Moisselles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Moisselles
Moisselles
La mairie, rue du Moutier.
Blason de Moisselles
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-d'Oise
Arrondissement Sarcelles
Canton Domont
Intercommunalité Communauté d'agglomération Plaine Vallée
Maire
Mandat
Véronique Ribout
2014-2020
Code postal 95570
Code commune 95409
Démographie
Gentilé Moisselloises, Moissellois
Population
municipale
1 424 hab. (2015 en augmentation de 13,47 % par rapport à 2010)
Densité 975 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 03′ 00″ nord, 2° 20′ 00″ est
Altitude Min. 78 m
Max. 104 m
Superficie 1,46 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Moisselles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Moisselles
Liens
Site web http://mairie-moisselles.fr

Moisselles est une commune du Val-d'Oise située dans le pays de France, à environ 20 km au nord de Paris.

La commune est limitrophe de Domont, Bouffémont, Baillet-en-France, Attainville et Ézanville.

Ses habitants sont les Moissellois(es).

Géographie[modifier | modifier le code]

Moisselles est un village-rue situé sur les rives du Petit Rosne et sur la route Paris-Amiens, au cœur de la plaine de France. Le bourg est contourné par l'ouest depuis 1959 par la route nationale 1.

Communes limitrophes de Moisselles[1]
Baillet-en-France Attainville
Bouffémont Moisselles[1]
Domont Ézanville

Moisselles bénéficie de la gare de Bouffémont - Moisselles, située sur la commune de Bouffémont, et desservie par la ligne H du Transilien, branches Paris-NordPersan-Beaumont / Luzarches. La gare est desservie à raison d'un train omnibus au 1/4 d'heure en heures creuses et à la même fréquence en heures de pointe, les trains étant en revanche directs de Paris à Sarcelles - Saint-Brice. La desserte se réduit à un train omnibus à la 1/2 heure en soirée (après 20h30). Il faut de 23 à 28 minutes de trajet à partir de la gare du Nord. Moisselles est aussi desservie par le (BUS) RATP 269.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attestée en Muscellam[2], Muscilla en 832[3] devenu plus tard Moisellæ, Moisseles[4], Moiscelles[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village vit essentiellement depuis ses origines de la culture céréalière. Sa superficie est très réduite, et aucun seigneur n'y résida jamais.

Au XVIIIe siècle, la construction de la route royale, devenue route nationale 1, suscite l'implantation d'un relais de poste, qui compta jusqu'à 110 chevaux. Le village, outre l'agriculture, vit de la route avec ses cafés et ses hôtels, jusqu'à l'ouverture de la voie ferrée et l'inauguration de la gare en 1877.

En 1933 est fondé par l'aéro-club des Ailerons d'Enghien-Moisselles (fondé en 1931) l'aérodrome d'Enghien-Moisselles sur le terrain d'un agriculteur, ancien pilote de la Première Guerre mondiale[5]. Dans les années 1970, deux lotissements sont construits puis de petits immeubles qui provoquent une augmentation de la population. L'hôpital, la zone industrielle édifiée le long de la route nationale, et un grand centre commercial (Leclerc) vers Domont constituent l'essentiel de l'activité économique de la commune.

Le Tour de France 2016 y est passé[6].

Inondations[modifier | modifier le code]

Le village est traversé par la rivière Le Petit Rosne, il a notamment été responsable de 3 grandes inondations historiques[7] dans la commune mais également à Ézanville, Écouen et Sarcelles : le 4 juillet 1926, le 19 juillet 1972 (mort d'un automobiliste) et le 31 mai et 1er juin 1992[8].

Entre 1998 et 2001 le SIAH[9] entreprend la création d'un grand bassin de rétention d'eau et l'aménagement du cours d'eau sur les communes de Moisselles et d'Ézanville il a pour but de protéger des inondations les villes et territoires en aval de la rivière et également pour protéger Moisselles, ces aménagements ont permis d'éviter le pire lors de l'épisode de pluies intenses et d'inondations en mai et juin 2016

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Antérieurement à la loi du 10 juillet 1964[10], la commune faisait partie du département de Seine-et-Oise. La réorganisation de la région parisienne en 1964 fit que la commune appartient désormais au département du Val-d'Oise et à son arrondissement de Sarcelles, après un transfert administratif effectif au .

Elle faisait partie de 1793 à 1964 du canton d'Écouen, année où elle intègre le canton de Sarcelles-Centre du département de Seine-et-Oise. Lors de la mise en place du Val-d'Oise, elle est rattachée en 1967 au nouveau canton d'Écouen puis, en 1985, au canton de Domont[11]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton, dont la commune est toujours membre, est modifié, passant de 4 à 11 communes.

Moiselles fait partie de la juridiction d’instance de Gonesse (depuis la suppression du tribunal d'instance d'Écouen en février 2008[12]), et de grande instance ainsi que de commerce de Pontoise[13],[14].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la petite communauté de communes de l'Ouest de la Plaine de France.

Dans le cadre de la mise en œuvre de la loi MAPAM du 27 janvier 2014, qui prévoit la généralisation de l'intercommunalité à l'ensemble des communes et la création d'intercommunalités de taille importante, cette intercommunalité dusionne avec sa voisine afin de former, le , la communauté d'agglomération Plaine Vallée dont la commune est donc désormais membre.

En 2018, Moisselles, estimant que son caractère de village rural n'est pas convenablement pris en compte par une collectivité regroupant des communes importantes comme Deuil-la-Barre ou Saint-Gratien, demande, par deux votes à l'unanimité du conseil municipal, à quitter Plaine-Vallée afin de rejoindre la communauté de communes Carnelle Pays de France. Ce départ aurait de lourdes conséquences fiscales pour Plaine-Vallée, qui bénéficie de la fiscalité professionnelle sur le centre commercial Leclerc de cette ville, soit 1,5 million d'euros[15]. Ce départ est refusé par le conseil communautaire lors de sa séance du , après que le président de l'intercommunalité a souligné les conséquences de cette scission : une chute du nombre d’habitants de l’agglomération, un danger pour la poursuite de l’opération d’aménagement de la zone d’activité du Val d’Ezanville, et « la perte de fiscalité et les incidences patrimoniales et financières[16] ».

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[17]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1906 1912 Edouard Vare    
1925   M. Vigineix    
1933   Edmond Mignot    
1944 1947 Charles Garnier    
1947 1971 René Roudeau    
1971 1977 Jean Van Haetsdaele    
Les données manquantes sont à compléter.
1993 1995 Dominique Van Haetsdaele    
1995 2008[18] Annie Schmitt ex UMP[19]  
mars 2008[20] en cours
(au 25 septembre 2018)
Véronique Ribout UMP
puis SE [21]
Vice-présidente de la CA Plaine Vallée (2016 → )
Réélue pour le mandat 2014-2020[22]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[24].

En 2015, la commune comptait 1 424 habitants[Note 1], en augmentation de 13,47 % par rapport à 2010 (Val-d'Oise : +3,78 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
345337332330311332334300235
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
232263258365352468484234376
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
301676689766816845807727828
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
9769809749108169621 0961 1141 133
2013 2015 - - - - - - -
1 2591 424-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Moisselles

Les armes de Moisselles se blasonnent ainsi :

écartelé d'azur et de gueules, au premier à une fleur de lys d'or, au deuxième à un épi de blé en pal aussi d'or, au troisième à une calèche tirée par deux chevaux d'argent, au quatrième à un avion ancien d'argent ; une croix de Malte aussi d'argent brochant sur le tout.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Maclou du XVIe siècle, rue de Paris / rue du Moutier : La façade nue de cette église rustique et ses murs extérieurs dépourvus de toute ornementation n'indiquent pas qu'il s'agit à la base d'un édifice de style Renaissance de 1574. L'unique objet classé est la cloche qui est appelée "Marie-Jeanne" de 1729[26].
  • Maison d'Hector Malot, rue du Moutier : La maison de la première moitié du XIXe siècle où vécut l'écrivain s'abrite derrière un beau portail de style néoclassique, avec de beaux vantaux en bois sculpté, et une clé de voûte orné d'un bas-relief représentant une figure féminine[27], de nos jours il ne subsiste plus rien de cette maison car elle a été détruite pour la création du Clos du Marronnier, seul le portail a été sauvé.
  • Croix de Saint-Lubin : Elle a été édifiée en 1847 sur l'emplacement de l'ancienne chapelle Saint-Lubin.
  • Centre hospitalier Roger-Prévot : Depuis 2000, cet hôpital psychiatrique porte le nom de l'un de ses administrateurs et ancien maire de Villeneuve-la-Garenne. L'histoire de l'hôpital remonte à 1873, avec une interruption durant la Première Guerre mondiale, quand il sert hôpital militaire. L'hôpital fut au départ géré par le département de la Seine et s'agrandit rapidement. Le noyau ancien des bâtiments de l'hôpital provient d'un relais de poste, fermé en 1871 et utilisée ensuite comme colonie pénitentiaire pour garçons pendant deux ans[27].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Hector Malot (1830-1907), écrivain, auteur de Sans famille, a résidé une partie de sa vie à Moisselles.
  • La famille Sainte-Beuve y possédait autrefois une propriété, qui fut cédée pour y construire l'hôpital actuel.

Moisselles au cinéma et à la télévision[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Géoportail, « Communes limitrophes de Moisselles » .
  2. Un Village au temps de Charlemagne, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 1988, page 134
  3. dans une charte de l'abbaye de Saint-Denis
  4. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  5. « Aéroclub Les Ailerons - L'aéroclub le plus proche de Paris », sur www.lesailerons.fr (consulté le 23 mai 2017)
  6. « Douze ans après, le Val-d’Oise renoue avec le Tour de France », leparisien.fr,‎ (lire en ligne)
  7. « SIAH Croult et Petit Rosne - Moisselles - Site officiel de la commune », sur www.mairie-moisselles.fr (consulté le 23 mai 2017)
  8. Selon les archives ce fut la plus grande inondation de l'histoire de la commune
  9. SIAH
  10. Loi no 64-707 du 10 juillet 1964 portant réorganisation de la région parisienne, JORF no 162 du 12 juillet 1964, p. 6204–6209, fac-similé sur Légifrance.
  11. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Décret du 15 février 2008 publié au Journal Officiel du 17 février 2008
  13. Site du Conseil général - Administration du Val-d'Oise
  14. Ministère de la justice - Conseil départemental de l'Accès au droit du Val-d'Oise
  15. C.L., « Moisselles veut divorcer avec l’agglomération de Plaine-Vallée : La demande fera l’objet d’un vote au conseil communautaire ce mercredi soir. La commune avance vouloir rester une commune rurale », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ 259/2018 (lire en ligne).
  16. Christophe Lefèvre, « La communauté d’agglomération Plaine-Vallée refuse le départ de Moisselles : Le village souhaite rejoindre la communauté de communes Carnelle-Pays-de-France, avec laquelle il se sent plus en phase », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ 37/9/2018 (lire en ligne).
  17. « Les maires de Moisselles », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 27 septembre 2018).
  18. « L'après-élection dégénère à Moisselles », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne).
  19. « L'ancienne maire de Moisselles veut sa revanche », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne).
  20. Site officiel de la préfecture du Val d‘Oise-liste des maires, 3 août 2009 [PDF])
  21. « Le torchon brûle entre le maire et certains employés », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne).
  22. « Les maires du Val-d'Oise » [PDF], Les élus du Val-d'Oise, Préfecture du Val-d'Oise, (consulté le 13 septembre 2015).
  23. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  26. Notice no PM95000442, base Palissy, ministère français de la Culture.
  27. a et b Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Flohic

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]