Purdue Pharma

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Purdue Pharma
logo de Purdue Pharma

Création Voir et modifier les données sur Wikidata
Fondateurs Raymond Sackler (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Forme juridique Partenariat limité (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Siège social StamfordVoir et modifier les données sur Wikidata
Président Richard Stephen Sackler (en) (-)[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité Industrie pharmaceutiqueVoir et modifier les données sur Wikidata
Filiales Purdue Pharma (Canada) (d)
Site web www.purduepharma.comVoir et modifier les données sur Wikidata

Purdue Pharma L. P. est une société pharmaceutique privée appartenant principalement aux descendants de Mortimer et Raymond Sackler[2],[3]. En 2007, elle a versé une des amendes les plus lourdes jamais imposées à l'encontre d'une firme pharmaceutique pour étiquetage et qualification mensongère de son produit OxyContin, avec trois dirigeants déclarés criminellement coupables. Bien que la compagnie ait changé l'étiquetage en avertissant contre l'abus de ses produits, Purdue continue de commercialiser, de vendre des opioïdes et d'être impliquée dans les procès autour de la crise des opioïdes. Son produit l'oxycodone est considéré comme le principal responsable de cette crise[4].

Historique[modifier | modifier le code]

Purdue Pharma est une société privée fondée en par les médecins John Purdue Gray et George Frederick Bingham à New York (États-Unis) et nommée Purdue Frederick Company[5]. La société n'est pas liée à l'Université de Purdue, ni à son fondateur, John Purdue.

En 1952, la société a été vendue à deux autres médecins, Raymond et Mortimer Sackler qui ont déménagé l'entreprise à Yonkers, dans l'État de New York. Au cours des années suivantes, la société a ouvert d'autres bureaux dans le New Jersey et le Connecticut. Le siège social est à Stamford, Connecticut.

La société actuelle, Purdue Pharma L. P. a été créée en 1991 et se concentre sur le traitement de la douleur par les médicaments. Elle se définit comme une « pionnière dans le développement de médicaments pour réduire la douleur, l'une des principales causes de la souffrance humaine. » En , le site web de la compagnie annonçait que la société emploie environ 1 700 personnes[6].

Structure[modifier | modifier le code]

Les différentes branches de la société sont Purdue Pharma L. P., The Purdue Frederick Company, Pharmaceutical Products L.P. et Purdue Products L. P[7].

La manufacture des produits se répartit sur trois sites différents: Purdue Pharmaceuticals L.P. dans une usine située à Wilson, en Caroline du Nord; The P.F. Laboratories Inc à Totowa, dans le New Jersey; et Rhodes Technologies L.P.  à Coventry dans le Rhode Island. Purdue Pharma L. P. a également des laboratoires de recherche dans Cranbury, New Jersey. OxyContin est actuellement distribué à travers les États-Unis, le Canada et le Mexique à partir de P. F. Laboratories Inc à Totowa, New Jersey[8].

Gestion[modifier | modifier le code]

Craig Landau est nommé PDG le [9]. Il avait rejoint Purdue Pharma L. P. en 1999. Au cours de quatorze années précédentes dans l'organisation, il a été médecin-chef et vice-président de la recherche et développement (R&D), de l'innovation et des affaires cliniques et médicales. Dans ce rôle et avec la direction, lui et le département de R&D ont été responsables d'un certain nombre de politiques de la santé et d'homologations de produits aux États-Unis et dans d'autres pays, incluant le Butrans, l'OxyContin, le Targiniq ER et le Hysingla ER. En 2013, il a été nommé président et PDG de Purdue Pharma Canada.

Landau a obtenu son baccalauréat universitaire en sciences en physiologie et anatomie de l'université de Cornell et son diplôme de médecin de la Mount Sinai School of Medicine. Il a achevé sa résidence en anesthésie-réanimation à l'université de Yale, avec une formation spécialisée en gestion de la douleur chronique et obstétrique, et en anesthésie vasculaire périphérique. Il est également un vétéran de la réserve de l'Armée américaine, ayant terminé quatorze ans de carrière en 2005[10].

Controverse[modifier | modifier le code]

Purdue Pharma conçoît des médicaments antidouleur comme la codéine, l'oxycodone, le fentanyl, la codéine et l'hydrocodone. Elle est connue pour la production de médicaments tels que le MS Contin, l'Oxycontin et le Ryzolt. En , le Contin, un système de diffusion contrôlée de médicament, avait été développé. En , le MS Contin, une formulation à libération prolongée de morphine, est commercialisé. En , l'OxyContin, une formulation à libération prolongée d'oxycodone, est commercialisé[11].

La controverse a surgi à propos de la diffusion du MS Contin et de l'OxyContin et de leur potentiel fortement addictif. Les produits peuvent être concassés, mâchés, reniflés ou injectés. Cela ajoute une risque significatif pour l’usager qui en abuse, causant de nombreuses surdoses et décès. Les personnes dépendantes peuvent faire du « magasinage de médecins » pour obtenir plusieurs ordonnances et éviter un suivi approprié. Même les personnes avec des ordonnances et des prescriptions dans les règles sont exposées à une dépendance physique et une tolérance aux produits. Malgré cela, les analgésiques puissants sont importants pour les patients souffrant de douleurs chroniques[12]. Une mauvaise utilisation de sources scientifiques a fait croire que les analgésiques opiacés comportaient peu de risque d'addiction[13].

L'OxyContin, introduit en 1995, a été le produit phare en soin palliatif pour soulager la douleur chronique. Suivant une stratégie de marketing que Arthur Sackler avait innovée quelques décennies plus tôt, la société a fortement incité les médecins à prescrire le médicament (séminaires gratuits sur la gestion de la douleur, conférences payées…) Les ventes ont grimpé[14]. Le médicament a été commercialisé comme “un contrôle de la douleur toute la journée et toute la nuit, léger et durable” quand il est pris sur une base de 12 heures par jour et ayant un faible potentiel addictif même s'il n'y avait pas de preuves scientifiques[15]. Cependant, au début de 2000, la généralisation de rapports sur les abus de l'OxyContin ont commencé à faire surface. Les résultats obtenus à partir d'un programme de surveillance (Researched Abused, Diversion, and Addiction-Related Surveillance) parrainé par Purdue Pharma L. P., a relevé que l'Oxycontin et l'hydrocodone étaient les traitements médicamentés de la douleur les plus courants[16]. En 2012, le New England Journal of Medicine a publié une étude qui a révélé que « 76 % de ceux qui demandent de l'aide pour une dépendance à l'héroïne ont commencé par l'abus de stupéfiants pharmaceutiques, principalement l'OxyContin »[17], et trace une ligne directe entre le marketing de l'OxyContin et l'épidémie d'héroïne aux États-Unis.[18]

Une enquête du Los Angeles Times de a montré que les personnes sous traitement de 12h à l'OxyContin contrôlent mal leur douleur, souffrent de manque et de dépendance à la drogue. Les journalistes suggèrent que ce problème donne « de nouvelles pistes pour comprendre pourquoi tant de personnes sont dépendantes ». Utilisant des documents de Purdue et d'autres sources, ils ont déclaré que Purdue connaissait le problème avant que le produit ne soit commercialisé mais que Purdue « insista sur le traitement sur 12h, en partie pour protéger ses revenus car c'était un élément-clé pour dominer le marché malgré le prix élevé du traitement (plusieurs centaines de dollars par bouteille) »[19].

OxyContin est devenu un médicament au succès commercial énorme. Purdue a augmenté son bénéfice de quelques milliards de dollars en 2007[20] à 31 milliards de dollars en 2016[21], et à 35 milliards en 2017. Selon un article du New Yorker de 2017, Purdue Pharma est « la propriété de l'une des plus riches familles américaines, avec une valeur collective nette de 13 milliards de dollars »[22].

En septembre 2018, le Financial Times a révélé que des personnes qui ont travaillé pour Purdue Pharma, dont Richard Sackler, ont breveté un médicament anti-addiction basé sur la buprénorphine[23],[24].

Poursuites judiciaires liées à l'OxyContin[modifier | modifier le code]

Purdue a été impliqué dans des mesures contre l'abus de médicaments d'ordonnance, en particulier de l'Oxycontin. En 2001, Richard Blumenthal, Procureur général du Connecticut, a publié une déclaration exhortant Purdue à prendre des mesures relatives à l'abus d'Oxycontin ; il note que, bien que Purdue semblait sincère, il y avait peu d'action au-delà de « quelques mesures cosmétique et symboliques »[25]. Après que Purdue ait annoncé un projet de reformuler le médicament, Blumenthal a noté que cela prendrait du temps et que « Purdue Pharma avait obligation morale, sinon légale, de prendre des mesures efficaces contre la dépendance et l'abus même si elle travaillait à reformuler son produit »[26]. Depuis, l'entreprise a fait publier des recherches prouvant que l'Oxycontin était moins addictif qu'annoncé[réf. nécessaire].

En 2004, le procureur général de Virginie-Occidentale a poursuivi Purdue afin que la société rembourse le « coût excessif des ordonnances » payées par l'état. L'état a accusé Purdue de marketing mensonger car les effets du médicaments s'estompaient avant les 12h prévues. Dans ce jugement, le juge écrivit que « les preuves du plaignant montrent que Purdue aurait pu tester l'innocuité et l'efficacité de l'OxyContin à 8h et aurait pu ré-étiqueter leur produit mais ne l'a pas fait ». L'affaire ne parvint jamais jusqu'au tribunal car Purdue accepta de payer l'état 10 millions de dollars en programmes contre l'abus de drogue, avec toutes les preuves restant sous scellées et confidentielles.

En mai 2007, la société a plaidé coupable pour avoir induit le public en erreur sur l'Oxycontin à propos du risque de dépendance et a accepté de payer $600 millions de dollars dans l'une des plus grandes affaires pharmaceutiques de l'histoire des États-Unis. Son président, son avocat en chef  et l'ancien médecin en chef, ont plaidé coupable à titre individuel, pour commercialisation mensongère, une infraction pénale, et ont accepté de payer un total de 34,5 millions de dollars en amendes[27],[28].

Ces cadres sont Michael Friedman, le président de la société, qui a accepté de payer $19 millions de dollars en amendes ; Howard R. Udell, son avocat en chef, qui a accepté de payer 8 millions de dollars ; et le Dr Paul D. Goldenheim, son ancien directeur médical, qui a accepté de payer 7,5 millions de dollars. De plus, ces trois hauts dirigeants ont été accusés au niveau criminel et condamnés à 400 heures de service communautaire dans le cadre de programmes de traitement de la toxicomanie[29].

Le 4 octobre 2007, le Kentucky a poursuivi Purdue en raison d'une généralisation d'abus d'Oxycontin dans les Appalaches. Lors d'un procès intenté par le Procureur Général Greg Stumbo, des millions ont exigés en compensation[30]. Huit ans plus tard, le 23 décembre 2015, Kentucky s'est entendu avec Purdue pour 24 millions de dollars[31].

En janvier 2017, la ville d'Everett, Washington a poursuivi Purdue à propos de l'augmentation des coûts pour la ville de l'utilisation d'OxyContin ainsi que pour la non-intervention de Purdue quand ils ont été notifié de comportements étranges de vente de leur produit. Les allégations concernent le non-suivi d'excès d'ordonnance suspicieux avec de fausses cliniques créées par des docteurs peu scrupuleux utilisant des sans-abris comme « patients » pour obtenir de l'OxyContin et ensuite le revendre aux citoyens d'Everett. Les allégations concernent aussi un marché noir de drogues légales basées à Los Angeles avec des points de distribution à Everett. Aucune action n'a été faite par Purdue pour alerter le DEA pendant des années malgré la connaissance de ces pratiques. La poursuite en cours demande de rembourser les coûts d'intervention, d'hébergement, de soins, de réhabilitation, de procédure judiciaire, des endroits publics, de la perte de vie ou de qualité de vie des citoyens de la ville[32],[33],[34].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Purdue Pharma » (voir la liste des auteurs).
  1. Patrick Radden Keefe, « The Family That Built an Empire of Pain », The New Yorker, New York, Condé Nast,‎ (ISSN 0028-792X, OCLC 320541675, notice BnF no FRBNF12805168, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
  2. http://www.esquire.com/news-politics/a12775932/sackler-family-oxycontin/
  3. Patrick Radden Keefe, « The Family That Built an Empire of Pain », The New Yorker,‎ (ISSN 0028-792X, lire en ligne)
  4. (en) Xan Rice, « What is OxyContin, the drug behind America’s opioid crisis? », sur www.newstatesman.com, (consulté le 19 janvier 2018)
  5. « Advances in Pain Management, Healthcare & Patients' Lives - About Purdue Pharma L.P. », sur www.purduepharma.com (consulté le 22 octobre 2017)
  6. « About Purdue Pharma L.P. » (consulté le 8 septembre 2015)
  7. (en) « Jugement de "Purdue" vs. "Endo" », sur https://www.courtlistener.com/, (consulté le 14 février 2018), paragraphe 1.
  8. (en) « Purdue: Locations & Operations », sur www.purduepharma.com/ (consulté le 14 février 2018)
  9. (en) « Communiqué de presse de la compagnie relayé par Business Wire », sur https://www.businesswire.com, (consulté le 14 février 2018)
  10. (en) « Craig Landau », The Hill Times,‎ (lire en ligne)
  11. Art Van Zee, « The Promotion and Marketing of OxyContin: Commercial Triumph, Public Health Tragedy », American Journal of Public Health, vol. 99, no 2,‎ , p. 221–227 (ISSN 0090-0036, PMID 18799767, PMCID PMC2622774, DOI 10.2105/AJPH.2007.131714, lire en ligne, consulté le 18 mars 2018)
  12. World Health Organization. Cancer pain relief and palliative care. Geneva: WHO 1990
  13. Daniel Engber (traduit par Peggy Sastre), « L'histoire de la note de bas de page mortelle », Slate.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 19 janvier 2018)
  14. https://www.nytimes.com/2017/07/19/business/raymond-sackler-dead-of-purdue-pharma.html
  15. Sam Quinoes, « FRONTLINE Documentary Chasing Heroin” Investigates the Opioid Epidemic » (consulté le 4 mars 2016)
  16. T. J. Cicero, J. A. Inciardi et A. Muñoz, « Trends in abuse of Oxycontin and other opioid analgesics in the United States: 2002-2004 », J Pain, vol. 6, no 10,‎ , p. 662–72 (PMID 16202959, DOI 10.1016/j.jpain.2005.05.004)
  17. Jason Smith, « Kingpins: OxyContin, Heroin, and the Sackler-Sinaloa Connection » (consulté le 4 mars 2016)
  18. https://www.nytimes.com/2018/05/29/health/purdue-opioids-oxycontin.html
  19. Ryan Harriet, Lisa Girion et Scott Glover, « ‘You want a description of hell?’ OxyContin’s 12-hour problem », sur Los Angeles Times, (consulté le 18 octobre 2017) This is an in-depth series.
  20. Barry Meier, « In Guilty Plea, OxyContin Maker to Pay $600 Million », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  21. « More than 1 million OxyContin pills ended up in the hands of criminals and addicts. What the drugmaker knew », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne)
  22. Patrick Radden Keefe, « The Family That Built an Empire of Pain: The Sackler dynasty’s ruthless marketing of painkillers has generated billions of dollars—and millions of addicts », The New Yorker,‎ (lire en ligne) :

    « "According to Forbes, the Sacklers are now one of America’s richest families, with a collective net worth of thirteen billion dollars—more than the Rockefellers or the Mellons... While the Sacklers are interviewed regularly on the subject of their generosity, they almost never speak publicly about the family business, Purdue Pharma—a privately held company, based in Stamford, Connecticut, that developed the prescription painkiller OxyContin." »

    Indepth-analysis
  23. (en-GB) « Opioid billionaire granted patent for addiction treatment », sur Financial Times, (consulté le 18 septembre 2018)
  24. Claire Levenson, « Le milliardaire qui s'est enrichi grâce aux opiacés brevète un traitement anti-addiction », Slate.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 18 septembre 2018)
  25. Office of the Attorney General, « CT Attorney General », sur www.ct.gov (consulté le 22 octobre 2017)
  26. Office of the Attorney General, « CT Attorney General », sur www.ct.gov (consulté le 22 octobre 2017)
  27. Sue Lindsey, (May 11, 2007) OxyContin Maker, Execs Guilty of Deceit USA Today reproducing and Associated Press report
  28. Barry Meier, (May 11, 2007) "In Guilty Plea, OxyContin Maker to Pay $600 Million", New York Times
  29. « domain-b.com : Purdue Pharma fined $634 million for OxyContin deaths; executives punished », sur www.domain-b.com, (consulté le 22 octobre 2017)
  30. « Kentucky sues makers of OxyContin - USATODAY.com », sur usatoday30.usatoday.com (consulté le 22 octobre 2017)
  31. « Kentucky settles lawsuit with OxyContin maker for $24 million », sur www.cbsnews.com (consulté le 2 mai 2016)
  32. Harriet Ryan, City devastated by OxyContin use sues Purdue Pharma, claims drugmaker put profits over citizens' welfare, (lire en ligne)
  33. Scott North, Everett's suit against OxyContin maker moves to federal court, (lire en ligne)
  34. U.S. City Sues OxyContin Maker For Contributing To Opioid Crisis, NPR, (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]