Didier Six

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Six (homonymie).
Didier Six
Pas d'image ? Cliquez ici.
Biographie
Nationalité Drapeau : France Français
Naissance (60 ans)
Lieu Lille (Nord)
Taille 1,8 m (5 11)
Poste Attaquant puis entraîneur
Parcours professionnel 1
Saisons Club 0M.0(B.)
1970-1977 Drapeau : France US Valenciennes-Anzin 179 (64)
1977-1978 Drapeau : France RC Lens 036 (16)
1978-1980 Drapeau : France Marseille 073 (18)
1980 Drapeau : Belgique Cercle Bruges 012 0(7)
1981 Drapeau : France RC Strasbourg 028 0(6)
1981-1983 Drapeau : Allemagne VfB Stuttgart 0600(24)
1983-1984 Drapeau : France FC Mulhouse 037 (18)
1984-1985 Drapeau : Angleterre Aston Villa 016 0(2)
1985-1986 Drapeau : France FC Metz 035 0(3)
1986 Drapeau : France RC Strasbourg 014 0(2)
1987 Drapeau : France Valenciennes 010 0(4)
1987-1988 Drapeau : Turquie Galatasaray SK 043 (11)
1989 Drapeau : France Stade de Vallauris 009 0(1)
1989-1990 Drapeau : France Vauban Strasbourg 019 0(3)
1991-1992 Drapeau : Allemagne VfB Leipzig 012 0(1)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe 0M.0(B.)
1976-1984 Drapeau : France France 052 (13)
Équipes entraînées
Années Équipe Stats
2011 Drapeau : Togo Togo 1v 1n
2012-2013 Drapeau : Togo Togo 5v 3n 7d
2015 Drapeau : Maurice Maurice
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Didier Six (né le à Lille), est un footballeur international français devenu entraîneur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Didier Six commence sa carrière professionnelle à US Valenciennes-Anzin (VA), évoluant le plus souvent au poste d'ailier gauche. Il fait ses premières apparitions avec VA en 1972 en D2 à l'âge de 17 ans et en 1973 en 1re division à l'âge de 18 ans en compagnie de Dominique Dropsy et est sélectionné en équipe de France junior en 1973. Il marque avec Valenciennes un triplé face à Chaumont en D2 au cours de la saison 1973-1974. Il fait remonter Valenciennes en D1 en 1975. Didier Six réalise avec Ivan Osim, Pierre Neubert ou Patrick Jeskowiak une magnifique saison en 1975-1976 (10e de D1), terminant meilleur buteur du club avec 12 buts. Sa technique irréprochable des deux pieds, sa vitesse de débordement et son sens du but attirent rapidement l'attention du sélectionneur national Michel Hidalgo qui le lance en équipe de France le 27 mars 1976 face à la Tchécoslovaquie (en compagnie de deux autres débutants illustres, Michel Platini et Maxime Bossis).

Didier Six s'installe durablement à l'aile gauche des Bleus où il forme une célèbre triplette d'attaque avec Dominique Rocheteau et Bernard Lacombe et contribue à la renaissance des Tricolores qui se qualifient pour la Coupe du monde 1978 après douze ans d'absence. Dès le premier match contre l'Italie, il est l'auteur d'un débordement d'anthologie dès l'engagement. Son centre très précis atterrit sur la tête de Bernard Lacombe qui inscrit ainsi ce qui est à l'époque le but le plus rapide de l'histoire de la Coupe du monde.

Un but en 1977 face au Brésil à Maracana (2-2, amical) illustre sa grande classe : il effectue un contrôle orienté de la poitrine enchaîné avec un « chapeau » sur un défenseur brésilien avant de reprendre sans contrôle de demi-volée toujours de son pied gauche afin de loger la balle sous la barre transversale au milieu des buts du gardien brésilien Leão.

Après le Mundial 1978 où la France échoue au premier tour, Six conserve la confiance de Michel Hidalgo et sera de toutes les grandes aventures des Bleus jusqu'au milieu des années 1980 malgré un changement de tactique (le 4-4-2 succède au 4-3-3) qui limite fortement le rôle des ailiers. Il joue un rôle décisif lors de la qualification pour la Coupe du monde 1982 (marquant en particulier le second but d'une victoire capitale à Paris face à l'équipe des Pays-Bas et lors de la phase finale qui voit les Tricolores atteindre le dernier carré à la surprise générale. Lors des éliminatoires, lors du premier match contre Chypre à Limassol, il inscrit le sixième but de l'équipe de France, et de la tête, chose rarissime pour lui. Le 8 juillet 1982, lors de l'inoubliable demi-finale de Séville face à la RFA, Six échoue, avec Maxime Bossis, sur le gardien allemand Harald Schumacher pendant l'épreuve des tirs au but. La France est éliminée. Il lui faudra attendre deux ans encore pour remporter son premier titre international avec la victoire des Bleus en finale du Championnat d'Europe en 1984 face à l'équipe d'Espagne, le 27 juin 1984 à Paris. Didier Six prend sa retraite de l'équipe de France sur ce triomphe.

Il ne connaîtra pas le même succès en club qu'en équipe nationale en raison de choix sportifs parfois malheureux (descentes en Division 2 avec l'Olympique de Marseille). À une époque où les joueurs français n'ont pas encore la cote à l'étranger, Six fera figure de pionnier, un an avant Michel Platini, en multipliant les expériences hors de l'Hexagone, d'abord en Belgique puis en Allemagne (où il laissera un excellent souvenir), en Angleterre, et enfin en Turquie où il doit prendre la nationalité turque sous le nom de Dündar Siz afin de libérer plus de places aux étrangers jouant dans le club. Après deux années de semi-retraite en amateur, Six effectue une dernière « pige » en 1991-1992 au VfB Leipzig avec son entraîneur de Stuttgart Jurgen Sundermann, avant de raccrocher définitivement les crampons.

Sa carrière de joueur terminé, il tente une carrière en tant qu'entraineur. Il aura une première expérience avec le club strasbourgeois du FCSK 06 (CFA) en 1997-1998 puis une autre avec le club mosellan de Audun-le-Tiche alors en CFA2 lors de la saison 2003-2004.

Didier Six vit maintenant à Thionville et dirige une société s'occupant d'organiser des stages de football et d'autres événements en rapport avec le monde du sport.

Le , il est nommé sélectionneur du Togo pour les deux matches contre la Guinée-Bissau comptant pour le tour préliminaire des qualifications au Mondial-2014[1].

Le 24 janvier 2012, il est officiellement nommé sélectionneur du Togo après avoir signé un contrat de deux ans avec les Éperviers[2].

En janvier 2015, il signe un contrat de sept mois renouvelable en cas de victoire aux Jeux des îles de l'océan Indien 2015 avec la Fédération mauricienne. Il occupe à la fois le poste de sélectionneur et de directeur technique national[3]. Il démissionne en mai 2015[4].

Palmarès[modifier | modifier le code]

En sélection[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]