La Petite-Raon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Raon.
La Petite-Raon
La mairie et l'église, dédiée à saint Sébastien et saint Quirin
La mairie et l'église, dédiée à saint Sébastien et saint Quirin
Blason de La Petite-Raon
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Vosges
Arrondissement Saint-Dié-des-Vosges
Canton Raon-l'Étape
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Senones
Maire
Mandat
Jean Rabolt
2014-2020
Code postal 88210
Code commune 88346
Démographie
Gentilé Raonnais(es)
Population
municipale
832 hab. (2012)
Densité 92 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 24′ 26″ N 6° 59′ 44″ E / 48.4072222222, 6.9955555555648° 24′ 26″ Nord 6° 59′ 44″ Est / 48.4072222222, 6.99555555556  
Altitude 360 m (min. : 345 m) (max. : 800 m)
Superficie 9,09 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vosges

Voir sur la carte administrative des Vosges
City locator 14.svg
La Petite-Raon

Géolocalisation sur la carte : Vosges

Voir sur la carte topographique des Vosges
City locator 14.svg
La Petite-Raon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Petite-Raon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Petite-Raon

La Petite-Raon est une commune française située dans le département des Vosges en région Lorraine.

Ses habitants sont appelés les Petit-Raonnais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue d'ensemble depuis la Roche Mère-Henry

La Petite-Raon est un village niché au creux de la vallée du Rabodeau en amont de Senones, au confluent de la rivière avec le ruisseau de la Rochère.

Histoire[modifier | modifier le code]

La Petite Raon est un village faisant partie du comté de Salm, échu à la partie lorraine en 1600, il est intégré dans la principauté de Salm-Salm formée en 1751. Après l'annexion de 1793, il constitue une commune du canton de Senones.

Blason : « De sinople, au hérisson contourné d'argent, mantelé d'or, à deux saumons aussi d'argent, adossés et mis en pal, cantonnés de trois croisettes du champ disposées 1 - 2 »

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saints-Sébastien-et-Quirin, construite entre 1857 et 1865, et son orgue neuf d'Henri Didier, reconstruit par François Didier en 1924[1].
  • Vierge de grès, sculptée par Pierre Krieger, ancien maire.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  1980 Pierre Krieger   Décédé en cours de mandat
1980 janvier 2008 Raoul Soppelsa (1939-2008)   Cadre
Décédé en cours de mandat
janvier 2008 avril 2014 Pierre Schoub   Maire par intérim, puis élu en mars 2008
avril 2014 en cours Jean Rabolt    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 832 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
513 513 557 615 702 790 806 881 910
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
924 908 1 215 1 273 1 354 1 329 1 721 1 639 1 581
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
1 577 1 178 1 519 1 681 1 579 1 410 1 586 1 544 1 386
1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010 2012 -
1 409 1 147 982 913 894 881 844 832 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Fils du maître d'école, Jean François Joseph Fréchard est né à La Petite Raon, village de la principauté de Salm-Salm en 1765. Moine bénédictin à Moyenmoutier puis à Senones, Dom Joseph Fréchard devient prêtre réfractaire. Nommé curé de Colroy-la-Roche après le Concordat de 1801, il est un pédagogue précurseur des écoles normales dès 1804 et fonde l'institution des frères de la doctrine chrétienne dans le diocèse de Nancy.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J. M. Monange, « La Petite-Raon », L'Essor, no 158

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Association d’Étude pour la Coordination des Activités Musicales (ASSECARM), Orgues Lorraine Vosges, Metz, Éditions Serpenoise,‎ , 677 p. (ISBN 2-87692-093-X), p. 445 à 446
    Présentation de l'orgue de l’église Saint-Sébastien et Saint-Quirin
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2012.