Maxime Bossis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maxime Bossis
1978 FIFA World Cup - Italy v France - Maxime Bossis.jpg
Biographie
Nationalité Drapeau : France Français
Naissance (61 ans)
Lieu Saint-André-Treize-Voies (Vendée)
Taille 1,86 m (6 1)
Période pro. 1973-1991
Poste Défenseur
Parcours junior
Saisons Club
1969-1970 Drapeau : France Saint-André Sport
1970-1972 Drapeau : France FC Yonnais
1972-1973 Drapeau : France FC Nantes
Parcours professionnel 1
Saisons Club 0M.0(B.)
1973-1985 Drapeau : France FC Nantes 461 (23)
1985-1989 Drapeau : France RC Paris 135 0(3)
1990-1991 Drapeau : France FC Nantes 038 0(0)
1973-1991 Total 634 (26)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe 0M.0(B.)
1976-1986 Drapeau : France France 076 0(1)
Équipes entraînées
Années Équipe Stats
1996 Drapeau : France AS Saint-Étienne
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Maxime Bossis est un footballeur puis entraîneur français, né le à Saint-André-Treize-Voies en Vendée. Surnommé « le grand Max », il évolue au poste de défenseur du début des années 1970 au début des années 1990.

Il fait l'essentiel de sa carrière avec le FC Nantes avec qui il remporte le championnat de France à trois reprises ainsi qu'une Coupe de France.

En équipe de France, il compte 76 sélections pour un but marqué et remporte l'Euro 1984 ainsi que la Coupe intercontinentale des nations. Sous le maillot bleu, il est également troisième de la Coupe du monde de football de 1986 et quatrième de la Coupe du monde de football de 1982.

Biographie[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Formé au FC Nantes[modifier | modifier le code]

Débarqué du modeste FC Yonnais, pensionnaire de Division 4, il arrive en 1972 au FC Nantes, à 17 ans, dont il intègre d'abord l'équipe réserve en D3[1]. Il parfait sa formation d'arrière gauche mais c'est finalement dans l'axe de la défense qu'il s'installe. Emblème des « canaris », il est à l'aise des deux pieds et fait partie de cette génération qui produit le beau jeu « à la nantaise ». Couronné de trois titres de champion de France, demi-finaliste de coupe d'Europe, et lauréat d'une coupe de France, il est l'un des meilleurs défenseurs des années 1970-1980.

De la capitale au retour en Loire-Atlantique[modifier | modifier le code]

En 1985, Bossis décide de quitter le FC Nantes. Il est intéressé par la proposition de Jean-Luc Lagardère, sponsor du FC Nantes avec Europe 1, le nouveau propriétaire du Racing club de France. Mais le grand Max hésite, le club parisien se traîne en division 1 et il se voit mal évoluer en division 2 à un an de la coupe du monde en Espagne. Il ne cache pas vouloir s'engager avec Tottenham et "garde sous le coude" la proposition du PSG, financièrement moins alléchante. Finalement, n'ayant pas conclu avec le club londonien, et alors qu'il est annoncé au PSG, il s'engage pour 4 ans, pour 300 000 francs mensuels (soit ce que lui proposait Tottenham), partant en 2e division tenter l'aventure du RC Paris, le club parisien repris par Jean-Luc Lagardère qui tente de monter un énorme projet. Le club domine la division 2 et monte en D1 dès 1986 et recrute une multitude de stars du football (Pierre Littbarski, Luis Fernandez, Enzo Francescoli, Pascal Olmeta...) pour arriver à ses fins.

Malheureusement, après plusieurs années, le club n'obtient pas les résultats espérés. Ainsi, devant les piètres résultats de son équipe durant la saison 1988-1989, le président Jean-Luc Lagardère émet l'hypothèse d'arrêter l'aventure footballistique à l'issue de la saison, plongeant les joueurs dans l'incertitude concernant leur avenir proche. Il l'annonce officiellement aux joueurs, quand ces derniers lui demandent des comptes. Maxime Bossis, qui n'aura décroché aucun titre majeur avec le club parisien, décide donc -malgré une nouvelle relance du PSG- de prendre sa retraite à la fin de cette saison 1988-1989[2].

Mais, face aux difficultés sportives que rencontre le FC Nantes qui est en pleine transition générationnelle, il décide de rechausser les crampons lors de la saison 1990-1991 afin d'apporter son expérience dans la défense nantaise. Le challenge s'avère très compliqué et, avec le poids de l'âge, il passe une saison difficile. À la fin de celle-ci, il mettra un terme définitif à sa carrière de joueur professionnel.

Carrière internationale[modifier | modifier le code]

Maxime Bossis honore sa première sélection en équipe de France à l'âge de 20 ans, le , lors d'un match nul 2-2 contre la Tchécoslovaquie qui voit également Michel Platini et Didier Six faire leur première apparition sous le maillot bleu[3]. Durant ses huit années à la tête de la sélection, Michel Hidalgo fait appel à Bossis à 60 reprises. Formant une solide charnière centrale avec Marius Trésor, il est parfois aligné arrière gauche. Il dispute ainsi le premier tour de la Coupe du monde 1978, puis celles de 1982 et 1986 où la France atteint les demi-finales.

Lors de la Coupe du monde 1982, Maxime Bossis inscrit son premier et unique but en équipe de France face au Koweït, au cours d'une victoire 4-1 en phase de groupes au Stade José-Zorrilla de Valladolid[4]. Au terme de la demi-finale controversée de Séville, il rate son tir au but, ce qui permet à la RFA d'accéder à la finale.

Deux ans plus tard, il fait partie de l'équipe victorieuse de l'Euro 1984 en France.

Lors de la Coupe du monde 1986 au Mexique, une équipe de France diminuée s'incline en demi-finale contre le Brésil. Maxime Bossis honore sa dernière sélection le , lors du match de classement contre la Belgique remporté 4-2 [5].

En sélection, il porte le brassard de capitaine à 6 reprises et reste longtemps le joueur français ayant joué le plus de matches de Coupe du monde (15) avant de se faire dépasser par Fabien Barthez en 2006 (17).

Fin de carrière[modifier | modifier le code]

Bossis s'essaye à une carrière d'entraîneur : il passe ses diplômes et finit par atterrir sur le banc de l'AS Saint-Étienne, assurant l'intérim à la suite du renvoi d'Élie Baup en février 1996. Cependant, peu enthousiasmé, il laisse rapidement sa place à Dominique Bathenay.

Il est président de la Commission centrale de la Coupe de France lors des saisons 1993-1994 et 1994-1995.

Il est directeur sportif de l'AS Saint-Étienne en 1996-97.

Reconversion à la télévision[modifier | modifier le code]

À l'occasion de la Coupe du monde de Football 1998 en France, il coanime sur la Cinquième, avec le journaliste Stéphane Paoli, le magazine Planète ronde qui revient sur les coupes du monde précédentes, sur les plans à la fois footballistique et sociétal. Il devient ensuite consultant, notamment pour TPS, où il commente des matches de Premier League et Bundesliga sur TPS Foot. Il quitte le groupe TPS à la suite de la fusion avec Canal+. Entre 2008 et 2012, il est consultant sur Orange sport ou il commente la Serie A puis la Bundesliga. En 2012, à la suite de la fermeture d'Orange sport il rejoint le groupe Canal+ puis, en 2014 devient consultant sur BeIN Sports.

Palmarès[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

En équipe de France[modifier | modifier le code]

Distinctions Personnelles[modifier | modifier le code]

Statistiques[modifier | modifier le code]

Statistiques de Maxime Bossis au 31 janvier 2017
Saison Club Championnat Coupe(s) nationale(s) Compétition(s)
continentale(s)
Drapeau : France France Total
Division M B M B C M B M B M B
1973-1974 Drapeau de la France FC Nantes D1 12 0 4 0 - - - - - 16 0
1974-1975 Drapeau de la France FC Nantes D1 24 0 0 0 C3 3 1 - - 27 1
1975-1976 Drapeau de la France FC Nantes D1 34 2 1 0 - - - 1 0 36 2
1976-1977 Drapeau de la France FC Nantes D1 24 1 4 0 - - - 5 0 33 1
1977-1978 Drapeau de la France FC Nantes D1 37 2 7 0 C1 4 0 7 0 55 2
1978-1979 Drapeau de la France FC Nantes D1 35 0 10 0 C3 2 0 5 0 52 0
1979-1980 Drapeau de la France FC Nantes D1 33 3 1 0 C2 7 0 5 0 46 3
1980-1981 Drapeau de la France FC Nantes D1 37 0 5 0 C1 4 0 7 0 53 0
1981-1982 Drapeau de la France FC Nantes D1 36 4 1 0 C3 2 0 13 1 52 5
1982-1983 Drapeau de la France FC Nantes D1 37 5 9 1 - - - 6 0 52 6
1983-1984 Drapeau de la France FC Nantes D1 36 3 9 0 C1 2 0 11 0 58 3
1984-1985 Drapeau de la France FC Nantes D1 34 0 7 1 - - - 4 0 45 1
Sous-total 379 20 58 2 - 24 1 64 1 525 24
1985-1986 Drapeau de la France Racing Paris D2 31 3 9 0 - - - 12 0 52 3
1986-1987 Drapeau de la France Racing Paris D1 26 0 1 0 - - - - - 27 0
1987-1988 Drapeau de la France Matra Racing D1 25 0 3 0 - - - - - 28 0
1988-1989 Drapeau de la France Matra Racing D1 38 0 2 0 - - - - - 40 0
Sous-total 120 3 15 0 - - - 12 0 147 3
1990-1991 Drapeau de la France FC Nantes D1 34 0 4 0 - - - - - 38 0
Total sur la carrière 533 23 77 2 - 24 1 76 1 710 27

Au cours des 710 matches de sa carrière, le "grand Max" n'a récolté que 4 cartons jaunes (trois quand il évoluait au FC Nantes et un au Matra Racing)[6]. Bossis considère cette statistique, honorable pour un défenseur, comme la traduction d'un style de jeu propre et mesuré pratiqué à l'époque[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Maxime Bossis », sur national-football-teams.com (consulté le 16 octobre 2015)
  2. « Biographie de Maxime Bossis sur www.afterfoot.fr » (sur l'Internet Archive)
  3. « Match - France - Tchécoslovaquie » (consulté le 31 janvier 2017)
  4. « France - Koweït » (consulté le 31 janvier 2017)
  5. « Match - France - Belgique » (consulté le 31 janvier 2017)
  6. « Maxime Bossis » (consulté le 31 janvier 2017)
  7. « L'entretien Footengo - Maxime Bossis : "Revenir à Nantes ? Pourquoi pas..." » (consulté le 31 janvier 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]