Montréal-Nord

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Montréal-Nord
Montréal-Nord
Montreal-nord vue des airs.jpgParc Albert-Brosseau (Montréal-Nord).jpg
Hôtel de ville de l'arrondissement Montréal-Nord

Logo Mtl Montréal-Nord.svg
Logo de l'arrondissement.
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Statut Arrondissement
Date de fondation 1915
Maire
Mandat
Christine Black
2017-2021
Démographie
Gentilé Nord-Montréalais, Nord-Montréalaise
Population 84 234 hab.[1] (2016)
Densité 7 609 hab./km2
Langue(s) parlée(s) Français
Géographie
Superficie 1 107 ha = 11,07 km2
Localisation
Arrondissements de Montréal.
Liens
Site web Site officielVoir et modifier les données sur Wikidata

Montréal-Nord est un arrondissement de la ville de Montréal au Québec (Canada) situé au nord-est de l'île de Montréal sur la rive de la rivière des Prairies. Son territoire s'étend sur quelques kilomètres en aval du Sault-au-Récollet et la centrale de la Rivière-des-Prairies. Montréal-Nord est bordé par le boulevard Saint-Michel (Ahuntsic-Cartierville) au sud-ouest, la Ligne Exo 5 - Mascouche au sud-est et Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles au nord-est. On y comptait 84 234 habitants en 2016[1].

Les rives des rapides du Sault-au-Récollet sur la rivière des Prairies sont un lieu de portage des peuples autochtones de la région de Montréal depuis environ 4 000 ans. Le territoire de Montréal-Nord est connu comme le Bas-du-Sault au temps de la Nouvelle-France. De quelques fermes sur le boulevard Gouin, le territoire s'urbanise peu à peu avec le prolongement du Boulevard Pie-IX dans les années 1910. La ville de Montréal-Nord, fondé en 1915, connaît tôt des difficultés économiques et sera mise en tutelle de la Commission métropolitaine de Montréal de 1921 à 1958. Au cours des années 1950 et 1960, Montréal-Nord, de par sa proximité avec Montréal et son caractère de banlieue, connaît un boom résidentiel qui entraîne son urbanisation intégrale dans les années 1970. Au cours des années 1980, Montréal-Nord connaît un déclin démographique et industriel. Après une courte reprise de l'industrie du vêtement et du commerce de gros à la fin des années 1990, la ville connaît un second déclin industriel dans les année 2000. Fusionnée à Montréal en 2001, l'arrondissement Montréal-Nord fait la manchette pour les émeutes suivant la mort de Freddy Villanueva en 2008 et pendant la pandémie de Covid-19 au Québec au début de mai 2020.

Aujourd'hui, Montréal-Nord est un arrondissement francophone et populaire avec plus de 40% de la population issue de l'immigration, dont plus du tiers provenant d'Haïti[1]. Il est à la fois considéré comme l'un des secteurs les plus diversifiés de la ville de Montréal[2] et comme un des milieux urbains les plus défavorisés du Canada[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Montréal-Nord est un arrondissement de l’est de Montréal situé sur l’île de Montréal, la plus grande île fluviale de l’archipel d’Hochelaga. Montréal-Nord borde la rive droite de la rivière des Prairies et fait face à la ville de Laval (Île Jésus) qui est située à quelques centaines de mètres. L’arrondissement est situé à environ 14 kilomètres au nord du centre-ville de Montréal, à près d’une vingtaine de kilomètres de l’aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau et à environ une quinzaine de kilomètres en amont de la confluence entre la rivière des Prairies et le fleuve Saint-Laurent.

Montréal-Nord est circonscrit par les arrondissements Ahuntsic-Cartierville et Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension au sud-ouest, Saint-Léonard et Anjou au sud-est ainsi que Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles au nord-est. Il est délimité par la rivière des Prairies au nord-ouest, le boulevard Albert-Hudon au nord-est (adjacent au ruisseau de Montigny), la ligne de train de banlieue Exo 5 - Mascouche au sud-est et la rue J J Gagnier au sud-ouest

Rose des vents Laval
Rivière des Prairies
Flag of Montreal.svg Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles (Montréal) Rose des vents
N Flag of Montreal.svg Anjou (Montréal) (Montréal)
O    Flag of Montreal.svg Montréal-Nord (Montréal)    E
S
Flag of Montreal.svg Ahuntsic-Cartierville (Montréal) Flag of Montreal.svg Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension (Montréal) Flag of Montreal.svg Saint-Léonard (Montréal)


Géologie, relief et hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Pont Pie-IX traverse la rivière des Prairies à Montréal-Nord et relie Montréal à Laval

L'arrondissement de Montréal-Nord s'étend sur une superficie de 11,07 km2. Son territoire forme une bande de quasi-rectangulaire d'environs 5 kilomètres sur la rive montréalaise rivière des Prairies. Il s'étend sur le versant de la rivière, sur une pente douce de deux kilomètre, allant des berges de jusqu'à environs 40 mètres d'altitude.

Montréal-Nord est situé tout juste en aval du Sault-au-Récollet, un lieu de portage ancestral et historiquement significatif sur la rivière des Prairies, et de la centrale de la rivière des Prairies. La limite nord-est de l’arrondissement longe ruisseau de Montigny.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Réseaux routiers et stationnement[modifier | modifier le code]

Réseau routier de Montréal-Nord

L’arrondissement est principalement desservi dans l'axe sud-est–nord-ouest (perpendiculaire à la rivière des Prairies) par le boulevard Saint-Michel, la Route 125 (Boulevard Pie-IX) et le boulevard Lacordaire. Il est desservi dans l'axe sud-ouest–nord-est (parallèle à la rivière des Prairies) par les boulevards Henri-Bourassa Maurice-Duplessis, Léger et Gouin.

Pistes cyclables et Bixi[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Montréal-Nord n'est pas desservit par le Métro de Montréal. Plusieurs projets d'allongement du métro jusqu'à Montréal-Nord furent proposé depuis les années 1970 sans se concrétiser. Élue en 2017, la mairesse de Montréal Valérie Plante et son parti Projet Montréal proposent la création de la Ligne rose qui desservirait Montréal-Nord.


Transports ferroviaires[modifier | modifier le code]

Montréal-Nord est desservie par deux gares de la ligne Exo 5 - Mascouche mise en service le ; la Gare Saint-Michel–Montréal-Nord et la gare Gare Saint-Léonard–Montréal-Nord. La ligne Exo 5 relie Mascouche sur la rive nord de Montréal à Gare centrale de Montréal les jours de semaine.

Ligne Exo 5 - Mascouche à Montréal-Nord
Train de la ligne Mascouche 
Gare Saint-Léonard-Montréal-Nord 
Gare Saint-Michel-Montréal-Nord 


Histoire[modifier | modifier le code]

Peuplements ancestraux et colonisation du Bas-du-Sault[modifier | modifier le code]

Maison du cultivateur Pierre Andegrave sur le boulevard Gouin à Montréal-Nord, construite en 1741

Les berges de la rivière des Prairies sont fréquentées ponctuellement depuis environ 4 000 ans par les peuples autochtones de la région de Montréal[4] qui utilisent le cours d'eau comme passage entre le fleuve Saint-Laurent et le lac des Deux Montagnes qui donne sur la rivière des Outaouais. Le territoire actuel de Montréal-Nord est situé tout juste en aval des rapides de la rivière des Prairies qui sont un lieu de portage obligatoire.

L'exploration européenne du secteur débute dès le XVIe siècle, une hypothèse non confirmée indique que c'est là que l'explorateur français Jacques Cartier aborde l'île de Montréal en 1535 lors de son deuxième voyage[5]. Il faut attendre 80 ans avant que d'autres Européens fréquentent le secteur. Le lors de son 7e voyage au Canada, l'explorateur Samuel de Champlain y célèbre en compagnie des pères récollets Denis Jamet et Joseph Le Caron la première messe sur l'île de Montréal[6].

L'établissement français du secteur, principalement destiné à l’évangélisation des peuples autochtones, débute progressivement au XVIIe siècle[7]. Le secteur est bientôt connu comme le Sault-aux-Récollets à la suite de la noyade du père récollet Nicolas Viel et de son compagnon Ahuntsic dans les rapides de la rivière des Prairies en [8]. Le peuplement débute réellement avec la relocalisation de la mission huronne de la Montagne, jugée trop près de Ville-Marie (Montréal), au fort de la Nouvelle-Lorette érigé au Sault-aux-Récollets en 1691[9]. Les Hurons des la mission de la Nouvelle-Lorette sont utilisés pour le défrichement du Sault-aux-Récollets durant les trois premières décennies du XVIIe siècle[9]. Ils sont par la suite relocalisés progressivement à partir de 1721 à Oka, la mission du lac des Deux Montagnes, pour laisser la place à la colonisation française[9].

Les Sulpiciens, seigneurs de l'île de Montréal, font construire la digue l'île de la Visitation, un des plus importants ouvrages de génie civil du régime français[10], et débutent l’octroie de terres à la côte du Sault-aux-Récollets à partir des années 1720 et y érige la paroisse de La Visitation du Sault-au-Récollet en 1736[11]. La construction d'un moulin à farine, à bois et cardage de la laine font du Sault-aux-Récollets l'un des premiers sites proto-industriels de l'île de Montréal[11]. Le traçage du chemin du Bord-de-l’Eau (aujourd'hui Boulevard Gouin) qui longe la rivière des Prairies permet relier les première maison de fermes du territoire Montréal-Nord aux moulins du Sault-aux-Récollets[12].

Territoire de la paroisse de Sault-au-Récollet en 1834

Au XIXe siècle, le développement rural dans la périphérie du Sault-au-Récollet trouve éventuellement échos dans l'érection de la paroisse du Sault-au-Récollet en municipalité le 1er juillet 1845. La croissance de la population et développement de noyaux villageois entraîne éventuellement le fractionnement progressif de la municipalité de paroisse en plusieurs villages à la fin du XIXe siècle : le village de Villeray en 1896, le village d'Ahuntsic en 1897, le village de Saint-Joseph-de-Bordeaux en 1898. En 1910, le village du Sault-au-Récollet se sépare de la paroisse du Sault-au-Récollet.

La cité industrielle et prospère de Maisonneuve à l'est de Montréal, souhaite le prolongement boulevard Pie-IX jusqu'à la rivière des Prairies. Le gouvernement du Québec confie la gestion et la construction du boulevard à Maisonneuve. Ce qui reste du territoire de la paroisse du Sault-au-Récollet doit emprunter 210 000 $ pour construire sa partie du futur boulevard Pie-IX. La paroisse devient la ville de Montréal-Nord; la nouvelle ville peut emprunter 250 000 $ pour le prolongement du boulevard Pie-IX[13].

Montréal-Nord, ville rurale sous tutelle de la Commission métropolitaine[modifier | modifier le code]

La Back river line, ligne de tramway construite à partir de 1908 reliant le Sault-au-Récollet au terminus Saint-Vincent-de-Paul situé à Montréal-Nord.

Montréal-Nord est fondée le 5 mars 1915 par la sanction de la Loi constituant en ville la paroisse du Sault-au-Récollet, sous le nom de ville Montréal-Nord par le gouvernement du Québec[13]. Son premier maire est Joseph Boyer, maire de la paroisse du Sault-au-Récollet. Les premières séances du conseil se tiendront à l'école Saint-Charles située sur le boulevard Gouin[13]. La ville compte à cette époque à peine 1 000 habitants.

La Montreal Park & Island Railway débute la construction en 1908 de la Back island line une ligne de tramway en prolongement du circuit « Sault-au-Récollet »[14]. La nouvelle ligne entre quelques kilomètres dans Montréal-Nord au milieu des champs et bifurque vers le terminus Saint-Vincent-de-Paul situé à quelques mètres de la rivière des Prairies où les passagers peuvent prendre la traverse vers le pénitencier Saint-Vincent-de-Paul[14]. L’imposition de tarifs supplémentaires sur les correspondances vers Montréal-Nord freinent le développement dans le nord-est de Montréal.

Malgré son accès au tramway et sa proximité avec Montréal qui compte près d'un demi million d'habitants à cette époque, Montréal-Nord demeure une ville rurale isolée qui connaît un développement lent. Un voyage jusqu'au centre-ville de Montréal peut prendre deux heures[15]. Sa population atteint 1 360 habitants en 1921. Le découpage des lots résidentiels et le traçage des rues débute lentement dans le sud-ouest de la ville à cette époque; les rues sont tracés perpendiculairement à la rivière des Prairies suivants le découpage des lots du système seigneurial français. Avec l'achèvement du boulevard Pie-IX, la nouvelle ville est incapable de soutenir ses dépenses en infrastructures et connaît rapidement des difficultés financières. Après que les Montréalais ait rejeté l'offre d'annexion en 1920, le gouvernement Taschereau met la ville de Montréal-Nord sous la tutelle de la Commission métropolitaine de Montréal en 1921. Montréal-Nord connaît également à l'époque de graves problèmes d'approvisionnement en eau potable[15]. En 1925 est construite l'église Sainte-Gertrude et en 1927, l'église Saint-Vital. En 1928, la Montreal Light, Heat and Power entame la construction de la centrale de la Rivière-des-Prairies tout juste en amont de Montréal-Nord; elle est mise en service en 1930.

Le Pont Pie-IX en 1940

La situation déjà précaire à Montréal-Nord s'aggrave avec la Grande Dépression des années 1930. La ville, qui compte 4 519 habitants en 1931, doit composer avec un chômage endémique. En 1934, un cinquième de la population est bénéficiaire de secours directs[15], plusieurs habitants se tournent vers le dépotoir de la rue Lille pour subvenir à leurs besoins alimentaires de base[15]. La même année la ville de Montréal-Nord décrète un couvre-feu pour les enfants de moins de 14 ans[15]. En 1936, le gouvernement Duplessis finance la construction du pont Le Caron (Pont Pie-IX) qui enjambe la rivière des Prairies. Il remplace le traversier a été le seul moyen de franchir la rivière et d’accéder à Saint-Vincent-de-Paul. Les chômeurs de Montréal-Nord critiquent le refus des entrepreneurs du pont, Dufresne Construction et Dominion Bridge, de les engager pour exécuter les travaux[16]. Montréal-Nord s'urbanise, le développement s'effectue principalement le long des boulevards Gouin, Saint-Michel et Pie-IX.

En 1942, Canadien National construit un lien ferroviaire entre Montréal-Nord et le centre ville de Montréal via un nouveau tronçon avec la ligne Deux-Montagne. Les deux arrêts de Montréal-Nord sont desservie à partir de 1945. L'arrivée du train entraîne le développement industriel à la limite sud-est de la ville. Avec le développement résidentiel, le tramway Montréal-Nord 40 qui longe le boulevard Perras connaît lui aussi un achalandage accrue au cours des années 1940. Montréal-Nord compte 14 041 habitants en 1951. Avec l'automobile, l'urbanisation et le développement s’intensifient à Montréal-Nord au cours des années 1950. La ville devient une banlieue de Montréal. L'arrivée d'immigrants italiens à Montréal-Nord vient quelque peu changer le profil démographique; la population à Montréal-Nord avait été jusqu'à présent très majoritairement canadienne-française. En 1958, la tutelle de la Commission métropolitaine de Montréal se termine. En mars 1959, la ville de Montréal-Nord, qui compte 35 000 habitants, devient la cité de Montréal-Nord, l'administration municipale récupère ainsi des pouvoirs de réglementation de zonage et de construction[17]. À partir de 1959, la totalité réseau de tramway de Montréal est démantelée.

L'administration Yves Ryan[modifier | modifier le code]

Le 4 novembre 1963, le journaliste Yves Ryan, frère cadet de Claude Ryan, devient maire de Montréal-Nord. Il sera réélu sans interruption à 10 reprises, dont 6 fois par acclamation entre 1963 et son départ en 2001[18]. Le maire Ryan est connu pour sa gestion austère de la ville de Montréal-Nord et sa volonté de garder les taxes municipales et l’endettement de la ville à son plus bas. Près du Parti progressiste-conservateur du Canada[18], le maire Ryan fut critiqué pour son indifférence vis-à-vis la pauvreté, le sort des locataires et des immigrants[19].

Les travaux de jumelage du Pont Pie-XI débutent à l'été 1965, l'ancienne structure déjà vétuste ne répond pas à l'augmentation de la circulation automobile[16]. Le nouveau pont Pie-XI, qui compte 6 voies sur deux travées parallèles, ouvre à la circulation en janvier 1967[16].

La fin des années soixante voit le développement rapide du parc industriel de Montréal-Nord qui s'étend sur un terrain 65 hectares le long des voies ferrées. Cet la ville qui développe le parc à partir de 1963. Déjà à la fin 1967, 75% de la superficie du parc industriel est occupée par 17 entreprises et génère des revenus importants pour la ville[20]. L'entièreté de la superficie du parc est occupée quelques années plus tard.

Le 5 octobre 1970, l'attaché commercial du Royaume-Uni James Richard Cross est enlevé de son domicile centre-ville de Montréal par la cellule Libération du Front de libération du Québec et séquestré à Montréal-Nord au 10 945 de la rue des Récollets. Cet événement de la Crise d'Octobre se soldera 60 jours plus tard par la libération de James Richard Cross le 3 décembre 1970 et par l'exil de la cellule Libération à Cuba.

Dès 1975, Montréal-Nord devient l'une des rares villes du Québec dont le territoire soit occupé en quasi-totalité[21]. C'est le résultat d'un développement immobilier intensif depuis 1950 qui entraîne la hausse du prix des terrains et de la densité des logements[21]. Attirés par la proximité avec Montréal et des taxes plus basses entre 1960 et 1975, près de 17 500 logements sont construits à Montréal-Nord, soit les deux tiers des logements de la ville à l'époque[21].

Le 31 mai 1980, la cité de Montréal-Nord redevient la ville de Montréal-Nord[22].

Dans les années 1980, l'exode vers Laval les couronnes de Montréal et l'essoufflement de l'industrie manufacturière dans l'Est de Montréal entraîne une baisse de plus 15 000 habitants à Montréal-Nord[23]. Les industrie manufacturières de Montréal-Nord étaient vulnérables à la concurrence des pays émergents[23].

Cette baisse sera comblée par la relocalisation d'une partie de la population pauvre du centre-ville de Montréal et l'établissement de nombreux réfugiés haïtiens fuyant la dictature de François Duvalier.

Durant la seconde moitié des années 1990, la ratification de l'ALÉNA et la faiblesse du dollar canadien font que l'industrie du vêtement se développe rapidement et devient l'activité économique prédominante à Montréal-Nord[23]. Au cours des années 2000, la hausse du prix du dollar et l'émergence de la Chine comme puissance industrielle entraîne le déclin de cette industrie[23].

Fusion avec Montréal, mort de Fredy Villanueva et histoire récente[modifier | modifier le code]

Montréal-Nord fut fusionnée à la ville de Montréal le .

Le secteur industriel de Montréal-Nord connaît un déclin important au cours des années 2000. Entre 2001 et 2011, les deux tiers des emplois manufacturiers et la moitié des emplois dans le commerce de gros disparaissent[23].

Le samedi 9 août 2008, une intervention policière contre des jeunes jouaient aux dés à l'argent dans le stationnement de l'aréna Henri-Bourassa entraine la mort de Freddy Villanueva, 18 ans. Dans la nuit du 10 au , une émeute a éclaté dans un quartier de Montréal-Nord[24]. Quelques magasins et automobiles furent détruits. Un ambulancier et trois policiers furent blessés[25]. Les émeutiers s'en prirent également aux pompiers venus éteindre les incendies[24].

Le , la ligne Exo 5 - Mascouche est mise en service; les Gare Saint-Michel–Montréal-Nord et Saint-Léonard–Montréal-Nord était complétées un mois auparavant.

Démographie[modifier | modifier le code]

Montréal-Nord est le 10e arrondissement le plus peuplé de Montréal avec ses 84 234 habitants, soit environs 4.9% de la population de la ville. On y comptait 7 623 habitants/km2 en 2016. L’arrondissement a vu une progression de sa population de 0,4% entre 2011 et 2016, soit la seconde plus faible croissance de tous les arrondissements de Montréal après Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles (0,3%).

Montréal-Nord est caractérisé à la fois par une proportion de jeunes de moins de 25 ans (30,4%) et de personnes âgées de plus de 65 ans (20%) plus importante que la moyenne de la ville de Montréal[26]. Le nombre important d’aînées s'explique en parti par la présence de nombreuses résidences pour personnes âgées en bordure du boulevard Gouin[27].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1921 1931 1941 1951 1956 1961 1966 1971 1976
1 3604 5196 15214 04125 40748 43367 80689 13997 250
1981 1986 1991 1996 2001 2006 2011 2016 -
94 91490 30385 51681 58183 60083 91183 86884 234-
(Sources : Statistique Canada)
Histogramme de l'évolution démographique de Montréal-Nord sur ses limites actuelles


Immigration[modifier | modifier le code]

Montréal-Nord est le cinquième arrondissement ayant la plus importante proportion de personnes issues de l'immigration à Montréal (42%), après Saint-Laurent (54%), Saint-Léonard (49%), Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce (47%) et Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension (42%). Environs 40% des ces 34 000 personnes ont immigré après 2001. Une personne sur 5 ayant immigré après 1980 est un réfugié.

Montréal-Nord compte près de 11 400 personnes née à Haïti, la plus grande concentration au Canada; une personne immigrante sur trois dans l'arrondissement. Parmi les autres pays de naissances principaux des personnes immigrantes ont compte l'Algérie et l'Italie, environs 3 500 personnes chacune, et le Maroc, environs 3 000 personnes.

Minorités visibles[modifier | modifier le code]

Environ un habitant sur deux (48,7%) de Montréal-Nord se déclare comme faisant partie des minorités visibles, la plus grande proportion des 19 arrondissements de Montréal.

Parmi les groupes de minorités visibles les plus présents à Montréal-Nord on compte les Noirs (21 120 personnes), les Arabes (9 010 personnes) et les Latino-américains (5 800 personnes).

Religion[modifier | modifier le code]

Confessions à Montréal-Nord en 2011

  • Christianisme (76 %)
  • Islam (13,7 %)
  • Irréligion (8,1 %)
  • Bouddhisme (1,8 %)
  • Hindouisme (0,2 %)
  • Judaïsme (0,1 %)
  • Autres religions (0,1 %)
[1]
Confessions religieuses 2011
Christianisme 61 660
Islam 11 120
Bouddhisme 1 440
Hindouisme 135
Judaïsme 95
Autres religions 50
Irréligion 6 580

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La ville de Montréal et l'arrondissement Montréal-Nord[modifier | modifier le code]

Montréal-Nord est l'un des 19 arrondissements de la ville de Montréal depuis la réorganisation des municipalités du Québec de 2000-2006. En tout, Montréal-Nord compte 5 élus (sans compter le maire de Montréal): 1 maire d'arrondissement, 2 conseillers municipaux et 2 conseillers d'arrondissement. Les cinq élus de Verdun siègent au Conseil d'arrondissement de Montréal-Nord qui exerce la plupart des compétences de la ville de Montréal à un niveau local.

L'arrondissement Montréal-Nord est divisé en 2 districts électoraux: Marie-Clarac et Ovide-Clermont. Chacun de ces districts sont représentés par 1 conseiller municipal et 1 conseiller d"arrondissement.

Élus municipaux siégeant à l'arrondissement de Montréal-Nord[modifier | modifier le code]

Maire d'arrondissement Christine Black
Ensemble Montréal
Marie-Clarac Conseiller municipal Abdelhaq Sari
Ensemble Montréal
Conseiller d'arrondissement #1 Jean Marc Poirier
Ensemble Montréal
Ovide-Clermont Conseiller municipal Chantal Rossi
Ensemble Montréal
Conseiller d'arrondissement #1 Renée-Chantal Belinga
Ensemble Montréal

Historique des maires de Montréal-Nord[modifier | modifier le code]

  • 1915-1917 - Joseph Boyer
  • 1917-1925 - Albert Brosseau
  • 1925-1929 - Georges-N. Pichet
  • 1929-1939 - Aimé Léonard
  • 1939-1943 - Archambault Désy
  • 1943-1945 - J.-Armand Blouin
  • 1945-1945 - Hector Lamare
  • 1945-1948 - Archambault Désy
  • 1948-1951 - Joseph Dufresne
  • 1951-1954 - Archambault Désy
  • 1954-1960 - Lucien Brodeur
  • 1960-1963 - Roland Filion
  • 1963-2002 - Yves Ryan
  • 2002-2009 - Marcel Parent
  • 2009-2016 - Gilles Deguire
  • 2016-2020 - Christine Black

Yves Ryan, frère de Claude Ryan, fut maire de Montréal-Nord à partir de 1963 jusqu’à la fusion de 2002. La marque de commerce de l'administration Ryan fut la frugalité, ce qui a valu à Montréal-Nord un des taux d'endettement les plus bas de la communauté urbaine de Montréal.

Le maire d'arrondissement a été Gilles Deguire (Équipe Denis Coderre pour Montréal) jusqu'au . À la suite de son départ, des élections partielles ont été organisées dans l'arrondissement afin d'y élire un nouveau maire, le , Christine Black (Équipe Denis Coderre pour Montréal) est élue après un intérim assuré par la conseillère de la ville, Chantal Rossi.

Attraits[modifier | modifier le code]

On y dénombre plusieurs secteurs commerciaux d'importance dont le boulevard Henri-Bourassa de Salk à Rolland, le boulevard Pie-IX, le boulevard Léger de Lacordaire à Langelier, la rue Charleroi et plusieurs autres aires commerciales de moindre importance. On y dénombre également 2 centres commerciaux d'assez grande envergure (Place Bourassa et Carrefour Forest) et le centre commercial Léger-Langelier.

  • Une vingtaine de parcs : Lacordaire, Henri-Bourassa, Saint-Laurent, Carignan, Monty, Ménard, Tardif, Gouin, Charleroi, Aimé-Léonard, Primeau, Oscar, Ottawa, Chabot, Eusèbe-Ménard, Garon-Amos, Langelier-Marie-Victorin, Pilon (qui comporte aussi la seule aire d'exercice canin de Montréal-Nord).

Montréal-Nord peut compter également sur la proximité de l'eau où l'on dénombre plusieurs parcs dont une grande aire de plaisance qui va du parc Aimé-Léonard au pont Pie-IX et une autre allant de Saint-Vital à l'entrée du parc-nature de l'Île-de-la-Visitation.

  • Trois arénas : Garon (Montréal-Nord), Henri-Bourassa et Fleury
  • Quatre bibliothèques: maison culturelle et communautaire (Rolland), Henri-Bourassa, Charleroi, Belleville
  • La Maison culturelle et communautaire


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Montréal en statisques, Annuaire statistique de l'agglomération de Montréal - 2016, Montréal, (lire en ligne), p. 115 -118
  2. Selma Tannouche, Bennani et Leslie Touré Kapo « Droit à la ville : Montréal-Nord entre disparités territoriales et racisme systémique vécu », octobre 2019 [lire en ligne]
  3. « Montréal-Nord redouble d'ardeur pour endiguer la COVID-19 », sur Radio-Canada, (consulté le 1er mai 2020)
  4. Ville de Montréal, « Site patrimonial de l'Ancien-Village-de-Rivière-des-Prairies », sur Répertoire du patrimoine culturel du Québec (consulté le 10 mai 2020)
  5. Gouvernement du Québec, « Cartier, Jacques », sur Répertoire du patrimoine culturel du Québec (consulté le 10 mai 2020)
  6. Raymonde Litalien, Denis Vaugeois, Champlain: la naissance de l'Amérique française, Montréal, Les éditions du Septentrion, , 397 p. (ISBN 2894483880), p. 367
  7. Ville de Montréal, « Ancien village de Sault-au-Récollet », sur Destination patrimoniale
  8. Commission de toponymie du Québec, « Rapides du Sault au Récollet », sur Banque de noms de lieux du Québec
  9. a b et c Roland Tremblay, « La mission de la Nouvelle-Lorette au Sault-au-Récollet », sur Mémoires des Montréalais, (consulté le 10 mai 2020)
  10. Jeanne Morazain, « Le Sault-au-Récollet », Continuité,‎ (ISSN 1923-2543, lire en ligne)
  11. a et b Gouvernement du Québec, « Coeur historique du Sault-au-Récollet », sur Répertoire du patrimoine culturel du Québec (consulté le 10 mai 2020)
  12. Ville de Montréal, « Le boulevard Gouin », sur Le parcours riverain
  13. a b et c « Loi constituant en ville la paroisse du Sault-au-Récollet, sous le nom de ville Montréal-Nord », Statuts de la province de Québec, 5 George V,‎ , pages 381-389
  14. a et b Jean-Paul Guiard, « Le tramway à Montréal-Nord », SHGMN,‎ (lire en ligne)
  15. a b c d et e Steven High, Sherry Simon et Jean-Philippe Warren, « Les voix de Montréal: les neuf vies de Montréal-Nord », Journal Métro,‎ (lire en ligne)
  16. a b et c Jean Paul Guiard, « Le Pont Pie-IX », SHGMN,‎ (lire en ligne)
  17. « Loi modifiant la charte de la ville de Montréal-Nord », Statuts de la province de Québec, 7-8 Elizabeth II,‎ 1958-59, chapitre 78, pages 339-348.
  18. a et b Radio-Canada, « L’ex-maire de Montréal-Nord Yves Ryan est mort », Radio-Canada info,‎ (lire en ligne)
  19. Katia Gagnon, « L'héritage d'Yves Ryan », La Presse,‎ (lire en ligne)
  20. Charlemagne Bouchard, « Québec 1967 : L'avenir d'une ville, son parc industriel », La Patrie,‎ , p. 2-3 (lire en ligne)
  21. a b et c Paul Pouliot, « Dans le secteur de l'habitation Montréal-Nord affiche complet. », La Presse,‎ , F. Jardins. Maisons, F2 (lire en ligne)
  22. « Ministères — Avis concernant les Affaires municipales », Gazette officielle du Québec,‎ 31 mai 1980, 112e année, numéro 22, pages 6520-6521.
  23. a b c d et e Communauté métropolitaine de Montréal, « Montréal-Nord », L'emploi local dans la région métropolitaine de Montréal,‎ , p. 12-13 (ISSN 1913-939X, lire en ligne)
  24. a et b http://ap.google.com/article/ALeqM5i4ffFONRmWjkHndkWW8dMZR7YC9gD92G03T00
  25. http://www.canada.com/calgaryherald/news/story.html?id=9ec92305-9cb6-493a-9271-dd569f0c50bd
  26. Service de la mise en valeur du territoire et du patrimoine. Division des affaires économiques et institutionnelles, Profil sociodémographique. Montréal-Nord, Ville de Montréal, (lire en ligne)
  27. Service de la mise en valeur du territoire et du patrimoine. Division des affaires économiques et institutionnelles, Profil sociodémographique 2006 - Montréal-Nord, Ville de Montréal, (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]