Pierre Cochereau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pierre Cochereau
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Directeur
Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Lyon
-
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom de naissance
Pierre Eugène Charles CochereauVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Enfant
Autres informations
A travaillé pour
Instrument
Labels
Maître
Genre artistique

Pierre Cochereau, né à Saint-Mandé (Val de Marne) le et mort le [1] à Lyon, est un organiste, un improvisateur, un pédagogue et compositeur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pierre Cochereau choisit la musique après ses études secondaires et une année de droit. Après avoir commencé l'orgue avec Marie-Louise Girod, et travaillé ensuite avec André Fleury, il entre au Conservatoire national de musique de Paris où il reçoit l'enseignement de Marcel Dupré, Maurice Duruflé et Noël Gallon. Il y obtient les premiers prix d'orgue, d'harmonie, d'écriture et d'histoire de la musique. Marcel Dupré avait très tôt reconnu son talent, et dira de lui, plus tard, qu'il était « un phénomène sans équivalent »[2]. Dès 1942, il est titulaire de l'orgue de Saint-Roch et devient en 1955 titulaire des grandes orgues de la Cathédrale Notre-Dame de Paris[3], sans concours. Il avait en réalité déjà joué cet instrument, au cours d'une messe, improvisant un offertoire, sous les yeux de Léonce de Saint-Martin, alors titulaire.

Il fait de cette tribune un lieu d'accueil pour les organistes du monde entier auxquels il cède ses claviers tous les dimanches après-midi pour des auditions d'une heure au cours desquelles tous les styles d'œuvres pour orgue auront droit de cité. Ces concerts présentés par Jehan Revert, maître de chapelle de Notre-Dame, sont à sa demande systématiquement enregistrés, ce qui fait de ces archives un témoignage du « jeu » organistique aux XXe et XXIe siècles. Il fait preuve d'éclectisme pour le répertoire propre à cet instrument, admettant lors de ces auditions les œuvres les plus modernes à son époque d'Arvo Pärt à Iannis Xenakis, en passant par des compositeurs sous-estimés tels Georges Delerue qui lui écrivit (et pour Roger Delmotte) une Sonate pour trompette et orgue.

Au long des trente années qu'aura duré son titulariat, Pierre Cochereau a à cœur d'entretenir puis de relever « son » orgue, chef-d’œuvre (1868) du facteur Aristide Cavaillé-Coll, entre 1963 et 1975[4]. À cette fin, il fait d'abord appel à Jean Hermann puis, à la mort de celui-ci, à Robert Boisseau et Jean-Loup Boisseau. Sous son égide, puis celle de ses successeurs, ceux-ci (auxquels il convient d'associer Bertrand Cattiaux) feront de cet instrument ce qu'il est aujourd'hui. Mais les avis seront très partagés quant aux adjonctions qu'il « subit » dans les années 1960-1970 (impliquant entre autres son électrification et sa réharmonisation et le dépavillonnage des fonds, donc la transformation profonde d'un chef-d’œuvre de Cavaillé-Coll) et aux travaux ultérieurs, qui par certains aspects reviendront d'ailleurs en arrière.

Contrairement à la plupart de ses collègues de l'époque, Pierre Cochereau est, avec les Souberbielle, Jean-Albert Villard et quelques autres organistes un peu plus jeunes, tels Michel Chapuis, Francis Chapelet ou encore Xavier Darasse pour ne citer que les plus emblématiques, très compétent en matière de facture d'orgue, qu'elle soit orientée vers un retour à la « tradition » ou empreinte de modernité. Le travail manuel ne lui est pas étranger, pas plus que ne lui sont étrangères les compétences en matière d'administration.

Il est aussi directeur du Conservatoire du Mans de 1949 à 1956, de celui de Nice[5] de 1961 à 1979 et est enfin chargé de créer ex nihilo à Lyon, à côté du CNR, le second Conservatoire national supérieur de musique en France, dont il reste le directeur de 1980[6],[7] jusqu'à sa mort en 1984.

En plus d'être un grand organiste aux interprétations à la fois brillantes et respectueuses de la tradition du répertoire d'orgue classique, romantique et contemporain, il est réputé pour ses dons exceptionnels et son solide métier d'improvisateur. Du fait de leur richesse d'invention et de leur perfection formelle, nombre de ses improvisations sont publiées en partition et réenregistrées par d'autres interprètes, ce qui est rare (un autre cas connu étant les improvisations de Charles Tournemire).

Pierre Cochereau est aussi un « organiste d'église » aussi présent à sa tribune que sa carrière de concertiste et de pédagogue le lui permet. Sa connaissance du chant grégorien et plus généralement de la musique liturgique font de ses interventions au cours des offices, soit en accompagnant soit en improvisant, d'inoubliables moments de musique. Il inaugure des orgues restaurés, comme par exemple à Beauvais[8] ou celui de l'Auditorium Maurice-Ravel de Lyon[9].

Pierre Cochereau est le premier à sortir « physiquement » l'orgue de ses lieux de prédilection, en faisant des tournées, accompagné le plus souvent de son ami trompettiste Roger Delmotte, avec son orgue « itinérant » à tuyaux, d'une dizaine de jeux (facteur : Philippe Hartmann) qu'il transporte dans une remorque attelée à l'une de ses automobiles.

Pierre Cochereau est aussi avec Pierre Firmin-Didot cofondateur du Grand Prix de Chartres, concours d'orgue de renommée internationale, qui a pour originalité d'instituer à côté du traditionnel prix d'interprétation, un tout aussi important prix d'improvisation.

Même s'il encourage des organistes (comme Jacques Taddei[10]) et inspire des improvisateurs (notamment Pierre Pincemaille[11],[12]), Pierre Cochereau est partiellement méconnu de nos jours. Son œuvre musicale écrite est de qualité, mais peu abondante. Il laisse en revanche, sur des centaines de bandes ReVox bien conservées, une grande quantité d'improvisations (et aussi, mais en moins grand nombre, d'œuvres du répertoire) enregistrées au cours des offices et en concert à Notre-Dame. L'écoute analytique de la somme de ces enregistrements effectués sur une période allant globalement de 1965 à sa mort et réalisés par François Carbou[13] devrait permettre de comprendre et d'apprécier la réalité de cet artiste unique et, malgré les honneurs de son vivant, mystérieusement atypique et particulièrement flamboyant.

Pierre Cochereau meurt d'une rupture d'anévrisme[14] dans la nuit du 5 au à Lyon, à l'âge de 59 ans[15].

Il avait eu avec sa femme Nicole deux enfants qui sont aussi devenus musiciens : Jean-Marc, (1949-2011), chef d'orchestre et directeur du conservatoire à rayonnement régional de Tours[16], et Marie-Pierre, harpiste.

Une rue porte son nom à Montpellier ainsi qu'une avenue à Roquevaire. Le conservatoire à rayonnement régional de Nice porte également son nom.

Décorations[modifier | modifier le code]

Pierre Cochereau, Officier de la Légion d'honneur, Officier de l'Ordre national du Mérite, Officier de l'Ordre des Arts et Lettres, Commandeur de l'Ordre de Saint-Grégoire-le-Grand, Grande Médaille de Vermeil de la Ville de Paris, Médaille d'honneur de la Ville de Dijon.

Il reçoit en outre la récompense de l'Académie du disque français pour L'art de l'improvisation[17].

Catalogue des œuvres[modifier | modifier le code]

Orgue seul[modifier | modifier le code]

  • Symphonie (écrit 1950-1955. Tournai: Éditions Chantraine, 1996. EC 100)
    • 1. Adagio et Allegro
    • 2. Adagio
    • 3. Scherzando
    • 4. Allegro
  • Trois Variations sur un thème chromatique (écrit 1963.Paris: Leduc, 1963)
  • Micro-Sonate en Trio op. 11 (écrit 1969. Paris: Leduc, 1969)
  • Variations sur "Ma jeunesse a une fin" op. 16 (écrit 1972. Paris: Leduc, 1972)

Orgue avec autres instruments[modifier | modifier le code]

  • Concerto pour orgue et orchestre en ut dièse majeur (écrit 1951. Inédit.)

Chœur[modifier | modifier le code]

  • Paraphrase de la Dédicace pour chœur, deux orgues, deux ensembles de cuivres et six timbales (écrit 1963. Sankt Augustin: Dr. Josef Butz Musikverlag/Éditions Chantraine. EC 148)
  • Hymne (Inédit.)

Musique de chambre[modifier | modifier le code]

  • Mélodies (Inédit.)
  • Quintette avec piano (Inédit.)

Transcriptions des improvisations de Pierre Cochereau[modifier | modifier le code]

  • Symphonie improvisée.
  • I. Adagio
  • II. Scherzo
  • III. Adagio
  • IV. Toccata
    • Improvisée en à l'orgue Aeolian-Skinner au Boston Symphony Hall. Transcrit par Jeremy Filsell.
      • Sankt Augustin, Allemagne: Dr. J. Butz Musikverlag/Éditions Chantraine, 2004. EC 160.
        • Disque: Cochereau: Les "Incunables". Sigean: Solstice, 2000. SOCD 177/8. 2 CD[2].
  • Symphonie en improvisation.
  • I. Agité
  • II. Scherzo
  • III. Lent
  • IV. Final
    • Improvisée en à Notre-Dame de Paris pour Philips. Transcrit par John Scott Whiteley.
      • Sankt Augustin, Allemagne: Musikverlag Dr. J. Butz (de)/Éditions Chantraine, 2006. EC 161.
        • Disque: Cochereau: La Légende. Sigean: Solstice, 2007. SOCD 237. Collection Grandes Orgues Vol. 4: Messiaen/Cochereau. France: Philips, 1995. Philips Classics 446 642-2. 1 CD.
  • Treize improvisations sur les versets de vêpres.
    • Improvisée en à Notre-Dame de Paris pour Philips. Transcrit par Jeanne Joulain.
      • Tournai: Éditions Chantraine, 1997. EC 125.
        • Disque: Pierre Cochereau improvise sur des Noëls. Sigean: Solstice, 1997. SOCD 152. 1 CD.
  • Prélude et Variations sur "Venez, Divin Messie".
    • Improvisée le à Notre-Dame de Paris. Transcrit par David Briggs.
      • Tournai: Éditions Chantraine, 1998. EC 122[2].
        • Disque: Cochereau: La Légende. Sigean: Solstice, 2007. SOCD 237.
  • Sortie sur "Adeste Fideles".
    • Improvisée le à Notre-Dame de Paris. Transcrit par François Lombard.
      • Tournai: Éditions Chantraine. EC 150.
        • Disque: Pierre Cochereau improvise sur des Noëls. Sigean: Solstice, 1997. SOCD 152. 1 CD.
  • Cantem toto la Gloria.
    • Improvisée le à Collioure (Pyrénées-Orientales; Hartmann-Positiv). Transcrit par David Briggs.
      • Tournai: Éditions Chantraine, 1997. EC 120.
        • Disque: Pierre Cochereau: 12 improvisations inédites. Sigean: Solstice, 2002. SOCD 200/1. 2 CD.
  • Thème et Variations sur "Alouette, gentille alouette".
    • Improvisée en à Notre-Dame de Paris für Philips. Transcrit par David Briggs.
      • Londres: United Music Publishers, 1992.
        • Disque: Collection Grandes Orgues Vol. 16: Cochereau joue Cochereau, Improvisations 1. France: Philips, 1996. Philips 454 655-2. 1 CD.
  • Quinze versets sur "Ave Maris Stella".
    • Improvisée le à Notre-Dame de Paris. Transcrit par François Lombard.
      • Tournai: Éditions Chantraine. EC 157.
        • Disque: Pierre Cochereau improvise en concert à Notre-Dame de Paris. Sigean: Solstice, 1989. FYCD 127. 1 CD.
  • Variations sur un vieux Noël.
    • Improvisée le à Notre-Dame de Paris. Transcrit par Jeremy Filsell.
      • Tournai: Éditions Chantraine. EC 137.
        • Disque: Pierre Cochereau improvise en concert à Notre-Dame de Paris. Sigean: Solstice, 1989. FYCD 127. 1 CD.
  • Introduction, Choral et Variations sur "O Filii et filiæ".
    • Improvisée le à Notre-Dame de Paris. Transcrit par François Lombard.
      • Tournai: Éditions Chantraine, 2000. EC 151.
        • Disque: Pierre Cochereau: L'organiste de Notre-Dame. Sigean: Solstice, 1992. SOCD 94/6. 3 CD.
  • Boléro sur un thème de Charles Jacquet pour orgue et percussion.
    • Improvisée en à Notre-Dame de Paris pour Philips. Transcrit par Jean-Marc Cochereau.
      • Tournai: Éditions Chantraine, 1996. EC 116.
        • Disques: Cochereau: La Légende. Sigean: Solstice, 2007. SOCD 237. Collection Grandes Orgues Vol. 16: Cochereau joue Cochereau, Improvisations 1. France: Philips, 1996. Philips 454 655-2. 1 CD.
  • Berceuse à la mémoire de Louis Vierne.
    • Improvisée en à Notre-Dame de Paris pour Philips. Transcrit par Frédéric Blanc.
      • Tournai: Éditions Chantraine, 1997. EC 119.
        • Disque: Collection Grandes Orgues Vol. 17: Cochereau joue Cochereau, Improvisations 2. France: Philips, 1996. Philips 454 656-2. 1 CD.
  • Variations sur "Frère Jacques".
    • Improvisée en à Notre-Dame de Paris pour Philips. Transcrit par François Lombard.
      • Tournai: Éditions Chantraine. EC 149.
        • Disque: Collection Grandes Orgues Vol. 17: Cochereau joue Cochereau, Improvisations 2. France: Philips, 1996. Philips 454 656-2. 1 CD.
  • Suite à la française sur des thèmes populaires.
  • I. Prélude "Légende de Saint-Nicolas"
  • II. Air "Trimazo"
  • III. Gigue "Compagnons de la Marjolaine"
  • IV. Musette "Nous n'irons plus au bois"
  • V. Sarabande "Dans les prisons de Nantes"
  • VI. Menuet "V'la l'bon vent"
  • VII. Toccata "Marche des rois"
    • Improvisée en à Notre-Dame de Paris pour Philips. Transcrit par François Lombard.
      • Tournai: Éditions Chantraine. EC 115.
        • Disque: Collection Grandes Orgues Vol. 16: Cochereau joue Cochereau, Improvisations 1. France: Philips, 1996. Philips 454 655-2. 1 CD.
  • Scherzo symphonique.
    • Improvisée le à Notre-Dame de Paris. Transcrit par Jeremy Filsell.
      • Tournai: Éditions Chantraine, 1998. EC 139.
        • Disque: Pierre Cochereau: L'organiste de Notre-Dame. Sigean: Solstice, 1992. SOCD 94/6. 3 CD.
  • Sortie sur "Venez, Divin Messie".
    • Improvisée en à Notre-Dame de Paris pour FY/Solstice. Transcrit par François Lombard.
      • Tournai: Éditions Chantraine, 1996. EC 113.
        • Disque: Noël à Notre-Dame de Paris. Sigean: Solstice, 1994. SOCD 906. 1 CD.
  • Suite de Danses pour orgue et percussion.
  • I. Marche
  • II. Sarabande
  • III. Musette
  • IV. Tambourin
  • V. Menuet
  • VI. Gigue
    • Improvisée le à Notre-Dame de Paris. Transcrit par David Briggs.
      • Tournai: Éditions Chantraine. EC 123.
        • Disque: Cochereau: Deux grandes improvisation en concert. Sigean: Solstice, 1985. FYCD 118. 1 CD.
  • Sortie sur "Haec Dies".
    • Improvisée le à Notre-Dame de Paris. Transcrit par François Lombard.
      • Tournai: Éditions Chantraine, 1997. EC 112.
        • Disque: Pierre Cochereau: L'organiste de Notre-Dame. Sigean: Solstice, 1992. SOCD 94/6. 3 CD.
  • Neuf Pièces improvisées en forme de Suite française.
  • I. Kyrie
  • II. Petit Plein-Jeu
  • III. Offertoire
  • IV. Tierce en taille
  • V. Voix humaine
  • VI. Basse de Cromorne
  • VII. Flûtes
  • VIII. Basse de Trompette
  • IX. Grand Plein-Jeu
    • Improvisée entre le 15 et le à Notre-Dame de Paris pour FY/Solstice. Transcrit par Jeanne Joulain.
      • Tournai: Éditions Chantraine. EC 64.
        • Disque: Pierre Cochereau: L'art de l'improvisation. Sigean: Solstice, 1999. FYCD 059. 1 CD.
  • Variations sur un Noël.
    • Improvisée le à Notre-Dame de Paris pour FY/Solstice. Transcrit par François Lombard.
      • Tournai: Éditions Chantraine, 1997. EC 90.
        • Disque: Pierre Cochereau: L'art de l'improvisation. Sigean: Solstice, 1999. FYCD 059. 1 CD.
  • Une Messe Dominicale.
  • I. Entrée
  • II. Offertoire
  • III. Élévation
  • IV. Communion
  • V. Sortie
    • Improvisée le à Notre-Dame de Paris pour FY/Solstice. Transcrit par François Lombard.
      • Tournai: Éditions Chantraine, 1997. EC 114.
        • Disque: Pierre Cochereau: L'art de l'improvisation. Sigean: Solstice, 1999. FYCD 059. 1 CD.
  • Triptyque symphonique sur deux thèmes.
  • I. Introduction et Scherzo
  • II. Fugue
  • III. Final
    • Improvisée le à Notre-Dame de Paris pour FY/Solstice. Transcrit par David Briggs.
      • Tournai: Éditions Chantraine, 1998. EC 121.
        • Disque: Pierre Cochereau: L'art de l'improvisation. Sigean: Solstice, 1999. FYCD 059. 1 CD.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Camille Saint-Saëns
    • Symphonie No 3, orgue Notre-Dame-de-Paris, Berliner Philarmoniker, dir. Herbert von Karajan CD DG 1982
  • Pierre Cochereau: L'Œuvre écrite.
    • Symphonie pour grand orgue; Paraphrase de la Dédicace; Trois Variations sur un thème chromatique; Micro Sonate en trio; Thème et Variations sur "Ma jeunesse a une fin".
      • François Lombard (Symphonie) et Pierre Pincemaille, Orgue. Chœur régional Provence-Alpes-Côte d'Azur. Orchestre philharmonique de Marseille. Jean-Marc Cochereau, direction. Enregistrée en 1999 à St. Vincent de Roquevaire (Bouches-du-Rhône). Sigean: Solstice, 1999. SOCD 163. 1 CD.
  • Cochereau.
    • DVD portrait de Pierre Cochereau (2 heures).
      • Sigean : Solstice, 2004. SODVD 01. 1 DVD.
  • Cochereau: Les "Incunables".
    • Liszt: Ad nos, ad salutarem undam ; Vierne: 2. Sinfonie e-Moll op. 20; Dupré : Symphonie-Passion op. 20 ; Cochereau : Symphonie improvisée.
      • Pierre Cochereau, Orgue. Enregistrée en 1955 à Notre-Dame de Paris (Liszt, Vierne, Dupré) et en (Symphonie improvisée) à la Symphony Hall, Boston. Sigean: Solstice, 2000. SOCD 177/8. 2 CD.
  • Cochereau: La Légende.
    • Symphonie en Improvisation; Treize improvisations sur des versets de Vêpres; Boléro improvisé sur un thème de Charles Racquet pour orgue et percussion.
      • Pierre Cochereau, Orgue. Michel Cals et Michel Gastaud, percussion (Boléro improvisé). Enregistrée en (Symphonie, Treize improvisations) et en (Boléro improvisé) à Notre-Dame de Paris. Sigean : Solstice, 2007. SOCD 237. 1 CD.
  • Collection Grandes Orgues Vol. 4: Messiaen/Cochereau.
    • Olivier Messiaen : Extraits de la "Nativité du Seigneur"; Le banquet céleste; Apparition de l’église éternelle (); Symphonie en improvisation ().
      • Pierre Cochereau, Orgue. Enregistrée à Notre-Dame de Paris. France: Philips, 1995. Philips 446 642-2. 1 CD.
  • Pierre Cochereau improvise sur des Noëls aux grandes orgues de Notre-Dame de Paris.
    • Pierre Cochereau, Orgue. Enregistrée entre 1969 et 1973 à Notre-Dame de Paris. Sigean : Solstice, 1997. SOCD 152. 1 CD.
  • Pierre Cochereau : 12 Improvisations inédites.
    • Tournée d'été en 1969 au positif Philippe Hartmann.
      • Pierre Cochereau, Orgue. Enregistrée entre le et le . Sigean : Solstice, 2002. SOCD 200/1. 2 CD.
  • Collection Grandes Orgues Vol. 16 : Cochereau joue Cochereau, Improvisations 1.
    • Improvisations sur “Alouette, gentille alouette” () ; Suite à la française sur des thèmes populaires ; Boléro sur un thème de Charles Racquet, pour orgue et percussion ()[18].
      • Pierre Cochereau, Orgue. Michel Cals et Michel Gastaud, Percussion (Boléro). Enregistrée à Notre-Dame de Paris. France: Philips, 1996. Philips 454 655-2. 1 CD.
  • Collection Grandes Orgues Vol. 17 : Cochereau joue Cochereau, Improvisations 1.
    • Treize improvisations sur des versets de Vêpres () ; Berceuse à la mémoire de Louis Vierne ; Variations sur « Frère Jacques » ().
      • Pierre Cochereau, Orgue. Enregistrée à Notre-Dame de Paris. France : Philips, 1996. Philips 454 656-2. 1 CD.
  • Pierre Cochereau : Deux grandes improvisations en concert.
    • Suite de Danses ; Prélude, Adagio et Choral Varié.
      • Pierre Cochereau, Orgue. Michel Cals et Michel Gastaud, Percussion (Suite de Danses). Enregistrée entre le (Suite) et le (Prélude, Adagio et Choral Varié) à Notre-Dame de Paris. Sigean: Solstice, 1985. FYCD 118. 1 CD.
  • Pierre Cochereau : L'organiste de Notre-Dame.
  • Pierre Cochereau, Orgue.
  • Pierre Cochereau improvise en concert à Notre-Dame de Paris.
    • 15 Versets sur Ave Maris Stella ; Variations sur un Noël.
      • Pierre Cochereau, Orgue. Enregistrée le (Versets) et le (Variations) à Notre-Dame de Paris. Sigea n: Solstice, 1989. FYCD 127. 1 CD.
  • Improvisations sur des thèmes de Pâques à Notre-Dame de Paris.
    • Symphonie en 4 mouvements (); Introduction, Choral, Fugue et Variations (); Prélude, Adagio, Fugue et Choral Varié ().
      • Pierre Cochereau, Orgue. Enregistrée à Notre-Dame de Paris. Sigean : Solstice, 2003. SOCD 206. 1 CD.
  • Pierre Cochereau : L'organiste liturgique.
    • Quatre Messes improvisées (Entrée, Offertoire, Communion et Sortie).
      • Pierre Cochereau, Orgue. Enregistrée entre et à Notre-Dame de Paris. Sigean : Solstice, 2003. SOCD 226. 1 CD.
  • Noël à Notre-Dame de Paris.
    • Pierre Cochereau, Orgue. Maîtrise de Notre-Dame. Jehan Revert, direction. Enregistrée en mars et à Notre-Dame de Paris. Sigean : Solstice, 1994. SOCD 906. 1 CD.
  • Les offices du dimanche à Notre-Dame de Paris.
    • Office de Laudes; Grand’Messe; Vêpres.
      • Pierre Cochereau, Orgue. Maîtrise de Notre-Dame/Chorale de la Cathédrale. Jehan Revert, direction. Enregistrée le et le à Notre-Dame de Paris. Sigean : Solstice, 1988. FYCD 019. 1 CD.
  • Pierre Cochereau : L'art de l'improvisation.
    • 30 pièces pour servir de présentation à l'orgue de Notre-Dame.
      • Pierre Cochereau, Orgue. Enregistrée entre le et le à Notre-Dame de Paris. Sigean: Solstice, 1999. FYCD 059. 1 CD.
  • Œuvres de Otto Barblan et Henri Gagnebin.
    • Otto Barblan: Toccata op. 23; Fantaisie op. 16; Chaconne op. 10 sur BACH. Henri Gagnebin : Toccata; Dialogue et Passacaille. Pierre Cochereau en Interview avec Gérard Delatena.
      • Pierre Cochereau, Orgue. Enregistrée en à Notre-Dame de Paris. Wiesbaden, Allemagne : Motette Ursina. Motette M 10350. 1 LP.
  • Cochereau : Un Testament Musical.
    • Intégrale des 25 improvisations sur l'Évangile selon Matthieu.
      • Pierre Cochereau, Orgue. Enregistrée entre le et le à Notre-Dame de Paris. Sigean : Solstice, 1997. SOCD 150/1. 2 CD.
  • Cochereau : Deux Improvisations en forme de Suites (Solstice SOCD349)[19].
  • Cochereau - Raretés et inédits - 19 CD et 1 DVD (Solstice SOCD365/84)[13].

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yvette Carbou (éd.) : Pierre Cochereau : Témoignages. Bourg-la-Reine: Éditions Zurfluh, 1999. (ISBN 2-87750-087-X).
  • Brigitte de Leersnyder (éd.) : Pierre Cochereau (1924-1984). L'Orgue : Cahiers et mémoires. Numéro Spécial de la revue trimestrielle L'Orgue 1989. Association des Amis de l'Orgue. (ISSN 0030-5170).
  • François Sabatier : "Pierre Cochereau", in Guide de la musique d’orgue, édité par Gilles Cantagrel. Paris: Fayard, 1991, p. 274-276.
  • Yvette Carbou : Pierre Cochereau - Un art d'illusionniste. Éditions Delatour France, 2014. (ISBN 978-2-7521-0124-2).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Acte de décès no 155 de la page 46/242, cote du registre 2E3655. Il faut cliquer sur "Accéder aux registres" puis sur "Personnalités" puis sur "C" et on cherche le nom., en ligne sur le site des archives municipales numérisées de Lyon.
  2. a b et c Frédéric Muñoz, « Pierre Cochereau rend hommage à son maître Marcel Dupré », sur ResMusica, (consulté le ).
  3. Michel Roubinet, « Le Disque de la Semaine – Pierre Cochereau à Notre-Dame et hors les murs : trésors retrouvés – Compte-rendu », sur concertclassic.com (consulté le ).
  4. Renaud Machart, « Le grand orgue, monstre de Notre-Dame », sur Le Monde, (consulté le ).
  5. Christian Merlin, « Philippe Bianconi, un pianiste hors des parcours classiques », sur Le Figaro, (consulté le ).
  6. France. « Décret du M. Pierre Cochereau est nommé directeur du conservatoire national supérieur de musique de Lyon » [lire en ligne (page consultée le )].
  7. « M. Raymond Barre installe le conseil d'administration du Conservatoire National de Lyon », sur Le Monde, (consulté le ).
  8. « Restauration des orgues de la cathédrale de Beauvais », sur Le Monde, (consulté le ).
  9. GÉRARD CONDE, « Musique Les « défaillances » de Liszt », sur Le Monde, (consulté le ).
  10. Renaud Machart, « Jacques Taddei, organiste et directeur du Musée Marmottan, est mort », sur Le Monde, (consulté le ).
  11. « Décès de l’organiste Pierre Pincemaille », sur ResMusica, (consulté le ).
  12. Marie-Aude Roux, « Pierre Pincemaille, une vie à la tribune de Saint-Denis », sur Le Monde, (consulté le ).
  13. a et b Frédéric Muñoz, « Raretés et inédits de l’organiste Pierre Cochereau : un legs inestimable », sur ResMusica, (consulté le ).
  14. François Carbou, livret du coffret CD Cochereau, l'organiste de Notre-Dame, disques du Solstice.
  15. G.C., « L'organiste Pierre Cochereau est mort », sur Le Monde, (consulté le ).
  16. (nl) « In memoriam Jean-Marc Cochereau » [« En mémoire de Jean-Marc Cochereau »], sur orgelnieuws.nl, (consulté le ).
  17. « Grands Prix. », sur Le Monde, (consulté le ).
  18. « Pierre Cochereau 1924-1984 : Boléro sur un thème de Charles Racquet, pour orgue et percussions », (consulté le ), p. 4.
  19. Frédéric Muñoz, « Le dramatisme de Pierre Cochereau en improvisations à ND de Paris », sur ResMusica, (consulté le ).