Le Saulcy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saulcy.
image illustrant une commune des Vosges
Cet article est une ébauche concernant une commune des Vosges.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Le Saulcy
Église Saint-Jean-du-Mont
Église Saint-Jean-du-Mont
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Saint-Dié-des-Vosges
Canton Raon-l'Étape
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Senones
Maire
Mandat
Laurent Stauffer
2016-2020
Code postal 88210
Code commune 88444
Démographie
Gentilé Salcynien(ne)s
Population
municipale
327 hab. (2013)
Densité 33 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 24′ 51″ Nord, 7° 02′ 34″ Est
Altitude 450 m (min. : 395 m) (max. : 910 m)
Superficie 9,83 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Saulcy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Saulcy

Le Saulcy est une commune française située dans le département des Vosges en région Grand Est.

Ses habitants sont appelés les Salcyniens[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Saulcy est situé à cheval sur deux vallées d'affluents du Rabodeau : au sud celle du Bouchard, au pied du col du Hantz, mène directement au chef-lieu de canton, Senones, à 6 km ; au nord celle du Fosse permet de rejoindre Moussey. L'habitat y est très dispersé, en petits hameaux, Saint-Jean, le Village, la Parière, Quieux, le Harcholet où l'on relève l'altitude minimale... La partie montagneuse est au nord et à l'est, couverte de forêts : la Côte des Chênes, la Boulée, le Plaineux... L'altitude maximale de 910 mètres est atteinte aux confins de l'Alsace, près de la Haute Loge.

Les communes limitrophes sont Moussey au nord, Le Mont à l'ouest, Le Puid au sud, Belval au sud et à l'est et, à l'extrême-est, les communes alsaciennes de Plaine, La Broque et Grandfontaine.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire du village avant son rattachement à la France en 1793 est liée à celle de la principauté de Salm.

La commune a été décorée le 22 octobre 1921 de la croix de guerre 1914-1918[2].

Monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Jean-du-Mont est partagée avec les deux communes voisines, Belval en amont et Le Mont en aval. On y trouve un Calice (liturgie) en argent doré et différents tableaux, classés monument historique au titre d'objet[3].
  • Le château de Belval a été construit au début du XXe siècle par une famille de riches industriels textiles, et a notamment été réquisitionné par la Gestapo pendant la Seconde Guerre mondiale.
  • Scierie hydraulique à cadre Le Harcholet[4].
  • Vestiges d'une ancienne voie romaine[5].
  • Monument aux morts[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1906 1935 Eugène Nansé (1877-1939)   Industriel textile
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1983 juin 1995 André Marchal (1930-2016)   Chef d'atelier
mars 2001 octobre 2008 Jean-Claude Georges (1946-2008)   Chef d'équipe, décédé en cours de mandat
novembre 2008 mars 2014 Noël Georges    
mars 2014 février 2016 Jean-Luc Meillet   Retraité, démissionnaire pour raison de santé
mars 2016 en cours Laurent Stauffer   Directeur d'école

Finances locales[modifier | modifier le code]

En 2015, les finances communales était constituées ainsi[7] :

  • total des produits de fonctionnement : 206 000 €, soit 604 € par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 180 000 €, soit 528 € par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 36 000 €, soit 105 € par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 29 000 €, soit 84 € par habitant ;
  • endettement : 85 000 €, soit 250 € par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 18,02 % ;
  • taxe foncière sur le bâti : 7,10 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 34,59 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 38,75 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 16,64 %.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 327 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
457 442 486 562 635 674 673 701 767
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
854 805 834 856 922 1 010 1 054 1 095 1 046
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
1 003 696 758 764 730 580 670 545 512
1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011 2013 -
470 419 365 346 318 308 328 327 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]