Le Plateau-Mont-Royal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Plateau-Mont-Royal
Le mont Royal vu de la rue Duluth sur le Plateau-Mont-Royal.Localisation du Plateau-Mont-Royal dans Montréal.Logo de l'arrondissement.
Le mont Royal vu de la rue Duluth sur le Plateau-Mont-Royal.

Carte localisation Montréal - Le Plateau-Mont-Royal.svg
Localisation du Plateau-Mont-Royal dans Montréal.

Logo Mtl LPMR.svg
Logo de l'arrondissement.
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Municipalité Montréal
Statut Arrondissement
Quartiers Plateau Mont-Royal, Milton Parc, Mile End
Maire
Mandat
Luc Ferrandez
2013 - 2017
Démographie
Population 100 390 hab.[1] (2011)
Densité 12 970 hab./km2
Langue(s) parlée(s) Français
Géographie
Superficie 774 ha = 7,74 km2
Divers
Site(s) touristique(s) Théâtre d'Aujourd'hui, Théâtre du Rideau Vert, Espace Go, Théâtre La Licorne, Théâtre de Quat'Sous, Théâtre de l'Esquisse, Agora de la danse, Grands Ballets Canadiens, Parc Lafontaine, Mont Royal, Carré Saint-Louis, Parc Sir-Wilfrid-Laurier, Les Tam-tams. Métros : Sherbrooke, Mont-Royal, Laurier.
Liens
Site web Site web de l'arrondissement

Le Plateau-Mont-Royal (ou tout simplement Le Plateau) est un arrondissement de la Ville de Montréal qui tire son nom de sa situation géographique en haut de la terrasse de la rue Sherbrooke. Il est d'une superficie de 7,74 km2, une population de 100 390 habitants (en 2011) et affiche la plus forte densité de population de la Ville. Depuis quelques années, il est couru par la population dite branchée.

La délimitation du Plateau-Mont-Royal est la suivante : au nord et au nord-est, les voies ferrées du Canadien Pacifique (CP), à l’ouest, l’avenue du Parc jusqu’à l’échangeur des Pins et la rue Université et, au sud, la rue Sherbrooke.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'époque des grandes fermes[modifier | modifier le code]

À partir de 1745, la zone urbanisée entourant Montréal s'étend au-delà de ses fortifications. Le Plateau-Mont-Royal naît ainsi lorsque le faubourg Saint-Laurent, au nord, devient le principal axe de développement. En 1792, Montréal s'agrandit pour établir ses limites officielles à environ deux kilomètres des fortifications. Dès lors, le mont Royal et la rue Duluth forment ses limites. Plus loin du centre, surtout vers l'ouest, des familles anglophones ont à l'époque de grandes demeures entourées de jardins et les Hospitalières de Saint-Joseph ont un vaste terrain qui sera le siège de leur futur Hôtel-Dieu. Encore plus en périphérie se trouvent de grandes propriétés de campagne dont les fermes de la bourgeoisie montréalaise.

En 1850, un réservoir pour l'aqueduc de la ville de Montréal est installé à l'emplacement actuel du Square Saint-Louis. Il a comme fonction d'approvisionner les résidents de la Côte-à-Baron, ce qui désigne la pente descendante au sud de la rue Sherbrooke. À cette époque une ferme à l'emplacement de l'actuel parc La Fontaine est convertie en champ de manœuvres militaires. Au nord, d'autres agglomérations se forment de par l'activité économique des carrières, donnant naissance au village du Coteau-Saint-Louis, en 1846. Une chapelle est construite deux ans plus tard, qui sera remplacée en 1857 par l'église Saint-Enfant-Jésus du Mile-End. De nos jours, le Mile End est un quartier voisin faisant partie de l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal, mais c'est seulement en 1878 que le village de Saint-Louis-du-Mile-End naît. D'ici la fin du siècle, le flanc de la montagne est acheté par la Ville qui y aménage le parc du Mont-Royal, le parc Lafontaine prend la place des activités militaires et le réservoir de la Côte-à-Baron cède la sienne au Square Saint-Louis.

Le village de Saint-Jean-Baptiste se forme vers 1861. Son point central est également l'emplacement de son marché (le premier marché fut construit vers 1870 et remplacé par un plus moderne en 1933; ce dernier sera finalement démoli en 1966). Ce centre civique est situé à l'intersection de la rue Saint-Laurent (qui deviendra plus tard le boulevard Saint-Laurent) et de la rue Rachel. Les villages du Coteau-Saint-Louis et de Saint-Jean-Baptiste sont annexés à Montréal vers la fin du siècle; respectivement en 1893 et 1886. Quant à Saint-Louis-du-Mile-End et DeLorimier, ils seront annexés à Montréal respectivement en 1910 et 1909. À cette époque, la population de Montréal déborde à l'est du chemin Papineau, où se trouvent des maisons et avenues élégantes.

Un arrondissement ouvrier[modifier | modifier le code]

Allée d'érables dans le parc Sir-Wilfrid-Laurier, 2009

Au début du XXe siècle, il s'agissait d'un arrondissement ouvrier. Avec les années, croissance économique aidant, il s'est transformé et la population ouvrière l'a peu à peu déserté. Dès 1900, le Coteau-Saint-Louis devient très cosmopolite, comptant temples protestants et synagogues. Plusieurs commerçants protestants ouvrent boutique sur la rue Saint-Laurent, qui devient, en 1905, le boulevard Saint-Laurent, ainsi que la frontière linguistique entre francophones, à l'est, et anglophones, à l'ouest. À cette époque, le boulevard Saint-Joseph devient la première artère bordée d'arbres de la ville.

Dans les années 1930, la crise économique freine la construction dans l'arrondissement, bien que certains travaux soient financés au parc Sir-Wilfrid-Laurier. L'Université de Montréal déménage sur le flanc nord du mont Royal en 1943, ce qui entraîne le déménagement des bourgeoisies francophone et anglophone vers ce quartier. Depuis l'après-guerre, le quartier accueille des immigrants. Des Juifs arrivés dès lors ont généralement maintenu boutique sur le boulevard Saint-Laurent et déménagé leur demeure vers les quartiers adjacents à l'ouest. Vestige de la présence juive: la charcuterie hébraïque Schwartz's du boulevard Saint-Laurent, un des commerces les plus renommés de Montréal, célèbre pour son « smoked meat » (viande fumée). Ils furent remplacés par des Grecs qui ont contribué à l'art local de la boulangerie et de la pâtisserie. Plus récemment, des Vietnamiens et des Portugais se sont installés, dont témoigne, pour ces derniers, le parc du Portugal.

Du « Chinatown », les commerçants chinois ont remonté le boulevard Saint-Laurent jusqu’à la rue Sherbrooke et l'ont dépassé pour cohabiter avec les boutiques indiennes.

Les années 1980: la gentrification[modifier | modifier le code]

Tam-tams du mont Royal d'un dimanche d'automne au parc du mont Royal, avenue du Parc

Depuis les années 1980, un mouvement de retour à la ville attire de jeunes professionnels, des artistes et des étudiants vers l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal. Cela en fait un centre d'activités culturelles et intellectuelles. Aujourd'hui, il possède une hétérogénéité socio-économique moins large. En effet, le quartier s'est gentrifié et devient un lieu de résidence privilégié par la classe moyenne aisée.

En 2004, l'organisme new-yorkais Project for Public Spaces a élu Le Plateau-Mont-Royal comme l'un des 20 endroits nord-américains offrant la meilleure qualité de vie.

Une société d'histoire[modifier | modifier le code]

La riche histoire du quartier et de ses habitants peut maintenant compter sur l'apport d'un organisme sans but lucratif, pour sa mise en valeur. Depuis sa création, en 2006, la Société d'histoire et de généalogie du Plateau-Mont-Royal (SHGP), s'intéresse à documenter et à diffuser l'histoire du quartier et celle des gens qui l'ont habité. La SHGP a ses locaux au Centre de services communautaires du Monastère; au 4450 rue Saint-Hubert, local 325. La SHGP y possède un centre de documentation contenant une foule d'informations sur le Plateau-Mont-Royal. Un des joyaux de ce centre de documentation consiste en la collection du journal "Le Guide Mont-Royal"; qui fut pendant nombre d'années, le témoin du quotidien et de l'actualité du quartier. Un hyperlien (voir plus bas)vous conduira au site internet de la société.

Quartiers[modifier | modifier le code]

Il existe une distinction entre l'arrondissement Le Plateau-Mont-Royal et le quartier Plateau Mont-Royal. L'arrondissement du Plateau-Mont-Royal est instance politique de la Ville de Montréal et englobe trois quartiers :

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Ruelle verte Masson.

Le Plateau-Mont-Royal est un arrondissement reconnu pour plusieurs raisons :

  • Il est près du centre-ville (l'arrondissement de Ville-Marie).
  • Il est près de diverses institutions et activités culturelles.

Il accueille une population jeune, attirée en grand nombre par l'ouverture dans les années 1960 de l'Université du Québec à Montréal.

  • * Il possède plusieurs boutiques spécialisées.
  • Il offre une grande variété architecturale.
  • Il a une réputation positive véhiculée par la population dite branchée.
  • Il n'est pas nécessaire d'y posséder une automobile, car il est desservi par trois stations de métro (Sherbrooke, Mont-Royal, Laurier) et par un réseau de pistes cyclables dont l'axe numéro 1 de la Route verte qui le traverse.
  • Il est le premier arrondissement à mettre en œuvre les ruelles vertes de Montréal; il y a 52 ruelles reverdies (2011)[2].

Un phénomène d'embourgeoisement y est observable. Par exemple, beaucoup des loyers ont doublé depuis le début des années 2000, probablement du simple fait que le quartier soit couru. De plus, durant ces mêmes années, un commerçant de renommée « historique » donnant surtout dans l'alimentation, Warshaw, s'est vu remplacé par une pharmacie grande surface Pharmaprix. L'édifice a toutefois gardé son nom et un autre Warshaw a été ouvert en face du marché Atwater.

Parcs et jardins[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Parcs de Le Plateau-Mont Royal.
  • Les jardins communautaires :
    • DE LORIMIER Angle De Lorimier et Gilford, 102 jardinets - 24 demi-jardinets - 5 bacs doubles
    • MILE END Angle Henri-Julien et Maguire, 85 jardinets - 8 demi-jardinets, 4 bacs de jardinage pour personnes à mobilité réduite
    • PARC BALDWIN - Culture de fleurs ornementales (non comestibles) et de légumes en contenants seulement, Rue Fullum, au sud de Rachel Est, 45 jardinets
    • RIVARD - Culture de légumes en bac uniquement, Rue Rivard, au sud de Gilford, 29 jardinets

Écoles[modifier | modifier le code]

Il possède plusieurs établissements scolaires de tous les niveaux;

Bibliothèques publiques de Montréal[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Rue résidentielle typique du Plateau-Mont-Royal, juin 2005
Rue résidentielle typique du Plateau-Mont-Royal.
Rue de l'Esplanade, près des parcs Jeanne-Mance et du mont Royal

Le Plateau-Mont-Royal est reconnu depuis quelques années comme l'un des principaux lieux culturels et artistiques du Québec et du Canada. Il a d'ailleurs été consacré, à l'automne 2005, comme l'endroit le plus créatif du Canada par une étude du groupe Hill Stratégies Recherche. Selon celle-ci, les zones du Plateau-Mont-Royal liées aux codes postaux H2W, H2J, H2T renferment la concentration d'artistes la plus élevée au Canada. Par exemple, on estime que 8 % de la population de la zone liée au code postal H2W, au cœur du Plateau-Mont-Royal, sont des artistes. Il s’agit du « quartier le plus créatif » au Canada, avec une concentration plus de dix fois supérieure à la moyenne canadienne de 0,8 %. Cette zone se situe entre l’avenue des Pins et l’avenue du Mont-Royal, de la rue St-Denis à l'avenue du Parc[3].

De plus, l'arrondissement du Plateau Mont-Royal compte sur son territoire une foule d'établissements culturels, classiques ou d'avant-garde :

Musique
  • Musique émergente : Sala Rossa | Casa del Popolo | Mile End Cultural Center | Bíly Kun | Chez Baptiste | Verre Bouteille | ancienne usine Cadbury ; / Divan Orange
Danse
Arts visuels
  • Plusieurs galeries d'arts (dont la Galerie Simon Blais) ;
Théâtres
Maison de la culture
Autres

Installations sportives et récréatives[modifier | modifier le code]

  • Arénas de l’arrondissement
    • Aréna Mont-Royal 4365, rue Cartier, 514 872-4705
    • Aréna Saint-Louis 5633, rue Saint-Dominique, 514 872-2062
  • Centre de loisirs
    • Centre Culturel Calixa-Lavallée 3819, avenue Calixa-Lavallée, Art Neuf / 514 523-3316
    • Centre de loisirs multiethnique Saint-Louis 3555, rue Saint-Urbain, Association Récréative Milton-Parc / 514 872-0566
    • Centre du Plateau 2275 boulevard Saint-Joseph Est, Centre du Plateau / 514 872-6830
    • Centre Laurier 1115, avenue Laurier Est, Au jardin des Aînés et Aînées inc. / 514 872-4672
    • Centre Père Sablon 4265, avenue Papineau, Centre Père Sablon / 514 527-1256
    • Centre Saint-Denis 5115, rue Rivard, Relance des loisirs tout 9 inc. / 514 274-7358
    • YMCA du Parc 5550, avenue du Parc, YMCA du Québec / 514 271-9622


  • Les patinoires extérieures
    • Patinoire du parc De Lorimier Patinoire sans bandes (patinage libre) Patinoire sans chalet
    • Patinoire du parc Saint-Michel Patinoire de sports d'équipe (sans chalet)
    • Patinoires du parc Baldwin Patinoire de sports d'équipe Patinoire sans bande (patinage libre), Chalet et toilettes
    • Patinoires du parc Jeanne-Mance Patinoire de sports d'équipe Patinoire sans bande (patinage libre) Chalet et toilettes
    • Patinoires du parc La Fontaine Deux patinoires de sports d'équipe, Patinage libre sur l'étang (musique d'ambiance), Chalet et toilettes
    • Patinoires du parc Sir-Wilfrid-Laurier Trois patinoires de sports d'équipe, Patinoire sans bande (musique d'ambiance), Chalet et toilettes
  • Les terrains de tennis
  • Le terrain de planche à roulettes
  • Les piscines intérieures
    • Piscine Schubert 3950, boulevard Saint-Laurent, Téléphone : 514 872-2587
    • Piscine du centre du Plateau 2275, boulevard Saint-Joseph Est, Téléphone : 514 872-1178
    • Piscine du centre Père Sablon 4265, avenue Papineau, Téléphone : 514 527-1256
    • Piscine Lévesque 955, rue Marie-Anne Est, Téléphone : 514 872-2823
    • Piscine du YMCA du Parc 5550, avenue du Parc Téléphone : 514 271-9622
  • La piscine extérieur
    • Piscine Sir-Wilfrid-Laurier 5200, rue De Brébeuf, Téléphone : 514 872-4050
  • Les pataugeoires
    • Les pataugeoires du parc La Fontaine Au parc La Fontaine il y a deux pataugeoires accessibles au public : la baignade est gratuite 1450, rue Rachel Est
    • Pataugeoire du parc Jeanne-Mance 4220, avenue de l'Esplanade
    • Pataugeoire des piscines Baldwin et Laurier

Stations de Metro[modifier | modifier le code]

Liste des stations de la ligne 2 - orange
Station Mise en service Distance entre les stations
Sherbrooke 14 octobre 1966 932,10 m
Mont-Royal 14 octobre 1966 499,60 m
Laurier 14 octobre 1966 746,10 m

Lignes d'autobus[modifier | modifier le code]

Autobusmontréal.svg Service de Jour
10
De Lorimier
11
Montagne
14
Amherst
24
Sherbrooke
27
Boulevard Saint-Joseph
29
Rachel
30
Saint-Denis/Saint-Hubert
45
Papineau
46
Casgrain
47
Masson
55
Boulevard Saint-Laurent
80
Avenue Du Parc
94
D'Iberville
144
Avenue Des Pins
Autobusmontréal.svg Service Express
427
Express Saint-Joseph
435
Express Du Parc/Côte-des-Neiges
Autobusmontréal.svg Service de Nuit
359
Papineau
360
Avenue Des Pins
361
Saint-Denis
363
Boulevard Saint-Laurent
365
Avenue Du Parc
368
Mont-Royal

Géographie[modifier | modifier le code]

La rue Saint-Denis et l'avenue du Mont-Royal traversent cet arrondissement. L'une des principales artères nord-sud de la ville, le boulevard Saint-Laurent, le traverse aussi. Ce sont les trois principales rues commerciales de l'arrondissement, avec les rues Laurier et Duluth plus petites.

Le Square Saint-Louis est un parc des plus visités, car il permet d'observer les maisons victoriennes qui le bordent et le caractérisent. Pour leur part, les grands espaces verts comme le parc du mont Royal et le parc Lafontaine sont d'envergure urbaine et comportent des pistes cyclables et des sentiers piétonniers.

Côté transports, le Plateau Mont-Royal est accessible à pied, par des pistes cyclables, un réseau de métro et d'autobus ainsi que par la route.

Les limites de l'arrondissement sont les suivantes: en partant de l'intersection des rues Sherbrooke et University au sud-ouest de l'arrondissement, la frontière est formée par la rue University vers le nord jusqu’à l'avenue des Pins ; ensuite par l'avenue des Pins vers l'est jusqu’à l'avenue du Parc ; par l'avenue du Parc vers le nord jusqu’à l'avenue du Mont-Royal; par l'avenue du Mont-Royal vers l'ouest jusqu'au chemin de la Côte-Sainte-Catherine ; par celle-ci vers le nord jusqu’à l'avenue Nelson ; par celui-ci vers le nord jusqu'au boulevard Saint-Joseph; par la rue Hutchison vers le nord jusqu'au chemin de fer Canadien Pacifique; par ce chemin de fer vers le sud-est jusqu’à la rue Sherbrooke; et enfin par la rue Sherbrooke vers le sud-ouest jusqu’à la rue University.

Littérature[modifier | modifier le code]

L'écrivain québécois Michel Tremblay a longuement décrit l'histoire ouvrière de cet arrondissement en racontant ses souvenirs d'enfance dans Chroniques du Plateau Mont-Royal. L'écrivain québécois anglophone Mordecai Richler y a aussi situé plusieurs histoires, s'y déroulant dans les années 1950 et 1960.

Ruelle typique, près du parc Sir-Wilfrid-Laurier. Vu plusieurs obstacles, la circulation automobile y est lente et rare

Politique[modifier | modifier le code]

Le député de la circonscription provinciale de Mercier, englobant la majorité du Plateau (au nord de Rachel et à l'est d'Esplanade), est Amir Khadir, l'un des deux représentants du parti Québec Solidaire, élu aux élections provinciales de septembre 2012. Robert Bourassa et Gérald Godin ont déjà représenté la circonscription de Mercier.

Les autres circonscriptions comprenant une partie du Plateau-Mont-Royal sont Outremont, Hochelaga-Maisonneuve, Sainte-Marie–Saint-Jacques et Westmount–Saint-Louis

Au niveau fédéral, le Plateau fait partie de la circonscription de Laurier—Sainte-Marie, représenté de 1990 à 2011 par l'ancien chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe. En mai 2011, lors d'élections fédérales, la député Hélène Laverdière du Nouveau Parti démocratique remplace Duceppe dans la circonscription. Le Plateau fait partie aussi de Outremont et Westmount—Ville-Marie.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le maire de l'arrondissement est Luc Ferrandez du parti Projet Montréal.

Les conseillers sont, pour chaque district :

  • De Lorimier (quartier Plateau Mont-Royal): Louise Mainville (c. de la ville), Marianne Giguère (c. d'arrondissement)
  • Jeanne-Mance (le quartier Milton Parc (Ghetto McGill)): Alex Norris (c. de la ville), Christine Gosselin (c. d'arrondissement)
  • Mile End : Richard Ryan (c. de la ville), Marie Plourde (c. d'arrondissement)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Annuaire statistique de l'agglomération de Montréal. Recensement de 2011 », Montréal,‎ décembre 2012 (consulté le 10 août 2013).
  2. Gabriel Béland, « Les ruelles vertes ont la cote », La Presse,‎ 2011 (consulté le )
  3. Hill Strategies Research

Liens externes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Rosemont–La Petite-Patrie Rosemont–La Petite-Patrie Rose des vents
Outremont N Mercier–Hochelaga-Maisonneuve
O    Le Plateau-Mont-Royal    E
S
Ville-Marie