Projet Montréal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Projet Montréal
Image illustrative de l'article Projet Montréal
Logotype officiel.
Présentation
Chef Valérie Plante
Fondation [1]
Siège 4000 Notre-Dame O.
Montréal, Québec
H4C 1R1
(514) 390-0792
permanence@projetmontreal.org
Niveau municipal
Président(e) Pasquale Lo Mascolo
Idéologie social-démocratie, développement durable, écologisme, démocratie participative
Couleurs vert et bleu
Site web http://www.projetmontreal.org/
Représentation
Conseil municipal de Montréal
19 / 65

Projet Montréal est un parti politique montréalais dont la chef est Valérie Plante. Axé sur la qualité de vie, l'urbanisme durable et l’intégrité de l’administration, Projet Montréal vise la relance économique, démocratique, urbaine et démographique de Montréal.

Histoire de Projet Montréal[modifier | modifier le code]

Projet Montréal a été fondé en 2004 par Richard Bergeron et Claude Mainville.

Aux élections de 2005, Richard Bergeron fut le seul élu de sa formation à accéder au conseil de ville au poste de conseiller de la ville (Le Plateau-Mont-Royal).

Au printemps 2009, la conseillère d’arrondissement Josée Duplessis (Le Plateau-Mont-Royal) et le conseiller d’arrondissement Pierre Mainville (Ville-Marie) rejoignirent les rangs de Projet Montréal.

Élection municipale montréalaise de 2009[modifier | modifier le code]

Logo utilisé en 2009

Les 23 et 24 mai 2009, Projet Montréal a tenu son Congrès 2009 dans le quartier Petite-Bourgogne à Montréal. À cette occasion, les membres réunis ont achevé et adopté le Programme 2009 du parti, auquel environ 300 personnes avaient déjà contribué au cours des mois précédents.

Le 10 août 2009, Richard Bergeron a annoncé que l’honorable John H. Gomery sera le président d’honneur de la campagne de financement de Projet Montréal dans le cadre de l’élection 2009. M. Gomery, juge à la retraite, est connu pour sa présidence de la Commission d'enquête sur le programme de commandites et les activités publicitaires. Le même jour, le chef de Projet Montréal a annoncé plusieurs mesures prenant effet immédiatement afin de garantir le respect des normes de transparence et d’éthique du parti[2]. Par ces mesures qui sont beaucoup plus contraignantes que la loi régissant le financement sur les partis politiques, Projet Montréal entend respecter non seulement la lettre mais aussi l’esprit de cette loi et lutter ainsi contre les dérives qui ont marqué la vie politique montréalaise.

Aux élections municipales du 1er novembre 2009, Richard Bergeron est arrivé troisième à la course à la mairie de Montréal. Le parti est cependant passé d'un seul candidat élu en 2005 (Richard Bergeron) à 14 candidats (sur 103) en 2009. De ces 14 candidats, dont deux sont maires d'arrondissement (sur 19) et 10 siègent sur le conseil de ville (sur 65). Le parti Projet Montréal a également remporté l'ensemble des 7 postes de l'arrondissement Plateau Mont-Royal.

Élection municipale montréalaise de 2013[modifier | modifier le code]

Lors des élections municipales du 3 novembre 2013, Richard Bergeron termine à nouveau troisième dans l'élection au poste de maire de Montréal. Projet Montréal est le seul parti à présenter un candidat à chacun des 102 postes électoraux. Parmi ces 102 candidats, les deux maires d'arrondissement (Luc Ferrandez dans Le Plateau-Mont-Royal et François Croteau dans Rosemont–La Petite-Patrie sont réélus ; 18 conseillers de ville et 8 conseillers d'arrondissement sont également élus.

À l'issue de cette élection, Projet Montréal passe de 10 à 20 sièges sur les 65 que compte le conseil municipal, et devient la première opposition municipale au conseil.

Départ de Richard Bergeron[modifier | modifier le code]

Le 27 octobre 2014, Projet Montréal annonce la démission de Richard Bergeron de la chefferie du parti, et la nomination de Luc Ferrandez comme chef interimaire, dans l'attente de la tenue d'élections pour désigner le nouveau chef.[3] Richard Bergeron, nommé au comité exécutif de la ville de Montréal quelques jours plus tard, annonce qu'il quitte le groupe Projet Montréal au conseil municipal, et siègera dorénavant comme indépendant. Le 7 novembre 2016, Richard Bergeron annonce qu'il rejoint officiellement l'Equipe Denis Coderre, abandonnant son statut d'indépendant[4].

Élection de Valérie Plante et élection municipale de 2017[modifier | modifier le code]

Valérie Plante, chef de Projet Montréal.

La campagne à la chefferie de Projet Montréal se tient à l'automne 2016. Les trois candidats sont Guillaume Lavoie, Valérie Plante et François Limoges[5], mais ce dernier se retire en cours de route[6]. Le chef intérimaire Luc Ferrandez avait quant à lui annoncé depuis des mois qu'il ne briguerait pas la direction du parti[7].

Le 4 décembre 2016, Valérie Plante devient chef de Projet Montréal, remportant la course au leadership du parti avec 51,9 % du vote qui l'opposait au conseiller Guillaume Lavoie[8].

La victoire de Valérie Plante apporte un vent nouveau au parti et cinq élus de formations politiques adverses quittent leurs partis respectifs pour grossir les rangs de Projet Montréal. D'abord Maja Vodanovic, conseillère d'arrondissement pour le district du Canal, annonce le 23 janvier 2017 qu'elle briguera la mairie de Lachine.[9] Puis Benoit Dorais, maire de l'arrondissement du Sud-Ouest et ancien chef de Coalition Montréal, rejoint Projet Montréal le 31 mai 2017[10]. Enfin Normand Marinacci, maire de l'Île-Bizard–Sainte-Geneviève, et deux de ses conseillers d'arrondissement quittent le Vrai changement pour Montréal le 28 juin 2017 afin de rejoindre à leur tour l'opposition officielle.

Valérie Plante est candidate de Projet Montréal pour la mairie de Montréal à l'élection municipale de novembre 2017[11].

Programme de Projet Montréal[modifier | modifier le code]

Le programme de Projet Montréal comprend des engagements touchant le logement, la famille, l’environnement et le verdissement de la ville, le transport, l’économie, les arts et la culture, la démocratie montréalaise, la participation citoyenne, l'intégrité et la qualité de l'administration[12].

La création de quartiers mixtes conviviaux, arrimés au transport, la disponibilité de logements à prix acceptables, l'aménagement de quartiers verts reliés par un réseau vert, ainsi que la promotion de l’art et de la culture dans la ville font partie des moyens préconisés par le parti[13]. Projet Montréal propose aussi de mettre en valeur l’entrée maritime de Montréal et de recouvrir la partie ouverte de l’autoroute Ville-Marie ainsi qu’une section l’autoroute Décarie afin d’y aménager par exemple des terrasses et des marchés publics. Par ces moyens et d’autres, Projet Montréal souhaite mettre fin à l’exode des familles, diminuer graduellement la dépendance de Montréal au pétrole et faire de Montréal un pôle industriel nord-américain des nouveaux transports urbains. Une autre priorité du parti est l'intégrité de l'administration municipale. Pour éviter la corruption et la collusion, Projet Montréal propose notamment que les dons aux partis politiques municipaux soient limités, que les réunions du Comité exécutif de la Ville se tiennent en public et que la Ville reprenne la maîtrise d’œuvre de ses projets.

Projet Montréal est le seul parti à adopter démocratiquement son programme électoral en consultant ses membres en Congrès[14],[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Directeur général des élections du Québec
  2. Transparence et éthique : les 5 mesures de Projet Montréal pour un financement propre
  3. Luc Ferrandez devient chef intérimaire de Projet Montréal
  4. « Richard Bergeron se joint à l'Équipe Denis Coderre », Le Devoir,‎ (lire en ligne)
  5. Débat de la course à la direction de Projet Montréal: les candidats sur la même longueur d'onde, Marie Christine Trottier, Le Journal de Montréal, 30 octobre 2016.
  6. (en) François Limoges drops out of Projet Montréal leadership race, supports Guillaume Lavoie, Michelle Lalonde, The Gazette, 18 novembre 2016.
  7. Projet Montréal se cherche un chef pour affronter Coderre, Jeanne Corriveau, Le Devoir, 25 janvier 2016.
  8. (en) Projet Montreal elects Valérie Plante as new party leader, Navneet Pall, Global News, 4 décembre 2016.
  9. Maryline Demers, « Maja Vodanovic briguera la mairie de Lachine », Métro,‎ (lire en ligne)
  10. « Courtisé de toutes parts, Benoit Dorais décide de joindre Projet Montréal | Pierre-André Normandin | Montréal », La Presse,‎ (lire en ligne)
  11. Valérie Plante est élue à la tête de Projet Montréal, Radio-Canada, 4 décembre 2016.
  12. Projet Montréal, « Programme du parti », Projet Montréal,‎ (lire en ligne)
  13. Transit Oriented Development
  14. « Congrès de Projet Montréal | ICI.Radio-Canada.ca », sur Radio-Canada (consulté le 17 juin 2017)
  15. « Un congrès au 400 propositions pour Projet Montréal | Pierre-André Normandin | Montréal », La Presse,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]