Drapeau de la Biélorussie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Drapeau de la Biélorussie
Drapeau
Utilisation Drapeau national Version officielle
Caractéristiques
Proportions 1:2
Adoption 2012
Éléments Bicolore de bandes horizontales rouge et verte (la rouge deux fois plus haute que la verte), avec un motif ornemental rouge sur une bande verticale blanche d'un neuvième de la largeur à la hampe.
Drapeau des forces armées biélorusses.

Le drapeau national actuel de la Biélorussie a été adopté et approuvé par référendum le , puis modifié le . Il remplace le drapeau qui servait depuis l'indépendance du pays vis-à-vis de l'Union soviétique, en 1991.

Il est similaire à celui de 1951, utilisé lorsque la Biélorussie était une république de l'Union soviétique, à ceci près que les symboles communistes (faucille et marteau) ont été supprimés et que les couleurs du motif traditionnel sur la gauche sont inversées.

La couleur rouge symbolise le sang versé par les défenseurs de la Biélorussie, et la couleur verte représente les forêts du pays. Le motif sur la gauche du drapeau est quant à lui une représentation du rouchnik traditionnel.

Variantes du drapeau[modifier | modifier le code]

Drapeau présidentiel.

Depuis l'introduction du drapeau actuel en 1995, plusieurs autres drapeaux sont créées par des agences gouvernementales en s'inspirant du drapeau du pays.

Le drapeau présidentiel, en usage depuis 1997, est adopté par décret. Sa conception reprend le drapeau du pays avec l'ajout de l'emblème national en rouge et or. Ses proportions 5:6 lui donnent une forme presque carrée et diffèrent du drapeau national.

En 2001, un décret publié par le président Alexandre Loukachenko accorde un drapeau pour les forces armées biélorusses.

Drapeaux historiques[modifier | modifier le code]

République populaire biélorusse (1918-1919)[modifier | modifier le code]

Incorporée dans le Grand-duché de Lituanie depuis 1387, la Biélorussie n'a pas connu jusqu'à son indépendance en 1918 de symbole étatique tel qu'un drapeau[1]. À sa création, la République populaire biélorusse choisit d'adopter un tricolore horizontal blanc-rouge-blanc qui reprend les couleurs de la Pahonie, dont le symbole historique est un cavalier blanc sur fond rouge.

La jeune république est cependant envahie par les Soviétiques dès le . Ces derniers annexent la Biélorussie et fondent la République socialiste soviétique lituano-biélorusse, puis la République socialiste soviétique de Biélorussie (RSSB).

République socialiste soviétique de Biélorussie (1919-1991)[modifier | modifier le code]

La RSS de Biélorussie adopte différents drapeaux successifs. La variante adoptée en 1951, qui inclut une bande horizontale verte et une représentation du routchnik traditionnel à gauche du drapeau, est à l'origine du drapeau actuel.

République de Biélorussie (depuis 1991)[modifier | modifier le code]

Le drapeau blanc traversé par une bande rouge horizontale datant de la République populaire biélorusse est repris lors de l'indépendance vis-à-vis de l'Union soviétique en 1991, dans une volonté de se réattribuer l'histoire biélorusse et ses symboles.

Après l'élection d'Alexandre Loukachenko, nostalgique de l'époque soviétique, à la présidence biélorusse en 1994, le drapeau rouge-blanc-rouge est abandonné par référendum en 1995 pour le drapeau actuel. L'opposition qualifie alors ce référendum d'« inconstitutionnel et faussé »[2]. Le nouveau drapeau s'inspire fortement de celui de la RSS de Biélorussie.

Le , le motif présent sur la partie gauche du drapeau est légèrement modifié.

Le drapeau blanc-rouge-blanc aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Le drapeau blanc-rouge-blanc est actuellement interdit par le régime du président Loukachenko et est devenu aujourd'hui le symbole de la lutte pour la démocratie en Biélorussie[3]. Il est considéré par la quasi-totalité des groupes d'opposition biélorusses comme le seul et vrai drapeau national[4].

D'abord utilisé de manière relativement occasionnelle par des activistes pro-démocratie ou des Biélorusses de l'étranger, l'ancien drapeau s'est largement popularisé ces dernières années[1], en particulier pendant les grandes manifestations de 2020 protestant contre la réélection contestée du président Alexandre Loukachenko. Il est aujourd'hui utilisé partout dans les manifestations en Biélorussie qui réclament plus de démocratie dans le pays et s'opposent au pouvoir actuel[5]. C'est aussi ce drapeau qui est déployé par les manifestants pro-démocratie biélorusses à l'étranger, comme lors d'une action coup de poing des Femen à l'ambassade de Biélorussie à Paris le , manifestant leur opposition à Loukachenko[6].

Le drapeau est critiqué par le gouvernement notamment pour avoir été utilisé pendant l'occupation nazie. Il est cependant à noter que le Troisième Reich avait pour habitude de reprendre les symboles nationaux pour avoir le soutien des populations locales, et que le drapeau est antérieur à cette période, datant de 1918[2]. Les partisans du drapeau blanc-rouge-blanc affirment que les collaborateurs de l'Axe en Belgique, en Lettonie, en Lituanie, en Norvège, aux Pays-Bas, en Russie, en Ukraine, en France et en Estonie ont également utilisé leurs drapeaux nationaux pendant la Seconde Guerre mondiale[7]. De plus, Klawdzi Douj-Douchewski (en), le créateur de ce drapeau, a refusé de coopérer avec les forces d'occupation nazies. Il a été arrêté par les nazis pour avoir caché une famille juive dans sa maison et envoyé au camp d'extermination de Pravieniškės[8].

Le drapeau est autorisé lors de manifestations approuvées par le gouvernement. Toute utilisation non autorisée du drapeau en Biélorussie peut conduire à une peine de prison ou une amende[2].

En plus d'être symbole de démocratie, le drapeau représente l'affirmation de la culture, du patriotisme et de l'identité biélorusse[9], à laquelle s'oppose le président Loukachenko, qui a longtemps privilégié le rapprochement avec la Russie et qui considère le nationalisme biélorusse comme une menace à son pouvoir[5].

Une variante du drapeau comportant le cavalier de Pahonie (l'ancien emblème de la Biélorussie) en son centre est aussi utilisée.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Bruno Cadène, « Bélarus ou Biélorussie ? Une question très symbolique, un enjeu démocratique », sur franceculture.fr,
  2. a b et c (en) Artyom Shraibman, « Red-Green Vs White-Red-White. The Two Flags of Belarus Explained », sur belarusfeed.com,
  3. Pascal Colrat et Michel Wlassikoff, Signes de la Biélorussie, Textuel,
  4. (en) Vadzim Bylina, « White-Red-White Flag: The True Belarusian Symbol or a Sign of the Opposition? », sur belarusdigest.com,
  5. a et b (en) « Here’s why are protesters in Belarus are flying a white-and-red flag », sur meduza.io, (consulté le 15 août 2020)
  6. « Des Femen s'introduisent dans l'enceinte de l'ambassade de Biélorussie à Paris », sur 1001rss, (consulté le 12 septembre 2020)
  7. 50 фактаў за бел-чырвона-белы сьцяг, Наша Ніва.
  8. Клавдий-строитель
  9. (en) Dominik Istrate, « The two flags of Belarus », sur emerging-europe.com,