Vexaincourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vexaincourt
Vexaincourt
Blason de Vexaincourt
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Saint-Dié-des-Vosges
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Saint-Dié-des-Vosges
Maire
Mandat
Marie-Christine Regnier
2020-2026
Code postal 88110
Code commune 88503
Démographie
Gentilé Vexaincourtoises Vexaincourtois
Population
municipale
148 hab. (2019 en diminution de 14,94 % par rapport à 2013)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 29′ 39″ nord, 7° 02′ 47″ est
Altitude 376 m
Min. 355 m
Max. 880 m
Superficie 11,38 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Raon-l'Étape
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Vexaincourt
Géolocalisation sur la carte : Vosges
Voir sur la carte topographique des Vosges
City locator 14.svg
Vexaincourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vexaincourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vexaincourt

Vexaincourt est une commune française située dans le département des Vosges, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vexaincourt est un village agricole de la vallée de la Plaine, implanté sur la rive gauche de la rivière et entouré de forêts de résineux. De nombreux ruisseaux typiques descendent des hauteurs dites « des Bois sauvages ». Les ruisseaux de la Maix et de Menombru, qui descendent de deux longues vallées de l'ubac, confluent au cœur du village avant de rejoindre la Plaine en rive gauche.

Vexaincourt est située à 19 km de Raon-l'Étape, 66 km d'Épinal, 36 km de Saint-Dié, 68 km de Strasbourg et se trouve à une altitude de 376 mètres. C'est une des communes les plus boisées de France (94 % du territoire). Le village est concentré à l'écart de la route départementale 392 qui mène au Donon.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Vexaincourt est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (97,9 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (97,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (96,8 %), zones urbanisées (2,1 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (1,1 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Wessincourt (1656), Vexincourt (1710), Vaixaincourt (1768), Vexaincourt (1793).

Histoire[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 1793, Vexaincourt faisait partie de la principauté de Salm ; il était compris dans le ban de Luvigny au val d'Allarmont et dépendait sur le plan spirituel de l'église de Luvigny.

Vexaincourt a connu les violences de la guerre 1914-1918. Le centre a été incendié par les troupes allemandes en 1914 et reconstruit à partir de 1920.

La commune a été décorée de la croix de guerre 1914-1918[8].

Les habitations ont été reconstruites dans un style qui reprend les caractéristiques de l'habitat traditionnel. Les édifices publics et l'église ont été dessinés par l'architecte Paul Drouin dans un style propre au début du XXe siècle.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[10].

En 2019, la commune comptait 148 habitants[Note 2], en diminution de 14,94 % par rapport à 2013 (Vosges : −2,86 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
358395423427552548547560486
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
511510570480442402413411433
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
423272293280262239210196189
1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2019 -
199184165169208183161148-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Budget et fiscalité 2015[modifier | modifier le code]

En 2015, le budget de la commune était constitué ainsi[13] :

  • total des produits de fonctionnement : 165 000 , soit 923  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 156 000 , soit 873  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 43 000 , soit 238  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 43 000 , soit 240  par habitant ;
  • endettement : 55 000 , soit 305  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 21,30 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 11,04 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 47,58 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 38,75 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 16,32 %.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1971 mars 1983 Jean Voyaux (1922-2012)   Entrepreneur de scierie
mars 1983 juin 1995 Jacques Le Pallec (1929-2021)   Retraité de la sidérurgie
juin 1995 avril 2017[14] Gilles Thomas (1953-2022) DVD Démissionnaire au cours de son quatrième mandat
juin 2017 En cours
(au 3 juillet 2017)
Marie-Christine Régnier   Infirmière retraitée

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Michel : construite en 1851 par des dons et corvées des habitants. Incendiée par les Allemands le , elle a été reconstruite sur les plans des architectes nancéiens J. Oge et H. Gilbert entre 1926 et 1929.
  • Lac de la Maix, d'origine glaciaire, lieu de légendes et de pèlerinage[15]. Altitude 678 m[16], profondeur 15 m, superficie 1,6 ha.
  • Chapelle du lac de la Maix[17]. Au voisinage : sarcophage.
  • Monument aux morts[18].
  • Le dolmen de la « Haute-Côte »[19],[20].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Vexaincourt Blason
De sinople, au vannet d'or accosté de deux cônes de sapins d'argent ; au chef de gueules* au saumon courbé d'or nageant en fasce.
* Il y a là non-respect de la règle de contrariété des couleurs : ces armes sont fautives (Gueules sur sinople).
Nuvola apps important square.svg
Différences entre dessin et blasonnement : La coquille du dessin est dite vannet; et accostée de 2 cônes mais placés plus haut.
Détails
Création Robert André LOUIS. Armes utilisées par la commune depuis 2016.[réf. nécessaire]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Communes décorées de la Croix de guerre 1914-1918
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  13. Les comptes de la commune « Copie archivée » (version du 23 mars 2015 sur l'Internet Archive).
  14. Vosges Matin
  15. Le lac de la Maix
  16. église Saint-Michel
  17. La chapelle Notre-Dame du Lac de la Maix
  18. Monument aux morts
  19. Le dolmen de la « Haute-Côte »
  20. Dolmen situé dans la forêt domaniale des Bois Sauvages, à l’extrémité sud de la commune

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]