Allarmont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Allarmont
Allarmont
Le passe-partout, emblème des bûcherons.
Blason de Allarmont
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Saint-Dié-des-Vosges
Canton Raon-l'Étape
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Saint-Dié-des-Vosges
Maire
Mandat
Dominique Aubert
2014-2020
Code postal 88110
Code commune 88005
Démographie
Gentilé Hilarismontais
Population
municipale
215 hab. (2016 en diminution de 6,93 % par rapport à 2011)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 28′ 59″ nord, 7° 00′ 51″ est
Altitude 350 m
Min. 332 m
Max. 813 m
Superficie 13,21 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lorraine

Voir sur la carte administrative de Lorraine
City locator 14.svg
Allarmont

Géolocalisation sur la carte : Vosges

Voir sur la carte topographique des Vosges
City locator 14.svg
Allarmont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Allarmont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Allarmont
Liens
Site web www.allarmont.fr

Allarmont est une commune française située dans le département des Vosges, en région Grand Est.

Ses habitants sont appelés les Hilarismontais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Allarmont partage la partie médiane de la vallée de la Plaine avec la commune meurthe-et-mosellane de Bionville. Les forêts, où le sapin noir des Vosges tient le premier rôle, dominent le village.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Allarmont
Bionville Bionville Vexaincourt
Celles-sur-Plaine Allarmont Vexaincourt
Celles-sur-Plaine Moussey Moussey

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté dans l'expression « On val d'Alarmont » en 1312[1]; On retrouve sa trace en 1701[réf. nécessaire], toujours au sujet du vallon d'Allarmont; Alarici mons et Hilaris mons en 1768[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Allarmont dépendait de la principauté de Salm, d'abord partiellement puis totalement à compter de 1751. Les archives de la commune ont souffert de l’invasion suédoise en 1635, d'un violent incendie en 1854 et surtout des conflits de 1870 et de 1914-1918. Le fonds présente en conséquence d’importantes lacunes à l’exception des registres paroissiaux et d’état-civil relativement complets[réf. nécessaire].

Elle était, depuis 1312, chef-lieu de val dont dépendaient Vexaincourt, Luvigny, Raon-sur-Plaine et un village nommé Les Los aujourd'hui disparu. La commune était divisée en Haut- et Bas-Allarmont, le premier correspondant certainement au hameau actuel de la Sciotte[réf. nécessaire].

En 1598, après le partage des terres de Salm, la commune échut à Frédéric, comte rhingrave. On distinguait Allarmont-Bas et Allarmont-Haut : antérieurement à 1751 ce dernier faisait partie du bailliage de Lunéville, tandis qu'Allarmont-Bas appartenait à la prévôté de Salm. La convention du 21 décembre 1751 attribua Allarmont en totalité à la principauté[3].

Son église était du diocèse de Toul, doyenné de Salm[réf. nécessaire].

Comme le reste de la principauté, la commune est devenue française en 1793. Elle fut alors provisoirement chef-lieu d'un canton qui fut partagé entre Senones et Schirmeck dès 1801. En 1806, elle quitta le canton de Senones pour celui de Raon-l'Étape.

Au début de la Première Guerre mondiale, les Allemands envahissent la ville et exécutent, dès leur arrivée, le maire et le curé. Il est possible que ces exécutions soient en lien avec des actions de franc-tireurs, très amplifiées dans la propagande allemande de l'époque[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration locale[modifier | modifier le code]

Comptes de la commune[modifier | modifier le code]

L'hôtel de ville.

En 2013, le budget de la commune était constitué ainsi[5] :

  • total des produits de fonctionnement : 262 000 , soit 1 088  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 228 000 , soit 945  par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 8 000 , soit 32  par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 77 000 , soit 321  par habitant.
  • endettement : 327 000 , soit 1 356  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 16,02 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 5,75 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 51,89 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 38,75 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 15,43 %.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[réf. nécessaire]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Robert Receveur    
    Georges Petit    
  mars 1977 Jules Sayer    
mars 1977 mars 1983 Jean Wilhelm    
mars 1983 mars 1989 Gérald Antoine (1915-2014)   Recteur, agrégé de grammaire
mars 1989 juin 1995 François Mathieu    
juin 1995 En cours
(au 18 février 2015)
Dominique Aubert DVD Contremaître
Président de la CC de la Vallée de la Plaine (depuis 2014)

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[7].

En 2016, la commune comptait 215 habitants[Note 1], en diminution de 6,93 % par rapport à 2011 (Vosges : -2,43 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
488474547603754755775813763
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
796818817765699674660620629
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
562501489435385370355338317
1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2016 -
265206246271250246229215-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Lieux de cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église[10].
  • La chapelle Sainte-Catherine[11],[12].
  • L'ancienne scierie hydraulique de Saint-Marc (détruite)[13],[14].

Personnalités liées à Allarmont[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De gueules, à deux saumons adossés d'or, accompagnés de quatre croisettes du même, une en chef, une en pointe et une à chaque flanc.
Commentaires : Les deux saumons sont les armes des princes de Salm. Les saumons et les croix sont d’or pour différencier la commune de Senones dont les saumons et les croix sont d’argent.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ernest Nègre - Toponymie générale de la France - Volume 2 - Page 914 - (ISBN 2600001336).
  2. Dans le pouillé de Toul, par l'abbé Laurent Chatrian
  3. « Dictionnaire du département : Vosges » in Dictionnaire topographique de la France comprenant les noms des lieux anciens et modernes, p. 4/462.
  4. Philippe Nivet, La France occupée 1914-1918, Paris, Armand Colin, 2011 (ISBN 978-2-200-35094-9), p. 187-189
  5. Les comptes de la commune de Neufchâteau « Copie archivée » (version du 19 avril 2019 sur l'Internet Archive)
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  10. L'église d'Allarmont
  11. Chapelle Sainte-Catherine
  12. La chapelle Sainte Catherine reconstruite par Paul Lecuv
  13. « Ancienne scierie hydraulique », notice no IA88001784, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. Notices d'inventaire de l'ancienne scierie hydraulique