Maen Roch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Maen Roch
Maen Roch
L'hôtel de ville.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Fougères-Vitré
Intercommunalité Couesnon Marches de Bretagne
(siège)
Maire
Mandat
Thomas Janvier
2020-2026
Code postal 35460
Code commune 35257
Démographie
Gentilé Maenroquois - Maenroquoise
Population
municipale
4 958 hab. (2019)
Densité 127 hab./km2
Population
agglomération
4 779 hab. (2016[1])
Géographie
Coordonnées 48° 24′ 41″ nord, 1° 21′ 57″ ouest
Altitude Min. 73 m
Max. 155 m
Superficie 39,11 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Maen Roch
(ville isolée)
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Val-Couesnon
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Maen Roch
Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine
Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Maen Roch
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Maen Roch
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Maen Roch
Liens
Site web maenroch.fr

Maen Roch est une commune nouvelle française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en région Bretagne, peuplée de 4 958 habitants[Note 1]. Elle a été créée par la fusion le [2] des anciennes communes de Saint-Brice-en-Coglès et Saint-Étienne-en-Coglès.

Géographie[modifier | modifier le code]

Son centre se situe à environ 40 km au nord-est de la cathédrale de Rennes et à environ 13 km au nord-ouest du château de Fougères.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[3]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[4].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 2]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[3]

  • Moyenne annuelle de température : 11,2 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,2 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 1,6 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 3] : 12,8 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 4] : 873 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 13,2 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[7] complétée par des études régionales[8] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Fougeres », sur la commune de Fougères, mise en service en 1966[9] et qui se trouve à 14 km à vol d'oiseau[10],[Note 5], où la température moyenne annuelle est de 11,7 °C et la hauteur de précipitations de 923,2 mm pour la période 1981-2010[11]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Rennes-Saint-Jacques », sur la commune de Saint-Jacques-de-la-Lande, mise en service en 1945 et à 46 km[12], la température moyenne annuelle évolue de 11,7 °C pour la période 1971-2000[13], à 12,1 °C pour 1981-2010[14], puis à 12,4 °C pour 1991-2020[15].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Maen Roch est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[16],[17],[18]. Elle appartient à l'unité urbaine de Maen Roch, une unité urbaine monocommunale[19] de 4 850 habitants en 2017, constituant une ville isolée[20],[21]. La commune est en outre hors attraction des villes[22],[23].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Gentilé[modifier | modifier le code]

La commission Communication a travaillé sur la question et a proposé lors du conseil municipal du , trois choix sur lesquels les conseillers présents ont été invités à se prononcer à bulletin secret.

  • Maenroquois(e) : 21 votes
  • Maenrochois(e) : 9 votes
  • Maenroquien(ne) : 3 votes
  • 5 votes nuls ou blancs

Les habitants de la commune nouvelle de Maen Roch s'appellent donc : les Maenroquois et Maenroquoise.

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune nouvelle regroupe les communes de Saint-Brice-en-Coglès et de Saint-Étienne-en-Coglès, qui deviennent des communes déléguées, le . Son chef-lieu se situe à Saint-Brice-en-Coglès.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des communes déléguées
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Saint-Brice-en-Coglès
(siège)
35257 CC Coglais Communauté Marches de Bretagne 16,46 3 068 (2018) 186


Saint-Étienne-en-Coglès 35267 CC Coglais Communauté Marches de Bretagne 22,65 1 853 (2018) 82

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Période Identité Étiquette Qualité
9 janvier 2017 25 mai 2020 Louis Dubreil[24] DVG Président de Couesnon Marches de Bretagne (depuis 2017)
Conseiller général (1998-2015)
25 mai 2020 En cours Thomas Janvier[25] SE / LREM Professeur agrégé d'histoire-géographie

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis sa création.

En 2019, la commune comptait 4 958 habitants[Note 7].

Évolution de la population  [ modifier ]
2015 2016 2017 2018 2019
4 7194 7794 8504 9214 958
(Sources : Insee à partir de 2015[26].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Saint-Brice-en-Coglès[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Brice (1776-1820-1855).
  • La chapelle Sainte-Catherine (XVIIe siècle).
  • Le château du Rocher-Portail (1617). Ouvert depuis , ce château est considéré comme l'un des plus beaux de Bretagne[réf. nécessaire]. Il contient douze pièces meublées au fil du temps, une galerie Renaissance, une chapelle, des écuries… Classé Monument historique[27], ce château fait découvrir, également, les chambres des domestiques, un salon de thé et les jardins.
  • Le château de la Motte ou de Saint-Brice (XVIIe siècle). La présence d'un château à Saint-Brice a été attestée dès 1151. Ce château-fort était en ruines au XVIe siècle et a été remplacé par le bâtiment actuel au XVIIe siècle. L'édifice est inscrit au titre des monuments historiques par arrêté du [28]. Le site formé par le château et ses abords est un site inscrit par arrêté du . Il s'agit également d'un site archéologique identifié sous le numéro 35 257 1 AH. Le château de Saint-Brice, appelé parfois château de la Motte à cause de la motte féodale toute proche située au bord de la rivière de la Loisance, était le siège de la seigneurie de Saint-Brice, la plus importante de la baronnie de Fougères. Avant 1789, sa juridiction s’étend sur trente paroisses. Le pavillon d’entrée du château, sur lequel on retrouve les mêmes oculi qu’au Rocher-Portail, date sans doute lui aussi des premières années du XVIIe siècle. Flanqué de deux petites tours, le portail possède un porche en anse de panier et une porte piétonne en plein cintre.
  • Le château de la Villette (XIXe siècle).
  • Le manoir de la Branche (XVe/XVIe siècles).
  • Le manoir de la Bouvrais (XVIIe siècle).

Saint-Étienne-en-Coglès[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Étienne (1892-1895), œuvre de l'architecte Henri Mellet.
  • Chapelle Saint-Eustache (XVIIe siècle).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2019, légale en 2022.
  2. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[5].
  3. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  4. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[6].
  5. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. INSEE : évolution de la population de l'aire urbaine de Saint-Brice-en-Coglès.
  2. « Arrêté relatif à la création de la commune nouvelle de Maen-Roch à compter du 1er janvier 2017 » (consulté le )
  3. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  4. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  5. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  6. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  7. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  8. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Bretagne », sur www.chambres-agriculture-bretagne.fr, (consulté le )
  9. « Station Météo-France Fougeres - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  10. « Orthodromie entre Maen Roch et Fougères », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station Météo-France Fougeres - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  12. « Orthodromie entre Maen Roch et Saint-Jacques-de-la-Lande », sur fr.distance.to (consulté le ).
  13. « Station météorologique de Rennes-Saint-Jacques - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique de Rennes-Saint-Jacques - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Station météorologique de Rennes-Saint-Jacques - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  16. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  18. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  19. « Unité urbaine 2020 de Maen Roch », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  20. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  21. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  22. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  23. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  24. Hervé Pittoni, « Louis Dubreil premier maire élu de la commune nouvelle Maen Roch », La Chronique républicaine, 10 janvier 2017.
  25. Hervé Pittoni, « Cinq adjoints autour de Thomas Janvier nouveau maire de Maen Roch », La Chronique républicaine, 26 mai 2020.
  26. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  27. « Château du Rocher-Portail », notice no PA00090768, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  28. « Château de la Motte », notice no PA00090769, base Mérimée, ministère français de la Culture.