Parti libéral-démocrate de Russie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Parti libéral-démocrate de Russie
(ru) Либерально-демократическая партия России
Présentation
Président Vladimir Jirinovski
Fondation [1],[2]
Siège 1 rue Basmanny, 3 bâtiment 1, Moscou
Journal Pour le peuple russe
Organisation de jeunesse Organisation de jeunesse du LDPR
Slogan « Liberté, patriotisme, justice »
Positionnement Droite[3],[4] à extrême droite[5],[6]
Idéologie Monarchisme[7]
Ultranationalisme russe[8],[9],[10]
Populisme de droite[11],[12]
Interventionnisme[13]
Conservatisme social[14]
Adhérents 295 018 (2019)[15]
Couleurs Bleu et or (officiellement)
Bleu clair (usuellement)
Site web ldpr.ru
Présidents de groupe
Douma Vladimir Jirinovski
Représentation
Douma
21  /  450
Conseil de la Fédération
5  /  170
Gouverneurs
3  /  85
Parlements régionaux
236  /  3928
Drapeau du Parti libéral-démocrate de Russie.

Le Parti libéral-démocrate de Russie (en russe : Либерально-демократическая партия России, Liberalno-demokratitcheskaïa partiïa Rossii, LDPR) est un parti politique russe socialement conservateur[14] et nationaliste[11]. Il est dirigé par Vladimir Jirinovski presque depuis sa fondation, en 1989, comme le Parti libéral démocratique de l'Union soviétique ; avant de prendre son nom actuel en 1992, après la dislocation de l'URSS. Le LDPR se décrit comme un parti démocratique centriste et réformateur, mais en dépit de son nom, il est fréquemment décrit comme « ni libéral ni démocratique »[16]. Le LDPR, centré autour de la personne de Vladimir Jirinovski[17],[12], est souvent considéré, en particulier dans les médias étrangers, comme un parti populiste[12],[18],[19], nationaliste[20],[21],[22] ou ultranationaliste[8],[23]. Il est également décrit comme fiscalement étatiste et autoritaire, et a aussi été qualifié de fasciste[24],[25],[26],[27],[28], bien que ce dernier label est contesté[18]. Son idéologie a été décrite comme étant basée sur les idées de Jirinovski de « reconquête impériale »[29] et sur une vision autoritaire et expansionniste d'une Grande Russie[28],[30]. Le parti, qui fait partie de « l'opposition systémique (en) », est considéré comme traditionnellement fidèle au Kremlin[12],[31],[32].

Histoire[modifier | modifier le code]

Positionnement politique[modifier | modifier le code]

Le LDPR recherche « un renouveau de la Russie en tant que grande puissance ». Il s'oppose à la fois au communisme de l'Union soviétique (en)[33] et au capitalisme néolibéral. Il préfère une économie mixte à propriété privée, mais avec un rôle de gestion fort réservé à l'État. En matière de politique étrangère, le parti met fortement l'accent sur les « civilisations ». Il a soutenu la restauration de la Russie avec ses « frontières naturelles » (qui, selon le parti, incluent la Transcaucasie, l'Asie centrale, la Biélorussie et l'Ukraine)[34]. Le LDPR considère les États-Unis, l'OTAN[35] et la civilisation occidentale comme les principales menaces extérieures de la Russie. Le parti a sévèrement critiqué la discrimination contre les citoyens d'ethnie russe (en) dans les États baltes et a exigé qu'ils reçoivent la citoyenneté russe et soient protégés contre la législation discriminatoire[1]. Le LDPR est également contre la corruption[36] et l'élargissement de l'Union européenne, s'identifiant comme un parti eurosceptique[37], préférant plutôt le panslavisme[38]. Le LDPR s'identifie également comme impérialiste russe (en) à la fois dans son soutien à un Empire russe rétabli et dans son soutien à l'impérialisme[39],[40]. Le professeur Henry E. Hale énumère la politique principale du parti comme étant le nationalisme et une focalisation sur la loi et l'ordre (en). Bien qu'il utilise souvent une rhétorique d'opposition radicale, le LDPR vote fréquemment les propositions du gouvernement. Cela a conduit à la spéculation que le parti reçoit un financement du Kremlin[17]. Les partis politiques en Russie qui ont franchi la barrière de vote des 3% et sont entrés au parlement (Douma d'État) sont officiellement financés par le gouvernement, conformément à la loi fédérale. Ainsi, tous les partis d'opposition de la Douma d'État sont largement financés par le budget fédéral (par exemple, en 2018, LDPR a reçu 99,7% de son financement du gouvernement, le KPRF 90% et Russie juste 81%)[41],[42].

Jirinovski a déclaré qu'il voulait voir un monarque intitulé « souverain suprême » diriger la Russie et a promis de tirer sur ses opposants politiques s'il était élu président[43],[44],[45].

Structure et composition[modifier | modifier le code]

L'organisation du parti est presque entièrement centrée sur son chef Vladimir Jirinovski[17].

Le parti a passé des alliances avec plusieurs partis issus des anciennes républiques soviétiques, dont l'Arménie, la Biélorussie, l'Estonie et l'Ukraine.

En 2003, le parti revendiquait 600 000 membres et avait émis 475 000 cartes de parti[1]. Selon un sondage réalisé en 2008 par Colton, Hale et McFaul, 4% de la population russe sont des fidèles du parti[17].

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élections présidentielles[modifier | modifier le code]

Année Candidat 1er tour 2d tour
Voix % Rang Voix % Rang
1996 Vladimir Jirinovski 4 311 479 5,7 5e
2000 Vladimir Jirinovski 2 026 509 2,7 5e
2004 Oleg Malychkine (en) 1 394 000 2,0 5e
2008 Vladimir Jirinovski 6 998 510 9,5 3e
2012 Vladimir Jirinovski 4 448 959 6,2 4e
2018 Vladimir Jirinovski 4 154 985 5,6 3e

Élections législatives[modifier | modifier le code]

Année Voix % Rang Sièges
1993 12 318 562 22,9 1er
70  /  450
1995 7 737 431 11,2 2e
51  /  450
1999 3 990 038 6,0 5e
17  /  450
2003 6 943 885 11,5 3e
36  /  450
2007 5 660 823 8,1 3e
40  /  450
2011 7 664 570 11,7 4e
56  /  450
2016 6 917 063 13,1 3e
39  /  450
2021 4 252 096 7,6 3e
21  /  450

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) Stephen White, Developments in Russian Politics, vol. 6, Duke University Press, (ISBN 0-8223-3522-0), « The Political Parties »
  2. Russiaprofile « https://web.archive.org/web/20110120021228/http://www.russiaprofile.org/resources/political/majorparties/ldpr/index.wbp »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?),
  3. (en) Timothy J. Colton et Jerry F. Hough, Growing Pains : Russian Democracy and the Election of 1993, Brookings Institution Press, , 766 p. (ISBN 978-0-8157-1500-9, lire en ligne)
  4. « Russian News Outlets Boycott Parliament After Harassment Decision », sur The New York Times,
  5. Oren Dorell, « Putin's Russia: These are the candidates in an election some call a charade », sur USA Today (consulté le )
  6. Tatyana Stanovaya, « The End of Kremlin's Dominance in the Regions », sur The Moscow Times (consulté le )
  7. « Жириновский заявил о намерении ЛДПР стать монархической фракцией Госдумы », sur РИА Новости,‎ (consulté le )
  8. a et b « Putin names new governor of restive Russian region hit by protests », sur Reuters,
  9. « Ultranationalists Move to Slap Fines on Use of Foreign Words » [archive du ], (consulté le )
  10. Russia's Trump, Vladimir Zhirinovsky, Wants to Build a Wall, Ban Muslims, and Nuke the White House.
  11. a et b (en) « RUSSIA », Parties and Elections in Europe.
  12. a b c et d « Russia parliament elections: How the parties line up », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. Russian Government and Politics.
  14. a et b (en) Sarah Oates, Revolution Stalled : The Political Limits of the Internet in the Post-Soviet Sphere, OUP USA, , 225 p. (ISBN 978-0-19-973595-2, lire en ligne)
  15. (ru) Партия — ЛДПР // архивировано 06.03.2019
  16. Timothy Colton, Yeltsin: A Life (2011), p. 282; Donald J. Raleigh, Soviet Baby Boomers: An Oral History of Russia's Cold War Generation, p. 327; The troubled birth of Russian democracy: parties, personalities, and programs. p. 244.
  17. a b c et d Henry E. Hale, Developments in Russian Politics 7, New York, Palgrave Macmillan, (ISBN 978-0-230-22449-0), « Russia's political parties and their substitutes »
  18. a et b Marlène Laruelle, « Nationalism as Populism: The Protestation Parties », In the Name of the Nation,‎ , p. 85–117 (ISBN 978-1-349-38117-3, DOI 10.1057/9780230101234_4)
  19. « Russia arrests governor on suspicion of ordering murders », sur Al Jazeera,
  20. « Supporter Of Jailed Former Governor Sentenced In Russia's Far East », sur rferl.org,
  21. « 'The Kremlin Is Shocked': Moscow Scrambles For A Response As Protests Rock Russia's Far East », sur rferl.org,
  22. « Russian election: Big victory for Putin-backed party United Russia », sur BBC News,
  23. « Sergei Furgal: The arrest fuelling anti-Moscow anger in Russia's far east », sur BBC News,
  24. Andreas Umland, « Zhirinovsky's Last Thrust to the South and the Definition of Fascism », Russian Politics & Law, vol. 46, no 4,‎ , p. 38-39
  25. Andreas Umland et Steffen Kailitz, « Why fascists took over the Reichstag but have not captured the Kremlin: a comparison of Weimar Germany and post-Soviet Russia », Nationalities Papers, vol. 45, no 2,‎ , p. 210
  26. K. G. Kholodkovskii, « Social and Sociopsychological Prerequisites of Fascism », Russian Politics & Law, vol. 34, no 3,‎ , p. 51
  27. Peter H. Merkl and Leonard Weinberg, Right-wing Extremism in the Twenty-first Century (2003). Psychology Press: p. x.
  28. a et b Hans-Georg Betz, Radical right-wing populism in Western Europe (1994). Palgrave Macmillan: p. 23.
  29. Stephen E. Hanson, Post-Imperial Democracies: Ideology and Party Formation in Third Republic France, Weimar Germany, and Post-Soviet Russia (2011). Cambridge University Press.
  30. John B. Dunlop, The Rise of Russia and the Fall of the Soviet Empire (2011). Princeton University Press, p. 167.
  31. Andrei Semenov, « Electoral Performance and Mobilization of Opposition Parties in Russia », Russian Politics, vol. 5,‎ , p. 236
  32. « Managing To Win: Sagging Popularity Forces Russia's Ruling Party To Dig Into Its Bag Of Election Tricks », sur rferl.org,
  33. Ruth Wodak, The Politics of Fear: What Right-Wing Populist Discourses Mean, SAGE, (ISBN 9781473914179, lire en ligne)
  34. « СТРУКТУРА | ИСТОРИЯ | ПРОГРАММА | УСТАВ | ГИМН || ЛДПР », sur ldpr.ru
  35. Russia and the Western Far Right: Tango Noir.
  36. « Archived copy » [archive du ] (consulté le )
  37. « How Moscow is spreading its propaganda using EU-funded media - InformNapalm.org (English) », (consulté le )
  38. IBP USA Russia Parliament Encyclopedic Directory Strategic Information and Contacts p. 259.
  39. « "Kuchins Zevelev" »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  40. Sebastian Smith, Allah's Mountains, (ISBN 9781850439790, lire en ligne)
  41. Summary Financial Reports of Political Parties for 2018 - Central Election Commission of the Russian Federation
  42. Stanislav Andreychuk, « Why Does the Russian State Pick Up the Bill For Political parties? », sur Riddle, (consulté le )
  43. « Zhirinovski: 'I'll take the world to the brink of war' DW English », sur DW News (consulté le )
  44. « Who Will Be Russia's Next President? », NowThisWorld,‎ (lire en ligne, consulté le )
  45. « Russian Politician Zhirinovsky Pledges to 'Shoot' Opponents in Parliament », The Moscow Times,‎ (lire en ligne, consulté le )

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]