La Petite-Raon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Petite-Raon
La Petite-Raon
La mairie et l'église dédiée à saint Sébastien et saint Quirin.
Blason de La Petite-Raon
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Saint-Dié-des-Vosges
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Saint-Dié-des-Vosges
Maire
Mandat
Jean Rabolt
2020-2026
Code postal 88210
Code commune 88346
Démographie
Gentilé Raonnais(es)
Population
municipale
742 hab. (2019 en diminution de 8,4 % par rapport à 2013)
Densité 82 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 24′ 26″ nord, 6° 59′ 44″ est
Altitude 360 m
Min. 345 m
Max. 800 m
Superficie 9,09 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Moyenmoutier
(banlieue)
Aire d'attraction Saint-Dié-des-Vosges
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Raon-l'Étape
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
La Petite-Raon
Géolocalisation sur la carte : Vosges
Voir sur la carte topographique des Vosges
City locator 14.svg
La Petite-Raon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Petite-Raon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Petite-Raon

La Petite-Raon est une commune française située dans le département des Vosges en région Grand Est.

Ses habitants sont appelés les Petit-Raonnais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue d'ensemble depuis la Roche Mère-Henry.

La Petite-Raon est un village niché au creux de la vallée du Rabodeau en amont de Senones, au confluent de la rivière avec le ruisseau de la Rochère.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

La Petite-Raon est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Moyenmoutier, une agglomération intra-départementale regroupant 6 communes[4] et 10 023 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Dié-des-Vosges dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 47 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (73,4 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (76,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (73,4 %), prairies (16,1 %), zones urbanisées (7,5 %), zones agricoles hétérogènes (3 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Raon (ou Ravon) signifie confluent dans le dialecte local donc c'est le petit confluent du Rabodeau et de la Rochère[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

La Petite Raon est un village faisant partie du comté de Salm[11], échu à la partie lorraine en 1600, il est intégré dans la principauté de Salm-Salm formée en 1751. Après l'annexion de 1793, il constitue une commune du canton de Senones.

La commune a été décorée, le , de la Croix de guerre 1939-1945[12].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  1980 Pierre Krieger   Décédé en cours de mandat
1980 janvier 2008 Raoul Soppelsa (1939-2008)   Cadre, décédé en cours de mandat
janvier 2008 avril 2014 Pierre Schoub (1934-2019)   Ingénieur EDF
avril 2014 En cours Jean Rabolt   Expert-comptable

Finances locales[modifier | modifier le code]

En 2015, le budget de la commune était constitué ainsi[13] :

  • total des produits de fonctionnement : 615 000 , soit 724  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 485 000 , soit 571  par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 48 000 , soit 56  par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 69 000 , soit 81  par habitant.
  • endettement : 416 000 , soit 489  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 31,46 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 25,52 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 46,72 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties :38,75 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 35,69 %.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[15].

En 2019, la commune comptait 742 habitants[Note 3], en diminution de 8,4 % par rapport à 2013 (Vosges : −2,86 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
513513557615702790806881910
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
9249081 2151 2731 3541 3291 7211 6391 581
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
1 5771 1781 5191 6811 5791 4101 5861 5441 386
1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010 2015 2019
1 4091 147982913894881844760742
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

  • Le service régional de l'inventaire a procédé à une étude thématique du patrimoine rural et industriel[18].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saints-Sébastien-et-Quirin, construite entre 1857 et 1865,
et son orgue neuf d'Henri Didier, reconstruit par François Didier en 1924[19].
  • Vierge de grès, sculptée par Pierre Krieger, ancien maire.
  • L'inventaire national du patrimoine naturel a dressé une liste de 38 taxons terminaux (espèces et infra-espèces) sur la commune[20]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Fils du maître d'école, Jean François Joseph Fréchard est né à La Petite Raon, village de la principauté de Salm-Salm en 1765. Moine bénédictin à Moyenmoutier puis à Senones, dom Joseph Fréchard devient prêtre réfractaire. Nommé curé de Colroy-la-Roche après le Concordat de 1801, il est un pédagogue précurseur des écoles normales dès 1804 et fonde l'institution des frères de la doctrine chrétienne dans le diocèse de Nancy[21].

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de La Petite-Raon Blason
De sinople, au hérisson contourné d'argent, mantelé d'or, à deux saumons aussi d'argent, adossés et mis en pal, cantonnés de trois croisettes du champ disposées 1 - 2.
Détails

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Unité urbaine 2020 de Moyenmoutier », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Saint-Dié-des-Vosges », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. Archives du comté et de la principauté de Salm
  12. Communes décorées de la Croix de guerre 1939 - 1945
  13. Les comptes de la commune de La Petite-Raon « Copie archivée » (version du 23 mars 2015 sur l'Internet Archive).
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  18. Scierie hydraulique à cadre
  19. Association d’Étude pour la Coordination des Activités Musicales (ASSECARM), Orgues Lorraine Vosges, Metz, Éditions Serpenoise, , 677 p. (ISBN 2-87692-093-X), p. 445 à 446
    Présentation de l'orgue de l’église Saint-Sébastien et Saint-Quirin
    .
  20. Liste des espèces recensées
  21. Dictionnaire des Vosgiens célèbres : Fréchard (Joseph), prêtre, fondateur de l'Institut des Frères de la Doctrine Chrétienne de Nancy