Saint-Marc-le-Blanc (commune déléguée)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Marc.

Saint-Marc-le-Blanc
Saint-Marc-le-Blanc (commune déléguée)
Mairie de Saint-Marc-le-Blanc
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Fougères-Vitré
Canton Antrain
Intercommunalité Couesnon Marches de Bretagne
Statut Commune déléguée
Maire délégué Alain Besnier
2019-2020
Code postal 35460
Code commune 35292
Démographie
Gentilé Marcblaisien
Population 1 387 hab. (2016 en augmentation de 6,2 % par rapport à 2011)
Densité 79 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 21′ 55″ nord, 1° 24′ 30″ ouest
Altitude Min. 62 m
Max. 121 m
Superficie 17,53 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Saint-Marc-le-Blanc
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine
Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 15.svg
Saint-Marc-le-Blanc
Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine
Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 15.svg
Saint-Marc-le-Blanc
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Saint-Marc-le-Blanc
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Saint-Marc-le-Blanc

Saint-Marc-le-Blanc est une ancienne commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en Région Bretagne, peuplée de 1 387 habitants[Note 1]. Depuis le , elle est une commune déléguée de la commune nouvelle de Saint-Marc-le-Blanc issue de la fusion des communes de Saint-Marc-le-Blanc et Baillé[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Marc-le-Blanc est situé à 39 km au nord-est de Rennes et à 33 km au sud du mont Saint-Michel dans le pays de Fougères.

Les communes limitrophes sont Maen Roch (commune déléguée de Saint-Brice-en-Coglès), Baillé, Le Tiercent, Chauvigné et Val-Couesnon (commune déléguée de Tremblay.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Sancti Medardi Albi vers 1330 [2].

Le nom de cette commune, à la base, devait être Saint Médard d'Aubigné en faisant référence à l'église Saint-Médard ainsi qu'au mot latin Albiniesis qui fut traduit par erreur par « blanc » ce qui donna donc Saint-Marc-le-Blanc[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Après le grand incendie de Rennes de 1720, le granite de la carrière du Rocher-Guyon fut utilisé ; certains blocs de plus de 200 kg furent tirés par des chariots spéciaux tirés par dix chevaux ; le voyage durait trois jours pour parcourir la trentaine de kilomètres[3].

Le XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Le Saint-Marc-le-Blanc et Baillé fusionnent pour créer la commune nouvelle de Saint-Marc-le-Blanc[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1906 1917 Louis Taillepain    
1917 1920 Julien Hommerie    
1920 1932 Hyacinthe Gavard    
1932 1945 Jean Letaillandier    
1945 1961 Jean Goby SFIO  
1961 1970 Vincent Simon    
1970 1983 Jean Chapron    
1983 1989 Maurice Biheux    
1989 mars 2001 Jean Coudray    
Alain Besnier[5] UDI Inséminateur retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[7].

En 2016, la commune comptait 1 387 habitants[Note 2], en augmentation de 6,2 % par rapport à 2011 (Ille-et-Vilaine : +5,19 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 2501 2791 3151 1051 2451 2171 3111 3471 444
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4321 5341 6081 5391 5831 5861 6131 5851 584
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 5491 5851 6841 4721 4751 3841 3811 2891 286
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1 1861 1631 0981 1141 1081 0861 1611 2881 376
2016 - - - - - - - -
1 387--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Évènements[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église paroissiale Saint-Médard : nef partiellement romane et du XVe siècle. Transept des XVe et XVIe siècles. Clocher de 1855.


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Monument commémorant le souvenir du révolutionnaire Julien Simon dit Champrobert.

Julien Simon dit Champrobert. Héros de la Révolution, il est nommé commandant de la garde nationale et, pendant plus de huit ans, lutte avec ses hommes contre les chouans et les ennemis de la République. Maire de Saint-Marc-le-Blanc depuis le 19 août 1837, il meurt au village des Champs-Robert le 7 septembre 1841 à l'âge de 71 ans. Un monument a été érigé en sa mémoire sur la place de la mairie. Il porte sur la partie haute, une épée est entourée des dates 1770 et 1841, tandis qu'est gravée en bas cette inscription : « Au commandant Simon Champrobert, Hommage rendu aux bleus de 1793-95 par leurs enfants 29 sept. 1907 ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Bourde de La Rogerie et Paul Delarue, La Vie économique à Saint-Marc-le-Blanc pendant la Révolution, Annales de Bretagne, n° 28, 4, 1913, pp 467–518.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2016.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

Altitudes, coordonnées, superficie : IGN[10].
  1. « Ille-et-Vilaine : 7 communes nouvelles créées au 1er janvier 2019 », sur france3-regions.francetvinfo.fr (consulté le 1er janvier 2019).
  2. Ernest Nègre - Toponymie générale de la France, Page 1558
  3. Serj Le Maléfan, "Granites de Bretagne", Coop Breizh, 2013, (ISBN 978-2-84346-588-8)
  4. « Arrêté préfectoral n° 2018-23774 du 17 octobre 2018 portant création de la commune nouvelle de "Saint-Marc-le-Blanc" à compter du 1er janvier 2019. », sur Préfecture d'Ille-et-Vilaine, (consulté le 20 octobre 2018)
  5. Réélection 2008 : Portail internet des services de l'État
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  10. « Saint-Marc-le-Blanc sur le site de l'Institut géographique national » [archive du ] (archive Wikiwix)