3).
  • Avec Paul Dumouchel, L'Enfer des choses, Seuil, 1979 (ISBN 2-02-005320-9).
  • Introduction à la critique de l'écologie politique, Civilizaçao Brasileira, Rio de Janeiro, 1980.
  • Ordres et Désordres, enquête sur un nouveau paradigme, Seuil, 1982. (ISBN 978-2-02-010923-9).
  • Avec Michel Deguy (dir.), René Girard et le Problème du mal, Grasset, 1982 (ISBN 978-2-246-24971-9).
  • La Panique, Les Empêcheurs de Penser en Rond, 1991 (ISBN 978-2-84671-062-6).
  • Le Sacrifice et l'Envie. Le libéralisme aux prises avec la justice sociale, Paris, Calmann-Lévy, 1992.
– Réédition sous le titre Libéralisme et justice sociale, Hachette Pluriel (ISBN 978-2-01-270516-6).
  • Introduction aux sciences sociales. Logique des phénomènes collectifs, Ellipses, 1992 (ISBN 978-2-7298-9226-5).
  • Aux origines des sciences cognitives, La Découverte, 1994 (ISBN 978-2-7071-4775-2) (2005).
  • Éthique et philosophie de l'action, Ellipses, 1999.
  • Les savants croient-ils en leurs théories ? Une lecture philosophique de l'histoire des sciences cognitives, INRA Éditions, 2000.
  • Avions-nous oublié le mal ? Penser la politique après le 11 septembre, Bayard, 2002 (ISBN 978-2-227-47044-6).
  • Pour un catastrophisme éclairé. Quand l'impossible est certain, Seuil, 2004 (ISBN 978-2-02-066046-4).
  • Petite métaphysique des tsunamis, Seuil, 2005 (ISBN 978-2-02-082169-8).
  • Retour de Tchernobyl. Journal d'un homme en colère, Seuil, 2006 (ISBN 978-2-02-087969-9).
  • La Marque du sacré : essai sur une dénégation, Carnets nord, 2009 (ISBN 978-2-35536-014-5).
  • Dans l'œil du cyclone – colloque de Cerisy, Carnets nord, 2009 (ISBN 978-2-35536-020-6).
  • L'Avenir de l'économie : sortir de l'écomystification, Flammarion, 2012 (ISBN 978-2081253452).
  • La jalousie : Une géométrie du désir, Seuil, 2016 (ISBN 978-2021038316).

Articles[modifier | modifier le code]

  • « L'individu libéral, cet inconnu : d'Adam Smith à Friedrich Hayek », dans Catherine Audard, Jean-Pierre Dupuy et René Sève (éd.), Individu et Justice sociale. Autour de John Rawls, Paris, Seuil, 1988, p. 73-125.
  • « Friedrich Hayek ou la justice noyée dans la complexité sociale », dans Le Sacrifice et l'Envie. Le libéralisme aux prises avec la justice sociale, Paris, Calmann-Lévy, 1992, chap. VIII (p. 241-292).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]