Marcairie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le massif du Hohneck et la ferme auberge Hannenbrunnen, vus depuis la route des crètes. Cliquez sur l'image pour plus de détail, puis passez le curseur de la souris sur l'image pour voir les notes sur le fichier
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fromager (homonymie).

Les marcairies, marcairie, où marquairerie, nom féminin. Initialement étable où sont logés les bestiaux où chaudière où se font les fromages cuits.

Le mot vient de marcaire, francisation du mot alsacien Malker qui signifie littéralement « trayeur de lait ».

Les marcairies, par leur histoire (Fermes / marcairies royales 4e quart XVIIIe siècle[1],[2]), liée à la transhumance, et les fermes-auberges, aujourd'hui, témoignent de l'activité agricole des hautes vallées qui a su adapter l'activité rurale aux apports du tourisme[3].

Si au Moyen Âge il y eut l’apparition de marcairies dans les Hautes-Vosges, à partir du XIXe siècle et plus particulièrement après la création du Club vosgien en 1872 celles-ci sont devenues des fermes-auberges[4],[5],[6].

En 1966 et 1967, la Société d’histoire du Val et de la Ville de Munster publie dans ses annuaires le travail d’Alfred Pfleger « Das Talbuch ». Le premier tome est consacré aux coutumes et traditions marcaires, le second aux « Melkersagen und Bauerngeschichten », aux légendes marcaires et histoires paysannes[7].

Le repas marcaire (Tofailles, Roigebrageldi en Alsace haut-rhinoise...) est le menu traditionnel servi dans les fermes auberges des Hautes-Vosges[8].

Chaumes du Hohneck, Vosges

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « enquête thématique régionale (architecture rurale des Hautes-Vosges) », notice no IA88001177, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Marcairies royales : Illustrations dans la base Mémoire
  3. Origine, histoire et dynamique des Hautes-Chaumes du massif vosgien. Déterminismes environnementaux et actions de l’Homme, par Stéphanie Goepp, 287 p
  4. « Auberge » désigne aussi un type de restauration tel que la « ferme-auberge », l'« auberge d'accueil paysan » et le réseau français de « Bienvenue à la ferme» qui proposent de déguster les produits du terroir et les spécialités régionales issus des productions de la ferme ou des fermes voisines.
  5. La ferme-auberge est un lieu de restauration, avec ou sans hébergement, aménagé sur une exploitation agricole en activité, combinant l'activité touristique et l'agriculture de montagne. Elle s'appuie sur la combinaison entre l'activité touristique et l'agriculture de montagne
  6. Michèle Stum, illustrations Daniel Jeanneteau, Fermes-auberges du massif vosgien, authenticité, charme, accueil 60 adresses à découvrir, Strasbourg, Editions La Nuée Bleue, Dernières Nouvelles d’Alsace, Guide poche DNA, , 136 p.
  7. L’histoire de la Société de Munster, p.12
  8. Le repas marcaire