Roxboro (Québec)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Roxboro.

Roxboro
Roxboro (Québec)
Enseigne de Roxboro apposée sur l'édifice du 100, 1re avenue Nord à Roxboro.
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Québec
Démographie
Gentilé Roxborite (« Roxborois, roxboroise »)
Population 5 941 hab. (2016[1])
Densité 2 676 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 30′ nord, 73° 49′ ouest
Superficie 222 ha = 2,22 km2
Divers
Date de constitution
Date de dissolution
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Canada

Voir sur la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Roxboro

Roxboro est un quartier de la ville de Montréal situé dans l'arrondissement Pierrefonds-Roxboro, au nord-ouest de l'Île de Montréal.

Autrefois une ville ayant sa propre administration, Roxboro est fusionnée à la ville de Montréal, constituant de 2002 à 2006 une partie de l'arrondissement de Dollard-Des Ormeaux–Roxboro. En 2006, à la suite de la reconstitution de la ville de Dollard-Des Ormeaux, Roxboro est jointe à Pierrefonds afin de former l'arrondissement Pierrefonds-Roxboro.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1717, les seigneurs Jésuites concèdent les terres de la côte Sainte-Geneviève et font ouvrir un chemin qui constitue aujourd’hui le boulevard Gouin[2].

La ville de Roxboro est constituée du détachement d'une partie du territoire de la paroisse de Sainte-Geneviève-de-Pierrefonds en 1914. Ce sont des ouvriers employés à creuser le roc du tunnel ferroviaire du mont Royal qui s’y installent, d’où le nom vraisemblablement formé des particules « Rocks » et « borough » ― le quartier des pierres[2],[3]. La ville de Roxboro est vouée à la villégiature jusqu’après la Seconde Guerre mondiale, alors que le train et, dans une moindre mesure, l’automobile facilitent l’implantation d’une banlieue pavillonnaire suivant une trame de rue orthogonale[2].

Roxboro est administrée de façon autonome jusqu'au , lorsqu'elle est annexée à la ville de Montréal de pair avec Dollard-Des Ormeaux afin d'en constituer un arrondissement. En 2006, Dollard-Des Ormeaux est ensuite reconstituée en tant que ville; Roxboro et l'ancienne ville de Pierrefonds sont réunies afin de former l'arrondissement Pierrefonds-Roxboro[4]. De sa fondation en 1914 jusqu'à son annexion, 6 maires se seront succédé à la tête de la municipalité[2].

Maires de 1914 à 2001
Date d'élection Maire Qualité
19 mars 1914 John Rowley
5 mars 1936 George H. Whitehead
4 juin 1946 Roland Bigras
11 juillet 1958 René Labelle
2 novembre 1964 William G. Boll
4 novembre 1990 Ovide T. Baciu

Tandis que le quartier doit son existence et son développement à sa desserte ferroviaire, le train continue de rythmer la vie roxboroise; le projet du Réseau express métropolitain prévoit la desserte du quartier avec un métro de surface[5].

Commerces, services et institutions[modifier | modifier le code]

Le boulevard Gouin (45° 30′ 39″ N, 73° 48′ 20″ O ) et la rue du Centre-Commercial (45° 30′ 36″ N, 73° 48′ 25″ O ) constituent le noyau du quartier, regroupant la plupart des services, institutions et commerces de proximité. Gouin agit comme voie principale est-ouest, alors que Centre-Commercial relie les secteurs nord et sud, donnant accès à la gare Roxboro-Pierrefonds[6].

La commission scolaire Marguerite-Bourgeoys dessert la population francophone[7], tandis que la commission scolaire Lester-B.-Pearson dessert la population anglophone[8]. Trois écoles primaires sont implantées dans le quartier :

  • Lalande, une école publique francophone[9];
  • Charles-Perrault, une école privée francophone[10];
  • Socrates III, une école privée d'éducation grecque[11].

La bibliothèque William H. Boll loge dans l'ancien bureau municipal, rue Cartier[12].

Originellement occupée par la Brigade du feu volontaire de Roxboro, la caserne 58 relève maintenant du Service de sécurité incendie de Montréal[13].

Parcs et espaces verts[modifier | modifier le code]

L'île Roxboro (parfois appelée « l'île aux Chats »[réf. nécessaire] 45° 30′ 56″ N, 73° 45′ 16″ O) est intégrée au parc nature des Rapides-du-Cheval-Blanc, un projet de parc régional[14].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1971 1976 1981 1986 1991 1996 2001 2006 2011
7 6307 1066 2926 1385 8795 7855 6425 9485 880
2016 - - - - - - - -
5 941--------

Après une chute marquée de la population de 1971 à 1986, la population roxboroise est plutôt stable depuis les années 1990, oscillant sous la barre des 6 000 habitants. Le recensement de 2016 dénombre 5 941 résidents dans les limites du quartier[15].

L'âge médian de la population est de 43,8 ans, légèrement au dessus de la médiane métopolitaine. Le nombre moyen de personnes par ménage (2,8 individus) est sensiblement plus élevé que dans la région métropolitaine de Montréal, avec une concentration de foyers de 4 personnes ou plus 50 % plus élevée dans le quartier que dans l'aire urbaine. La moitié des ménages (50,2 %) est constituée de familles avec enfants[15].

L'anglais constitue la première langue première langue officielle parlée (44 % de la population), avec un très faible avantage sur le français (42 % des habitants). Cependant, l'une ou l'autre des langues officielles ne constituent la langue maternelle que de 59 % des roxborois. Les langues maternelles autres que le français et l'anglais les plus courantes appartiennent aux familles des langues romanes, des langues balto-slaves, des langues sémitiques et des langues indo-iraniennes[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Statistique Canada Gouvernement du Canada, « Profil du recensement, Recensement de 2016 - 4620530.00 [Secteur de recensement], Québec et Canada [Pays] », sur www12.statcan.gc.ca, (consulté le 7 octobre 2019)
  2. a b c et d Marc Locas, La côte Sainte-Geneviève-- cent ans plus tard : 1900-2000, Pierrefonds, 173 p. (ISBN 2-9806609-0-6)
  3. « Fiche descriptive : Montréal », sur www.toponymie.gouv.qc.ca (consulté le 7 octobre 2019)
  4. « Pierrefonds-Roxboro », sur Commission de toponymie, Gouvernement de Québec, (consulté le 21 juin 2013)
  5. « Ouest-de-l'Île », sur REM (consulté le 7 octobre 2019)
  6. Ville de Montréal, Plan d'urbanisme, Partie II, Montréal, Service de la mise en valeur du territoire, , 82 p. (lire en ligne), chap. 18 (« Pierrefonds-Roxboto »), p. 23-24
  7. « En un coup d'oeil », sur www.csmb.qc.ca (consulté le 7 octobre 2019)
  8. (en) Carte scolaire - School Board Map, Dorval, Commission scolaire Lester-B.-Pearson, (lire en ligne)
  9. « école primaire Lalande, Pierrefonds, Roxboro », sur www.csmb.qc.ca (consulté le 7 octobre 2019)
  10. « ÉCOLE CHARLES PERRAULT – École Primaire Privée Française » (consulté le 7 octobre 2019)
  11. « École Socrates-Démosthène » SOCRATES III », sur www.socdem.org (consulté le 7 octobre 2019)
  12. « Pierrefonds-Roxboro – Bibliothèques publiques | Banque d'information 311 », sur www1.ville.montreal.qc.ca (consulté le 7 octobre 2019)
  13. « Carte des bâtiments - Caserne », sur Service de sécurité incendie de Montréal (consulté le 7 octobre 2019)
  14. « Ville de Montréal - Réseau des grands parcs - Rapides du Cheval Blanc », sur ville.montreal.qc.ca (consulté le 7 octobre 2019)
  15. a b et c Statistique Canada Gouvernement du Canada, « Profil du recensement, Recensement de 2016 - 4620530.00 [Secteur de recensement], Québec et Canada [Pays] », sur www12.statcan.gc.ca, (consulté le 7 octobre 2019)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]