Manifestations de 2020-2021 en Biélorussie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Manifestations de 2020-2021 en Biélorussie
Description de cette image, également commentée ci-après
Manifestation du 16 août 2020 à Minsk
Informations
Date Depuis le
(1 an, 4 mois et 29 jours)
Localisation

Drapeau de la Biélorussie Biélorussie
Diaspora :[1]

Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau du Canada Canada
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de la France France
Drapeau de l'Inde Inde
Drapeau de l'Italie Italie
Drapeau de la Lituanie Lituanie
Drapeau de la Pologne Pologne
Drapeau de la Russie Russie
Drapeau de la Tchéquie Tchéquie
Drapeau de l'Ukraine Ukraine
Caractéristiques
Organisateurs Opposition démocratique
(Sergueï Tikhanovski, Svetlana Tikhanovskaïa, Viktar Babaryka)
Revendications
Nombre de participants Plus grosse manifestation : 100 000 à Minsk (16 août 2020)[2]
Types de manifestations Manifestations, occupations de places publiques, grèves, désobéissance civile, cybermilitantisme, émeutes et grèves de la faim
Bilan humain
Morts Au moins 4
Blessés Au moins 4 000 (et au moins 103 policiers)
Arrestations Au moins 30 000

Les manifestations de 2020-2021 en Biélorussie, surnommées la révolution des pantoufles[3],[4] et la révolution anti-cafard[5], sont une série de manifestations de rue contre le président biélorusse Alexandre Loukachenko[6]. Les manifestations, qui s'intègrent dans le mouvement démocratique biélorusse, se déroulent avant et pendant l'élection présidentielle biélorusse de 2020, au cours de laquelle Loukachenko est candidat à un sixième mandat[7]. Sa victoire avec un score de 80 % face à la candidate de l'opposition Svetlana Tikhanovskaïa apparaît entachée de fraudes massives et provoque la colère d'une partie de la population biélorusse.

Contexte[modifier | modifier le code]

L'ancien drapeau de la Biélorussie (utilisé en 1918 et de 1991 à 1995) est un symbole du mouvement démocratique.

Loukachenko est généralement qualifié par les médias occidentaux de « dernier dictateur » d'Europe et est au pouvoir depuis 26 ans[8],[9]. Sous son régime autoritaire le gouvernement a fréquemment réprimé l'opposition, notamment durant la révolution avortée de 2005 et les manifestations de 2017. Loukachenko fait face à une opposition grandissante en raison de sa gestion de la pandémie de coronavirus, qu'il a nié être une menace sérieuse[10] alors que les personnes âgées qui étaient ses principaux soutiens étaient les plus exposées au virus[11]. Sur les cinq élections remportées par Loukachenko, seule la première a été jugée vraisemblablement libre et juste par les observateurs internationaux[12].

Selon le chercheur David Teurtrie, du Centre de recherche Europe-Eurasie de l’Inalco, « il y a encore quelques années, Loukachenko disposait d’une réelle base populaire. La crise économique a fragilisé ses soutiens. Mais la majorité des élites qui composent le régime sont issues des forces de sécurité. Elles n’apparaissent guère sensibles ni à l’impact économique, ni à l’image que peut renvoyer le pays. Il n’y a pas non plus d’oligarques qui jouent sur les divisions. La Biélorussie demeure un pays extrêmement fermé à l’influence occidentale »[13].

Avant l'élection[modifier | modifier le code]

Rassemblement de soutien à Tikhanovskaïa à Minsk ().
Vidéo d'un meeting de Tikhanovskaïa.

L'homme d'affaires et blogueur Sergueï Tikhanovski, qui a qualifié Loukachenko de « cafard », comme dans le poème pour enfants Le puissant cafard (avec la pantoufle écrasant symboliquement le cafard) est arrêté fin mai 2020 par les autorités biélorusses, qui l'accusent d'être un agent étranger[4]. En , des manifestations de rue contre Loukachenko ont lieu[10]. Un certain nombre de candidats de l'opposition se sont portés candidats à l'élection à la suite du mouvement, mais beaucoup d'entre eux sont arrêtés. Le 19 juin, Loukachenko annonce qu'il a « déjoué une tentative de coup d'État », et annonce l'arrestation de son principal rival, Viktar Babaryka[14]. Ce dernier déclare que les accusations de pot-de-vin et de corruption ont été falsifiées et que l'arrestation était motivée politiquement pour l'empêcher de gagner les élections[15]. L'épouse de Tikhanovski, Svetlana Tikhanovskaïa, s'inscrit comme candidate après l'arrestation de Babaryka[4]. Des militants de l'opposition, des journalistes et des blogueurs sont également arrêtés dans le cadre de la répression[16]. Le groupe de défense des droits humains Viasna a estimé qu'entre début mai et début août, environ 1 300 personnes ont été arrêtées pour avoir manifesté.

Loukachenko affirme que les manifestations de l'opposition font partie d'un complot étranger[17] potentiellement orchestré, selon lui, par des Américains, l'OTAN, des Russes ou des Ukrainiens[8]. Il annonce également l'arrestation de 33 personnes, présentées comme des mercenaires présumés du groupe Wagner, une société militaire privée russe.

Les médias spéculent sur le devenir des manifestations, qui pourrait durer et dégénérer[18], voire évoluer vers une révolution à part entière, semblable à la façon dont les manifestations d'Euromaïdan se sont transformées en une révolution en Ukraine en 2014[19]. Le German Marshall Fund, un think tank américain, note que les manifestations sont plus répandues et sont plus brutalement réprimées que les manifestations précédentes en Biélorussie[20].

L'organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) indique ne pas suivre l'élection 2020, n'ayant pas été invitée à le faire[21]. C'est la première fois depuis 2001 que le Bureau des institutions démocratiques et des droits de l'homme (BIDDH) de l'OSCE ne surveille pas les élections en Biélorussie[12]. L'OSCE n'a reconnu aucune élection en Biélorussie comme étant libre et équitable depuis 1995 et les précédentes missions d'observation des élections de l'OSCE dans le pays ont été entravées par le gouvernement.

Le 23 juillet, Loukachenko affirme que la BBC et Radio Free Europe ont encouragé les émeutes et menace d'expulser ces médias et de leur interdire de rendre compte de l'élection. Le , environ 5 000 manifestants descendent dans les rues de Minsk en agitant des rubans blancs, appelant à des élections libres et régulières[22]. Au cours de la première semaine d'août, des dizaines de milliers de Biélorusses manifestent contre Loukachenko dans les villes du pays dont 60 000 dans la capitale Minsk, ce qui en fait la plus grande manifestation de rue de la Biélorussie post-soviétique.

Après l'élection[modifier | modifier le code]

Août 2020[modifier | modifier le code]

Minsk, .
Minsk, .
Minsk, .
Minsk, .

À la clôture du scrutin, de nombreux fournisseurs de services Internet sont mis hors service, tandis que la police et l'armée verrouillent la majeure partie de Minsk[23]. La télévision d'État révèle les résultats d'un sondage sortie des urnes montrant une victoire écrasante de Loukachenko et des affrontements entre manifestants et policiers anti-émeute éclatent à Minsk. Des grenades assourdissantes et des balles en caoutchouc sont utilisées faisant des blessés parmi les manifestants[24]. La principale candidate de l'opposition, Svetlana Tikhanovskaïa, déclare lors d'une conférence de presse qu'elle ne fait pas confiance au sondage sortie des urnes : « Je crois mes yeux et je vois que la majorité est avec nous »[24].

La deuxième nuit après l'annonce des résultats (victoire de Loukachenko avec un score de 80 %), les manifestants barricadent la zone autour du marché de Riga. Les forces du régime réagissent en tirant des gaz lacrymogènes sur les manifestants et en utilisant des grenades assourdissantes[25]. Un manifestant décède après une explosion. Selon le ministère de l'Intérieur biélorusse, il s’apprêtait à lancer un engin explosif qui a détonné entre ses mains[26]. Une vidéo le montre les mains vides et abattu par les policiers[27].

Les affrontements se poursuivent dans la nuit du 11 au dans des quartiers plus périphériques de la ville (Kamennaïa gorka, Serebrianka et Ouroutchie). Les forces de l'ordre s'attaquent également aux représentants de la presse, cassant leur matériel et confisquant les cartes mémoire[28]. La quatrième journée de manifestation se déroule plus calmement, sans arrestations de masse, et est marquée par des marches de femmes avançant bras dessus, bras dessous en signe de protestation pacifique[29]. Alors que des soldats font de discrets signes de soutien aux protestataires, des policiers jettent leurs uniformes tandis que des fonctionnaires démissionnent[30].

Le vendredi , des centaines de protestataires sont libérés après avoir été détenus. Ils affirment avoir été torturés (privation d'eau, de nourriture et de sommeil, tortures à l'électricité et brûlures de cigarettes). Ils étaient détenus par dizaines dans des cellules prévues pour 4 ou 6 personnes. Un contestataire témoigne à l'AFP : « On m'a frappé très fort sur la tête (...), mon dos est couvert de bleus après des coups de matraque »[31]. Le jour même, des paramilitaires russes du groupe Wagner, sont libérés et expulsés vers la Russie[32].

L'Union européenne tente de pousser le pouvoir biélorusse à accepter un plan élaboré par la Pologne, la Lettonie et la Lituanie, qui prévoit la fin de la répression, la libération des manifestants arrêtés, la mise en place d'un Conseil national composé de membres du gouvernement et de l'opposition, ainsi que de nouvelles élections[33]. Alors que les manifestations se poursuivent, Loukachenko rejette la médiation et l'UE décide de mettre en place des sanctions[34].

Le , des ouvriers manifestent contre le pouvoir[35]. Des chercheurs, des intellectuels, des journalistes, et des hommes d'affaires, ainsi que l'ancien ministre de la Culture Pavel Latouchko ont également rejoint la contestation. L'ambassadeur de Biélorussie en Slovaquie, se dit « choqué » par les témoignages de torture et de passage à tabac[36] et fait défection[37]. Tandis que le ministère de l'Intérieur présente ses excuses aux manifestants, le directeur d'une usine annonce la défaite du président sortant[38].

Le dimanche , à l'appel de Svetlana Tikhanovskaïa[39], se déroulent d'importantes manifestations d'opposition dans tout le pays, notamment 100 000 (selon l'AFP)[40] ou 200 000 personnes dans les rues de Minsk (d'après les estimations de Reuters)[41],[42], faisant suite à un meeting de Loukachenko devant quelques milliers de partisans acheminés par bus[43]. Loukachenko cherche par ailleurs à obtenir le soutien de Vladimir Poutine pour conserver son autorité[44]. Plus de 2 000 manifestants interpellés par la police sont libérés le [45].

Le , alors que les grèves se multiplient dans le pays[46], Loukachenko s'adresse aux ouvriers de usine des tracteurs à roue de Minsk (MKZT) qui l’accueillent aux cris de « démission »[47]. Après avoir défié les manifestants en leur préconisant de continuer à « crier », il affirme qu'il n'y aura pas de nouvelles élections tant qu'il n'aura pas été « tué », puis propose de transmettre le pouvoir après l'adoption d'une nouvelle Constitution[48]. Le même jour, l'OSCE fait une proposition de médiation[49].

La chaine publique Belarus 1 se met en grève le et cesse de transmettre[50]. Plusieurs milliers de manifestants se rassemblent[51] devant la prison où est détenu Sergueï Tikhanovski pour fêter son anniversaire[52].

Environ 1 000 policiers démissionnent sur les 40 000 que compte le pays[53]. Par ailleurs, les journalistes grévistes sont licenciés et remplacés par des Russes[54].

De nouvelles manifestations ont lieu les et , à Minsk et dans une cinquantaine d'autres villes[55]. La marche du à Minsk a mobilisé 100 000 personnes selon des médias liés à l'opposition[56],[40]. Ensuite, des assauts du régime sont lancés contre les usines en grève[57]. Le lendemain, les opposants Sergueï Dilevski et Olga Kovalkova, tous deux membres du Conseil de coordination, sont arrêtés à l'entrée de l'usine de tracteurs de Minsk pour avoir organisé une grève illégale[58].

Le mouvement de protestation connaît un certain essoufflement à partir de la deuxième semaine en raison de la répression et des divisions de l'opposition. La candidate à la présidentielle Svetlana Tikhanovskaïa « est devenue une véritable égérie médiatique. Cette position commence à créer des tensions et à diviser le mouvement quand elle se présente comme une possible présidente de transition », souligne un autre responsable de l'opposition[59].

Septembre 2020[modifier | modifier le code]

Depuis la rentrée scolaire du 1er septembre, les étudiants se mettent en grève pour dénoncer le pouvoir en place. Cette grève perdure pendant plusieurs mois dans certains établissements du pays. Plusieurs dizaines d'étudiants sont arrêtés[60].

Minsk, .

Le , une nouvelle manifestation rassemble de plus de 100 000 personnes, ce qui en fait la plus grande manifestation depuis le début du mouvement[60]. Par ailleurs, la police procède à 633 arrestations, dont 363 qui sont restés en détention le lendemain, un record depuis le début du mouvement[61].

Le lendemain, Maria Kolesnikova, opposante biélorusse célèbre dans le pays et membre du conseil de coordination, est enlevée par des individus masqués. Elle est conduite à la frontière ukrainienne. Maria déchire volontairement son passeport pour les empêcher de l'amener de l'autre côté de la frontière. Son avocate remarque une tension élevée, des contusions sur le corps et des bras douloureux, du fait qu'elle se soit débattue pendant l'enlèvement, et demande un examen médico-judiciaire. Elle déclare avoir été « brutalisée psychologiquement » et « menacée de mort ». Son avocate, par la suite, a déposé plainte le contre les membres du KGB et de la Direction de la lutte contre le crime organisé. D'autres opposants, Ivan Kravtsov et Anton Rodnenkov, auraient été enlevés le même jour et auraient également été contraints de sortir du pays par la frontière ukrainienne[62]. C'est la sixième personne (sur sept) du conseil de coordination à avoir été neutralisée par le pouvoir[63].

Le , la police procède à des dizaines d'arrestations lors d'une marche de femmes ayant rassemblé environ 10 000 personnes[64],[65].

Minsk, .

Le , des dizaines de milliers de personnes se rassemblent. La police procède à 400 arrestations[66].

Le , la Biélorussie se dit contraint de fermer les frontières polono-biélorusse et lituano-biélorusse et renforce la sécurité à la frontière ukraino-biélorusse. Le porte-parole du gouvernement polonais déclare que la Pologne n'avait reçu aucune confirmation de cette décision. Le vice-ministre polonais des Affaires étrangères considère cela comme « un nouvel élément d’une campagne de propagande, un jeu psychologique qui vise à créer un sentiment de menace extérieure »[67].

Le , la police procède à des centaines d'arrestations lors d'une manifestation de femmes ayant rassemblé environ 2 000 personnes[68]. Le , la marche dominicale rassemble des dizaines de milliers de personnes. La police procède à plus de 160 arrestations, dont Nina Baguinskaïa, l'une des militantes les plus connues du mouvement[69].

Le , Loukachenko prête serment pour un sixième mandat lors d'une cérémonie tenue secrète[70].

Le , plus de 95 personnes sont arrêtés, en majorité des femmes, par des policiers anti-émeutes cagoulés et déployés dans les rues de Minsk, mais aussi à Brest. Des journalistes, qui couvraient les rassemblements, et des musiciens, qui interprétaient une chanson de l'URSS (devenue un hymne du mouvement) ont également été arrêtés.[71]

Le , la police a arrêté quelques 200 personnes lors d'une manifestation ayant rassemblé environ 100 000 personnes. La police a utilisé du gaz lacrymogène (à Gomel) ainsi que des grenades assourdissantes (à Moguilev). Le Palais de la République, mais aussi plusieurs places et centre commerciaux ainsi que des stations de métro ont été bouclées par des barrières et par la police anti-émeute[72].

Le , alors qu’elle s’apprêtait à prendre l’avion pour Athènes afin de préparer son retour à la compétition, la basketteuse internationale biélorusse Alena Lewtchanka fut arrêtée à l’aéroport international de Minsk[73] avant de subir 15 jours de détention pour sa participation aux manifestations[74],[75].

Octobre 2020[modifier | modifier le code]

Le , une nouvelle manifestation, dédiée aux prisonniers politiques, rassemble plus de 100 000 personnes. Les manifestants ont alors défilé jusqu'à la prison d'Okrestina, où sont détenus certains manifestants arrêtés, dont 77 prisonniers politiques. Lors de cette manifestation, le fonctionnement des transports en commun était fortement réduit, et des canons à eau ont été utilisés contre les manifestants[76]. Les protestataires s'opposent alors de plus en plus au Kremlin, qui protège Alexandre Loukachenko. « Sans Poutine, la révolution aurait abouti beaucoup plus vite. Evidemment qu’il y a une ingérence. Poutine a trop peur que le mouvement se répande dans son pays. », estiment des manifestants[77].

Le , au moins 10 000 personnes manifestent au début d'une marche qui est réprimée par les autorités : 39 personnes ont été détenues, notamment des journalistes et des représentants de médias russes[78].

Minsk, .

Le , l'opposante démocratique Svetlana Tikhanovskaïa lance un ultimatum aux forces de l'ordre et au gouvernement. Elle donne 13 jours pour arrêter les violences policières, libérer les prisonniers politiciens et faire démissionner Loukachenko. Sinon, à partir du 25 octobre, tout le pays manifestera pacifiquement et le , une grève nationale sera lancée et les routes seront bloquées[79],[80].

Le , des dizaines de milliers de personnes manifestent. Plus de 200 personnes sont arrêtées. La police a menacé de tirer à balles réelles sur les manifestants, même si toutefois elle ne l'a pas fait. Les manifestants estiment que « s'ils commencent à tirer, alors il y aura encore plus de gens dans les rues », et que « le niveau des violences perpétrées par les autorités est sans précédent ». La police avait déjà tiré à balles réelles début août à Brest, lors des premiers jours de manifestation. Un manifestant avait alors été tué des suites de ses blessures[81].

Minsk, 25 octobre 2020.

Le , plus de 100 000 personnes manifestent pour l'ultimatum lancé par Svetlana Tikhanovskaïa. Étant donné que les conditions données n'ont pas été remplies à temps, Tikhanovskaïa appelle à la grève générale à partir du 26 octobre. La police procède à près de 160 arrestations le au soir[82].

Lors de la grève générale, la police procède à 581 arrestations. Des vidéos montrant des manifestants se faire arrêter, avec violence, dans leur appartement circulent. Les policiers les menacent d'utiliser du gaz si ils ne coopèrent pas. Des grenades assourdissantes, des balles en caoutchouc et du gaz lacrymogène ont été utilisés contre les manifestants, scandant alors « Grève ! Grève ! Grève ! ». Malgré la mobilisation limitée de cette grève, la cheffe de l'opposition se dit satisfaite[83],[84].

Le , Vladimir Astapenka, l'ambassadeur biélorusse en Argentine annonce qu'il fait défection en faveur de l'opposition.

Novembre 2020[modifier | modifier le code]

l'OMON arrêtant et battant des protestants. Minsk, .

Le 1er novembre, lors du treizième dimanche, qui a rassemblé entre 20 000 et 30 000 manifestants pour la « marche de la terreur », la police procède à 200 interpellations. La police a attaqué les manifestants dans le but de disperser les manifestants[85],[86].

Le , lors de la manifestation hebdomadaire, Svetlana Tikhanovskaïa déclare vouloir rencontrer Biden en soulignant que Biden avait « plusieurs fois pris des positions fermes en soutien au peuple biélorusse ». Loukachenko, quant à lui, qualifie l'élection présidentielle américaine de « parodie de démocratie ». La cheffe de l'opposition déclare également le même jour qu'elle ne compte pas arrêter les manifestations tant que sa victoire n'aura pas été prononcée[87].

Un militant de l'opposition meurt à l'hôpital des suite de blessures graves de passage à tabac de la police, le 13 novembre. Quelques heures après l'annonce, les manifestants sont sortis dehors pour exprimer leurs émotions, en scandant « Les héros ne meurent pas »[88]. La manifestation du 20 novembre est annulée pour ses funérailles, qui se déroulent le même jour, et rassemblant plus de 5 000 personnes[89]. Svetlana Tikhanovskaïa déclare : « Mon cœur est brisé. Je veux adresser à la mère de Raman Bandarenka, qui a été tué par les bandits de Loukachenko : votre fils est devenu une victime innocente d'un système terrible. Mais pour nous, il sera à jamais le héros. Nous continuerons de lutter pour votre fils et la liberté en Biélorussie. ».

Les opposants changent de stratégie de manifestation et manifestent désormais en petits groupes de quelques milliers de personnes, qu'ils appellent la "Marche des voisins", répartis dans toute la ville, afin de désorienter les forces de l'ordre biélorusses[90]. Les opposants appliquent cette stratégie dès le , où la police procède à plus de 250 arrestations.

Décembre 2020[modifier | modifier le code]

L'opposition continue d'appliquer la stratégie des petits rassemblements le , formant de longues colonnes dans les quartiers de Minsk ou dans les quartiers d'autres villes. Une opposante avocate témoigne à l'AFP : « Je ne comprends pas comment il serait possible d’arrêter (de manifester) alors que les gens ont souffert et continuent de souffrir. Nous ne pouvons pas fermer les yeux ». En tout, la police procède à plus de 300 arrestations lors de cette journée du à Minsk. Svetlana Tikhanovskaïa déclare sur le média Nexta (via la chaîne Telegram) : « Chaque marche est un rappel que les Biélorusses ne se rendront pas. Nous ne permettrons pas qu’on nous prive de nos droits et qu’on ferme les yeux sur les crimes »[91],[92]. Lors de ce rassemblement, des canons à eau ont été aperçus dans les rues de Minsk ainsi que des hommes casqués prenant, par violence, des civils.

Lors de chaque journée de rassemblement (tous les dimanches), le gouvernement perturbe, voire même bloque l'accès à Internet dans une grande partie du pays, et bloque l'accès aux places principales, aux stations de métro du centre de Minsk et aux bâtiments gouvernementaux[91].

Le , la Biélorussie interdit les sorties du pays par voie terrestre, officiellement pour lutter contre la pandémie de Covid-19, mais l'opposition dénonce cette mesure comme un « rideau de fer » servant à « cacher les crimes » : seulement les sorties ont été interdites et non pas les entrées[93].

Malgré les basses températures dans le pays, les manifestations continuent le , en formant plus de 120 marches dans les différents quartiers de Minsk. La police procède à plus de 130 arrestations[94].

Svetlana Tikhanovskaïa reçoit le Prix Sakharov le mercredi lors d'une cérémonie au Parlement européen. Elle a déclaré, en recevant le prix, « Nous sommes destinés à gagner et nous allons gagner »[95],[96].

Le , lors de la 134e journée de protestation, des milliers de personnes sont descendues dans les rues, toujours en petits groupes dans les quartiers des villes biélorusses. Plus de 30 personnes sont arrêtées par les forces de l'ordre. Svetlana Tikhanovskaïa déclare que « le monde entier voit le mouvement de protestation en Biélorussie, et [...] tout le monde nous soutient. Chaque nouvelle marche empêche le régime de mentir (en disant que) que les protestations sont finies »[97].

Une marche des ballons est organisée le . De nombreux ballons blancs et rouges sont lancés à travers Minsk. Les manifestants scandaient « Vive la Biélorussie ! ». Plusieurs manifestants sont arrêtés[98],[99].

Le , Svetlana Tikhanovskaïa déclare que les manifestations ne sont pas terminées, qu'elles avaient pris de nouvelles formes : rassemblements de quartiers (appelés « Marche des voisins »), des flash mobs, des spectacles... Elle estime que les manifestations centralisées reprendront au printemps prochain[100].

Janvier 2021[modifier | modifier le code]

Le , des manifestants se rassemblent à travers Minsk, malgré le fait que l'opposition n'a pas lancé d'appel à manifester. Aucune arrestation n'est signalée mais le groupe de défense des droits humains Viasna indique qu'au moins 10 personnes sont placées en détention lors de la manifestation[100].

Alexandre Loukachenko annonce, le , un projet de réforme visant l'adoption d'une nouvelle constitution. Un référendum devra être organisé pour déterminer s'il doit y avoir une nouvelle constitution, mais la date ne sera annoncée que lors d'une réunion de l'Assemblée nationale les et . « Je pense que le projet de nouvelle constitution sera prêt d'ici la fin de l'année. Et ensuite, les gens détermineront lors d'un référendum s'il doit y avoir une nouvelle constitution ou non » déclare-t-il. Le président biélorusse avait déclaré en novembre dernier qu'il démissionnerait de son poste une fois la nouvelle constitution adoptée[101]. Svetlana Tikhanovskaïa rejette le projet de réforme : « Une seule nouvelle constitution peut être adoptée en Biélorussie : la constitution du peuple. Les gens vont en discuter et l'écrire. Et l’homme qui est tombé dans la terreur contre les Biélorusses n’a rien à voir avec la loi principale du pays ». Le bureau de Tikhanovskaïa présentera sous peu un projet de constitution qui sera ouvert à la discussion[102].

Le même jour, la marche hebdomadaire a lieu dans les quartiers de Minsk, mais aussi à Brest, Hrodna, Mahiliow[103]. Le ministère de l'Intérieur indique que 40 personnes ont été arrêtées les et pour « participation à des actions non autorisées »[104].

Le 14 janvier, Svetlana Tikhanosvkaïa appelle à manifester pour la « Journée de la solidarité » le . La cheffe de l'opposition appelle les manifestants à marcher dans les rues de leur ville, à partager des images et articles sur les réseaux sociaux (cybermilitantisme), à écrire des lettres aux prisonniers politiques et à donner de l'argent aux associations soutenant le mouvement. Elle annonce également qu'une conférence de solidarité, suivie notamment par Pavel Latouchka, se tiendra le pour la diaspora biélorusse[105].

Le , plus de 30 marches sont organisées à travers le pays avec notamment des flash mobs à Minsk. Des arrestations sont signalées, mais le nombre n'a pas été communiqué[106].

Le , lors de la marche en solidarité avec les prisonniers politiques du pays, 126 personnes sont arrêtées, dont plusieurs journalistes et bénévoles d'associations. Les manifestants soutiennent également les prisonniers politiques, notamment en leur envoyant des lettres[107].

Février 2021[modifier | modifier le code]

Lors de l'ouverture d'un nouveau procès contre deux journalistes arrêtées, le , l'Union Européenne réagit en qualifiant les intimidations et les arrestations de journalistes d'inacceptable[108]. L'Union Européenne a également prolongé les sanctions contre Loukachenko le [109]

Le , lors d'une interview à Genève, en Suisse, Tsikhanovskaïa affirme[110] :

« Je dois bien l'admettre, nous avons perdu la rue, nous n'avons pas de moyen de combattre la violence du régime contre les manifestants - ils ont les armes, ils ont la force, donc oui, pour le moment il semble que nous ayons perdu. Le retour à la démocratie va prendre plus de temps que prévu. »

Pour la cheffe de l'opposition, les manifestations, devenant alors de moins en moins importantes, doivent reprendre la forme d'occupations de rues et de places publique dès le printemps[110].

Le , Antonio Sottile, le consul honoraire de Biélorussie en Italie annonce qu'il démissionne pour protester contre la répression à l'encontre du peuple biélorusse.

Mars 2021[modifier | modifier le code]

Le , le diffuseur biélorusse BTRC publie la chanson officielle du pays au Concours Eurovision de la chanson 2021, mais les paroles de cette chanson promouvaient le régime biélorusse, enfreignant les règles du concours. La chanson a alors éveillé de nombreuses critiques négatives de la part de la communauté démocratique[111].

Mai 2021[modifier | modifier le code]

Le , Roman Protassevitch est arrêté après le détournement du vol Ryanair 4978 vers l'aéroport international de Minsk.

Au lendemain de l'arrestation de Roman Protassevitch, les 27 membres de l'Union Européenne interdisent l’espace aérien de la Biélorussie ainsi que la possibilité à la compagnie Belavia d'aterrir dans les aéroports. Le , Emmanuel Macron se déclare favorable à ce que l'opposition biélorusse soit invitée au G7, prévu du 11 au 13 juin au Royaume-Uni et l’Union européenne de cyclisme à décidé d'annuler jeudi ses championnats d’Europe sur piste prévus du 23 au 27 juin à Minsk.

Le , l'OTAN décide de restreindre l'accès de son siège aux diplomates biélorusses à son quartier quartier général afin de protester contre « une violation des règles internationales et une attaque contre la liberté d'expression ».

Morts[modifier | modifier le code]

La première victime des manifestations est Alexandre Taraïkovski, 34 ans, mort le à 23 h près de la station de métro Pouchkinskaïa. Selon le ministère de l'Intérieur, le manifestant a tenté de lancer un engin explosif sur les soldats du gouvernement et celui-ci a explosé dans ses bras. Cependant, une vidéo publiée le le montre les mains vides et se faire tirer dessus par les policiers[27].

Le à Homiel, Alexandre Vikhor, 25 ans, probablement atteint d'une maladie cardiaque, meurt après avoir été retenu pendant plusieurs heures dans une camionnette des forces de sécurité, alors que les températures sont élevées[112],[113].

Le , Guennadi Choutov, 43 ans, touché d'une balle dans la tête lors des manifestations du , décède à l'hôpital militaire de Minsk, des suites de ses blessures[114].

Le , Raman Bandarenka, 31 ans, est arrêté et battu à mort pour avoir essayé de protéger des rubans rouges et blancs (couleurs de l'ancien drapeau Biélorusse, utilisé comme symbole démocratique)[115].

Le gouvernement a présenté ses excuses concernant les dérives de la police. Une commission d’enquête a été constituée, mais celle-ci, au fonctionnement opaque, donne peu de résultats[116].

Revendications des manifestants[modifier | modifier le code]

Les manifestants s'opposent au régime en place mais ne semblent pas remettre en cause les liens de leur pays avec la Russie[32]. Cette dernière bénéficie d'une image positive auprès de la population biélorusse. Les médias russes ont pour leur part généralement adopté un point de vue favorable aux manifestations contre le gouvernement biélorusse[117].

Les femmes sont très présentes dans les manifestations. Elles revendiquent la libération de leurs fils et de leurs maris en étant vêtues de blanc avec des fleurs à la main[118]. Le mouvement se caractérise par sa diversité générationnelle, géographique (citadin et rural) et sociale (des ouvriers et des membres de l'élite y participent)[119]. L’opposition la plus militante est jeune et urbaine, souvent liée au secteur des nouvelles technologies[116].

La contestation est surtout imposante à Minsk, la capitale du pays, où vivent deux millions de personnes. À l’échelle du pays cependant, d'après l'historien Bruno Drewski, « Loukachenko reste celui qui a la majorité, pas forcément par enthousiasme mais par souci de défendre les acquis sociaux et la propriété publique[116]. »

Réactions internationales[modifier | modifier le code]

Réactions internationales à la suite de la réélection d'Alexandre Loukachenko
  • Biélorussie
  • Pays ayant félicité Loukachenko
  • Pays ayant exprimé des réserves ou des critiques concernant l'élection
  • De nombreux pays ne reconnaissent pas la réélection d'Alexandre Loukachenko et soutiennent les manifestants. Certains pays ont également pris des mesures contre la Biélorussie.

    Réactions au sein de l'Union européenne[modifier | modifier le code]

    Dès le , Josep Borrell, le Haut représentant de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité déclare que « les élections n'ont été ni libres ni régulières » et que « les autorités étatiques ont fait usage d'une violence disproportionnée et inacceptable »[120]. Charles Michel organise le une vidéoconférence des membres du Conseil européen, à l'issue de laquelle il déclare « qu'étant donné que l'élection en Biélorussie n'a été ni libre ni régulière et qu'elle n'a pas respecté les normes internationales, l'UE ne reconnaît pas les résultats communiqués par les autorités biélorusses » et que « toutes les personnes détenues illégalement doivent être libérées immédiatement »[121],[122].

    Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne, annonce avoir mobilisé deux millions d'euros pour le soutien aux « victimes de la répression et de la violence étatique » et un million d'euros pour financer « les médias indépendants de la société civile »[123],[124].

    Le président français Emmanuel Macron apporte son soutien aux manifestants dans un tweet : « L'Union européenne doit continuer de se mobiliser aux côtés des centaines de milliers de Biélorusses qui manifestent pacifiquement pour le respect de leurs droits, de leur liberté et de leur souveraineté »[125]. Le , il se rend en Lituanie pour rencontrer Svetlana Tikhanovskaïa, où il déclare : « Ce qui se passe en Biélorussie, c’est une crise de pouvoir, un pouvoir autoritaire qui n’arrive pas à accepter la logique de la démocratie et qui s’accroche par la force. Il est clair que Loukachenko doit partir. Il se trouve que j’ai parlé à Vladimir Poutine [...] Je lui ai dit que la Russie a un rôle à jouer, et ce rôle peut être positif s’il pousse Loukachenko à respecter la vérité des urnes et à libérer les prisonniers politiques. C’était il y a quinze jours, nous n’y sommes pas. »[126]

    Les gouvernements de Lituanie, d'Estonie et de Lettonie déclarent le persona non grata le président bélarusse et une trentaine de hauts fonctionnaires[127].

    Au lendemain de la prestation de serment de Loukachenko, Josep Borrell publie un nouveau communiqué dans lequel il réaffirme que l'UE ne reconnaît pas les résultats falsifiés de l'élection présidentielle et ajoute : « c'est pourquoi la soi-disant « prestation de serment » du 23 septembre 2020 et le nouveau mandat dont se réclame Alexandre Loukachenko n'ont aucune légitimité démocratique »[128].

    Réunis en Conseil européen extraordinaire les et , les dirigeants européens décident de sanctions à l'encontre d'une quarantaine de dirigeants biélorusses, identifiés comme responsables de la violente répression des manifestations ou de la falsification de l’élection présidentielle du [129],[130].

    Les Ministres des Affaires étrangères de la France, de l'Allemagne et de la Pologne, réunis à Paris le , dans le cadre de la coopération du Triangle de Weimar, réaffirment la vocation de l'UE « à agir et à promouvoir la paix, la sécurité, la démocratie et les droits de l'Homme, ainsi qu'à protéger les valeurs qui la fondent ». Ils condamnent la répression policière et politique exercée par les autorités biélorusses et les « arrestations arbitraires » et ils apportent leur soutien à la médiation de l'OSCE[131].

    Autres réactions[modifier | modifier le code]

    Dans un tweet, le candidat démocrate à la présidence des États-Unis Joe Biden déclare : « Les courageux citoyens du Bélarus montrent que leurs voix ne seront pas réduites au silence par la terreur ou la torture. Les États-Unis devraient soutenir l'appel de Svetlana Tikhanovskaïa à des élections justes. Il faut dire à la Russie de ne pas intervenir - il ne s'agit pas de géopolitique mais du droit de choisir ses dirigeants ».

    Le , les États-Unis annoncent des sanctions économiques contre huit hauts responsables biélorusses, dont le ministre de l’intérieur, pour leur rôle dans la répression du mouvement de contestation dans l’ex-république soviétique[129].

    Le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme déclare avoir reçu des informations faisant état de plus de 450 cas documentés de torture et de mauvais traitements depuis le jour de l'élection présidentielle. Au moins six personnes sont toujours portées disparues[132].

    En Russie, le leader du parti d'extrême droite LDPR, Vladimir Jirinovski, s'est félicité de « l’agonie du régime de Loukachenko ». Parmi les proches du Kremlin, le sénateur Oleg Melnitchenko, coordinateur de la mission d'observation envoyée à Minsk par les pays de la CEI, a reconnu la réélection du président biélorusse. Au contraire, l'influent député Konstantin Zatouline a sévèrement dénoncé le gouvernement de Loukachenko[133]. Des oligarques russes participent au financement de l’opposition avec l'idée de favoriser de futures privatisations dans l'industrie biélorusse[116].

    Le , la Suisse a gelé les avoirs de Loukachenko en raison de la répression massive des manifestations. Le gouvernement suisse se dit préoccupé par la situation et demande un dialogue entre le pouvoir et les civils ainsi qu'une libération des détenus arrêtés arbitrairement, et une enquête sur les soupçons de torture infligés par les forces de l'ordre biélorusses. Le conseil fédéral suisse a annoncé qu'« Alexandre Loukachenko et son fils Viktor font partie d’un groupe de 15 personnes visées par une interdiction d’entrée ou de transit sur le territoire suisse »[134].

    Remarque[modifier | modifier le code]

    Il existe aujourd'hui un débat quant au réel nom à attribuer au pays depuis les manifestations. Si en France, le nom Biélorussie est utilisé, certains soutiens français des manifestations anti-Loukachenko demandent à ce que le nom de Bélarus soit instauré. En effet, le terme Biélorussie est un calque du russe signifiant « Russie blanche » renvoyant à la vision impérialiste russe des trois Russies (la grande Russie dominant la petite Russie — l'Ukraine — et la Russie blanche). L'utilisation de Bélarus permettrait donc de revendiquer, dans la langue française, le mouvement d'émancipation du pays bien qu'il s'agisse exactement du même fond étymologique. D'ailleurs de nombreuses langues à commencer par le Russe ou le Biélorusse utilisent le terme de Bélarus. [135]

    Références[modifier | modifier le code]

    1. (en) « The Belarusian Diaspora Awakens », sur gmfus.org, (consulté le )
    2. https://www.lemonde.fr/international/article/2020/08/23/bielorussie-des-dizaines-de-milliers-de-manifestants-hostiles-a-alexandre-loukachenko-defilent-a-minsk_6049702_3210.html
    3. « Belarus: Could slippers topple a president who has been in power for 26 years? », Sky News
    4. a b et c « 'Slipper Revolution' Shakes Belarus », Voice of America
    5. Shkliarov, « Belarus Is Having an Anti-'Cockroach' Revolution », Foreign Policy,
    6. Uladz Hrydzin, « Belarusians Protest Against Lukashenka's Run For Sixth Term As President », Radio Free Europe/Radio Liberty,
    7. Modèle {{Lien web}} : paramètre « accès url » utilisé avec la valeur subscription inconnue. (en) James Shotter, « Violent crackdown fails to silence Belarus protesters » [archive du ], Financial Times, (consulté le )
    8. a et b Ivan Nechepurenko, Europe's 'Last Dictator,' Facing Re-Election, Is Increasingly in Peril, New York Times (August 7, 2020).
    9. Vladimir Dorokhov & Roman Goncharenko, Belarus elections: Lukashenko's authoritarian grip faces test, Deutsche Welle (August 6, 2020).
    10. a et b « Belarus' Lukashenko outlaws protests, arrests opponents », Deutsche Welle
    11. Manifestations en Biélorussie : «Loukachenko va finir par tomber» via leparisien, 17 aout 2020
    12. a et b Tony Wesolowsky, Five Factors That Ensure Lukashenka Wins Every Election In Belarus, Radio Free Europe/Radio Liberty (August 6, 2020).
    13. « Biélorussie. La « révolution blanche » n’est jamais sûre », sur L'Humanité,
    14. (en) AFP, « Belarus Leader's Election Rival Detained as Crackdown Intensifies », The Moscow Times, (consulté le )
    15. Ilyushina, « Belarus strongman faces mass protests after jailing of his main rivals », CNN,
    16. « Belarus opposition protests end in arrests », BBC News,
    17. « Belarus arrests journalists and protesters as president says he has foiled 'foreign plot' », sur The Telegraph,
    18. « How poor handling of Covid-19 has caused uproar in Belarus »
    19. James Shotter & Max Seddon, « Belarus’s middle class begins to turn on Lukashenko »,
    20. « Jak nie opozycja, to może koronawirus i tonąca gospodarka pokona wreszcie Łukaszenkę », onet.pl,
    21. Nataliya Vasilyeva, « Authorities in Belarus to charge anti-government protesters with rioting for clashing with police », The Telegraph,‎ (lire en ligne, consulté le )
    22. « Thousands protest in Belarus calling for a fair election », Euronews,‎ (lire en ligne)
    23. « Belarus election: Protesters clash with police after disputed presidential vote », Euronews,‎ (lire en ligne)
    24. a et b « Belarus election: Clashes after poll predicts Lukashenko re-election », BBC News,
    25. (be) « Менск: да «Рыгі» дабраліся сілавікі, пачалася зачыстка, чуваць шумавыя гранаты, будуюцца барыкады », Радыё Свабода
    26. « Présidentielle en Biélorussie : la candidate de l’opposition, Svetlana Tikhanovskaïa, s’est réfugiée en Lituanie », sur lemonde.fr, (consulté le ).
    27. a et b « Опубликовано видео, как в Минске погиб Александр Тарайковский. У него ничего не было в руках — МВД утверждало, что он бросал бомбу », sur www.meduza.io (consulté le )
    28. (ru) « Протестующие переместились на окраины Минска, спецназ их снова жестко разогнал », sur Meduza,‎ (consulté le ).
    29. (ru) « Как прошли четвертые сутки протеста в Беларуси », sur Meduza,‎ (consulté le ).
    30. « « Cela pourrait être la fin » : la Biélorussie se met en grève pour faire tomber Loukachenko », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le ).
    31. Le Figaro avec AFP, « Biélorussie : les protestataires libérés affirment avoir été torturés », sur Le Figaro.fr, (consulté le )
    32. a et b La-Croix.com, « Biélorussie : Vladimir Poutine pris dans l’engrenage de la contestation », sur La Croix, lacroix.journal, (consulté le ).
    33. « Biélorussie : l'Union européenne donne son feu vert à de nouvelles sanctions en raison de la violente répression », sur Franceinfo, (consulté le ).
    34. « Les manifestations se poursuivent en Biélorussie, Loukachenko rejette la médiation étrangère », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le ).
    35. « Au tour des ouvriers biélorusses d'exiger la fin de la répression dans la rue », sur Le HuffPost, (consulté le ).
    36. « Biélorussie : immense marche de l’opposition à Minsk contre Loukachenko, qui refuse de céder », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le ).
    37. « En Biélorussie, une foule immense défie le pouvoir encore soutenu par Moscou », sur Les Échos, (consulté le ).
    38. « En Biélorussie, une foule immense défie le pouvoir encore soutenu par Moscou », sur Les Échos, (consulté le ).
    39. « Biélorussie : manifestation géante pour réclamer le départ de Loukachenko », sur leparisien.fr, (consulté le ).
    40. a et b « « Ça ne sera plus jamais comme avant » : en Biélorussie, des dizaines de milliers de personnes défilent contre Loukachenko », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
    41. (ru) « Лукашенко в меньшинстве », sur proekt.media,‎ (consulté le ).
    42. (en) « Protestors pack Belarus capital, Russia offers Lukashenko military help », sur France 24, (consulté le )
    43. « Biélorussie : "La Russie s'agace depuis longtemps du jeu de balancier de Loukachenko" », sur LCI (consulté le ).
    44. (en) « Tens of thousands gather in Minsk for biggest protest in Belarus history », sur The Guardian, (consulté le ).
    45. « Deux manifestations anti et pro-pouvoir ce dimanche en Biélorussie », sur www.20minutes.fr (consulté le )
    46. (ru) « На «Беларуськалии», БелАЗе и еще нескольких крупных белорусских заводах начались забастовки », sur Meduza,‎ (consulté le ).
    47. (ru) « Рабочие завода в Минске встретили Лукашенко криком «Уходи» », sur Meduza,‎ (consulté le ).
    48. « Alexandre Loukachenko ouvre la porte à de nouvelles élections », sur rts.ch, (consulté le ).
    49. « Biélorussie: l'OSCE propose une médiation à Loukachenko », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
    50. « Au Bélarus, même la chaîne d'État se met en grève et filme son plateau vide », sur Le HuffPost, (consulté le ).
    51. « Nouvelle manifestation de l’opposition, la pression monte sur Loukachenko ».
    52. « Biélorussie: l'opposition devant un centre de détention pour le 10e jour de protestation », sur Le Figaro.fr, lefigaro, (ISSN 0182-5852, consulté le ).
    53. « Biélorussie : derrière le maintien d’Alexandre Loukachenko, la loyauté de ses forces de sécurité », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le ).
    54. « Loukachenko fait appel à des journalistes russes pour couvrir la situation en Biélorussie », sur RFI, RFI, (consulté le ).
    55. « Biélorussie : des dizaines de milliers de personnes manifestent de nouveau à Minsk », sur FranceInfo, FranceInfo, (consulté le ).
    56. « Bélarus: mobilisations en masse contre Loukachenko qui reste inflexible et méprisant », sur Le Point, lepoint.fr, (consulté le ).
    57. « Biélorussie : Loukachenko peut-il conserver le pouvoir ? », sur Europe 1 (consulté le ).
    58. « Bélarus : nouvelles arrestations d'opposants après une manifestation monstre », sur Le Point, lepoint.fr, (consulté le ).
    59. « Biélorussie. Le mouvement s’ancre mais se divise sur les alternatives politiques », sur L'Humanité,
    60. a et b « Biélorussie : quatrième dimanche de manifestations contre Alexandre Loukachenko », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le ).
    61. « Ces images aériennes montrent l’ampleur de la marée humaine contre Loukachenko en Biélorussie », sur L'Obs, (consulté le ).
    62. « Répression. L’opposante Maria Kolesnikova placée en détention provisoire à Minsk », sur Courrier international, (consulté le )
    63. Veronika Dorman, « Après l'arrestation de Maria Kolesnikova, l'opposition sous pression maximale », sur Libération.fr, (consulté le )
    64. Stéphane Siohan, correspondant à Kiev, « Au Bélarus, les femmes poursuivent la lutte », sur Le Telegramme, (consulté le ).
    65. « Biélorussie : des dizaines d'arrestations lors d'un rassemblement contre le pouvoir à Minsk », sur France 24, FRANCE24, (consulté le ).
    66. « Bélarus: des dizaines de milliers de manifestants à Minsk, 400 arrestations », sur Le Point, lepoint.fr, (consulté le ).
    67. « Minsk se dit « contraint » de fermer ses frontières avec la Pologne et la Lituanie », sur ouest-france.fr, (consulté le )
    68. « Biélorussie: des centaines d'arrestations lors d'une manifestation de femmes », sur RTBF Info, (consulté le ).
    69. « Bélarus : des dizaines de milliers de manifestants malgré la répression policière », sur Le Point, lepoint.fr, (consulté le ).
    70. En Biélorussie, le président Loukachenko prête serment en secret pour un 6e mandat malgré les contestations, Le Monde, 23 septembre 2020.
    71. « Biélorussie : une centaine d'arrestations lors de manifestations anti-Loukachenko », sur France 24, (consulté le )
    72. « Bélarus: centaines d'arrestations lors d'une nouvelle marche de l'opposition », sur Le Point, lepoint.fr, (consulté le ).
    73. (en) « ‘Humiliation is their hallmark’ – Basketball star Yelena Leuchanka recalls 15 days spent in an infamous Belarusian jail », sur Meduza (consulté le )
    74. (en) « Belarusian basketball champion arrested », sur PledgeTimes (consulté le )
    75. Sacha Rutard, « Le témoignage de Yelena Leuchanka, la joueuse emprisonnée pour avoir manifesté contre le président biélorusse », sur basketeurope.com, (consulté le )
    76. https://www.facebook.com/FRANCE24, « Biélorussie : une nouvelle manifestation anti-Loukachenko réprimée par la police », sur France 24, FRANCE24, (consulté le ).
    77. « En Biélorussie, des manifestants de plus en plus anti-Poutine », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le ).
    78. « Nombreuses arrestations au Bélarus au début d'une nouvelle manifestation », sur Le Point, lepoint.fr, (consulté le ).
    79. « Biélorussie : l'opposante Tikhanovskaïa lance un ultimatum au président Loukachenko », sur RTBF Info, (consulté le )
    80. Le Point magazine, « Bélarus: des dizaines de milliers de manifestants à Minsk, plus de 200 arrestations », sur Le Point, (consulté le )
    81. « Bélarus : des dizaines de milliers de manifestants à Minsk, plus de 200 arrestations », sur Le Point, lepoint.fr, (consulté le ).
    82. « L’opposante Svetlana Tsikhanovskaïa appelle à la grève générale en Biélorussie », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
    83. (en) « Opposition Announces National Strike in Belarus | Voice of America - English », sur www.voanews.com (consulté le )
    84. La Libre.be, « Grève générale en Biélorussie : Tikhanovskaïa "satisfaite" malgré une mobilisation limitée », sur LaLibre.be, (consulté le )
    85. « En Biélorussie, une manifestation dispersée près d’un lieu symbolique pour l’opposition », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
    86. Ania Nowak, « En Biélorussie, Loukachenko durcit encore le ton », sur Libération.fr, (consulté le )
    87. « Comme chaque semaine depuis trois mois en Biélorussie, des milliers de manifestants d’opposition et des centaines d’arrestations », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
    88. « « De combien de sang Loukachenko et ses sbires ont-ils besoin ? » : la mort d’un homme battu par la police secoue la Biélorussie », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
    89. « Des milliers de Biélorusses aux funérailles d’un opposant mort au lendemain de son arrestation », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
    90. « Nouvelle manifestation de l’opposition biélorusse, qui change de tactique », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
    91. a et b Ouest-France et AFP, « Biélorussie. L’opposition poursuit ses manifestations décentralisées », sur ouest-france.fr, (consulté le )
    92. (en) Reuters Staff, « Thousands of anti-Lukashenko protesters march in Belarus, hundreds detained », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le )
    93. « Covid-19 : le Bélarus interdit les sorties du pays par voie terrestre », sur LEFIGARO (consulté le )
    94. (en) Reuters Staff, « About 70 anti-Lukashenko protesters detained in Belarus - rights group », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le )
    95. « Prix Sakharov : "Nous allons gagner", assure l'opposante biélorusse Svetlana Tikhanovskaïa », sur France 24, (consulté le )
    96. « Qui est la militante Svetlana Tikhanovskaïa qui a reçu le prix Sakharov ? - Elle », sur elle.fr, (consulté le )
    97. « Biélorussie : des milliers de personnes protestent contre le président Loukachenko », sur SudOuest.fr (consulté le )
    98. (en) « Balloon Launches Mark Opposition To Belarus's Lukashenka », sur RadioFreeEurope/RadioLiberty (consulté le )
    99. (en) « March of Balloons: 21st protest Sunday in Belarus », sur belsat.eu (consulté le )
    100. a et b « Protests in Belarus capital city continue into the new year », sur TASS (consulté le )
    101. « La Biélorussie élaborera une réforme constitutionnelle d'ici fin 2021 », sur Challenges (consulté le )
    102. (en) « As Belarus Protests Enter Sixth Month, Lukashenka Repeats Vague Promise Of Change », sur RadioFreeEurope/RadioLiberty (consulté le )
    103. (en) « Belarusians do not stop. What's happening in the country on January 10. Online », sur belsat.eu (consulté le )
    104. (be) « Адміністрацыйны пераслед: судовая хроніка за 11 студзеня », sur spring96.org (consulté le )
    105. (en) « Svyatlana Tsikhanouskaya announces Day of Solidarity with Belarus », sur belsat.eu (consulté le )
    106. (en) « Belarus Protesters March In Residential Areas To Demand Lukashenka's Resignation », sur RadioFreeEurope/RadioLiberty (consulté le )
    107. (en) « Neighborhood marches and solidarity actions are held in Belarus », sur belsat.eu (consulté le )
    108. « Bélarus: l'intimidation et les condamnations de journalistes «inacceptables» pour l'UE », sur LEFIGARO (consulté le )
    109. Agence France-Presse, « Bélarus: l’UE prolonge ses sanctions pour un an et prépare de nouvelles mesures », sur Mediapart (consulté le )
    110. a et b « Au Bélarus, il semble que "nous ayons perdu", déclare Tikhanovskaïa », sur LExpress.fr, (consulté le )
    111. « La Biélorussie menacée d'être disqualifiée de l'Eurovision 2021 », sur www.20minutes.fr (consulté le )
    112. « Belarus election: Second protester dies as UN sounds alarm », BBC News,‎ (lire en ligne)
    113. (ru) « «Мой сын не умер, он погиб ни за что». В Гомеле скончался 25-летний парень, которого задержали на улице » [archive du ], sur TUTBY.NEWS,‎ (consulté le )
    114. (ru) « В госпитале умер мужчина из Бреста, в которого силовики выстрелили на протестах. Ему было 43 года », sur TUT.BY,‎ (consulté le )
    115. Nelly Didelot, « Raman Bandarenka, nouvelle victime de la répression en Biélorussie », sur Libération.fr, (consulté le )
    116. a b c et d Angelique Schaller, « Bruno Drewski : « La privatisation de l’économie, enjeu du Bélarus » », sur www.lamarseillaise.fr,
    117. Oscar Bockel, « La Biélorussie se dirige-t-elle vers un nouveau Maïdan ? », sur Le Vent Se Lève,
    118. Biélorussie : les femmes participent activement à la contestation via francetvinfo, 18 août 2020
    119. « Manifestations en Biélorussie : «Loukachenko va finir par tomber» », sur leparisien.fr, (consulté le ).
    120. « Biélorussie : déclaration du haut représentant, au nom de l'Union européenne, sur l'élection présidentielle », sur Consilium, .
    121. Reuters, « Discussions des Vingt-Sept sur la Biélorussie mercredi, dit Charles Michel », sur Challenges, (consulté le ).
    122. « Vidéoconférence des membres du Conseil européen, 19 août 2020 », sur Consilium, .
    123. (en) « Press corner », sur European Commission - European Commission (consulté le )
    124. Thomas Lemahieu, « Biélorussie. L’UE menace Loukachenko de sanctions », sur L'Humanité, .
    125. « Biélorussie : les manifestants de retour, Macron appelle à « se mobiliser » à leurs côtés », sur leparisien.fr, (consulté le ).
    126. « Macron sur la Biélorussie : « Il est clair que Loukachenko doit partir » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
    127. « Le président bélarusse déclaré persona non grata par les pays Baltes », sur L'Orient-Le Jour, .
    128. « Biélorussie: déclaration du haut représentant, au nom de l'Union européenne, sur la soi-disant "prestation de serment" d'Alexandre Loukachenko », sur Consilium, .
    129. a et b « Après l’Union européenne, Washington sanctionne à son tour des responsables biélorusses », Le Monde,‎ (lire en ligne).
    130. Anne Rovan, « L’UE sanctionne Minsk et met en garde Ankara », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
    131. « Déclaration conjointe des ministres des Affaires étrangères du Triangle de Weimar (France, Allemagne et Pologne) », sur Ambassade de France à Moscou (consulté le ).
    132. « UN human rights experts: Belarus must stop torturing protesters and prevent enforced disappearances », sur ohcr.org, .
    133. Boris Iounanov, « Biélorussie : Moscou prend ses distances avec Loukachenko », sur Le Courrier de Russie, .
    134. Reuters Staff, « La Suisse gèle les avoirs du président biélorusse Loukachenko », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le )
    135. « Bélarus ou Biélorussie ? Une question très symbolique, un enjeu démocratique », sur France Culture, (consulté le )

    Article connexe[modifier | modifier le code]