Moussey (Vosges)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moussey.

Moussey
Moussey (Vosges)
Le Rabodeau entre le col de Prayé et Moussey.
Blason de Moussey
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Saint-Dié-des-Vosges
Canton Raon-l'Étape
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Saint-Dié-des-Vosges
Maire
Mandat
Bertrand Klein
2014-2020
Code postal 88210
Code commune 88317
Démographie
Gentilé Mousséen(ne)s
Population
municipale
639 hab. (2015 en diminution de 4,48 % par rapport à 2010)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 25′ 51″ nord, 7° 01′ 25″ est
Altitude 380 m
Min. 360 m
Max. 933 m
Superficie 29,2 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vosges

Voir sur la carte administrative des Vosges
City locator 14.svg
Moussey

Géolocalisation sur la carte : Vosges

Voir sur la carte topographique des Vosges
City locator 14.svg
Moussey

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Moussey

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Moussey

Moussey est une commune française située dans le département des Vosges en région Grand Est.

Ses habitants sont appelés les Mousséens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Vue sur l'église.

Moussey est l'une des communes ayant appartenu à l'abbaye de Senones, puis à la principauté de Salm jusqu'à la Révolution française.

Le nom de Moussey viendrait de Monticellus, petit mont. Le village est en effet sur une petite éminence au pied de laquelle coule un ruisseau dont le cours très rapide mérite bien le nom de Rabodeau (en latin, rapidus aqua)[réf. nécessaire].

Le village de Moussey est le dernier lieu habité de la vallée et par lui on accède au col de Prayé, menant au Donon et à l'Alsace. On peut aussi rejoindre le col du Hantz en suivant la vallée du Fosse, affluent gauche du Rabodeau.

La forêt occupe une part importante du territoire communal, notamment dans les pentes abruptes qui bordent les vallées. Vers l'est, au-dessus de 900 mètres d'altitude, elle laisse la place à des chaumes.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Moussey
Celles-sur-Plaine Allarmont Vexaincourt
La Petite-Raon Moussey Grandfontaine
(Bas-Rhin)
La Petite-Raon Le Mont Le Saulcy

Histoire[modifier | modifier le code]

Moussey fait partie de l'ancienne principauté de Salm, rattachée à la France en 1793. De nombreux documents, archivés à la mairie, témoignent de cette époque où les princes de Salm cohabitaient avec les religieux, dont le plus connu est dom Calmet.

La cité doit sa notoriété à l'industrie textile ; une première filature fut construite en 1836. Un château attenant est édifié entre 1858 et 1863. Depuis le , plusieurs de ses éléments sont protégés par les Monuments historiques : façades et toitures du château et de la glacière ainsi que le bassin ; façades et toitures du bâtiment crênelé dit Atelier[1].

Jusqu'en 1964, année de fin de l'activité textile, trois grandes familles d'industriels – Charlot, Lung et Laederich (dont Georges Laederich) – se succèdent.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

De 1940 à 1944, la Résistance s'organise[2], mais la conséquence en fut une déportation massive[3] des hommes de la vallée du Rabodeau, en plusieurs vagues[4].

À Moussey, une première rafle a lieu le . Un peu plus tard, le , 187 personnes furent encore arrêtées et déportées ; 144 d'entre elles ne revinrent pas[4]. Deux odonymes locaux (« rue du 18-Août » et « rue du 24-Septembre ») rappellent ces événements. Parmi les victimes figure le maire de Moussey depuis 1917 et directeur général des établissements Laederich, Jules Py, mort à Dachau le [Note 1].

La commune a été décorée, le 11 novembre 1948, de la Croix de guerre 1939-1945[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Finances locales[modifier | modifier le code]

En 2015, les finances communales était constituées ainsi[6] :

  • total des produits de fonctionnement : 511 000 , soit 784  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 482 000 , soit 739  par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 11 000 , soit 17  par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 210 000 , soit 323  par habitant ;
  • endettement : 18 000 , soit 27  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 20,35 % ;
  • taxe foncière sur le bâti : 13,58 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 30,19 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 38,75 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 18,29 %.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1981   Armand Malaisé   Préparateur en pharmacie
mars 1989 mars 2003 Michel Lalevée    
avril 2003 mars 2008 Jacques Defrance (1941-2013)   Directeur d'école retraité
mars 2008 en cours
(au 18 février 2015)
Bertrand Klein DVG[7] Retraité de l'Éducation nationale

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[9].

En 2015, la commune comptait 639 habitants[Note 2], en diminution de 4,48 % par rapport à 2010 (Vosges : -2,03 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
4815236065857157981 2091 3301 449
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
1 4651 4001 8102 0532 0742 0242 0391 9681 902
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
1 7361 2921 4531 4071 3911 2161 4001 2591 130
1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2015 -
1 079912794749737678643639-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La scierie

Les ressources locales sont traditionnellement liées à l'exploitation de la forêt (sapins, épicéas, hêtres) et à l'industrie du bois (importante scierie), auxquelles se sont ajoutées la plasturgie et la métallurgie.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château de l'ancienne filature.
  • Église néogothique de la Trinité, construite en 1851,
avec son orgue de 1854/55, de Jean Nicolas Jeanpierre[12],[13],[14].
  • Le château de l'ancienne filature[15].
  • La scierie hydraulique dite du Fossé[16].
  • La ferme marcairie[17] de la Haute-Loge[18].

Gastronomie[modifier | modifier le code]

  • Spécialité locale : la « vaute » est un beignet râpé de pommes de terre cuit à l’huile. Cette spécialité est à l'honneur lors de la foire annuelle du 1er mai.
  • Produits du terroir : lard paysan, miel.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Henri Martin, poète du pays de Salm[19].
  • Eugène Charlot[20], industriel, maire et conseiller général. Né le 7 avril 1802 à Strasbourg, il devient propriétaire en 1840 de la filature Bazin de Moussey, qu'il complète d'un nouveau tissage. Le 21 septembre 1843, il est élu maire de la commune en remplacement de Pierre Provensensal. Le curé Dette précise alors dans son « Histoire de la paroisse de Moussey » qu’Eugène Charlot allait devenir « l’homme de Moussey ». Ayant revendu ses usines en 1861, il meurt en 1876. Sous sa férule débute une période prospère pour le village. Il s’est occupé de l’entretien, de l’amélioration et de la création de voies de communication. Il était pourtant qualifié d’économe et de libéral, libéral envers les personnes dans le besoin et envers ses amis qu’il accueillait toujours avec générosité. Il fait construire à ses frais l’église de Moussey après avoir tenté d’obtenir une aide de la préfecture. À cette époque-là, l’église du village était devenue trop petite pour accueillir les fidèles. La population est en effet passée de 700 en 1830 à près de 1500 en 1850. Cette église fut consacrée par l’évêque de Saint-Dié, monseigneur Caverot, le 17 août 1852.
  • Georges Baptizet, pilote et as de la Seconde Guerre mondiale, né le 10 avril 1908 à Moussey et décédé le 9 mai 1974 à Besançon[21].
  • Joël Mangeat, linguiste et botaniste célèbre dans les Comores (son nom est attaché à un cap de l'île d'Anjouan)[22]. Auteur de méthodes de "didactique des langues étrangères" pour l'enseignement du français langue étrangère. Né à Moussey le 6 août 1947.
  • Mgr Marcel Herriot, évêque émérite de Soissons.
  • Georges Laederich, industriel textile.

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Moussey
Blason de Moussey Blason De gueules à deux saumons adossés d'or accompagnés de quatre croisettes du même.
Détails

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Né le 16 avril 1883, fils d'un directeur d'une usine textile, Jules Py est sous-directeur de tissage à Epinal puis directeur des filatures et tissages des Ets Flageollet à Vagney. Il entre aux Ets Laederich en 1911 à Moussey. Il est directeur général du groupe des usines de la vallée du Rabodeaue en 1912 puis directeur général de la société dans l'entre-deux-guerres, alors présidée par Georges Laederich. Ancien combattant de la Grande Guerre, deux fois blessé, titulaire de la croix de guerre, sous-lieutenant en 1914, capitaine en 1918, lieutenant-colonel de réserve dans les années 1930. Il est président d'honneur des sous-officiers de réserve du canton de Senones, des anciens combattants de Petite-raon, des anciens combattants de Moussey et de la 341e section des médaillés militaires. Il est membre du bureau fédéral de la Légion vosgienne à la fin des années 1930. Il est conseiller général du canton de Senones de 1930 à 1937. Il est membre des Croix-de-feu dès 1934, président d'honneur du Front national de Saint-Dié en 1934-35, proche sinon membre du Parti social français et du Rassemblement national lorrain. Il est mobilisé en 1939, fait prisonnier en 1940 et libéré quelques mois plus tard. Il est membre du conseil départemental, nommé par Vichy. Mais il aide les évadés des camps de prisonniers et les maquisards de Moussey. Il est arrêté le 24 septembre 1944, rendu responsable des actes de résistance commis sur la commune de Moussey et déporté à Dachau. Cf. Jean-François Colas, « Les droites nationales en Lorraine dans les années 1930 : acteurs, organisations, réseaux », thèse de doctorat, Université de Paris X-Nanterre, 2002
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Filature (ancienne) inscrite par arrêté du 17 mai 1988 », notice no PA00107209, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Résistance et Déportation dans la vallée du Rabodeau
  3. Liste non limitative de 82 personnes, nées à Moussey, mortes en déportation
  4. a et b resistance-deportation.org La réaction allemande
  5. Communes décorées de la Croix de guerre 1939 - 1945
  6. « Les comptes de la commune » [archive du ], sur alize2.finances.gouv.fr (consulté le 10 novembre 2016).
  7. La commune de Moussey (88317) : les chiffres-clés
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  12. Les facteurs d'orgues vosgiens : Jean-Nicolas Jeanpierre
  13. Association d’Étude pour la Coordination des Activités Musicales (ASSECARM), Orgues Lorraine Vosges, Metz, Éditions Serpenoise, , 677 p. (ISBN 2-87692-093-X), p. 403 à 405
    Présentation de l'orgue de l’église de la Trinité sur la commune de Moussey
  14. Orgue de l'église
  15. « Filature (ancienne) », notice no PA00107209, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. « scierie hydraulique à cadre avec logement dite du Fossé », notice no IA88001778, base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. marcairie de la Haute-Loge
  18. « ferme : marcairie de la Haute-Loge », notice no IA88001175, base Mérimée, ministère français de la Culture enquête thématique régionale (architecture rurale des Hautes-Vosges)
  19. Murmures des bois sauvages en Salm; poèmes de Henri Martin
  20. Eugène Jean François Charlot, Dictionnaire des Vosgiens célèbres
  21. Biographie de Georges Baptizet
  22. L'Archipel des Comores