Mansencôme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mansencôme
Mansencôme
Château du Busca.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gers
Arrondissement Condom
Canton Armagnac-Ténarèze
Intercommunalité Communauté de communes de la Ténarèze
Maire
Mandat
Étienne Barrère
2014-2020
Code postal 32310
Code commune 32230
Démographie
Population
municipale
45 hab. (2016 en diminution de 25 % par rapport à 2011)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 52′ 20″ nord, 0° 20′ 26″ est
Altitude 200 m
Min. 112 m
Max. 201 m
Superficie 4,05 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte administrative du Gers
City locator 14.svg
Mansencôme

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte topographique du Gers
City locator 14.svg
Mansencôme

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mansencôme

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mansencôme

Mansencôme (Massencoma en gascon) est une commune française située dans le département du Gers en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune de Gascogne située dans l'Armagnac dans la Ténarèze.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Mansencôme[1]
Mouchan
Gondrin Mansencôme Valence-sur-Baïse

La commune de Valence-sur-Baïse entoure le territoire communal sur plus des trois quarts de son périmètre[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par le Ruisseau de la Nevère affluent de l'Osse sous-affluent de la Baïse.4

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Anciennement Massencome, le petit village était une seigneurie de Blaise de Monluc.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 En cours Etienne Barrère[2] DVG Administrateur de société
Les données manquantes sont à compléter.

La commune fait partie de la communauté de communes de la Ténarèze depuis le 1er janvier 2009.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4]. En 2016, la commune comptait 45 habitants[Note 1], en diminution de 25 % par rapport à 2011 (Gers : +0,94 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
157133132170175250272252256
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
195196180208220205197183153
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
149150124130130118132124110
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013
938871697368686746
2016 - - - - - - - -
45--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Au centre du village s'élève un « château gascon » du XIIIe siècle. Semblable à ses voisins, les châteaux de Lagardère et du Tauzia, le château de Mansencôme est le mieux conservé.

Château du Busca-Maniban[modifier | modifier le code]

À l'extérieur du village, sur une colline voisine, se trouve le château de Busca. Avec sa façade en majesté, largement ouverte sur un jardin à la française, Busca-Maniban, noble demeure d'une illustre famille de magistrats, a des airs de petit Versailles.

Le château a sûrement inspiré le désir de grandeur de Thomas de Maniban lorsqu'il fit bâtir la demeure actuelle. Un portail d'entrée, coiffé d'un chapeau de gendarme, fait pénétrer dans la cour d'honneur. Il porte la date de 1649, le début des travaux qui se poursuivirent jusqu'à la fin du règne de Louis XIV. De part et d'autre de la cour, les ailes bizarrement crénelées tranchent avec la porte d'entrée, travée dorique surmontée d'un fronton cintré.

Logé sous une voûte en arc de cloître, le vestibule occupe toute la moitié nord du corps du logis sur toute sa hauteur et toute sa profondeur, largement éclairé par les fenêtres du palier côté jardin. Il comporte un escalier monumental, avec des pilastres de style ionique et une rampe en fer forgé.

Au rez-de-chaussée se trouvent les cuisines, la salle de garde et une cheminée monumentale.

Au premier étage, sous la galerie, une porte conduit à « la salle à l'italienne », sous une voûte aussi majestueuse que celle du vestibule.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Armes des Maniban, dessin de P. Benouville
  • Famille Maniban : les Maniban sont une famille de bourgeois qui gravit l'échelle sociale en occupant des charges. Ce fut le cas de Jean, maître des requêtes ou notaire royal, puis de Thomas, son fils, avocat général du parlement de Toulouse.

Le petit-fils de celui-ci fut président du parlement du Languedoc. Le marquisat leur fut donné en 1681. Les armes de la famille, gravées sur le fronton de leur château côté jardin, portent le double attribut de magistrat et marquis.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]