Le Saulcy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Saulcy
Le Saulcy
Église Saint-Jean-du-Mont
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Saint-Dié-des-Vosges
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Saint-Dié-des-Vosges
Maire
Mandat
Jean-Luc Audouin
2020-2026
Code postal 88210
Code commune 88444
Démographie
Gentilé Salcynien(ne)s
Population
municipale
328 hab. (2018 en augmentation de 0,31 % par rapport à 2013)
Densité 33 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 24′ 51″ nord, 7° 02′ 34″ est
Altitude 450 m
Min. 395 m
Max. 910 m
Superficie 9,83 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Raon-l'Étape
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Le Saulcy
Géolocalisation sur la carte : Vosges
Voir sur la carte topographique des Vosges
City locator 14.svg
Le Saulcy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Saulcy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Saulcy

Le Saulcy est une commune française située dans le département des Vosges en région Grand Est.

Ses habitants sont appelés les Salcyniens[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Saulcy est situé à cheval sur deux vallées d'affluents du Rabodeau : au sud celle du Bouchard, au pied du col du Hantz, mène directement au chef-lieu de canton, Senones, à 6 km ; au nord celle du Fosse permet de rejoindre Moussey. L'habitat y est très dispersé, en petits hameaux, Saint-Jean, le Village, la Parière, Quieux, le Harcholet où l'on relève l'altitude minimale. La partie montagneuse est au nord et à l'est, couverte de forêts : la Côte des Chênes, la Boulée, le Plaineux… L'altitude maximale de 910 mètres est atteinte aux confins de l'Alsace, près de la Haute Loge.

Les communes limitrophes sont Moussey au nord, Le Mont à l'ouest, Le Puid au sud, Belval au sud et à l'est et, à l'extrême-est, les communes alsaciennes de Plaine, La Broque et Grandfontaine.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Le Saulcy est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (76,7 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (79,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (73,1 %), prairies (14,5 %), zones urbanisées (6 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (3,6 %), zones agricoles hétérogènes (2,7 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire du village avant son rattachement à la France en 1793 est liée à celle de la principauté de Salm.

La commune a été décorée le de la croix de guerre 1914-1918[9].

Monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Jean-du-Mont est partagée avec les deux communes voisines, Belval en amont et Le Mont en aval. On y trouve un Calice (liturgie) en argent doré et différents tableaux, classés monument historique au titre d'objet[10].
  • Le château de Belval a été construit au début du XXe siècle par une famille de riches industriels textiles, et a notamment été réquisitionné par la Gestapo pendant la Seconde Guerre mondiale.
  • Scierie hydraulique à cadre Le Harcholet[11].
  • Vestiges d'une ancienne voie romaine[12].
  • Monument aux morts[13].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1906 1935 Eugène Nansé (1877-1939)   Industriel textile
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1983 juin 1995 André Marchal (1930-2016)   Chef d'atelier
mars 2001 octobre 2008 Jean-Claude Georges (1946-2008)   Chef d'équipe, décédé en cours de mandat
novembre 2008 mars 2014 Noël Georges    
mars 2014 février 2016 Jean-Luc Meillet   Retraité, démissionnaire pour raison de santé
mars 2016 En cours Laurent Stauffer   Directeur d'école

Finances locales[modifier | modifier le code]

En 2015, les finances communales était constituées ainsi[14] :

  • total des produits de fonctionnement : 206 000 , soit 604  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 180 000 , soit 528  par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 36 000 , soit 105  par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 29 000 , soit 84  par habitant ;
  • endettement : 85 000 , soit 250  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 18,02 % ;
  • taxe foncière sur le bâti : 7,10 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 34,59 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 38,75 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 16,64 %.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[16].

En 2018, la commune comptait 328 habitants[Note 2], en augmentation de 0,31 % par rapport à 2013 (Vosges : −2,43 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
457442486562635674673701767
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
8548058348569221 0101 0541 0951 046
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
1 003696758764730580670545512
1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2018 -
470419365346318328329328-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site Lion 1906
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Communes décorées de la Croix de guerre 1914-1918
  10. Liste d'objets classés MH
  11. Les scieries hydrauliques à cadre du canton de Senones
  12. Vestiges d'une ancienne voie romaine
  13. Conflits commémorés 1914-18; 1939-45; AFN-Algérie (54-62)
  14. « Les comptes de la commune » [archive du ], sur alize2.finances.gouv.fr (consulté le ).
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.