Dabiq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Ne doit pas être confondu avec Dabiq (magazine).
Dabiq
Administration
Pays Drapeau de la Syrie Syrie
Azaz Alep
Démographie
Population 3 364 hab. (2004)
Géographie
Coordonnées 36° 32′ 14″ nord, 37° 16′ 05″ est
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Syrie

Voir sur la carte administrative de Syrie
City locator 14.svg
Dabiq

Dabiq (arabe : دابق, dābiq) est un village syrien située dans le gouvernorat d'Alep et qui dépend du district d'Azaz.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est à 10 kilomètres au sud de la frontière avec la Turquie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Jusqu'au XXe siècle[modifier | modifier le code]

La bataille de Marj Dabiq a eu lieu en 1516 dans la ville.

Depuis 2000[modifier | modifier le code]

Lors la guerre civile syrienne, Dabiq et sa région tombent aux mains de l'Armée syrienne libre à l'été 2012. Le village est pris aux rebelles par l'État islamique le [1],[2]. Il est repris par les rebelles avec le soutien de l'armée turque le [3].

Eschatologie islamique[modifier | modifier le code]

Dans l'eschatologie islamique, la ville de Dabiq est le lieu d'une bataille entre les Roum, littéralement les Romains (c'est-à-dire, au temps de Mahomet : les Byzantins) et les forces musulmanes avant la fin du monde[4],[1]. Dabiq est lié à un hadith tiré de la compilation « authentique » d'Abou Al-Hussein Muslim, un des traditionnistes les plus respectés au IXe siècle fréquemment cité dans les discours djihadistes[5].

« L'heure dernière n'arrivera pas avant que les Byzantins n'attaquent Dabiq. Une armée musulmane regroupant des hommes parmi les meilleurs sur terre à cette époque sera dépêchée de Médine pour les contrecarrer. Une fois les deux armées face à face, les Byzantins s'écrieront : « Laissez-nous combattre nos semblables convertis à l'Islam. » Les musulmans répondront : « Par Allah, nous n'abandonnerons jamais nos frères. » Puis la bataille s'engagera. Un tiers s'avouera vaincu ; plus jamais Allah ne leur pardonnera. Un tiers mourra ; ils seront les meilleurs martyrs aux yeux d'Allah. Et un tiers vaincra ; ils ne seront plus jamais éprouvés et ils conquerront Constantinople[6]. »


Le revue anglophone du groupe terroriste État islamique s'appelle Dabiq en référence à la ville et à ce qu'elle représente.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Why Islamic State chose town of Dabiq for propaganda, 17 novembre 2014, BBC News
  2. After 24 of Siege, the IS pulls back from Dabeq strategic town, OSDH, 16 octobre 2016.
  3. Syrie: l'EI défaite dans une ville symbole, rencontre des Occidentaux à Londres, AFP, 16 octobre 2016.
  4. Enquête. Ce que veut vraiment l’Etat islamique, Courrier International, 18 mars 2015
  5. Gautier Filardo, « Le jihâdisme et la vision apocalyptique », Revue française de criminologie et de droit pénal, vol. 6,‎ (lire en ligne).
  6. L’État islamique ou les chevaliers de l’apocalypse djihadiste.