Opération Loyton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Opération Loyton
Description de cette image, également commentée ci-après
Les forêts du massif du Donon, refuge des maquisards
Informations générales
Date 12 août -
Lieu Montagne vosgienne
Belligérants
Drapeau du Royaume-Uni Royaume Uni
FFI Forces françaises de l'intérieur
Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Commandants
Drapeau du Royaume-Uni Lieutenant Colonel Brian Franks
Drapeau de la France Colonels Gilbert Grandval (GMA) et Marlier (1re RCV FFI)
Drapeau de l'Allemagne Standartenführer Gustav Mertsch
Forces en présence
91 hommes du 2e RCP/2e SAS
Résistance intérieure française (GMA Vosges et 1re RCV FFI
Infanterie et blindés
Eléments de la 17e SS Panzergrenadier Division Götz von Berlichingen
Pertes
14 soldats Special Air Service morts au combat
31 capturés et exécutés.
inconnues

Libération de la France (Seconde Guerre mondiale)

Batailles

Ferme de Viombois

map showing the different departments of France
Le Département des Vosges est colorisé en rouge
two men in a machine gun armed jeep
Modèle de Jeep armée utilisée lors de l'opération Loyton

Contexte[modifier | modifier le code]

Opération Loyton est le nom de code donné à une mission du Special Air Service (SAS) pendant la seconde guerre mondiale dans la moyenne montagne vosgienne entre le 12 août et le 9 octobre 1944.

La mission eut le malheur d’être une opération parachutée dans le massif vosgien à un moment où l’armée allemande y renforçait sa présence. Les Allemands prenant rapidement conscience de la présence de commandos ennemis menèrent alors des opérations en vue de détruire l’équipe SAS et d’éradiquer les foyers de maquisards auprès desquels les Britanniques appuyaient leur action.

Missions[modifier | modifier le code]

L’objectif était, en s’appuyant sur les foyers forestiers de maquisards locaux, de saboter les arrières de l’armée allemande en vue de favoriser la percée des blindés de la troisième armée du général Patton vers Strasbourg et le Rhin via les cols secondaires des Vosges moyennes (cols de Prayé, de Saales, du Hantz...) débouchant sur la vallée de la Bruche.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Un premier détachement SAS commandé par le capitaine Henry Druce fut parachuté dans les Vosges le 12 août 1944. La zone de largage se situait dans une zone montagneuse très boisée des Vosges gréseuses.

L’objectif de ce détachement précurseur était de contacter la résistance française locale, d’effectuer une reconnaissance de la zone, d’identifier des cibles pour une attaque et de localiser une zone de largage propre à recevoir ultérieurement un parachutage plus conséquent.

Le principal détachement sous le commandement du Lieutenant Colonel Brian Franks arriva le 30 août 1944 soit 18 jours après le détachement d’avant-garde. Dès le jour suivant le SAS commença à patrouiller et à mettre en place des postes d’observation. Ils comprirent rapidement que leur présence avait été signalée aux Allemands.

Ils découvrirent de même une présence allemande plus importante que celle à laquelle ils s’attendaient Une force de 5 000 Allemands remontait notamment la vallée du Rabodeau, près du village de Moussey, à proximité immédiate du camp de base SAS.

Les patrouilles, les attaques de sabotage et le nombre de combats qu’initièrent les SAS conduisirent les Allemands à croire qu’ils avaient à combattre contre une force beaucoup plus importante qu’elle ne l’était en réalité. Au cours des deux nuits du 19 et 20 septembre, le parachutage de six Jeeps et d’un renfort de 20 hommes autorisa les commandos SAS à accroître leur activité.

Les Jeeps, armés de Vickers K et mitrailleuses Browning, étaient ainsi utilisées pour attaquer par surprise les véhicules de tête des convois allemands. Les Allemands ne purent localiser la base SAS mais comprirent aisément que cette équipe ne pouvait ainsi sévir sans l’aide de la population locale. Pour obtenir des informations sur l’emplacement du camp SAS, tous les habitants mâles de Moussey âgés de 16 à 60 ans, soit un total de 210 hommes, furent arrêtés. Après avoir été interrogés, ils furent déportés vers les camps de concentration notamment celui de Natzwiler-Struthof. Seulement 70 rescapés revinrent après-guerre.

Résultat[modifier | modifier le code]

Initialement prévue pour durer deux semaines l'opération s’étira sur deux mois. L’arbitrage en faveur de l’opération Market Garden et sa promesse d’une libération du port d’Anvers détourna provisoirement vers le front britannique l’approvisionnement en carburant et munitions, fixant de fait les positions de US Army de Patton devant Nancy.

Trente-et-un hommes furent capturés au cours de l'opération Loyton puis exécutés comme espions par les Allemands, ces derniers refusant d’attribuer la qualité de combattant régulier aux commandos SAS et dès lors leur déniant la qualité de prisonniers de guerre.

Compte tenu du manque d’approvisionnements et sous la pression de l’omniprésente armée allemande, les SAS reçurent l’ordre de rallier les lignes alliées par petits groupes de combat.

Alors que la promesse d’une prochaine libération avait provoqué un mouvement de masse vers les maquis, la faiblesse de l’armement parachuté à la résistance joint à l’absence de progression alliée et la concentration de troupes nazies et de collaborateurs ont conduit à une féroce répression contre les civils. Celle-ci fut impitoyable avec son lot d’exécutions et de déportations. L’ampleur de cette répression fut telle que la vallée du Rabodeau, épicentre de l’opération Loyton, y gagna son triste surnom de « Vallée des larmes ».

À Moussey où reposent au cimetière communal des combattants SAS, un monument commémore depuis 2003 le sacrifice des combattants venus d'outre-Manche libérer les Vosges du joug nazi.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Jean-Michel Adenot, Viombois 4 septembre 1944, Edhistosociales, (ISBN 978-2-35515-024-1), « La situation début septembre 1944, page 192 et suivantes ». Document utilisé pour la rédaction de l’article

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]