Valérie Plante

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Plante (homonymie).

Valérie Plante
Illustration.
Valérie Plante en 2016.
Fonctions
Mairesse de Montréal
En fonction depuis le
(1 an, 11 mois et 2 jours)
Élection 5 novembre 2017
Prédécesseur Denis Coderre
Cheffe de Projet Montréal
En fonction depuis le
(2 ans, 10 mois et 14 jours)
Prédécesseur Luc Ferrandez
Conseillère de Ville-Marie

(4 ans et 2 jours)
Circonscription District Sainte-Marie
Prédécesseur Pierre Mainville
Successeur Sophie Mauzerolle
Biographie
Date de naissance (45 ans)
Lieu de naissance Rouyn-Noranda (Québec, Canada)
Nationalité Canadienne
Parti politique Projet Montréal
Diplômée de Université de Montréal

Valérie Plante, née le à Rouyn-Noranda (Québec), est une femme politique canadienne. Elle est mairesse de Montréal et ex officio présidente de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) depuis le , succédant à Denis Coderre suite aux élections municipales de 2017. Élue au conseil municipal de Montréal lors des élections municipales de 2013 sous la bannière de Projet Montréal, elle devient cheffe du parti le [1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Valérie Plante naît à Rouyn-Noranda, en Abitibi-Témiscamingue. Elle quitte Rouyn-Noranda à l’âge de 15 ans et va étudier à North Bay pour y apprendre l’anglais. Elle rejoint ensuite sa mère à Trois-Rivières[2]. Elle est mère de deux garçons[3].

Formation et carrière[modifier | modifier le code]

Valérie Plante s’installe à Montréal, afin de suivre des études en anthropologie à l’Université de Montréal. Elle poursuivra ses études avec un certificat en intervention en milieu multiethnique à la Faculté de l'éducation permanente de l'Université de Montréal (1998) et une maîtrise en muséologie à la Faculté des arts et des sciences de l'Université de Montréal (2001)[4]. Elle s'engage dans la lutte contre les inégalités sociales sur le terrain et puis en politique. Son parcours professionnel la met en contact avec les secteurs culturels (dont le Festival international de nouvelles danses de Montréal), différentes institutions muséales montréalaises[5], communautaires (Fondation Filles d'action) et syndicaux, où elle œuvre comme coordonnatrice de projets et comme coordonnatrice des communications.

Valérie Plante siège au conseil d'administration de l'Institut Broadbent depuis 2014[6].

Conseillère municipale[modifier | modifier le code]

Valérie Plante siège au conseil municipal de Montréal où elle cumule les fonctions de porte-parole de l'opposition officielle en matière de centre-ville, de tourisme et des dossiers femmes. Elle est également vice-présidente du conseil municipal. Elle siège aussi au conseil d'arrondissement de Ville-Marie où elle est mairesse suppléante[7].

Candidate aux élections municipales de 2013, elle est élue conseillère du district Sainte-Marie de l'arrondissement Ville-Marie en recevant 32,95 % des voix exprimées contre 29,52 % pour sa plus proche rivale, pourtant donnée favorite[8], l'ancienne ministre provinciale et candidate défaite à la mairie de Montréal lors des élections de 2009, Louise Harel[9].

Mairesse de Montréal[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Administration Plante.

À l'automne 2016, Valérie Plante est candidate à la direction de Projet Montréal contre Guillaume Lavoie et François Limoges[10]. Après le départ en 2013 de Richard Bergeron, fondateur du parti, Luc Ferrandez, maire de l'arrondissement du Plateau Mont-Royal, est chef par intérim de Projet Montréal mais annonce qu'il ne briguera pas la direction de la formation politique[11].

La campagne de Valérie Plante est lancée le 20 septembre 2016 sous le thème « Montréal jusqu'au bout! ». Elle propose principalement de s'attaquer aux inégalités sociales qui divisent les Montréalais, notamment en s'engageant à forcer la ville à offrir le salaire viable de 15 dollars l'heure pour tous les employés de la ville, employés contractuels et sous-contractants[12]. François Limoges quitte la course à la direction[13], laissant Plante et Lavoie comme seuls candidats. Valérie Plante reçoit notamment l'appui du chef intérimaire Luc Ferrandez[14], de la conseillère Marie Plourde[15] et de l'ancien président (2011-2016) de Projet Montréal Michel Camus[16].

Le , Valérie Plante est élue à la direction de Projet Montréal, remportant la course à la direction du parti avec 51,9 % du vote qui l'oppose au conseiller Guillaume Lavoie[17]. Elle sera la candidate de Projet Montréal pour la mairie de Montréal à l'élection de novembre 2017[18]. Elle est élue mairesse de la Ville de Montréal le , battant le maire sortant Denis Coderre[19]. Lors de la campagne électorale qui a précédé son élection, elle présente notamment le projet d'aménager une nouvelle ligne de métro, appelée la ligne rose, qui relierait Montréal-Nord à Lachine[20].

À son arrivée au pouvoir, l'administration Plante découvre un trou de 358 millions de dollars dans les finances de la ville[21]. Devant remettre de l'ordre dans les finances et ne voulant pas toucher aux services aux citoyens[22], l'administration Plante dépose un budget contenant des augmentations de taxes au-delà de l'inflation, ce qu'elle s'était engagée à ne pas faire[23]. Les coûts d'une éventuelle ligne rose sont également discutés[24].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Valérie Plante, la novice », sur La Presse +, (consulté le 5 novembre 2017)
  2. Une Rouynorandienne veut devenir mairesse de Montréal, Thierry de Noncourt, La Frontière et Le Citoyen, 21 septembre 2016.
  3. Qui affrontera Denis Coderre l'an prochain?, Marie Christine Trottier, TVA Nouvelles, 1er décembre 2016.
  4. « La première mairesse de l’histoire de Montréal est diplômée de l’UdeM », sur http://nouvelles.umontreal.ca, (consulté le 6 novembre 2017)
  5. Valérie Plante, site de Projet Montréal. Consulté le 23 septembre 2016.
  6. Valérie Plante nommée au conseil d'administration de l'Institut Broadbent, Ville de Montréal - Opposition officielle à l'Hôtel de Ville de Montréal, 2 juillet 2014.
  7. Valérie Plante, Twitter, 19 novembre 2013.
  8. Rencontre avec Valérie Plante, celle qui a battu Louise Harel, Radio-Canada, 8 novembre 2013.
  9. Archives des résultats des élections municipales, Ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire. Consulté le 4 décembre 2016.
  10. Débat de la course à la direction de Projet Montréal: les candidats sur la même longueur d'onde, Marie Christine Trottier, Le Journal de Montréal, 30 octobre 2016.
  11. Projet Montréal se cherche un chef pour affronter Coderre, Jeanne Corriveau, Le Devoir, 25 janvier 2016.
  12. ValeriePlante.org. Consulté le 23 septembre 2016.
  13. (en) François Limoges drops out of Projet Montréal leadership race, supports Guillaume Lavoie, Michelle Lalonde, The Gazette, 18 novembre 2016.
  14. Chefferie de Projet Montréal: Ferrandez a une préférence pour Valérie Plante, Lisa-Marie Gervais, Le Devoir, 31 octobre 2016.
  15. Chefferie de Projet Montréal: Marie Plourde appuie Valérie Plante, Métro, 28 novembre 2016.
  16. Chefferie de Projet Montréal: nouveaux appuis pour Valérie Plante, Métro, 14 octobre 2016.
  17. (en) Projet Montreal elects Valérie Plante as new party leader, Navneet Pall, Global News, 4 décembre 2016.
  18. Valérie Plante est élue à la tête de Projet Montréal, Radio-Canada, 4 décembre 2016.
  19. Zone Politique - ICI.Radio-Canada.ca, « Une première mairesse pour Montréal », sur Radio-Canada.ca (consulté le 6 novembre 2017).
  20. Corriveau, Jeanne, « Projet Montréal prolongerait sa ligne rose jusqu'à Lachine », Montréal, Le Devoir, vol. 108, no 230, 11 octobre 2017, p. A5
  21. http://www.lapresse.ca/actualites/grand-montreal/201711/08/01-5142903-montreal-un-trou-de-358-millions-dans-les-finances.php
  22. http://www.lapresse.ca/actualites/grand-montreal/201711/09/01-5142984-pas-question-de-toucher-aux-services-aux-citoyens-dit-plante.php
  23. http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1077206/budget-2018-montreal-hausse-taxes-inflation-premier-budget-valerie-plante-projet
  24. http://www.tvanouvelles.ca/2017/12/20/ligne-rose-du-metro-toronto-dit-que-ca-coutera-plus-cher

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :