Saint-Marc-le-Blanc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Marc-le-Blanc
Saint-Marc-le-Blanc
Mairie de Saint-Marc-le-Blanc
Image illustrative de l’article Saint-Marc-le-Blanc
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Fougères-Vitré
Intercommunalité Couesnon Marches de Bretagne
Maire
Mandat
Olivier Gaigne
2020-2026
Code postal 35460
Code commune 35292
Démographie
Gentilé Marcblaisien
Population
municipale
1 633 hab. (2019)
Densité 72 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 21′ 55″ nord, 1° 24′ 30″ ouest
Altitude Min. 60 m
Max. 121 m
Superficie 22,76 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Val-Couesnon
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Saint-Marc-le-Blanc
Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine
Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Saint-Marc-le-Blanc
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Marc-le-Blanc
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Marc-le-Blanc

Saint-Marc-le-Blanc est une commune nouvelle française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en région Bretagne, peuplée de 1 633 habitants[Note 1]. Créée le , elle est issue de la fusion des communes de Saint-Marc-le-Blanc et Baillé[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Marc-le-Blanc est situé à 39 km au nord-est de Rennes et à 33 km au sud du mont Saint-Michel dans le pays de Fougères.

Les communes limitrophes sont Maen Roch (commune déléguée de Saint-Brice-en-Coglès), Le Tiercent, Chauvigné et Val-Couesnon (commune déléguée de Tremblay).

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 2]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[2]

  • Moyenne annuelle de température : 11,2 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,2 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 1,6 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 3] : 13 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 4] : 853 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 13,2 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[6] complétée par des études régionales[7] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Fougeres », sur la commune de Fougères, mise en service en 1966[8] et qui se trouve à 16 km à vol d'oiseau[9],[Note 5], où la température moyenne annuelle est de 11,7 °C et la hauteur de précipitations de 923,2 mm pour la période 1981-2010[10]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Rennes-Saint-Jacques », sur la commune de Saint-Jacques-de-la-Lande, mise en service en 1945 et à 40 km[11], la température moyenne annuelle évolue de 11,7 °C pour la période 1971-2000[12], à 12,1 °C pour 1981-2010[13], puis à 12,4 °C pour 1991-2020[14].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Marc-le-Blanc est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[15],[16],[17]. La commune est en outre hors attraction des villes[18],[19].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité de Saint-Marc-le-Blanc est attesté sous la forme Sancti Medardi Albi vers 1330 [20].

Le nom de cette commune, à la base, devait être Saint Médard d'Aubigné en faisant référence à l'église Saint-Médard ainsi qu'au mot latin Albiniesis qui fut traduit par erreur par « blanc » ce qui donna donc Saint-Marc-le-Blanc[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le , Saint-Marc-le-Blanc et Baillé fusionnent pour créer la commune nouvelle de Saint-Marc-le-Blanc[21].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
Alain Besnier[22] UDI Inséminateur retraité
En cours Olivier Gaigne[23]   Maire de Baillé (2001-2018)
Les données manquantes sont à compléter.

Communes déléguées[modifier | modifier le code]

Liste des communes déléguées de Saint-Marc-le-Blanc
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Saint-Marc-le-Blanc
(siège)
35292 CC Couesnon Marches de Bretagne 17,53 1 382 (2018) 79


Baillé 35011 Couesnon Marches de Bretagne 5,23 279 (2018) 53

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis sa création.

En 2019, la commune comptait 1 633 habitants[Note 7].

Évolution de la population  [ modifier ]
2016 2017 2018 2019
1 6821 6891 6611 633
(Sources : Insee à partir de 2016[24].)


Évènements[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église paroissiale Saint-Médard de Saint-Marc-le-Blanc : elle présente un plan en croix latine à nef unique et chevet plat. De l'époque romane, elle conserve une partie de sa nef (fenêtres de plein cintre, contreforts plats), même si celle-ci a subi des modifications ultérieures. Au XVe siècle, on élève les chapelles latérales et le clocher-porche. La porte ouest est en anse de panier surmontée d'une archivolte en accolade. Le chœur est construit en 1661. La flèche du clocher date de 1855[25].
  • Église Saint-Martin de Baillé. Elle possède une nef unique séparée du chœur à chevet plat par un arc-diaphragme. Elle conserve des éléments romans (fenêtre en meurtrière, contreforts) bien qu'elle ait été remaniée ultérieurement : la fenêtre du chœur porte la date 1573. La plupart de des fenêtres de la nef sont agrandies au XVIIIe siècle. Au XIXe siècle, une sacristie est accolée au sud à la jonction du chœur et de la nef.[26]. La tour est érigée en 1827[27].
  • Manoir des Flégés, de style classique[28].
  • Manoir des Meslinières. La tour d'escalier, coiffée en bâtière, est surmontée d'une pièce haute, pourvue d'une cheminée, à laquelle on accède par un petit escalier secondaire[29].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Julien Simon dit Champrobert. Héros de la Révolution, il est nommé commandant de la garde nationale et, pendant plus de huit ans, lutte avec ses hommes contre les chouans et les ennemis de la République. Maire de Saint-Marc-le-Blanc depuis le 19 août 1837, il meurt au village des Champs-Robert le 7 septembre 1841 à l'âge de 71 ans.
Monument commémorant le souvenir du révolutionnaire Julien

Un monument a été érigé en sa mémoire sur la place de la mairie. Il porte sur la partie haute une épée, entourée des dates 1770 et 1841, tandis qu'est gravée en bas cette inscription : « Au commandant Simon Champrobert, Hommage rendu aux bleus de 1793-95 par leurs enfants 29 sept. 1907 ».

Simon dit Champrobert.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Bourde de La Rogerie et Paul Delarue, La Vie économique à Saint-Marc-le-Blanc pendant la Révolution, Annales de Bretagne, n° 28, 4, 1913, pp 467–518.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2019, légale en 2022.
  2. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[4].
  3. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  4. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[5].
  5. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

Altitudes, coordonnées, superficie : IGN[30].
  1. « Ille-et-Vilaine : 7 communes nouvelles créées au 1er janvier 2019 », sur france3-regions.francetvinfo.fr (consulté le ).
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  5. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  6. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  7. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Bretagne », sur www.chambres-agriculture-bretagne.fr, (consulté le )
  8. « Station Météo-France Fougeres - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Orthodromie entre Saint-Marc-le-Blanc et Fougères », sur fr.distance.to (consulté le ).
  10. « Station Météo-France Fougeres - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  11. « Orthodromie entre Saint-Marc-le-Blanc et Saint-Jacques-de-la-Lande », sur fr.distance.to (consulté le ).
  12. « Station météorologique de Rennes-Saint-Jacques - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Rennes-Saint-Jacques - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique de Rennes-Saint-Jacques - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  17. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  19. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. Ernest Nègre - Toponymie générale de la France, Page 1558
  21. « Arrêté préfectoral n° 2018-23774 du 17 octobre 2018 portant création de la commune nouvelle de "Saint-Marc-le-Blanc" à compter du 1er janvier 2019. », sur Préfecture d'Ille-et-Vilaine, (consulté le ).
  22. Élu maire de la commune nouvelle en 2019 : « Commune nouvelle de Saint-Marc-le-Blanc, dans le pays de Fougères : Alain Besnier élu maire », La Chronique républicaine, 11 janvier 2019.
  23. Ouest-France, « Saint-Marc-le-Blanc. Olivier Gaigne est maire de Saint-Marc-le-Blanc », sur Ouest-France.fr, (consulté le ).
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2016, 2017, 2018 et 2019.
  25. « L'église paroissiale Saint-Marc, place de l’Église (Saint-Marc-le-Blanc) », sur patrimoine.bzh (consulté le ).
  26. « Église paroissiale Saint-Martin (Baillé fusionnée en Saint-Marc-le-Blanc en 2019) », sur patrimoine.bzh (consulté le ).
  27. « Notice n°IA00007218 », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  28. « Notice n°IA00007219 », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  29. Christel Douard et Jean Kerhervé, Manoirs : Une histoire en Bretagne, Châteaulin, Locus Solus, , 215 p. (ISBN 978-2-36833-338-9), p. 122.
  30. « Saint-Marc-le-Blanc sur le site de l'Institut géographique national » [archive du ] (archive Wikiwix)